En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

07.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 5 min 10 sec
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 56 min 2 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 1 heure 29 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 3 heures 39 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 4 heures 24 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 5 heures 53 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 6 heures 25 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 7 heures 32 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 7 heures 56 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 8 heures 25 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 29 min 6 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 1 heure 15 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 2 heures 11 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 4 heures 12 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 5 heures 42 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 5 heures 54 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 7 heures 28 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 7 heures 43 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 8 heures 3 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 8 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
Dentifrices empoisonnés et téléphones qui explosent

"Rise and Kill First" : le livre qui révèle les secrets de la stratégie israélienne d’élimination ciblée des ennemis de l’Etat hébreu

Publié le 07 février 2018
Dans un livre intitulé "Rise and Kill First", le journaliste Ronen Bergman évoque les milliers d’assassinats ciblés ordonnées par Israël, depuis la création de l'Etat hébreu.
Eric Denécé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Denécé, docteur ès Science Politique, habilité à diriger des recherches, est directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un livre intitulé "Rise and Kill First", le journaliste Ronen Bergman évoque les milliers d’assassinats ciblés ordonnées par Israël, depuis la création de l'Etat hébreu.

Atlantico : Le livre du journaliste Ronen Bergman parle de 2700 assassinats ciblés orchestrés par Israël. Est-ce que ce chiffre vous paraît crédible et comment l'expliquer ?

Eric Denécé : Malheureusement oui.

D'abord il faut rappeler que  cette tradition des éliminations ciblées a commencé dans les années 30 avant la création d'Israël et sous la direction d’Orde Wingate, officier britannique qui deviendra un général célèbre de la Seconde Guerre mondiale. Il avait créé dans les années 30 les Special Night Squads qui étaient composées de combattants juifs qui menaient des raids contre les villages arabes et procédaient à des éliminations.

A la création de l'Etat d'Israël cette tradition ne s'est pas totalement perdue. Initialement, les Israéliens pratiquaient plutôt des enlèvements (c'est ce qu'ils ont fait avec des anciens nazis). C’est à la suite des événements de Munich, en 1972, qu’ils ont décidé d'appliquer la loi du Talion. Le titre du livre "Rise and kill first" s'inspire d'un texte du Talmud qui dit "Si tu sais que ton ennemi veut te tuer, lève-toi d'abord et tue le en premier".

Evidemment 2 700 assassinats ciblés c'est énorme. Sur 70 ans cela fait près de 40 opérations par an. Mais Israël n'est pas le seul pays à avoir eu recours à ces pratiques. La France en a fait usage pendant la guerre d'Algérie et François Hollande a même admis que l'on y avait encore recours dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Mais ce sont surtout les Américains qui y recourent massivement, avec les frappes de drones de la CIA et les opérations spéciales du Pentagone.

Bien sûr, le cas d’Israël est particulier, car c'est un pays qui est en état de guerre permanente depuis 1948. Dans le conflit israélo-palestinien, les négociations n’ont jamais permis d’arrêter les affrontements. Face aux attentats, les Israéliens ripostent et essayent d'éliminer tous les leaders terroristes. Si l’'essentiel des cibles sont des Palestiniens, le Mossad cible également d’autres ennemis de l’Etat hébreu : des scientifiques iraniens travaillant sur le programme nucléaire de Téhéran, des étrangers fournissant d'armes à ses ennemis d'Israël (notamment à l’Irak de Saddam Hussein) et des dirigeants adverses (assassinat de généraux syriens). Et depuis une dizaine d’années, la cible privilégiée de ces opérations est le Hezbollah libanais.

Chaque fois, le but est décapiter les structures adverses et de les empêcher d’agir en éliminant leurs cadres les plus importants : leaders, stratèges, artificiers, responsables de l’approvisionnement en armes… Mais cela ne réduit pas la menace : ces actions parviennent seulement à la repousser.

Ces assassinats ont peu à peu évolués sur le plan technique. Les premiers étaient essentiellement des éliminations directes ; puis les attaques à l’aide d’explosifs se sont multipliées. Enfin sont entrés en jeu les drones armés, voire les avions de combat, capables de frappes chirurgicales grâce à la qualité des informations des services de renseignement ou à l’installation de balises.

Un certain nombre d’observateurs disent que ces assassinats ciblés sont du terrorisme d'Etat. C’est une erreur majeure. Nous avons affaire là à deux approches totalement différentes. Certes, dans les deux cas, ce sont bien des crimes, des meurtres, tout à fait condamnables d'un point de vue éthique. Ce n'est justifié que par la raison d'Etat.

Mais il y a  une différence fondamentale entre un assassinat ciblé et un acte terroriste. Dans le premier cas, il s’agit d’une opération complexe, que préparent et à laquelle participent plusieurs dizaines d’opérateurs de servies spéciaux. Ils travaillent pendant des mois pour éliminer une cibles définie, et souvent une seule, en cherchant à limiter au maximum les dégâts collatéraux, c’est-à-dire la mort d’innocents. Cela ne marche pas toujours, le Mossad a par exemple tué un innocent à Lillehammer, en Norvège, en 1973. Un acte terroriste est tout le contraire. C’est une opération – elle aussi préparée, quoique moins minutieusement, dont le but est de faire le maximum de victimes innocentes. Si ces deux types d’action sont critiquables, elles ne sont pas comparables.

A titre d’exemple, pendant la guerre d’Algérie, le général De Gaulle, afin de déterminer qui pouvait être éliminé, avait mis en place un Brain Trust Action et lui avait imposé des règles d’emploi assez contraignantes, notamment de ne jamais s’en prendre à citoyen français, fusse-t-il un opposant farouche.

