En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

ça vient d'être publié
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 7 heures 6 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 8 heures 22 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 9 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 12 heures 46 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 14 heures 57 min
pépites > Santé
Virus en sommeil
Une femme japonaise contracte le coronavirus une seconde fois après avoir été guérie
il y a 17 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
Double langage ?
Didier Guillaume arrache le micro d'un journaliste après une question sur l'abattoir Sobeval
il y a 18 heures 55 min
décryptage > Société
Réaction politique

Injustice intergénérationnelle : les dangers d'une génération extorquée

il y a 19 heures 50 min
décryptage > Politique
A mort !

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

il y a 20 heures 40 min
décryptage > Politique
Tri sélectif

Chasse aux ex-LR "trop conservateurs" : le pari politique risqué des LREM à Paris

il y a 21 heures 33 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 7 heures 40 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 9 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 12 heures 37 min
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 14 heures 15 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 17 heures 2 min
pépites > Santé
Coronavirus
Emmanuel Macron à la Pitié-Salpêtrière : "On a devant nous une épidémie" qu'il va falloir "affronter au mieux"
il y a 18 heures 31 min
décryptage > Politique
Réforme(s)

Edouard Philippe, patron de Licence IV, Bruno Le Maire, gérant d’auto-école

il y a 19 heures 31 min
décryptage > Politique
Passage en force

Recours au 49-3 : cet ultime baril de poudre qu'Emmanuel Macron roule dans la fabrique d'allumettes

il y a 20 heures 22 min
décryptage > Défense
Graal du XXIeme siècle ?

Défense : le retard technologique de la France s’accumule

il y a 20 heures 58 min
décryptage > Politique
Casse-tête

Retraites : 49.3, retrait ou "bidouille", quel chemin de sortie de crise serait le moins dommageable pour Macron ?

il y a 21 heures 51 min
© Pixabay / RaphaelaFotografie
© Pixabay / RaphaelaFotografie
Vent dans les voiles

Et la croissance revint… : ce que nous devrions en faire pour préparer l’avenir de la France au mieux

Publié le 07 février 2018
Si la tentation est grande de dépenser les produits d’une croissance retrouvée, il semble plus judicieux de mettre à profit cette embellie pour améliorer la situation économique du pays.
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si la tentation est grande de dépenser les produits d’une croissance retrouvée, il semble plus judicieux de mettre à profit cette embellie pour améliorer la situation économique du pays.

Atlantico : "Plus forte croissance économique de la zone euro depuis près de 12 ans en janvier", ce sont par ces mots que Markit présentait sa dernière note relative au climat économique de la zone euro, venant ainsi souligner une nouvelle fois le retour en forme du continent. Markit ajoute " La France prend la tête du classement des pays par Indice PMI en janvier, le taux d’expansion restant stable par rapport à décembre dans l’Hexagone et proche de son pic de près de 6 ans et demi atteint en novembre. ". Dans un tel contexte, quelles seraient les priorités pour un gouvernement ayant l'ambition d'assurer un avenir économique solide au pays ? Comment profiter de ce mouvement ?

Un taux de croissance traduit la capacité d’un pays à produire un surcroît de richesse. De ce point de vue, l’année 2017 a été bonne pour la France, meilleure même qu’espérée. Le Produit intérieur brut (PIB) a progressé de 1,9% contre 1,1% en 2016. Et cette tendance positive pourrait s’accentuer en 2018 avec un taux supérieur à 2%, tout à fait envisageable. Ceci signifie davantage de revenus pour les ménages, davantage de recettes pour les finances publiques de l’État et les organismes de Sécurité sociale. Dès lors, la question du bon usage de ce surcroît de richesse est immanquablement soulevée.

Cette question s’est déjà posée en 1999-2000 (Gouvernement Jospin) où l’on a débattu sur l’usage d’une « cagnotte fiscale » créée par un bon niveau de croissance. Les sommes furent employées à des allègements fiscaux plutôt qu’à diminuer le déficit et l’endettement du pays.

Avant d’y répondre, il convient de savoir si ce surplus est conjoncturel ou structurel. On le saura dans quelques mois. D’autre part, ne cédons pas à l’illusion d’une quelconque cagnotte. Elle n’existe pas !

Car la tentation serait grande de dépenser les produits d’une croissance retrouvée. Une erreur, telle que celle réalisée il y a près de 20 ans, ne devra pas être répétée car la France est un pays qui a du mal à contrôler ses dépenses. Il faut mettre à profit cette embellie pour améliorer la situation économique du pays car l’effort sera plus facile à absorber qu’en période de disette budgétaire. Elle doit permettre de rendre la France plus performante, plus compétitive, à être mieux gérée et à transformer l’Etat. Ainsi, si cet excédent de recettes est conjoncturel, il me semble de bon ton que les nouvelles recettes servent notamment à réduire le déficit budgétaire d’autant que les taux d’intérêt remontent. En revanche, s’il est structurel, il pourrait, dans des proportions à déterminer, servir à des dépenses d’investissement et/ou à des baisses d’impôt et à apurer le passif.

