En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Kirill KUDRYAVTSEV / AFP
Programme chargé
2018 : les cinq élections qui feront l'année géopolitique
Publié le 03 janvier 2018
En 2018, au moins cinq élections auront un poids particulier sur la vie internationale. Russie, Italie, Etats-Unis, Brésil ou encore Liban, l’année promet d’être chargée.
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En 2018, au moins cinq élections auront un poids particulier sur la vie internationale. Russie, Italie, Etats-Unis, Brésil ou encore Liban, l’année promet d’être chargée.

En 2017, plusieurs élections ont changé la donne politique intérieure mais aussi les relations internationales. La prise de fonctions de Donald Trump en janvier 2017, suite à son élection en novembre 2016 a rebattu les cartes en Corée du Nord, au Moyen-Orient mais aussi en Europe. L'élection d'Emmanuel Macron a donné un nouvel élan à la construction européenne alors que la réelection d'Angela Merkel n'a pas débouché sur un triomphe pour la Chancellière sortante. La refonte de l'équipe dirigeante chinoise à l'automne, a 19ème congrès du PCC autour du président Xi a renforcé une nouvelle fois la Chine sur l'échiquier mondial. De même, en 2018, 5 élections majeures auront un impact prévisible sur la géopolitque de l'année. Des élections présidentielles en Finlande et au Mexique aux hypothétiques élections générales au Liban ou au Cameroun, plusieurs scrutins seront d'importance pour la vie internationale. Mais les 5 scrutins suivants auront un poids particulier sur les affaires du monde.

L'Italie enfin gouvernable après les législatives de mars 2018 ?

Dans quelques semaines, les électeurs italiens renouvelleront l'intégralité de la Chambre basse de leur Parlemente et les deux tiers de leur Sénat. Outre ses enjeux nationaux essentiels pour la Péninsule, ces élections législatives auront un impact évident sur la vie de l'Union et sur ses grandes urgences. Ces législatives interviennent une année après le revers subi par Matteo Renzi pour réformer la constitution italienne et rendre la République plus gouvernable. Toute la question est aujourd'hui non seulement de savoir si le jeune leader du Parti démocrate et le cheval de retour Silvion Berlusconi feront leur grand retour au Parlement et au gouvernement. Mais, par-delà ces enjeux intérieurs, les Européens auront à cœur de scruter plusieurs tendances essentielles pour la vie du continent. D'une part, les populismes, en vogue en Autriche, en Hongrie, en Pologne ou encore en France, prendront-ils un nouvel élan sous l'impulsion du Mouvement 5 Etoiles, du nouveau parti de Silvio Berlusconi ou encore de la Ligue du Nord ? D'autre part, le Beau Pays parviendra-t-il à réaliser les réformes institutionnelles que ses électeurs et ses partenaires européens attendent ? L'Italie est en effet affaiblie par ses blocages institutionnels au moment même où elle est attendue sur des dossiers d'intérêt continental : les migrations en Méditerranée, les tensions en Libye, la construction de l'Europe de la défense, etc. Pour les Européens, les élections législatives de mars à Rome seront un signe d'espoir... ou une raison de plus de douter.

La Russie vers un 4ème mandat présidentiel pour Poutine

Le 18 mars prochain, les électeurs russes seront appelés aux urnes pour élire le prochain président de la Fédération. Le résultat fait peu de doute : sans rival sérieux, le président sortant, Vladimir Poutine, sera vraisemblablement réélu au premier tour. Les enjeux de cette élection sont bien identifiés pour le pays : toute la question est de savoir si Poutine IV sera capable de faire ce qu'il n'est pas parvenu à réaliser durant ses trois mandats présidentiels et ses deux primatures : diversifier l'économie et réindustrialiser le pays. Mais les enjeux géopolitiques sont eux bien plus difficiles à cerner. Une réélection sans doute triomphale incitera-t-elle le président russe à prolonger le rapport de force qui lui bénéficie sur la scène intérieure ? Ou bien lui permettra-t-elle au contraire d'assouplir sa position, d'utiliser la fenêtre d'opportunité du printemps et du Mondial de football organisé chez lui du 14 juin au 15 juillet pour réinsérer la Russie dans le fonctionnement régulier des organisations multilatérales ? Chronique d'une victoire annoncée pour Poutine. Mais incertitude stratégique pour les partenaires de la Russie.