Est-ce que le contexte suffit à expliquer cette négation du droit sous prétexte que la fin justifie les moyens ? Sont-elles vraiment efficaces lorsque l'on voit que la situation sur place n'a pas vraiment changé?

Eric Denécé : Oui, malheureusement, la situation sécuritaire d’Israël ou la lutte contre le terrorisme explique ces pratiques. Nous l’avons fait pendant la guerre d’Algérie, et les Britanniques l’ont fait encore plus récemment contre l’Irish Republican Army, en Ulster et à Gibraltar. Rappelons également que d’autres Etats y ont recours, la Turquie par exemple, contre les opposants kurdes.

Quant à l’efficacité réelle de ces assassinats ciblés, c’est une question fait débat. Que serait-il advenu si tel ou tel leader palestinien n’avait pas été éliminé ? Cela a-t-il réduit le danger ? C’est en réalité très difficile à évaluer.

Une des grandes questions que se posent ceux qui réfléchissent à ces méthodes, dans les services ou, plus rarement dans le milieu politique, est : "Si en 1937  on avait pu éliminer Hitler est-ce que l'on aurait évité la Seconde Guerre Mondiale?". Peut-être. Peut-être pas. Personne ne peut l’affirmer. Peut-être que le régime nazi se serait décomposé… ou peut-être Goering aurait-il repris le flambeau et aurait été pire qu’Hitler

Ainsi, ces assassinats ciblés peuvent avoir des effets très différents : soit déstabiliser un mouvement, soit au contraire nourrir l’esprit de vengeance des ses membres et accroitre l’antagonisme. Malheureusement, la deuxième issue est plus fréquente que la première. Et l’Histoire montre aussi que les organisations clandestines, comme la nature, ont horreur du vide. En éliminant un artificier du Hamas, est-ce qu'il ne sera pas remplacé ? Malheureusement si. Et en assassinant un scientifique iranien, est-ce que l’on ralentit vraiment le programme nucléaire de Téhéran ? Temporairement, tout au plus.

Finalement, le seul cas dans lequel ce type d’assassinat ciblé peut être trouver une justification acceptable, c’est lorsqu’il s’agit d’éliminer des individus prêts à passer à l’action, qui ne se rendront pas et qui vont provoquer la mort de nombreux innocents.

Au début des années 2000, avant de relancer leurs opérations d’éliminations ciblées des terroristes d’Al-Qaïda, les Américains ont fait réaliser par la RAND corporation une étude sur l’efficacité des ces pratiques. Elle a étudié les opérations françaises en Algérie, britanniques contre l’IRA, israéliennes, rhodésiennes et colombiennes. L’un des points les plus intéressants était le compte-rendu d’un échange sur ce sujet avec les Israéliens, qui dirent alors aux Américains qu’ils se posaient des questions. Après avoir éliminé la majorité des leaders palestiniens, ils s’étaient aperçu que cela ne suffisait pas à enrayer le terrorisme. Ils se sont alors mis à cibler systématiquement les cadres intermédiaires, pour « écrémer » les mouvements. Mais cela eut pour effet de détruire les hiérarchies opérationnelles, cela eut comme conséquence néfaste de provoquer l’émergence de multiples cellule autonomes, non centralisées, beaucoup plus difficilement détectables, imprévisibles, et difficiles à infiltrer.

Quelles peuvent être les conséquences d'un abus de ces "opérations homo" ?

Eric Denécé : Le risque est une forme d'accoutumance pour l'Etat qui les pratique et la systématisation du recours aux assassinats ciblés pour régler des problèmes qui pourraient sans doute être traités autrement. Le danger est que, lorsqu’un gouvernement dispose d’une unité dédiée à ce genre de missions, il soit tenté de l’utiliser. Cela peut entraîner des dérives. Mais en même temps, un Etat responsable, peut-il vraiment se priver d’une telle option, surtout s’il est en guerre ou menacé. C’est là un véritable débat moral.

Commander la version anglaise de "Rise and kill first" de Ronen Bergman

"Rise and kill first" de Ronen Bergman

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Stargate53
- 09/02/2018 - 09:56
C'est de la légitime défense !
Un état qui connaît des individus dangereux pour son avenir avec des risques avérés pour sa population et qui n'agit pas fait défaut à son devoir de protection ! Vivre en paix et sécurité est la règle impérative de tout gouvernement ! De toute façon, il ne faut pas être naïf, tous les états pratiquent des éliminations, avec plus ou moins d'efficacité ! Et dans ce monde tourmenté par des fanatiques et intolérants, religieux ou pas, restez inactif serait criminel ! Alors, que les belles âmes hypocrites s'en indignent, bien au chaud, de leurs pays civilisés, et coupé de la cruelle réalité mortifère, c'est un des travers de lé démocratie douillette. Mais, pourtant c'est simple : une mauvaise herbe arrachée ne repousse plus !
Outre-Vosges
- 08/02/2018 - 19:13
L'exemple de Skorzeny
Vous pourrez lire un article passionnant à ce sujet : http://www.tribunejuive.info/histoire/otto-skorzeny-le-nazi-qui-devint-un-tueur-du-mossad
ajm
- 07/02/2018 - 23:59
Le critère moral.
L'élimination de combattants volontaires clandestins ennemis qui.ne respectent aucune règles ou lois de la guerre en visant systematiquement le meurtre de civils , ce qui les caractérise comme "terroristes ", est plus morale que de tuer, dans le cadre d'une guerre classique, de jeunes conscrits qui n'ont rien demandé et dont l'action militaire se situe, elle, dans le cadre normal d'une guerre classique.