En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

04.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

05.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

06.

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

07.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

05.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 5 min 16 sec
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 3 heures 3 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 3 heures 41 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 4 heures 4 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 23 heures 33 min
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 1 jour 5 min
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 1 jour 2 heures
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 1 jour 3 heures
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 3 heures 11 min
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 3 heures 29 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 3 heures 54 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 22 heures 46 min
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 23 heures 46 min
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 1 jour 22 min
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 1 jour 2 heures
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 1 jour 2 heures
pépite vidéo > International
NIGER
Six humanitaires français tués au Niger
il y a 1 jour 3 heures
© REUTERS/Stephane Mahe
© REUTERS/Stephane Mahe
French Tech

Vieille et nouvelle industrie : faut-il vraiment choisir ?

Publié le 10 janvier 2018
Depuis que les commentateurs ont (enfin !) compris qu’il se passait quelque chose avec les nouvelles technologies, je vois apparaitre des jugements définitifs sur des entreprises qui sentent le « vieux » tandis que les start-ups sont déifiées.
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis que les commentateurs ont (enfin !) compris qu’il se passait quelque chose avec les nouvelles technologies, je vois apparaitre des jugements définitifs sur des entreprises qui sentent le « vieux » tandis que les start-ups sont déifiées.

Un exemple récent « la technologie française en démonstration à Las Vegas », c’est la « French Tech » à la conquête du monde avec des produits futuristes qui font fantasmer. Tout se passe comme si, ayant accepté d’avoir raté l’étape de la mondialisation, on reportait collectivement tous nos espoirs d’expansion sur le neuf, les produits de « rupture », les « énergies renouvelables », l’intelligence artificielle…un enthousiasme qui percole dans tous les territoires avec des initiatives nombreuses et, il faut le dire un peu désordonnées, heureusement souvent favorisées par la vision d’ensemble de la Banque Publique d’investissements (BPI) et ses délégués régionaux. Je suis persuadé, comme eux, que le numérique est une chance pour la France, que nous avons les compétences, les volontés et les moyens de réussir. Tout ce qui sera fait en ce sens par les uns et par les autres ne peut qu’être bénéfique au pays et je me réjouis en traversant le pays de voir tous ces jeunes se passionner pour les nouvelles techniques et leurs applications.

Mais pour transformer toute cette effervescence salutaire et encourageante en succès il faut aussi prévoir les conditions de la croissance des activités, c’est-à-dire que le rachat d’innovations françaises par les fameux GAFA américains ou par leurs homologues chinois ne va en rien résoudre nos problèmes de croissance, d’emplois et d’endettement. Il faut faire émerger dans notre pays les grands groupes de demain, c’est cela la réussite et rien d’autre, et pour l’instant nos cocoricos sortent d’un gosier de plus en plus asséché, l’industrie française a périclité pendant les vingt dernières années.

Même si la réalité est difficile à admettre dans un pays toujours fier de son passé, il est essentiel de comprendre collectivement comment et pourquoi un nombre de fleurons nationaux ont été rachetés par l’industrie étrangère. Je me suis largement exprimé sur ce sujet, incompétence des dirigeants et capitalisme mal digéré essentiellement orienté vers l’immobilier… je n’ai pas été contredit, sur le premier point cela continue comme avant, sur le second la réforme de l’ISF et la « flat tax » va dans le bon sens, mais ces avancées sont bien insuffisantes pour redresser la barre. Il nous faut conserver nos derniers fleurons, les transformer avec le numérique à la fois sur le plan technique et le management. C’est le « socle » sur lequel peut se bâtir le renouveau de notre secteur de production, les Air Liquide, Michelin, Dassault, Dassault Systèmes, Thalès, Naval Group, Total, Engie, EDF, SNCF, Technip-FMC, Airbus, ATOS, Bouygues, Vinci, Danone, Cap Gemini, Legrand, Peugeot, Renault, Safran, Saint-Gobain, Sanofi, Schneider-Electric, Valeo, Faurecia, Plastic Omnium, Bio-Mérieux, Veolia…sont indispensables à notre survie collective et c’est pourquoi je m’insurge contre les abandons (Alstom, Mérial, Lafarge, Rhodia, Pechiney, Alcatel, Arcelor …) et que je propose des solutions pour « rattraper » les erreurs commises , retour dans le giron français de l’hydraulique d’Alstom , des turbo-alternateurs d’Alstom, des activités vétérinaires de Mérial… je ne me résigne pas tant que nous possédons encore les compétences et leur réputation à travers le monde. Encore faut-il que les femmes et les hommes soient à la hauteur de la tache qui leur est confiée, c’est loin d’être toujours le cas tant que dans notre pays on privilégiera le diplôme et non la compétence, le conformisme et non la vision. Mais je suis confiant, cela va changer, les résidus de parisianisme disparaitront bientôt.

