En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Justice
Japon
Fukushima : trois anciens dirigeants de Tepco ont été acquittés
il y a 7 heures 16 min
pépites > Environnement
Emploi du temps
Ségolène Royal, ambassadrice des pôles, n'aurait pas assisté aux réunions du Conseil de l'Arctique
il y a 8 heures 5 min
light > Justice
Butin important
Les propriétaires du château de Vaux-le-Vicomte ont été séquestrés
il y a 9 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": Notre sélection des meilleurs livres des 10 derniers mois, "L'amour est aveugle" de William Boyd

il y a 11 heures 10 min
pépites > Politique
Victoire ?
Procès de Jean-Luc Mélenchon : le renvoi du parquet a été refusé
il y a 12 heures 28 sec
décryptage > Sport
LDC

PSG - REAL : 3 - 0 Sans ses stars mais avec un Idrissa Gueye impérial, Paris surclasse le Real de Zidane

il y a 14 heures 47 min
décryptage > Economie
Vie professionnelle

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

il y a 15 heures 21 min
décryptage > France
Riposte

Recrudescence des mites mangeuses de vêtements à cause des fibres naturelles et du lavage à basse température

il y a 15 heures 53 min
décryptage > Politique
Langue de bois s'abstenir

Une étude des universités de Harvard et de Berkeley démontre qu’en politique les propos clivants et politiquement incorrects paient

il y a 16 heures 28 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

il y a 17 heures 7 min
pépites > International
Tunisie
Mort de l'ancien président tunisien Ben Ali
il y a 7 heures 43 min
light > Société
Vocation
Traverser la rue pour trouver un emploi : la nouvelle vie de Jonathan
il y a 8 heures 54 min
pépite vidéo > International
Campagne
"Blackface" : Justin Trudeau présente ses excuses après la diffusion d'une photo polémique
il y a 10 heures 45 min
pépites > Santé
Mesures
Un rapport parlementaire dévoile la prise en charge "catastrophique" des patients en psychiatrie
il y a 11 heures 21 min
décryptage > High-tech
Le monde d’après Snowden

Mémoires de Snowden : mais où en est-on de la surveillance mondiale à l’heure actuelle ?

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Santé
Santé

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

il y a 14 heures 57 min
décryptage > Economie
Epargne

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

il y a 15 heures 40 min
décryptage > Politique
Évaporation du domaine de la lutte

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

il y a 16 heures 12 min
décryptage > Défense
La guerre à l’heure des ennemis non identifiés

La France est-elle menacée par des attaques "non-attribuables" comme en a connues l’Arabie saoudite sur ses champs de pétrole ?

il y a 16 heures 44 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales
il y a 17 heures 18 min
© Kirill KUDRYAVTSEV / AFP
© Kirill KUDRYAVTSEV / AFP
Ecologie

One Planet Summit et industrie : attention aux effets pervers de bonnes intentions mal maîtrisées

Publié le 13 décembre 2017
Dans cette période de transformation profonde de notre société sous l’impulsion d’un jeune Président de la République, je vois, j’entends les crispations et les inquiétudes, mais je reste persuadé que le mouvement est une priorité. Il faut néanmoins se méfier des effets pervers des mesures proposées, tout le monde en est bien conscient, mais ceux qui ont préconisé des réformes qui ont précipité notre pays dans les difficultés ne m’apparaissent pas les mieux placés pour nous expliquer qu’il ne faut rien changer.
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans cette période de transformation profonde de notre société sous l’impulsion d’un jeune Président de la République, je vois, j’entends les crispations et les inquiétudes, mais je reste persuadé que le mouvement est une priorité. Il faut néanmoins se méfier des effets pervers des mesures proposées, tout le monde en est bien conscient, mais ceux qui ont préconisé des réformes qui ont précipité notre pays dans les difficultés ne m’apparaissent pas les mieux placés pour nous expliquer qu’il ne faut rien changer.

En 1884, un grand  scientifique français, Henry Le Chatelier , un physico-chimiste, énonça la loi qui porte désormais son nom et qu’il appelait « la loi de modération »

« …l’évolution s’oppose aux perturbations qui l’ont engendrée et en modère l’effet »

Méconnaitre le principe ‘Le Chatelier » est depuis quelques années la folie des politiques publiques et de nos gouvernants, je ne résiste pas au plaisir de donner quelques exemples d’une histoire que j’ai vécue.

En 1982 pour des raisons fortement démagogiques on invente L’Impôt sur les Grandes Fortunes (IGF), il s’agissait de montrer du doigt les « riches ». Pourrais-je ajouter que toute l’administration du Ministère des Finances était derrière ce projet de loi, le Premier Ministre, le Ministre de l’Economie et son Ministre délégué au Budget, ainsi que leurs cabinets ministériels. Seuls contre tous,  le Ministre de l’Industrie, Pierre Dreyfus, et son cabinet dont j’étais le Directeur ont lutté pied à pied contre cette mesure en tentant d’expliquer qu’elle aurait des effets pervers, en particulier  sur notre industrie. Nous avons échoué et seuls les possesseurs d’œuvres d’art ont été écoutés. J’ai déjà dit que le courage de la réforme proposée aujourd’hui de ce que l’on nommait désormais ISF et qui deviendra IFI redonne de l’espoir à tous ceux qui aiment l’industrie française et qui souhaitent son renouveau. On recommence à penser que notre avenir est industriel ou ne sera pas.

