En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 8 heures 29 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 9 heures 9 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 10 heures 35 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 11 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 12 heures 45 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 16 heures 21 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 16 heures 33 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 16 heures 33 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 16 heures 35 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 16 heures 36 min
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 8 heures 57 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 10 heures 20 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 10 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 12 heures 39 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 15 heures 1 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 16 heures 30 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 16 heures 33 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 16 heures 33 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 16 heures 35 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 16 heures 36 min
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Des nouvelles mesures

Contrôle des chômeurs : le débat idéologique moisi qui va occuper la gauche bobo

Publié le 27 décembre 2017
Le gouvernement veut renforcer le contrôle des chômeurs. C'est ce qu'annonce Le Canard Enchaîné, qui aurait eu accès à une note confidentielle rédigée par le directeur de cabinet de la Ministre du Travail. Il n'en fallait pas plus pour relancer des polémiques dont la date de péremption est largement dépassée.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement veut renforcer le contrôle des chômeurs. C'est ce qu'annonce Le Canard Enchaîné, qui aurait eu accès à une note confidentielle rédigée par le directeur de cabinet de la Ministre du Travail. Il n'en fallait pas plus pour relancer des polémiques dont la date de péremption est largement dépassée.
Le principe est très simple: le gouvernement veut durcir les sanctions existantes contre les chômeurs qui refusent deux offres d'emploi raisonnables. Les sanctions pourraient conduire jusqu'à une suspension des allocations pendant six mois.
 
Cette note qui n'a rien d'une proposition officielle commence déjà à faire tousser la gauche bobo, offusquée par tant de rigueur contre les chômeurs. Et l'antienne de l'insupportable mépris pour les plus faibles, pour les victimes de la crise et autres considérations habituelles devrait bientôt retentir dans les couloirs de la bien-pensance. 
 

Les contradictions de la gauche bobo

Il suffit de lire l'article de Mediapart consacré au sujet pour mesurer toutes les contradictions de ce courant d'opinion. 
 
D'un côté, on fait l'éloge d'un système assurantiel géré par les partenaires sociaux depuis sa création. On idéalise l'absence de l'État et, au fond, la philosophie du contrat qui inspire le système.
 
De l'autre, on condamne sèchement les garanties qui sont prises pour l'exécution du contrat, et on fait l'éloge du laxisme universaliste propre aux dispositifs solidaires.
 
Du contrat entre assuré et assureur, oui, à condition que les salariés soient libres de le violer sans aucune vérification. De l'assurance, oui, mais à condition que l'assureur paie les yeux fermés et sans être sûr que les sinistres qui sont présentés à l'indemnisation correspondent à une réalité.
 
À ce train-là, Mediapart reprochera bientôt les enquêtes sur les voitures brûlées du samedi soir. Dans le monde des bisounours qui nous est proposé, soutenir que certains chômeurs profitent du système relève du délit d'opinion. 
 

Le tabou des postes vacants en France

La France est l'un des seuls pays de l'Union Européenne qui ne calcule pas son taux d'emplois vacants. Ce petit silence vient de l'absence de statistiques sur les vacances d'emplois dans les entreprises de moins de dix salariés. 
 
On regrettera ce vide, car tous les entrepreneurs qui recherchent des candidats valables pour les postes qu'ils ouvrent vivent la même expérience: ce n'est pas parce que la France compte 3,5 millions de chômeurs qu'elle compte aussi 3,5 millions de candidats valables et motivés pour travailler. Dans certains secteurs comme l'informatique, la pénurie est redoutable et oblige à recruter en Afrique.
 
Combien de chômeurs, dans les réponses à une offre d'emploi, sont totalement incompétents ou parfaitement déterminés à ne pas travailler? On n'épiloguera pas ici sur les compétences imaginaires que certains affichent sur leur cv. On évoquera seulement ceux qui, lorsqu'ils apprennent qu'ils sont retenus pour occuper un CDI bien payé, expliquent qu'ils ont des vacances à prendre avant de commencer. Contrairement aux idées reçues, cette réponse-là est majoritaire dans les recrutements. 
 

