En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
Atlantico Business

Avec Notre-Dame-des-Landes, Macron prend le risque de signer son premier et grave échec

Publié le 14 décembre 2017
Le rapport des médiateurs revient à préconiser l’abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes et l’agrandissement de l’aéroport de Nantes. Pour Emmanuel Macron, c’est le casse-tête chinois.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le rapport des médiateurs revient à préconiser l’abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes et l’agrandissement de l’aéroport de Nantes. Pour Emmanuel Macron, c’est le casse-tête chinois.

Après avoir mardi, lors du sommet sur le climat qu’il a organisé à Paris, réconcilié l‘écologie avec la logique d’entreprise, le voilà que mercredi, avec l’affaire de Notre-Dame-des-Landes, il se prépare à désespérer les entrepreneurs du grand ouest qui attendaient cet aéroport depuis plus de 40 ans.

Mardi, je ris. Mercredi, je pleure.

Le rapport des médiateurs sur Notre-Dame-des-Landes ne fait que ramasser et confronter toutes les études et toutes les expertises qui ont pu être faites depuis plus de 30 ans sur ce projet d’aéroport.  A partir de cette synthèse analytique, les médiateurs ne préconisent pas de décision, il laisse au gouvernement et au président la responsabilité de la prendre.

Sauf qu’on a compris qu’en remettant dans la balance le projet d’agrandissement de l’aéroport de Nantes, il en nait une solution alternative.

Ce rapport peut permettre au président de dire qu'il existe un plan B pour tous ceux qui réclament un outil de développement international pour l’ouest Atlantique et la Bretagne. Le rapport glisse au passage que Notre-Dame-des-Landes produirait 12% de plus d’émission de CO2 que l’agrandissement de Nantes. C’est un argument que ne manqueront pas de ressortir les opposants à Notre-Dame-des-Landes, à l’heure où la lutte pour le climat est devenue la priorité du président. Sauf que le rapport dit aussi que le trafic va doubler dans les dix ans. Alors, retour à la case départ, parce qu’avec près de 10 millions de passagers annuels, Nantes explose.

Pour Emmanuel Macron, Notre-Dame-des-Landes est le pire des dossiers. Il doit tous les matins maudire ses prédécesseurs qui n‘ont jamais eu le courage de régler ce dossier. Il va pourtant falloir trancher et quelque soit la décision, assumer les dégâts collatéraux. Parce qu’il va y en avoir.

Sur le terrain politique, ce dossier est une véritable bombe à éclats multiples. Lors de la campagne présidentielle, le candidat Macron a assuré que « les décisions de justice seront appliquées, que les experts qui ont tous conclu au bien fondé du projet seront écoutés et que l’avis des populations locales qui ont voté à plus de 55% pour le projet seront entendus» et d’ajouter, pendant cette campagne, qu’il n’était pas acceptable que la violence et le chantage de ceux qui occupent la zone de NDDL bafouent la loi, le droit et l’autorité de l’Etat. »

Par conséquent, si Emmanuel Macron se prononce pour un transfert du projet sur Nantes, il lui sera toujours reproché de ne pas respecter sa promesse de campagne.

D’autant qu’on a demandé l‘avis des habitants et que les habitants se sont prononcés pour l’aéroport contre les zadistes.

Sur le terrain juridique, le projet de Notre-Dame-des-Landes a obtenu toutes les garanties possibles et imaginables. Il serait étonnant qu’une décision de droit soit ainsi bafouée. C’est l’autorité de l’Etat de droit qui est en jeu.

Sur le terrain économique, le bilan est évidemment très négatif pour le grand ouest, la Bretagne. Cette région qui est la troisième région économique de France (après l’Ile de France et Rhône Alpes) a besoin d’infrastructures de communication de façon à augmenter les liaisons avec le reste du monde. Pour les passagers comme pour les marchandises, le projet de Notre-Dame-des-Landes a toujours été considéré comme un investissement structurant pour son développement à venir.

Sur le terrain de la sécurité civile, le projet apporte également une situation invraisemblable. Les terrains dédiés au projet sont maintenant occupés par des habitants qui ont pris possession de la zone, qui ont construit des locaux et qui se sont organisés en camp retranché, prêts à prendre les armes pour défendre cet espace.

Si le projet de Notre-Dame-des-Landes est effectivement abandonné, le signal envoyé sera déplorable. Les zadistes vont triompher en démontrant qu’il est désormais possible de résister aux partisans de la modernité et du développement économique.

Apres l’abandon de Notre-Dame-des-Landes, il sera très difficile en France d’imaginer un projet d’équipement structurant, parce qu’il y aura toujours un groupe d’écolos radicaux, d’idéologues de la non-croissance pour s’y opposer. Et aucun projet ne peut être épargné par ce type de manifestations : une route, une voie de chemin de fer, un grand hôtel, un club des vacances pourra être barré par des zadistes.

Puisqu’ils auront gagné en Bretagne, ils pourront gagner ailleurs.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

04.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

05.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

06.

Quand Nelson Mandela rejoignait Johnny Clegg sur scène

07.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

01.

Des tares pas si mauvaises pour l'économie

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
didierjohan
- 14/12/2017 - 21:37
Vous avez dit grand Ouest ?
La reconfiguration des régions est passée et la région Grand Ouest n'est pas prête d'exister. Le nouvel aéroport perd ainsi sa fonction structurante pour cette nouvelle région qui n'existera pas. Vue de Chine ou de Californie, la petitesse de la région Pays de Loire restera son principal défaut avec ou sans nouvelles aéroport
Pourteau
- 14/12/2017 - 19:30
évacuer les Zadistes
Pouvons nous imaginer de fixer comme préalable l'évacuation des Zadistes , avant même de prendre une décision dans un sens ou dans un autre ? Le Président est face à un piège ; s'il abandonne le projet de NDDL ce qui est sans doute la voie de la sagesse et de l'économie , on va le taxer de laxisme vis à vis des opposants qui squattent le site. Cela créera un précédent fâcheux pour tout prochain dossier de ce niveau . Dans le cas contraire , il faudra de toute façon faire évacuer par la force et il sera accusé de pollueur qui augmente la dérive des dépenses et de la dette. Intervenir de suite, même si la mesure (toujours brutale) est difficile à prendre sera politiquement habile et permettra de prendre une décision en pleine sérénité.
CasCochyme
- 14/12/2017 - 18:43
Avec Philippe de Villiers
Je m'en remets à l'opinion circonstanciée de Philippe de Villiers en la matière. L'abandon de ce projet est le choix qui s'impose, zadistes ou pas. Il n'y a qu'à regarder du côté de l'Espagne pour voir comment certains de ces projets loufoques ont fini.