En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© BERTRAND GUAY / AFP
Géopolitico Scanner

Ivan Rioufol : "Le totalitarisme islamique, antisémite et sexiste, joue beaucoup de l’imposture victimaire permise par l’idéologie 'antiraciste' qui présume innocentes de tout les nouvelles minorités"

Publié le 16 février 2018
Récemment, l’éditorialiste du Figaro Ivan Rioufol a été la cible d’une attaque en règle de la part des lobbies islamiquement corrects qui menacent de le traîner devant la justice et réclament à son endroit une réduction de la liberté d’expression en matière d’islam et d'immigration. Cette stratégie de l’intimidation ne date pas d’hier, mais elle a tendance à s’intensifier depuis des années selon Ivan Rioufol, ceci en dépit et même des vagues d’attentats islamistes qui n’ont pas contribué à dévitaliser le bien-pensance islamophobe ou islamistophile.
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Récemment, l’éditorialiste du Figaro Ivan Rioufol a été la cible d’une attaque en règle de la part des lobbies islamiquement corrects qui menacent de le traîner devant la justice et réclament à son endroit une réduction de la liberté d’expression en matière d’islam et d'immigration. Cette stratégie de l’intimidation ne date pas d’hier, mais elle a tendance à s’intensifier depuis des années selon Ivan Rioufol, ceci en dépit et même des vagues d’attentats islamistes qui n’ont pas contribué à dévitaliser le bien-pensance islamophobe ou islamistophile.

Alexandre del Valle : Ivan Rioufol, en tant que journaliste chevronné et essayiste politiquement incorrect attaché plus que tout à la liberté d’expression, vous dénoncez la psychologie totalitaire de ceux que vous appelez "les délateurs décomplexés", qui cautionnent l’intolérance islamique sur laquelle, précisément, vous mettez en garde. Vous accusez même ces censeurs professionnels multiculturalistes d’être les "nouveaux collabos" qui rendent la presse perméable à l’islamisme radical. Apparemment, vous avez également été la cible d’autres journalistes comme Dominique Farrugia sur C8. Comment expliquez-vous ces complaisances ou cette tentation néo-totalitaire de certains de vos « confrères » ou de nombre d’intellectuels ? Sont-ce là des exceptions ou la marque d’un phénomène plus global? 

Ivan Rioufol : Aphatie est sans doute le summum dans la dérive la plus abjecte de la presse, puisque voici un journaliste célèbre qui réclame la censure d’un autre journaliste, en appuyant ceux qui voudraient en réalité que le blasphème soit reconnu comme un délit. Farrugia a répété sottement, pour sa part, cette dialectique assez répandue dans les rédactions et sur les plateaux des télévisions, qui voudrait que celui qui critique l’islam radical manifesterait en réalité un racisme anti-arabe comparable à l’antisémitisme des nazis. Le totalitarisme islamique, antisémite et sexiste, joue beaucoup de cette imposture victimaire permise par l’idéologie « antiraciste », qui présume innocentes les nouvelles minorités. Cette pensée fausse, si elle ne produit pas toujours la traitrise d’Aphatie ou les insultes de Farrugia, imprègne encore les médias paresseux et conformistes, dans une proportion qui me semble être majoritaire. Tant que la presse ne se sera pas délivrée de la chappe de plomb du politiquement correct, qui voit dans le musulman le damné de la terre et dans l’islam la religion des faibles, elle continuera à fermer les yeux sur la pensée totalitaire de l’islam politique, qui se joue de nos naïvetés et de nos somnolences. En fait, ceux qui jadis n’avaient rien voulu voir des dangers du communisme ou du nazisme ont fait des petits… Mais les faits sont têtus. L’islam politique est répulsif. Il faut soutenir les musulmans qui en sont conscients. Toute mon admiration va à ces femmes musulmanes qui se battent contre ce que les Aphatie et le Farrugia défendent en croyant tenir le beau rôle.

Dans votre dernier ouvrage, où vos n’épargnez par le président Emmanuel Macron, vous faites également souvent allusion à la "fausse démocratie », est-ce une tendance lourde dans l’ensemble du monde occidental et dans les démocraties libérales européennes? 

