En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

05.

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

06.

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

07.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
Very bad trip
Etats-Unis : à 5 ans il amène de la cocaïne à l'école
il y a 13 heures 1 min
pépites > Justice
Aucun remord
Bilal Taghi, le premier homme à avoir fomenté un attentat djihadiste en prison, jugé dès ce mardi
il y a 14 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 16 heures 20 min
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 18 heures 46 sec
pépite vidéo > Politique
Décentralisation
François Baroin : "la fédération des volontés locales" plus importante "qu'un pouvoir très centralisé"
il y a 18 heures 24 min
décryptage > Justice
Je baise la France jusqu'à l'agonie

Pourquoi il faut laisser s'exprimer Nick Conrad

il y a 18 heures 44 min
décryptage > Politique
Adieu Jupiter!

Hollande c'était "moi je " : Macron c'est "bibi"

il y a 18 heures 55 min
décryptage > Société
Bonne solution ?

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

il y a 19 heures 5 min
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 21 heures 19 min
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 23 heures 16 min
pépites > Politique
Sauvetage
Congrès des maires de France: Emmanuel Macron dit avoir "tant appris" des élus
il y a 13 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 16 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 16 heures 29 min
Couette tueuse
Le mystère de la couette tueuse enfin élucidé !
il y a 18 heures 5 min
décryptage > Politique
Perte d'autorité

L’autorité de l’Etat ne sera pas restaurée par la violence

il y a 18 heures 35 min
décryptage > Economie
La traque

Mais pourquoi traquer la fraude fiscale ?

il y a 18 heures 49 min
décryptage > Science
Kesako ?

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

il y a 18 heures 58 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 18 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 20 heures 1 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 21 heures 23 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 23 heures 34 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Business

La loi Pacte, l’arme encore secrète que Bercy prépare pour relancer le train de reformes et délivrer (enfin) des résultats

Publié le 05 février 2018
Avec la loi « Pacte », Bruno Le Maire met Bercy à la manœuvre pour relancer les réformes et délivrer enfin des résultats à travers une loi pro-entreprises.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec la loi « Pacte », Bruno Le Maire met Bercy à la manœuvre pour relancer les réformes et délivrer enfin des résultats à travers une loi pro-entreprises.

Le « Pacte » est une loi à destination des entreprises qui sera présentée en avril et Bruno Le Maire est bien décidé à aller très loin. Il a mobilisé Bercy et une pléiade d’experts pour dégager quelques axes stratégiques afin de débloquer le monde des entreprises qui reste paralysé. 

Parce que les chefs d’entreprise, notamment multinationales, ont passé un mois de janvier euphorique parce qu’ils considèrent que le climat intérieur et les perspectives extérieures leur sont très favorables. Mais la France profonde n’en profite guère. Le taux de croissance s’est amélioré de 1,9%, mais pas de quoi pavoiser. Il n’est pas meilleur que la moyenne européenne. Cette croissance est sans doute solide et durable compte tenu d’investissements importants. Mais là encore, il ne faut pas s’aveugler, le chômage ne va pas disparaître pour autant. Les créations d’emplois sont plus nombreuses (150 000) mais elles ne compensent pas les pertes d’emplois et les nouvelles arrivées sur le marché. Bref, le redressement de l’économie ne se traduit pas par des résultats tangibles. 

Plus grave, la France n’a jamais été autant divisée qu‘aujourd’hui, entre ceux qui s’inscrivent dans la mondialisation et la modernité technologique et ceux qui en sont exclus ou qui s’en sentent exclus. 

Dans les gagnants, il y a bien sur les chefs d’entreprise, les personnes d’encadrement, les professions libérales, beaucoup de commerçants et d’artisans, tous ceux qu'on appelle dans les statistiques, les CSP+. Ces gagnants-là habitent de plus en plus dans des métropoles qui en France grossissent très rapidement, comme la région parisienne, la vallée de la Seine, Paris, Rouen, Le Havre, Toulouse, Bordeaux, Nice, Lyon et la région Rhône Alpes. 

Parmi les perdants, on trouve une majorité de gens sans formation ou perdus et dépassés, on trouve tous les sinistrés des délocalisations opérées dans les dix dernières années et qui vivent dans les villes moyennes de province devenues des déserts industriels et commerciaux. Cette population est tentée par l’abstention ou par le vote populiste de l’extrême gauche ou de l’extrême droite qui se rejoignaient souvent. 

On y trouve aussi les personnels de la fonction publique qui sont confrontés aux réalités les plus douloureuses de l’évolution de la société. D’où la grogne des gardiens de prison qui sont asphyxiés, des personnels de maisons de retraite qui sont épuisés et découragés, sans parler des professeurs des écoles qui travaillent dans les zones difficiles. 

Cette réalité a tendance à brouiller l’image d’une France combattante et gagnante sur laquelle s’appuie le président de la République. D’où la baisse de popularité dans les sondages qui touche le président, le Premier ministre et d’une façon générale, la majorité. 

En théorie, tout le monde est d’accord pour penser qu’il faudra aller très loin dans les réformes pour « décongeler » l’économie française, et tout le monde compte sur le « Pacte », parce qu’il touchera, entre autres, des petites et moyennes entreprises qui sont implantées sur les territoires déclassés.

Le « Pacte », c’est d’après Bercy, « le plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises (PACTE) ». Il ambitionne de donner aux entreprises les moyens d’innover, de se transformer, de grandir et de créer des emplois. Élaboré selon la méthode de la co-construction avec tous les acteurs, ce plan va accoucher d’un projet de loi au printemps 2018.

En fait, c’est un projet un peu fourre-tout qui devrait compléter les ordonnances, dont beaucoup estiment qu’elles sont été un peu timides sur les mesures de déverrouillage. 

L‘idée, en dehors des procédures politiques et des consultations préalables, est de sortir un dispositif qui décoince le développement des entreprises. 

D’après les équipes de Bercy qui travaillent pour Bruno Le Maire et surtout d’après les chefs d’entreprise, experts et parlementaires qui ont été auditionnés sur une trentaine de mesures envisagée par le ministre, ainsi que 10 000 retours de la société civile après consultation, ce pacte pourrait être une loi de décoinçage, pour faire grossir et protéger le tissu industriel et participer à la réduction de la fracture sociale. 

On tournerait autour de 4 axes. 

1er axe : la réforme des seuils sociaux et fiscaux qu’on aurait du introduire dans les ordonnances, mais qu’on avait abandonnée craignant la fronde des partenaires sociaux. Cette fois-ci, on est bien décidé à y aller, de façon à permettre aux petites entreprises de grossir sans avoir à supporter des contraintes pour lesquelles elles ne sont pas outillées 

2e axe : renforcer l’intéressement des salariés de façon à créer des socles d’actionnaires proches de l’entreprise. L’objectif serait que cet intéressement permette aux salariés d’atteindre 30 % du capital des entreprises. Parallèlement à l’intéressement, le Pacte proposerait de renforcer la participation des salariés à la gouvernance des entreprises, c’est à dire au conseil d’administration. 

3e axe : Introduire par le biais règlementaire et fiscal, un fléchage de l’épargne vers les entreprises. Le moyen le plus efficace serait de favoriser les investissements en action d’entreprise – les unités de compte de l’assurance-vie qui est actuellement engagée principalement sur des obligations d’état, avec le fonds euros à capital garanti. L’idée est l’encore de constituer des fonds de pension ou d’investissements à la française. Ceci dit, cette réforme ne verra vraiment le jour que lorsque les besoins en financement de l’Etat et des collectivités publiques auront reflué. 

4ème axe : Modifier et élargir l’objet social de l’entreprise. Une réforme très sensible et assez compliquée à mettre au point. Actuellement, l’objet social de l’entreprise en fait un lieu de création de richesse. Il reprend simplement la nature de l’activité que couvre l’entreprise. Elargir cet objet social reviendrait à reconnaître que l’entreprise n’a pas pour seul objet de produire et vendre sur un marché, mais aussi de respecter des contraintes sociales et de poursuivre des objectifs sociaux et environnementaux. Et c’est vrai, si l’entreprise veut performer, elle doit s’inquiéter de son climat social et de son écosystème. Beaucoup d’entreprises en sont conscientes. Rendre obligatoire la réalisation d’objectifs sociaux ou environnementaux peut lui poser des problèmes juridiques assez compliqués dans le cas où les objectifs qu’elle s’est fixée ne seraient pas atteints.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

05.

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

06.

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

07.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerard JOURDAIN
- 05/02/2018 - 15:58
+1 @vauban
Deux lignes et le plan Marchal est juste à réaliser.

Bravo à Vauban....Vous devez avoir tous les diplômes du monde pour réaliser une telle synthèse...!
Les énarques, eux mêmes, n'y arrivent pas!!
kelenborn
- 05/02/2018 - 13:09
Bon ben tout est dit
Faut pas attendre de JMS de l'imagination! Quand il dit quelque chose d'intéressant c'est qu'il a trouvé ça ailleurs!!! On peut faire tout ce que l'on veut mais il y a un préalable : virer de la constitution de principe de précaution inscrit par Chirac et accessoirement virer Hulot! Rappelons que le PIB par habitant de l'Allemagne qui était égal à celui de la France après la réunification est supérieur de 20% aujourd'hui ! Et que celui des USA , qui avait à peu près été rejoint en 1970 est aujourd'hui de 40% supérieur! Oui mais la bas il y a Trump, ici il y a Macroléon Philanas Frog et Bruno Lemaire !!! c'est dire!!!!
vauban
- 05/02/2018 - 12:40
Blablablabla
Encore et toujours du Pipo
Les solutions:dégraissage de l 'état et baisse des fiscalités,impots et taxes,+immigration zéro pour une décennie