Que tous ceux qui voudraient préserver la situation actuelle réfléchissent au nombre d’exemples que nous pouvons tous avoir sur les responsabilités individuelles ou collectives qui ont conduit aux friches industrielles, aux déserts industriels de certains de nos territoires, aux ventes absurdes d’une grande partie de nos fleurons, au désespoir de centaines de milliers de travailleurs, techniciens et ingénieurs devant le mépris affiché devant leurs savoir-faire.

L’affichage de 80% de la population de nos enfants devant détenir le baccalauréat partait peut-être de bons sentiments mais elle a conduit à l’étouffement du bac général et des universités tandis que l’apprentissage était considéré comme une démarche pour ceux qui avaient échoué, un dépotoir ! Les effets dévastateurs  pour notre industrie de cette volonté de donner un diplôme à chacun alors que, dévalorisé, il n’ouvrait plus sur rien, ne sont plus à démontrer, et il faudra du temps pour modifier en profondeur notre société toujours attachée aux lauréats et non à ceux qui savent, à ceux qui agissent, à ceux qui ont une vision et la font partager. J’ai entendu beaucoup de politiques défendre récemment l’apprentissage, mais très peu contester cette orientation de notre éducation dont ils portent tous la responsabilité, les effets pervers de cet objectif n’ont pas été suffisamment dénoncés et je souhaite donc que ce dossier de l’apprentissage soit désormais examiné sans tabou pour que nous ayons une chance de redresser notre industrie et donc notre pays.

Maintenant il n’y a pas que les grands textes de lois et les grandes réformes qui sont à prendre en compte, j’ai suffisamment déploré les mesures de protection de l’épargne prises en 2008 pour nul ne puisse désormais ignorer qu’elles atteignent quotidiennement notre industrie. Notre épargne collective de 11 000 milliards d’Euro ne va pas à notre industrie nationale, c’est la raison essentielle du retard que nous prenons tous les jours pour effectuer notre redressement, et heureusement certaines grandes fortunes nationales continuent à y croire et à vouloir remettre leur argent dans le secteur de production. Par conséquent, tant que nous n’avons pas résolu le fléchage de notre épargne individuelle vers l’industrie, il est bon d’inciter ceux qui ont encore la volonté de poursuivre l’aventure de l’entreprise de poursuivre dans cette direction qui prépare notre avenir. Je le répète, les banques régionales doivent aider la production dans tous nos territoires et pour cela il faut que les épargnants le demandent, l’exigent. On ne peut pas à la fois se plaindre des déserts et financer la déforestation.

Dans les décisions prises tous les jours par des instances plus ou moins compétentes et en tous les cas très orientées par un aspect et un seul de la vie collective, je demande donc que l’on regarde à chaque fois ce que seront les conséquences sur l’industrie nationale. Je demande aux responsables de faire cet examen de conscience , et aux commentateurs d’évoquer cette préoccupation, ne serait-ce que d’une ligne.

J’ai beaucoup parlé à cet égard des conséquences de la politique énergétique qui nous est proposée tous les jours à la fois par les pouvoirs publics et les journalistes devenus souvent des militants, nul ne s’étonnera donc que je reparle du charbon, du pétrole, du gaz, des énergies renouvelables…

En ce qui concerne le charbon, il restera dans les pays qui le produisent une source d’énergie électrique, je redis que le programme chinois suppose dans les trente ans qui viennent une augmentation en puissance des centrales charbon, ce sera le cas en Inde, en Pologne et en Australie. Notre intérêt collectif est, d’une part en tant que citoyen du monde que les émissions de C02 soient moindres ou captées et en tant qu’industriels que nous puissions les aider à ce faire . Nous avions les techniques avec Alstom ,elles ont émigré en Suisse, nous en avons encore, on les attaque sur un plan idéologique. C’est un effet pervers.

Nous avons parmi les meilleurs pétroliers et gaziers du monde, le pétrole restera un instrument de mobilité et d’industrie, le gaz s’associera avec les énergies renouvelables pour assurer la continuité du service électrique, le nier est stupide, attaquer les énergies fossiles comme on le fait fragilise gravement notre industrie d’extraction et de transformation, et surtout on oriente notre jeunesse vers des illusions tandis que nos centres de formation sont désertées par nos étudiants nationaux. Encore un effet pervers d’annonces irresponsables.