Mais, quelles que soient les mesures envisagées, elles ne seront acceptées par les Français que si elles s’appliquent à tout le monde. Or, parmi les premières décisions prises par le Gouvernement Philippe, il y a plusieurs mesures qui ont allégé la charge fiscale des plus hauts revenus. L’objectif est d’encourager un esprit d’entreprise dont la France a effectivement besoin.

Dès lors, n’allons pas plus loin, pour l’instant, dans la transformation du pays avant de s’assurer que ces mesures n’aient produit des effets au bénéfice de l’ensemble de la population.

Si certains veulent mettre l'accent sur la réduction des dépenses et de la dette, d'autres préfèrent soutenir l'investissement. Comment faire la part des choses entre des injonctions contradictoires et quelle serait la stratégie la plus efficace pour renforcer l'économie du pays ? 

L’INSEE a annoncé, fin janvier, que la France avait connu, en 2017, un taux de croissance inégalé depuis 2011 (+2,1%). Ce bon chiffre n’est pas le seul à indiquer la robustesse de la reprise : l’investissement des entreprises et les créations d’emplois sont également bien orientés. Mais, en dépit de ces bons chiffres, les séquelles de la crise restent présentes avec des taux de chômage et d’endettement élevés.

Aujourd’hui, les entreprises utilisent de plus en plus leurs capacités de production mais les chefs d’entreprise commencent à signaler de plus en plus des difficultés de recrutement et, ce, alors que le pic économique n’est pas encore atteint et que l’activité française n’a pas retrouvé le sentier de croissance qui était le sien avant 2008. En effet, selon certains prévisionnistes, en gommant les effets de la crise, la croissance enregistrée actuellement est inférieure d’un peu moins de 10% au niveau atteint il y a près de 10 ans. Cette situation ne permet pas d’anticiper un rattrapage d’autant que la croissance potentielle est de l’ordre de 1,3%.

Ce type de contraintes risque de ralentir l’activité et d’être une entrave à la reprise. La faiblesse de la qualité de la formation professionnelle, l’érosion du tissu industriel… sont quelques marques de faiblesses fondamentales. Plusieurs réformes touchant la formation continue, l’apprentissage… notamment s’avèrent ainsi nécessaires à un redressement satisfaisant du pays. Elles doivent permettre de relever ces défis mais la correction de ces handicaps prendra, sans nul doute, du temps.

La bonne santé de la zone euro n'est-elle pas également une fenêtre d'opportunité pour renforcer la zone euro ? De quelle manière ?

La croissance économique de la zone euro a atteint, en moyenne, pour les 19 Etats-membres, 2,5% en 2017. La zone euro continue ainsi d’afficher une reprise économique étonnamment robuste en dépit du Brexit, de la crise catalane ou des incertitudes engendrées par la perspective de plusieurs élections nationales décisives.

Or, les répercussions mondiales de la crise financière et de la crise des dettes souveraines l’ont démontré : les réalités économiques évoluent plus rapidement que les réalités politiques. L’Europe est confrontée à une période de transformation. Les crises ont révélé les faiblesses structurelles de l’économie européenne et nous devons admettre que l’interdépendance accrue de nos économies impose de réagir de manière plus résolue et plus cohérente au niveau politique.

Ainsi, l’Europe doit changer pour gagner la bataille de la croissance et de l’emploi d’autant que le débat est en train de s’imposer en Europe. En effet, les propositions de réforme de la zone euro ne manquent pas. Le bal a été ouvert, le 26 septembre, par Emmanuel Macron dans son discours de la Sorbonne. Puis, la Commission européenne a proposé, le 6 décembre 2017, une feuille de route pour approfondir l’Union économique et monétaire et, le 17 janvier 2018, 14 économistes franco-allemands ont montré qu’une convergence était possible pour réformer la zone euro et conforter la monnaie unique.

Au plan économique, la politique monétaire doit être plus favorable à la croissance. Un euro plus faible permettra de relancer la compétitivité des entreprises européennes. Les pays qui connaissent une forte reprise, à l’image des États-Unis, ont une politique monétaire qui soutient leurs entreprises.

Ensuite, au plan budgétaire, une différenciation opportunément choisie doit être indispensable. La politique budgétaire doit être plus flexible pour ne pas étouffer la demande. Le rythme de réduction des déficits doit donc être compatible avec des objectifs de croissance et une situation de faible inflation. Ceci permettrait d’avancer dans la même direction à des rythmes différents selon une intégration à plusieurs vitesses, sans laisser d’États membres sur le côté.

Avec cet impératif de la refondation, nous sommes de nouveau convoqués à repenser l’Europe alors que sa mue n’est pas complètement finie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 06/02/2018 - 23:41
Ne rien faire surtout
A la limite , on pourrait se demander si ce que notre gouvernement pourrait faire de mieux, et nos politiques Français en général, c'est justement surtout NE RIEN FAIRE, tellement leur nuisance congénitale et leur nullité intrinsèque et agitée est effrayante.
vangog
- 06/02/2018 - 22:02
Dangereux de dépenser les profits de la croissance ???
Quelle croissance? Quels profits?...
alize55
- 06/02/2018 - 13:06
Pour....
....1 € de croissance 3 € de dette, c'est sûr c'est une croissance saine !!!