Je soutien, dans La grande mascarade, que Macron n’a rien réglé de la crise démocratique qui l’a poussé au pouvoir dans le chaos politique que l’on sait. Alors qu’il a été élu sur le diagnostic de la fracture entre les élites et le peuple, il s’est empressé une fois au pouvoir de creuser encore davantage ce gouffre. La collaboration entre le pouvoir et la société civile s’est révélée être une arnaque : la présidence est devenue « jupitérienne » et jacobine, c’est-à-dire hors-sol et éloignée des gens, tandis que les élus de la société civile ont été vite réduits à des députés godillots au service de l’Elysée. En réalité, le rejet du « populisme », qui n’est autre que la défiance vis-à-vis du peuple, oblige à promouvoir une démocratie d’apparence. Cet entre-soi, que reproduit le macronisme en recyclant le vieux monde des technocrates et des financiers, n’a rien de révolutionnaire. C’est un retour en arrière, au contraire. C’est pourquoi je prédits l’échec de cette politique, beaucoup trop méprisante à l’égard de l’< ancien monde > qui n’entend pas disparaître.  Macron ne comprend rien à son époque. Il va à rebours du sens de l’histoire. Celle-ci, partout en Europe et aux Etats-Unis, montre que les peuples oubliés désirent reprendre leur destin en main, et se protéger d’une mondialisation post-nationale que Macron trouve enchanteresse. Tout cela finira mal, si Macron persiste dans ses erreurs de jugement.

Constatez-vous une fracture interne au continent européen et même à l’Union européenne à l’aune de l’évolution « populiste » et de plus en plus nationaliste de pays comme la Pologne, la Roumanie et bien sûr la Hongrie du diabolisé en chef Victor Orban? 

L’Union européenne, qui s’est notamment construire sur l’immigration et la promotion du multiculturalisme, est incapable de se remettre en question. Elle est vouée à l’échec. L‘histoire désormais s’écrit à l’Est. Elle s’élabore loin des médias, dans ces pays détestés par la caste mondialiste, par l’Union européenne et par le chef de l’Etat français. Dernièrement, Macron n’a pas ménagé ses attaques contre la Pologne. Elle sait pourtant de quoi elle parle, elle qui a combattu jadis l’invasion ottomane puis le totalitarisme communiste : des expériences qui laissent l’esprit en alerte devant les dangers futurs. Quand Trump est venu en juillet à Varsovie pour déclarer aux Polonais : "Vous êtes l’âme de l’Europe", les médias français ont négligé l’évènement. A tort. Comme le soutient le spécialiste Tony Corn dans la dernière livraison de la revue Le Débat, "Washington va s’investir massivement (politiquement, militairement et économiquement)" dans le club dit de L’initiative des trois mers (Baltique-Adriatique-Mer Noire), qui comprend douze pays membre de l’UE (les quatre pays du Visegrad plus l’Autriche, la Slovénie et la Croatie, ainsi que les trois pays baltes, la Roumanie et la Bulgarie). Selon Corn, "l’Amérique va promouvoir le rôle régional de la Pologne et de la Roumanie, deux pays qui sont considérés comme les alliés européens les plus fiables". A Davos, l’assemblée huppée a applaudi mollement, le président américain et ses manières de plouc. Ces économiquement snobs feraient pourtant bien de méditer le conseil de Trump, de ne "pas oublier les gens" et de "répondre aux voix des oubliés". C’est le peuple qui fait l’histoire.

Concernant les Etats-Unis, dont vous n’êtes pas spécialement un chantre, puisque vous aviez été très critique vis-à-vis des guerres des ères Clinton et Bush, spécialement celles d’ex-Yougoslavie et d’Irak, vous semblez aggraver votre cas lorsque vous n’hésitez pas, comme un nombre très limité de journalistes et intellectuels, à affirmer que le président américain Donald Trump n’est pas forcément aussi stupide que l’on croit et qu’il a même parfois pris des mesures ou des engagements qui vont dans le bon sens. Pourriez-vous nous en dire plus? Persistez vous également sur ce point? 

J’ai en effet critiqué la guerre faite aux Serbes, nos superbes alliés durant la Grande Guerre, qui ne voulaient pas avec raison du multiculturalisme islamisé que les Etats-Unis et leurs toutous – dont la France - voulaient leur imposer. Mais j’ai soutenu Bush dans son expérience de démocratisation de l’Irak ; j’ai regretté la décision d’Obama de retirer trop tôt les troupes américaines, avec les conséquences catastrophiques que cela a entraîné. Mais passons. Concernant Trump, j’ai compris très vite, avant son élection, qu’il valait mieux que sa caricature. Je le crois plus novateur que beaucoup de chefs d’Etat qui se gaussent, avec raison, de ses vulgarités. Non seulement je ne le crois pas sot, mais je suis bluffé par son intuition et par sa jubilation à éreinter le politiquement correct. Entre Macron et lui, le révolutionnaire n’est pas celui qu’on croit. Trump, qui a été élu avec le soutien des réseaux sociaux, invente une nouvelle manière de faire de la politique, en passant par-dessus les intermédiaires. Il est en train de réconcilier, justement, le peuple et la démocratie. Sauf scandales personnels, il peut être réélu, d’autant que sa politique économique fait des étincelles et que sa diplomatie est loin d’être erratique : c’est lui qui est derrière l’ouverture à la modernité de l’Arabie saoudite.

Bien que catholique, vous semblez ne pas être papolâtre, en tout cas vous n’êtes pas un inconditionnel du Pape François, qui vous paraît lui aussi céder à la tentation de l’islamiquement correct, est-ce là également une tendance lourde de l’Eglise depuis le Concile Vatican II, avant et après la parenthèse de Benoit XVI? 

Je reproche au pape d’appliquer la religion des droits de l’homme plus que la religion catholique. Jésus nous a dit : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même ». Or François ne cesse de culpabiliser ses ouailles, qui en viennent à oublier leur propre histoire et à se détester. C’est parce que le catholicisme a créé un grand vide que l’islam s’y installe. François ne fait rien pour l’en dissuader.

Le titre même de votre livre indique que vous ne faites pas partie de ceux qui voient dans le président français Emmanuel Macron un espoir pour réformer et renforcer la France face à ses dysfonctionnements internes et ses périls externes. Pourtant, il semble être déjà allé plus loin que Nicolas Sarkozy en matière de réformes économiques, puis a donné une véritable leçon de realpolitik à son prédécesseur François Hollande en matière de politique étrangère. Vous inscrivez-vous en faux contre cela? 

Je reconnais volontiers au chef de l’Etat d’avoir fait valser le vieux monde politique et de l’avoir obligé à se recomposer. Je l’appuie dans sa politique libérale et j’applaudis son ministre de l’Education, qui applique un conservatisme qui ne correspond en rien au progressisme dont se réclame Macron. Au plan international, Macron fait bonne figure, mais il est facile de briller après François Hollande, non ? Pour le reste, j’attends de voir. Sa menace de frapper la Syrie si elle devait franchir la ligne rouge me parait loufoque. S’il veut faire la guerre, les ennemis intérieurs ne manquent pas : eux franchissent tous les jours les bornes en humiliant la démocratie française et sa laïcité.

Concluons avec le président russe Vladimir Poutine, bête noire des faucons atlantistes, des démocrates américains qui tentent de disqualifier Donald Trump sur ses liens occultes supposés avec le Tasr russe, et en général de tous les adeptes du politiquement correct, d’où sa popularité au sein des mouvances droitières, souverainistes. Quelle est votre vision, apparemment assez équilibrée, de la Russie de Poutine? Y voyez-vous comme  beaucoup un danger géopolitique ou idéologique? 

Je me suis construit intellectuellement dans le rejet de la pensée totalitaire et de l’esprit de système, mais aussi dans l’exigence d’une liberté d’esprit et de parole préservée à tout prix. Je me méfie donc des régimes autoritaires et de leurs dérives dictatoriales. De ce point de vue, Poutine n’est pas mon idéal. Mais je lui reconnais une efficacité remarquable dans la défense de son peuple et je suis très sensible à cet aspect bien sûr. En tout cas, je ne le vois pas comme un danger et l’Occident aurait tort de l’exclure. Je n’oublie pas que c’est lui qui est venu au secours des Chrétiens d’Orient et qui a vaincu l’Etat islamique, notre ennemi commun. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

06.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

07.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Beredan
- 14/04/2018 - 22:42
Rioufol exécutant Aplati ...
.... un régal ... par ailleurs , toujours infatigable et incisif dans sa croisade contre le multiculturalisme béat , le politiquement correct et ses séides , journalopes inquisiteurs et stipendiés , soutiers du Grand Remplacement et du Lesbo-totalitarisme .
Vincennes
- 13/04/2018 - 15:09
Il n'y a pas assez de RIOUFOL...bravo pour cet article et merci
car, quelle tristesse de voir tous ces "béni oui oui" qui sévissent partout et se "groupent en meute comme avec Roux qui, pour défendre leur Macrounet, fait appel à la même clique : l'Obs//le Monde//Jeudy/Paris-Match/Barbier/Weil ..... les trois derniers que l'on retrouvent qq heures plus tard sur BFMTV afin qu'on entendent le MEME SON de CLOCHES (mot qui leur convient bien), sans oublier la clique de "C à vous" qui a consacré toute une soirée à Hollande !!! l'invitant même à diner A NOTRE BONNE SANTE......les français n'étant bons qu'à payer les distraction de ces journaleux socialos
winnie
- 11/04/2018 - 18:25
Cet andouille de Farrugia ,
devrait faire attention car en tant que juif, un jour ceux qu'ils défend se retournerons contre lui