La préférence française pour le chômage

En réalité, la cabale contre le contrôle des chômeurs cache un mal qui ronge la France, mais qu'il est politiquement incorrect d'évoquer: le développement de nos entreprises est entravé par les arbitrages individuels d'un nombre grandissant de chômeurs qui ont intérêt à ne pas travailler. Pourquoi accepter un emploi prenant qui conduira à un matraquage fiscal, quand un emploi sans stress à 35 heures est garant d'une meilleure qualité de vie?
 
Ce n'est pas que les Français soient paresseux. C'est plutôt que la désincitation à travailler est de plus en plus forte. 
 
À quoi sert-il en effet d'avoir un bon salaire? À travailler sous une pression grandissante, à payer toujours plus d'impôt, à être sûr qu'en bout de chaîne, l'enrichissement ne sera pas au rendez-vous car le rabot fiscal élaguera tout. Il vaut beaucoup mieux limiter ses ambitions professionnelles et s'épanouir ailleurs, dans sa vie familiale ou personnelle. Ce choix évite d'avoir à payer des baby-sitters, des centres de loisirs, et autres dépenses liées à une amplitude horaire trop large. 
 
D'où cette espèce d'apathie française où l'idéal collectif s'évanouit, où l'individualisme triomphe. 
 

Le contrôle des chômeurs, fait marginal

En ce sens, la question du contrôle des chômeurs restera toujours marginale dans la (trop molle) lutte contre le chômage de masse en France. Les entrepreneurs peineront à trouver des salariés dans l'armée de réserve des 3,5 millions de chômeurs français tant que la pression fiscale qui pèse sur les salaires les plus élevés demeurera dissuasive. 
 
Pour résorber le chômage, la solution d'avenir passe par une réincitation au travail. De ce point de vue, le projet macronien d'accorder le chômage aux démissionnaires est une folie. Il est une pierre de plus apportée dans le jardin de la désincitation à travailler. 
 
On regrettera donc le temps que la gauche bien-pensante va passer à disqualifier une mesure dont l'intérêt est mineur et l'impact très marginal par rapport au sujet de fond. C'est l'envie de travailler qu'il faut réinventer en France, c'est-à-dire l'idée simple que le travail est utile à la collectivité. 
 
La gauche n'est pas, sur ce point, à une contradiction près. Après avoir martelé pendant des décennies que la réalité ne pouvait progresser que par le travail, elle se fait de plus en plus souvent l'apôtre de l'oisiveté. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Brasidas
- 28/12/2017 - 15:22
faites vous offrir "la guerre des intelligences"
et vous comprendrez que le revenu universel est une des pires choses qui puisse arriver pour le développement de l'humanité.
Ganesha
- 28/12/2017 - 09:02
Ajm
Ajm, lorsque vous serez depuis un certain temps sur Atlantico, vous constaterez que nous nous laissons tous, un jour ou l'autre, inévitablement, aller jusqu'à commettre l'imprudence de révéler des informations personnelles. Il suffit de lire régulièrement tous les commentaires... S'ils habitent hors de France, nos ''papys-abonnés n'ont qu'un choix limité de chaînes télévisées. Ils meublent donc leur solitude et leur ennui en essayant de faire tout leur possible pour sauvegarder leur ''modeste'' patrimoine. En fait, ils ne discutent pas ici de politique, ils se moquent ouvertement du sort et de l'avenir de leurs concitoyens. Leur seul but : défendre leurs intérêts égoïstes pendant les quelques années qui leur restent à vivre !
DANIEL74000
- 28/12/2017 - 07:35
Traiter les conséquences au lieu des causes !
Le problème n'est pas le chômeur mais Pôle emploi ! Cette fausse administration dite paritaire, coiffée par l'UNEDIC est responsable du chômage comme les offices HLM du manque de logements sociaux. A la place de ces machins, pour l'emploi, nous avons les chambres consulaires qui connaissent le marché, les employeurs donc l'emploi. Assez de strates administratives, des résultats. Quant au paiement des indemnités nous avons un spécialiste : la CAF !!!