En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

ça vient d'être publié
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 4 heures 56 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 5 heures 51 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 7 heures 12 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 8 heures 32 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 10 heures 19 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 11 heures 42 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 12 heures 44 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 13 heures 31 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 14 heures 8 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 5 heures 27 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 6 heures 54 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 7 heures 45 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 8 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 10 heures 11 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 11 heures 16 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 12 heures 23 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 12 heures 56 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 13 heures 55 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 14 heures 14 min
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Les entrepreneurs parlent aux Français

Fumer tue les hommes et fait vivre l’Etat

Publié le 26 février 2018
Un entrepreneur n’est entrepreneur que lorsqu’il peut se regarder fièrement dans le miroir le soir. Fier de ses produits. Ses services. Que dire du profit du tabac pour celui qui taxe les entrepreneurs : l’Etat ?
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un entrepreneur n’est entrepreneur que lorsqu’il peut se regarder fièrement dans le miroir le soir. Fier de ses produits. Ses services. Que dire du profit du tabac pour celui qui taxe les entrepreneurs : l’Etat ?

Samedi dernier, ma filleule était avec moi. La présence des enfants est toujours une source d’inspiration, un saut agréable dans le temps, le retour à la simplicité, l’incapacité à tricher et à jouer de postures. Un enfant c’est cash, logique, spontané. Retrouver le plus souvent possible ce naturel, que la vie quotidienne d’adulte tend à travestir pour la draper d’attitudes, de calculs et de faux semblants, est salutaire.

Samedi donc, nous nous promenons et nous « tombons » sur la vision d’un paquet de cigarette, paré de cette magnifique déclaration publique de cynisme et de démagogie : « Fumer tue » ! Ma filleule me demande alors, si le tabac tue vraiment ? Je lui explique que oui. Sans aucun doute, sauf pour les lobbyistes des fabricants de cigarettes. Elle me demande alors pourquoi ce n’est pas interdit ? Je lui réponds que c’est peut être du fait de l’argent que cela rapporte à tout le monde. Et là elle me répond, en toute simplicité : « c’est méchant !! ». Que voulez vous répondre à cela ? Moi je n’ai pas trouvé d’autre réponse que l’approbation.

Le tabac tue, les malades sont soignés à nos frais pour satisfaire une addiction qui ne sert à rien (contrairement à l’alcool, au vin notamment, qui fait partie de la gastronomie, de l’art de vivre, d’un savoir-faire millénaire, d’un rayonnement de la France à l’étranger). Le tabac fait l’objet d’une fausse lutte sans merci, pour s’acheter une conscience face aux vies détruites, sans renoncer à l’énorme manne fiscale que la mort représente pour l’Etat.  Les 73000 morts estimés du tabac en France chaque année, 1 mort du 10, et les 100 millions estimés dans le monde, ne constituent pas de charniers assez garnis pour le rapace renonce à sa proie.

Et au même moment où l’on fait mine de lutter contre le tabac, proposant même des mesures aussi stupides que de les interdire dans les films ou publicités, on agite les débats sur la libéralisation du cannabis ! En clair, mort aux addictions et vive les addictions. Libérons nous du tabac et passons haschich. C’est cool ! Cherchez l’erreur.

L’erreur s’appelle la fiscalité, qui fait du Trésor Public, et donc de Bercy, le bénéficiaire hypocrite de la mort du citoyen, payant ses fonctionnaires du prix de la souffrance des malades qui meurent à petit feu, au prix de souffrances extrêmes, s’asphyxiant un peu plus chaque jour. Chaque bouffée difficilement inhalée, les rapprochant du dernier soupir. Devant leur famille, qui ne peut même plus supporter la vue de ces corps privés d’oxygène, qui semble réclamer la fin de leur souffrance, tant la simple respiration leur rappelle qu’ils sont déjà passés dans le monde des morts. La fiche de paie des fonctionnaires, est imprimée sur l’avis de décès de nos concitoyens et c’est tellement jouissif, que l’on aimerait y ajouter le bonheur du cannabis. Brillant !

Je suis entrepreneur. C’est un hymne à la vie. A l’heure où l’on parle de changer l’objet social des entreprises pour les rendre plus « sociétales », pouvons nous envisager à minima signaler à l’article 1833 du code civil, que donner la mort, ne puisse être conciliable avec l’objet social des entreprises? De l’Etat ? Nous sommes entrepreneurs et nous aimons parler croissance, sens, emploi, qualité, plaisir d’un travail dont l’excellence permet la victoire face aux concurrents. Comment se regarder le soir dans la glace quand on vend de quoi tuer l’homme ? 2 de mes meilleurs amis, entrepreneurs, luttent en ce moment contre un cancer du poumon, plutôt bien d’ailleurs, pour le moment.

Mais quel prix doivent ils payer pour un paquet de plus en plus cher, dont le bénéfice ne profite qu’à l’Etat ? 14 milliards d’euros, pour un nombre de consommateurs qui ne recule que peu, presque pas. Donc le crime ne profite qu’à lui. Clairement. L’Etat reste le champion de la bonne conscience. Réduire la vitesse sur les routes, qui ne change rien à la sécurité publique, mais fait briller dans les salons. Augmenter le prix du tabac, qui ne change rien à la santé publique, mais colmate les déficits. Réduire et accroître, comme inspirer et expirer, un luxe que peut se permettre l’Etat, mais interdit à ceux qui sont morts du tabac, avec la satisfaction d’avoir alimenté les recettes de la République.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 26/02/2018 - 19:46
Si on applique le principe de précaution à tout ce qui tue
lentement, rapidement, ou hypothétiquement...on arrête:
de boire, de fumer, de manger, de nager, de ba...ser, de voler (en l'air), de jouer, de siroter, d'affabuler, de réprimander, de déconner, d'arrimer, de persiffler, de toussoter, de gambader, de tricher, de connoter, de transpirer, de caricaturer, de caboter, de transfigurer, de dessiner, d'auto-tamponner, de soupirer, d'aspirer, d'expirer, de respirer...bref! on arrête de vivre!
Paulquiroulenamassepasmousse
- 26/02/2018 - 18:16
@moneo
Et vous croyez à ces cconneries....tout est faux dans ces discours alarmistes, Côté négatif, un alcoolique coûte peu à la sécu car il reçoit des soins peu couteux car inefficaces les 6 derniers mois de sa vie...
Par contre il libère un emploi pour un chômeur, Et fait économiser 15 ans de pension aux caisses de retraite, Il fait vivre les producteurs et l'état qui perçoit des taxes ...Comme l'a si bien dit Colluche Géraaaard le pinard ça devrait être obligatoaaaaare !!!
assougoudrel
- 26/02/2018 - 17:24
J'ai économisé beaucoup, car
je n'ai jamais mis une cigarette dans la bouche et je bois peu; pourtant j'ai de quoi saouler beaucoup de monde chez moi.