En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
Bras de fer
Menacée d’être déclarée pays non musulman pour ses réformes sociétales, la Tunisie face à la pression sunnite venue d’Egypte
Publié le 01 février 2018
Mohamed Chahat El Jondi, cheikh d'Al-Azhar a accusé le gouvernement tunisien de "s’attaquer aux constantes de l’Islam" après l'annonce de la légalisation d'une égalité homme-femme sur l'héritage et le mariage. Une rumeur d'excommunication du pays (démentie par l'université coranique) a même circulé un temps sur internet le 31 janvier.
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mohamed Chahat El Jondi, cheikh d'Al-Azhar a accusé le gouvernement tunisien de "s’attaquer aux constantes de l’Islam" après l'annonce de la légalisation d'une égalité homme-femme sur l'héritage et le mariage. Une rumeur d'excommunication du pays (démentie par l'université coranique) a même circulé un temps sur internet le 31 janvier.

Atlantico : Mohamed Chahat El Jondi, cheikh d'Al-Azhar a accusé le gouvernement tunisien de "s’attaquer aux constantes de l’Islam" après l'annonce de la légalisation d'une égalité homme-femme sur l'héritage et le mariage. Une rumeur d'excommunication du pays (démentie par l'université coranique) a même circulé un temps sur internet le 31 janvier. La Tunisie doit-elle craindre les jugements d'une des plus vieilles universités musulmanes du monde (970) ?

Alexandre Del Valle : Ce qu'il se passe, c'est qu'en Tunisie récemment, le pouvoir en place, qui est composé de plusieurs partis mais dont le Président est un bourguibiste historique, a réussi à faire passer une loi - avec les forces féministes et anti-islamistes – que les islamistes d'Ennahdha n'ont pas réussi à empêcher, qui permet à une Tunisienne d'épouser un non-musulman. Et donc qui donne l'égalité de mariage pour hommes et femmes. D'habitude, dans un pays musulman et même laïc, une femme musulmane ne peut épouser un homme musulman, l'inverse étant cependant possible. C'est une avancée révolutionnaire, parce qu'elle abolit les inégalités hommes-femmes et entre musulmans et non-musulmans.

C'est vraiment un des points fondamentaux dans les quatre écoles coraniques de l'Islam. De nombreux penseurs d'Al-Azhar ont condamné pour moins que ça des libéraux ou réformistes égyptiens. Certains oulémas du Caire avaient pris l'habitude d'excommunier les apostats (ce que deviennent chaque femme qui épouse un mécréant parce que la religion passe par l'homme en Islam). Les tribunaux peuvent suivre les indications de l'université en termes d'interprétation de la Charia, et sur ce point, Al-Azhar a un pouvoir énorme.

Voilà l'enjeu. Aujourd'hui, ce que fait la Tunisie en matière de loi équivaut à ce qui faut à des libéraux, religieux y compris, d'être excommunié en Égypte il y a quelques années. C'est pour cela que la rumeur d'une "excommunication de la Tunisie" a circulé. Mais vous le savez, les lois de la politique sont impénétrables. Ce que l'université peut faire contre un intellectuel libéral pas trop proche du pouvoir, elle ne le peut face à un pays, un État ou un gouvernement.

Ce qu'on peut craindre en revanche, c'est une montée des tensions entre Al-Azhar et certains éléments qui voudraient une réforme de l'Islam. Mais on en est très loin.

Faut-il s'attendre à ce que les oulémas égyptiens déstabilisent l'équilibre gouvernemental tunisien, qui implique des islamistes ?

Oui, ce serait possible. Il y a une vraie discussion entre les partisans d'Al-Azhar et les réformistes derrière Sissi de l'autre. On a un grand débat en Égypte, mais Al-Azhar ne coopère pas. L'université a même refusé d'excommunier des terroristes en déclarant que leurs actes sont condamnables en matière de violence, mais on ne peut condamner leur foi parce que toute leur foi est musulmane. Ce qui est incroyable parce qu'Al -Azhar ne prend pas de tels gants quand il s'agit de condamner des libéraux. Le président Al-Sissi a tenté de faire obtempérer Al-Azhar, sans succès. Même en Arabie Saoudite, la condamnation du djihadisme est plus importante chez certains salafistes d'Arabie Saoudite, qui sont obligés d'écouter le Roi. C'est très grave. Car l'une des mesures qu'on pourrait prendre contre eux, ce seraient de les éloigner de leurs frères par l'excommunication.

La question d'Ennahdha est plus compliquée. Ce sont des Frères Musulmans historiques, qui ont cependant évolué et font profil bas pour participer à la reconstruction démocratique de leur pays. Certains y voient de la taqqiya, tant le chef historique Rached Ghannouchi n'a jamais été un modéré dans le passé. Mais il semble mettre de l'eau dans son vin. Certains disent que c'est une tactique pour survivre, notamment parce que la Tunisie est pionnière dans le domaine des droits des femmes ou de séparation du politique et du religieux, et qu'ils savaient donc que la Tunisie ne tolèrerait pas leur islamisme pur et dur.

Demain Al-Azhar accueille le Conseil de la ligue arabe. Le cadre tendu entre le pouvoir et les religieux pourrait-il mener à une condamnation du choix de Jérusalem comme capitale d'Israël ?

Je pense qu'il y aura une condamnation. Al Azhar, pour des raisons historiques, tient encore plus à l'islamité de Jérusalem que l'Arabie saoudite. Jérusalem est devenu le troisième lieu Saint de l'Islam lors de la conquête de l'Égypte par Omar, qui avait voulu utiliser ce lieu et sa portée spirituelle à des objectifs géopolitiques. Mahomet avait lui-même renoncé à Jérusalem de son vivant. Il avait "rompu la Qibla" vers Jérusalem, et c'était tourné pour prier vers La Mecque. Mais c'est donc en Égypte que Jérusalem a acquis, lors de sa conquête avec la mosquée d'Omar etc. Il est donc probable que l'Égypte ait plus de mal à avaler la couleuvre.

En revanche, bizarrement, l'Arabie saoudite en fait moins une question de principe et semble prête à un plan de paix fait avec les Américains.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Castaner : l'inconnue n'en était pas une (et peut-être pas la seule); Foresti rit au soleil, Laeticia Hallyday & Paris Jackson dépriment à L.A; Meghan engage un coach "gestion de bébé"; Public voit un enfant pour Jenifer et une joueuse du PSG pour MBappé
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
05.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
06.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
07.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
01.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
02.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Révolution silencieuse ? Un groupe de physiciens armés d’ordinateurs quantiques a réussi (en quelque sorte) à remonter dans le temps
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
06.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 02/02/2018 - 06:59
ah j'aime bien Del Valle
C'est toujours 10 mots quand deux suffiraient et puis le haut de la page 2 quand il parle de mettre de l'eau dans son vin s'agissant d'un islamiste et aussi de la participation des frères musulmans à la reconstruction démocratique!!! trop drôle! Au fait, BHL ne pourrait pas nous parler des printemps arabes ?
Anouman
- 01/02/2018 - 20:26
Tunisie
Il est bien dommage qu'ils aient échappé à l'excommunication, c'est ce qui aurait pu leur arriver de mieux pour avoir un faible espoir de sortir du moyen-âge.
ISABLEUE
- 01/02/2018 - 13:25
ah, les "rumeurs" dans ces pays
encore un complot siounistes