A coté de ce socle, il faut permettre aux TPE de devenir PME puis de se transformer en ETI et ensuite devenir les grands groupes de demain avec cette nouvelle race d’entrepreneurs dont je constate l’éclosion avec enthousiasme. Si la start-up (géniale ou pas) trouve des aides multiples, on compte plus de 450 guichets à travers le pays, la suite n’est toujours pas prise en charge réellement. Les initiatives sont nombreuses, les bonnes volontés aussi, mais, encore une fois, seules les actions, limitées par ses moyens, de la BPI ont montré une efficacité claire.

La réalité de notre pays c’est un système bancaire régional dévasté par les règles Solvabilité 2 issues de la crise de 2008. Non seulement le maillage régional n’ a plus le droit d’intervenir, mais les conseillers des établissements ont perdu le moral et la compétence, ils ne sont plus à l’écoute du tissu industriel, ils remplissent les tableaux Excel leur montrant  que leurs interventions sont impossibles sans pouvoir faire rentrer dans leurs critères de sélection le facteur humain, celui de la personnalité du dirigeant, des exploits techniques des producteurs, des spécificités locales…tout ce qui différencie un possible succès d’un échec obligé…

Les TPE, PME, ETI sont le ferment du dynamisme de nos territoires, les conditions essentielles dans la lutte contre la désertification et pour la cohésion sociale, elles représentent 90 % des entreprises et 63% des emplois, et tandis que les propos politiciens les honorent, les réalités dans lesquelles elles vivent sont une multitude de freins, freins administratifs, fiscaux, règlementaires…Et là rien ne sert de vouloir distinguer entre nouvelle ou vieille économie, toutes ces entreprises ont vocation à rentrer dans le neuf, les start-ups technologiques à grandir, les secteurs classiques à se transformer avec les robots, l’intelligence artificielle, l’imprimante 3D, les objets connectés …et cela veut dire dans tous les cas investissements et donc financement.

Continuer à favoriser la constitution de TPE sans capital, poursuivre en n’incitant pas fiscalement les jeunes entrepreneurs à structurer leurs fonds propres, leur faire miroiter dans les établissements bancaires les espoirs de rachats rapides de leur entreprise par des fonds spéculatifs, tout cela est profondément lamentable dans un pays qui recèle 11 000 milliards d’euro d’épargne. C’est le cancer de notre avenir, nous avons tout ce qu’il faut pour faire grandir nos pépites , mais nous préférons les cocoricos de leur vente … en particulier à l’étranger .

D’autres sujets sont à traiter, l’apprentissage, la méconnaissance de la réalité de l’entreprise à travers la société française et ses représentants, la formation professionnelle, la mutualisation des initiatives pour développer les exportations (nouvelles formules de GIE, de clusters) , la vétusté des représentations (branches, CCI …), mais il faut affronter d’abord l’essentiel : le financement des transformations indispensables de notre appareil industriel. Les régions, les territoires ont montré depuis quelques années qu’elles étaient prêtes à saisir les initiatives pour sauver l’économie locale, mais les banquiers ne sont pas au rendez-vous, pas plus que la politique fiscale à l’égard des entrepreneurs, pour bâtir une fiscalité adaptée aux cycles de l’entreprise en lui donnant un bol d’oxygène aux moments cruciaux de ses phases de développement  . On a bien compris que le pouvoir central n’avait plus envie d’intervenir comme dans le passé cela a été fait, souvent de façon calamiteuse d’ailleurs récemment, et voulant avant tout l’efficacité, je ne peux que m’en réjouir. Simplement avant de minimiser le rôle de l’Etat, donnons aux entrepreneurs la possibilité de se développer, de nouvelles règles de financement. De nouveaux comportements des banques, de nouvelles façons de concevoir des financements locaux pour le développent des entreprises  et des incitations fiscales sont à trouver, conservons notre « socle » et permettons à de « nouveaux grands groupes « d’émerger, ce n’est pas contradictoire, c’est complémentaire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires