En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© LOIC VENANCE / AFP
Business
Bernard Arnault est à l’image de la France : génial dans l’industrie du luxe, mais empêtré chez Carrefour
Publié le 27 janvier 2018
Bernard Arnault et Emmanuel Macron ? Même combat ! D’un côté, une France brillante, avec des entreprises comme LVMH. De l’autre, une France frileuse au changement, comme Carrefour.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Arnault et Emmanuel Macron ? Même combat ! D’un côté, une France brillante, avec des entreprises comme LVMH. De l’autre, une France frileuse au changement, comme Carrefour.

Avec LVMH, la France possède probablement sa plus belle entreprise où son savoir-faire est pleinement représenté. Avec Carrefour, elle donne plutôt l’exemple de ses difficultés à se réformer.

En moins d’une semaine, le monde des affaires a découvert, médusé, l’état dans lequel se trouvait le navire amiral de la grande distribution, Carrefour. Et il faut qu’il soit mal à ce point pour que son nouveau président, Alexandre Bompard, détaille un plan stratégique qui ressemble àune transformation radicale de son fonctionnement et de son modèle.

Quelques jours plus tard, c’est le groupe LVMH qui publie ses résultats 2017, avec un chiffre d’affaires en croissance de 12%, deux fois mieux que l’année précédente, à plus de 42 milliards d’euros et 5 milliards de profit net. Un record.

Le paradoxe dans cette affaire c’est que les deux groupes sont sous la coupe du même homme : Bernard Arnault, parce que B.A., comme on dit dans le monde des affaires, est le créateur de LVMH, mais il est aussi un actionnaire important de Carrefour.

1er point : Sous les projecteurs des salons les plus huppés du monde, Bernard Arnault est le créateur et l’animateur du groupe LVMH. En trente ans, il en a fait le numéro 1 mondial dans le secteur du luxe. Une série d’entreprises françaises qui historiquement produit en France, mais qui a tout compris des exigences nouvelles du consommateur, des ressorts de la compétitivité, du digital et surtout de la mondialisation, puisque plus de 80% de l’activité du groupe se développe à l’étranger. Tout compris. LVMH est devenu l’entreprise la plus puissante de l’Hexagone, la première apporteuse de devises. Autant que l’industrie agro alimentaire.

Alors, il n’y a pas de secret dans le succès mondial de LVMH, de Dior, de Vuitton et de tout le florilège de marques plus prestigieuses les unes que les autres. Il n’y a pas de secret, il y a simplement une formidable détermination à appliquer les fondamentaux d’un management moderne. Une connaissance exceptionnelle des marchés et des ressorts du consommateur, une qualité de produits, une capacité à réagir et à innover à la fois sur le terrain technologique et commercial et un pouvoir d’attirer et de fidéliser les meilleurs talents.

D’une certaine façon, LVMH apporte la preuve qu‘une organisation peut se réformer en permanence et s’adapter aux évolutions du monde tout en participant à cette mutation. LVMH, c’est un morceau de cette France qui a toujours su dans son histoire être extrêmement brillante. C’est l’image du géniefrançais.

2e point, ce génie français a aussi une part moins facile. Ce qui est intéressant, c’est que parallèlement, Bernard Arnault est actionnaire important de Carrefour depuis dix ans ou presque, et il a beaucoup de mal à faire voguer ce navire amiral de la grande distribution.Le plan de redressement présenté cette semaine est courageux parce qu’il est gigantesque et sans doute très compliquéà mettre en œuvre.

Carrefour a, en un demi siècle, acquis une puissance mondiale considérable.Il a inventé la grande distribution du 20ème siècle, il a imposé un modèle qui a impacté toute la vie quotidienne. Mais Carrefour étaittellementpuissant et tellement riche qu’il n’a pas vu que le monde allait changertrès vite à partir des années2000.Il n’a pas voulu reconnaitre que la technologie digitale allait accélérer l‘émergence d’un consommateur aux exigences et aux pratiques totalement nouvelles. Résultat : Carrefour a vu arriver, sans les prendre au sérieux, les précurseurs du e-commerce, jusqu’au moment où Amazon l’américain et Alibaba le chinois sont apparus comme capables d’avaler tout ce qui bouge dans le secteur.

Alors, Alexandre Bompard, fort du crédit gagné pour avoir sauver la FNAC et Darty, a été appelé par les actionnaires pour apposer ses mains imbibées de digital sur cette entreprise mal en point qu’est Carrefour.

Le pari est effectivement courageux parce que le plan de transformation va changer radicalement lastratégie, l’organisation et l’ambition. Et l’homme qui a voulu ce changement, c’est Bernard Arnault.

Ce qui est intéressant, c’est que le champ d’action de Bernard Arnaud est à l‘image de celui que doit occuper Emmanuel Macron. Parce que la France aussi est formidablement brillante dans certains secteurs. Brillante, moderne, ouverte sur l’extérieur, gourmande d’innovation comme LVMH.

Mais d’un autre côté, on sait bien que la France a du mal à se réformer, installée dans ses habitudes, ses richesses accumulées, ses archaïsmes qui la paralysent, comme Carrefour.

Arnault-Macron même combat sur deux terrains différents, mais avec les mêmes objectifs et surtout les mêmes contraintes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Quand Bret Easton Ellis atomise la “Génération Chochotte”
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
05.
La honte de l’empereur : loin du soleil d’Austerlitz, l’ombre infamante de la bataille de Toulouse
06.
De mystérieux investissements immobiliers de Qatar Charity en France
07.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
05.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
06.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Citoyen-libre
- 28/01/2018 - 10:19
La dictature de la grande distribution
Ca fait 20 ans que l'internet est opérationnel. On lui avait immédiatement donné le nom de l'e-économie. On savait qu'un bouleversement arrivé Amazon, immédiatement a été le premier à vendre le concept de la Fnac. Aujourd'hui des salariés vont payer les errances et les erreurs de stratégies de dirigeants incapables d'avoir anticipé le changement des modes de consommation et les besoins des consommateurs. C'est la double peine, car Carrefour, comme ses copains, depuis 40 ans exercent une véritable dictature sur l'économie française. De part leur puissance commerciale, ils ont mis tous les fournisseurs à plat ventre. Quel qu'il soit. Ils ont imposé la malbouffe dans tous le pays, ils ont obligé les fournisseurs et les agriculteurs à produire et à fabriquer littéralement de la merde. D'autres pays comme l'Allemagne ont anticipé et limité l'influence de cette hégémonie économique. Leurs prix sont inférieurs de 20 % et la qualité sans doute meilleure. Mais en France, la cupidité des politiques passe bien avant l'organisation des territoires. Maintenant comparer le luxe mondial au commerce banlieusard, je laisse ça au seul économiste qui a anticipé la crise de 2008....mais en 2009.
cloette
- 27/01/2018 - 15:46
si j'ai bien compris Carrefour est en difficulté
à cause d'Amazon qui vend de l'alimentaire . Au fait on ne parle plus des voitures Uber , et les taxis ont l'air contents ( ils sont tous aimables ,j'en ai pris deux hier ) Donc on achète sa nourriture par internet ,pourquoi pas ? mais j'aimerais aussi qu'elle soit préparée en plats tout prêts ,c'est possible ?
ajm
- 27/01/2018 - 15:28
Secteur en mutation totale.
Carrefour n"est pas une boîte de merdre , c'est simplement une boîte dont le modèle économique est bouleversé. Les autres acteurs du secteur en Europe et en France particulièrement, ont, plus ou moins, les mêmes problèmes.