Brésil à l'ère du "Grand nettoyage"

Les 7 et 28 octobre 2018, les électeurs brésiliens auront à renouveler non seulement leur président, actuellement Michel Temer suite à la destitution de Dilma Roussef, mais également

un tiers du Sénat, la totalité de la Chambre des député et les institutions des Etats. Ces élections interviennent dans un contexte intérieur troublé : à la crise économique et budgétaire s'ajoute la crise institutionnelle déclenchée par les scandales de corruption, le discrédit de la classe politique fédérale ainsi que les incertitudes sur le sort de l'ancien président Lula da Silva. Par-delà les enjeux nationaux essentiels de ces élections, il convient de mesurer l'impact de ces élections pour le continent sud-américain et pour l'équilibre global. Principale puissance économique et militaire de la région, engagé dans un effort de défense dont les autres poids lourds régionaux sont incapables pour le moment, figure éminente des BRICS et promoteur d'un renouvellement des institutions multilatérales, le Brésil pâtit de ses difficultés intérieures sur la scène internationale. En plongeant dans la crise politique, le Brésil a privé les équilibres internationaux - bien précaires - d'un point d'appui hautement nécessaire. Du Grand Nettoyage au Grand rééquilibrage, il y a un pas conséquent à franchir...

Trump face aux élections de mi-mandat

En novembre 2018, deux ans après la victoire de Donald Trump aux présidentielles, les électeurs américains éliront un tiers de leurs sénateurs et l’intégralité des 435 représentants au Congrès des Etats-Unis. Après la défaite cuisante de Hillary Clinton mais aussi après les succès aux élections partielles en Virginie et en Alabama, les Démocrates auront pour principal enjeu de combler leurs retards : les républicains ont une courte majorité au Sénat (1 siège) et un avantage plus confortable à la Chambre (47 sièges). La dynamique est en leur faveur notamment en raison de la sourde opposition entre le président et le parti républicain. Toutefois les enjeux excèdent la politique locale et nationale : en effet’ les prérogatives constitutionnelles du Sénat lui donnent un rôle important dans la ratification des traités internationaux. Sans Sénat, pas de ratification du traité de Paris sur le climat par exemple. D’un point de vue purement politique, l’échéance sera déterminante pour mesure le rapport de force entre un président à la politique étrangère erratique et un establishment républicain très hostile à la Russie et très prudent à l’égard de la Corée du Nord. Encore une fois, la conjoncture politique Washingtonienne aura un impact sur le cours du monde.

Les improbables élections législatives au Liban : caisse de résonance du Moyen orient

Les élections les plus lourdes de conséquences pour les relations internationales en 2018 n’auront peut-être tout simplement pas lieu. Reportées à 2018 il y’a plus de deux ans en raison des difficultés du parlement à élire un président pour le pays, régies par une nouvelle loi électorale, ces élections cristallisent en elles à la fois la crise sociale du pays qui a conduit à de nombreuses manifestations, la crise migratoire et politique due à la guerre en Syrie et les tensions régionales qui font du pays la caisse de résonance des conflits du Moyen Orient. Ainsi, quel parlement le Liban pourra t il se donner alors même que le pays est l’enjeu de l’affrontement entre l’Arabie saoudite et l’Iran ? Pourra-t-il conjurer le spectre de la guerre civile, des tensions confessionnelles et des violences entre communautés alors que le pays doit faire face aux défis de la montée en puissance militaire du Hezbollah via le théâtre d’opération syrien, à l’accroissement du nombre de citoyens syriens sur son sol et à la montée des tensions en Méditerranée orientale? espérons que la scène politique libanaise ne servira pas une fois encore de champ de bataille par procuration pour les puissances régionales et internationales.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La vraie raison qui pousse Apple à multiplier le nombre d’Iphones qu’ils veulent lancer chaque année
02.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
03.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
07.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 03/01/2018 - 22:44
« Une raison de plus de douter de l’UE?... »
C’est déjà joué en Italie! Ce sera un tiers pour le Berlusconi nouveau, un tiers pour cinque stelle et un tiers pour Renzi...soit une nouvelle impasse pour les réformes! Italie paralysée. Allemagne paralysée, France dans le brouillard macroniste: la galère européiste continue! Et pendant ce temps, l’Asie et les USA font des pas de géants...pas en marchant, mais en courant!