Notre industrie nucléaire est malade de décisions et de gouvernance chaotiques, mais le monde scientifique s’accorde pour estimer que la physique n’a pas dit son dernier mot et qu’une partie de notre avenir sera dans un nucléaire maitrisé et une association avec un combustible bien connu, l’hydrogène. Mon âge ne me permettra sans doute pas de vérifier par moi-même  cette intuition, mais le nucléaire que l’on nous prépare et les travaux sur l’hydrogène sont prometteurs, tout comme une révolution dans la captation de l’énergie solaire. Ces trois orientations m’apparaissent comme essentielles pour l’avenir de l’humanité, que notre pays puisse s’en dissocier est une aberration . Il nous faut maintenir une industrie nucléaire française, son point fort est la maintenance de ses 58 réacteurs actuels, son point faible est de s’être embarquée dans un futur incertain en se focalisant sur un investissement non optimisé, mais les effets pervers d’une attaque idéologique contre la physique nucléaire est dévastatrice pour notre appareil industriel.

Enfin on n’arrête pas de nous jouer la musique des énergies renouvelables. La plus grande part est dans l’hydraulique, abandonnée avec Alstom à General Electric qui, à son tour, comme prévu, a envie de s’en séparer , tout en disant le contraire bien entendu. Nous pouvons sauver l’hydraulique française, cela ne coute pas très cher, il suffit de le vouloir, le voulons-nous ? En ce qui concerne les énergies intermittentes, éoliennes et solaire, nous avons raté le coche de la première industrialisation, voulons-nous prendre le train suivant ? Si oui il faut bâtir avec de vrais industriels et de vrais techniciens, nous en avons , mais on doit revenir au début de mon propos , les effets pervers qui rejette les sans diplômes, et les  entrepreneurs régionaux sans fonds propres. Cependant  l’argent nous en avons puisque nous sommes en train de financer chinois, américains , allemands et danois en installant à travers le pays et (je ne l’espère pas) sur nos cotes des matériels de leurs industriels . Les mesures prises pour les énergies renouvelables doivent avoir un impact sur nos producteurs, autrement elles ne servent pas le pays mais l’idéologie, je dirais la religion du renouvelable intermittent.

Enfin, alors que l’hommage rendu à un grand chanteur a vu défiler dans Paris 700 motos non électriques, je souhaiterai associer à l’éloge national rendu Matthew Crawford qui a écrit « l’éloge du carburateur, essai sur le sens et la valeur du travail » qui a décrit sa vie de philosophe raté redevenant un technicien au chevet des vieilles motos qui font aussi partie du patrimoine mondial, et qui ne polluent pas visiblement puisque personne n’a parlé de leur intrusion musclée dans Paris.  Certes les concentrations de population vont exiger que les pollutions soient moindres, mais que les politiciens arrêtent de considérer qu’ils connaissent les bonnes solutions scientifiques et techniques et qu’ils peuvent nous les imposer. Je laisserai donc à Carlos Tavarès , dirigeant exceptionnel de Peugeot le soin de conclure en attendant de vous décrire d’autres effets pervers dans d’autres industries, il parle de la religion nouvelle du véhicule électrique : il faut « élargir le débat à l’empreinte carbone de la génération de l’électricité qui les alimente, de la fabrication et du recyclage des batteries à la disponibilité des ressources rares nécessaires à leur fabrication, à la vulnérabilité de la chaine des ressources aux risques géopolitiques, aux conditions sociales de la production de certaines matières premières…évitons les décisions rapides, brutales et superficielles … »

On ne pouvait pas dire mieux : « réfléchissons aux effets pervers ».  Il ne faut pas se tromper. A l’occasion du sommet sur le climat on se doit de réfléchir à l’hostilité affichée à l’égard des énergies fossiles tandis que sont célébrées les énergies « vertes » auxquelles il faudrait réserver tous nos efforts. L’effet pervers est facile à anticiper, les centrales à charbon non optimisées vont continuer à produire tandis que l’on pourrait réduire drastiquement leurs émissions avec les techniques nouvelles. On peut aussi être amenés à retarder les investissements de centrales à gaz qui émettent deux fois moins que les centrales à charbon tandis que les énergies intermittentes-solaire et éolien- ont besoin de compléments réguliers, fossiles, nucléaire et hydraulique. Le constat actuel, que le monde s’accorde à trouver insatisfaisant ,  doit conduire aussi à s’interroger sur les effets pervers de décisions « brutales ,rapides et superficielles ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Borgowrio
- 14/12/2017 - 10:57
Combien de temps avant une faillite retantissante
Montée en puissance du charbon dans la production électrique , en Chine , en Inde , en Australie aux USA, etc. Des milliers de centrales thermiques en construction . Un coût du KW très bas dans ces pays et nous , nous devons sauver la planète avec des éoliennes pas capables de faire tourner un TGV . Une facture énergie qui sera multipliée par quatre ... Ce pays est foutu , les populistes prendront le pouvoir .

J'accuse
- 13/12/2017 - 10:46
Intox permanente
Ah bon ? Notre société se transforme profondément grâce à notre jeune président ? C'est bizarre, je ne m'en étais pas aperçu...