En direct
Best of
Best Of
En direct
Crise scolaire
Comment les écoliers français sont sacrifiés sur l’autel de l’arrogance idéologique nationale
Publié le 08 décembre 2017
Pendant 30 ans – et même plus -, les signes de la déchéance scolaire ont été niés. D’abord par les responsables publics, ministres de l’Education en tête. Ensuite par toute une batterie de pseudos-chercheurs, s’émerveillant sans preuve, par exemple devant le « niveau qui monte », faisant perdre au passage tout crédit à leurs disciplines, dites « sciences de l’éducation », parce qu’oubliant leur nécessaire caractère « critique ».
Michel Fize est un sociologue, ancien chercheur au CNRS, écrivain, ancien conseiller régional d'Ile de France, ardent défenseur de la cause animale.Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages, dont  Le Peuple adolescent (2ème éd. Mots...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Fize
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Fize est un sociologue, ancien chercheur au CNRS, écrivain, ancien conseiller régional d'Ile de France, ardent défenseur de la cause animale.Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages, dont  Le Peuple adolescent (2ème éd. Mots...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pendant 30 ans – et même plus -, les signes de la déchéance scolaire ont été niés. D’abord par les responsables publics, ministres de l’Education en tête. Ensuite par toute une batterie de pseudos-chercheurs, s’émerveillant sans preuve, par exemple devant le « niveau qui monte », faisant perdre au passage tout crédit à leurs disciplines, dites « sciences de l’éducation », parce qu’oubliant leur nécessaire caractère « critique ».

C’est l’arrogance française qui est à l’origine de la formidable crise scolaire que connaît notre pays depuis déjà de nombreuses années. Les symptômes en sont connus : bas niveau des élèves, surtout des écoliers, dans les matières de base : mathématiques et français, ratage des apprentissages fondamentaux : lire, écrire, compter (20 % au moins des élèves entrent aujourd’hui au collège sans ces connaissances essentielles. Par ailleurs, savent-ils lire (opération de décodage des mots), les « décodeurs » ne comprennent pas nécessairement ce qu’ils lisent), bâclage de la formation des enseignants, désintérêt ensuite de nombre d’entre eux pour la réussite ou non de leurs élèves.

Or, pendant trente ans – et même plus -, les signes de cette déchéance scolaire ont été niés. D’abord par les responsables publics, ministres de l’Education en tête. Ensuite par toute une batterie de pseudos-chercheurs, s’émerveillant sans preuve, par exemple devant le « niveau qui monte », faisant perdre au passage tout crédit à leurs disciplines, dites « sciences de l’éducation », parce qu’oubliant leur nécessaire caractère « critique ».

Ce chauvinisme français, purement idéologique, nous présentant l’école française comme « la meilleure du monde », a empêché la mise en place, en temps voulu, des réformes salutaires qui auraient évité la situation catastrophique actuelle. A ne pas s’inspirer des modèles scolaires étrangers réussissant : Singapour, Pologne, Finlande…, la France a donc perdu beaucoup de temps pour effectuer son redressement scolaire. Aux lieu et place de ces réformes scolaires, de pseudo-projets publics mettant en avant, tantôt le lycée, tantôt le collège, tantôt le primaire, selon surtout l’humeur ou les préjugés ministériels, abandonnant ainsi toute cohérence dans la réorganisation du système global.

En 2017, plus personne ne sait en France à quoi sert l’école, certainement pas les élèves, surtout les plus en difficultés qui, grugés par le « machin-bac », qui ne sert à rien, ne peuvent désormais assimiler l’école qu’à une formidable « usine à chômage et précarité ». Quant aux enseignants, il n’est pas douteux qu’ils se bornent aujourd’hui à « faire leur cours », en essayant, vaille que vaille, de « tenir leur classe », n’ayant qu’une hâte : rentrer chez eux pour oublier ce qui ressemble pour beaucoup à un enfer quotidien.

Alors, certes, couper dans le primaire des ZEP les classes en deux pour obtenir de meilleurs résultats des élèves (comme s’il n’était pas évident qu’en accordant plus d’attention à chacun on obtiendrait une amélioration globale des performances) ; certes, réaffirmer l’apprentissage des fondamentaux : lire, écrire, compter… et respecter autrui (on ne voit pas trop bien ce que cette valeur vient faire au milieu de la trilogie classique) ; certes, réintroduire une dictée quotidienne au primaire (tiens, pourquoi pas au collège aussi, ce ne serait pas superflu !) pour mieux écrire notre langue ; certes, tout cela va dans le bon sens, mais c’est absolument « très insuffisant », dois-je aujourd’hui mettre en marge de la copie ministérielle.

Nous n’avons que trop tarder à nous poser les bonnes questions pour réformer vraiment : quel est le sens de l’école ? Quelles sont les missions réelles de l’Education nationale ? Quelles pédagogies doit-on mettre en œuvre pour faire réussir tous les élèves de la République ? Quelles sont aujourd’hui les matières essentielles à enseigner ? Comment sortir du monopole du diplôme comme moyen d’évaluation scolaire ?

Un dernier mot. Il ne faudrait pas qu’à la faveur de la crise révélée de la lecture chez les écoliers français s’ouvre un nouveau conflit scolaire entre les pro et les anti-numérique en classe. Nos élèves ont besoin des deux compétences : savoir parler et écrire correctement en français et savoir communiquer sur écrans.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
04.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
05.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
07.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Catherine Desbuquois
- 10/12/2017 - 11:23
orthographe !
"J'ai fait le meilleur écrit du concours et en plus ce n'est pas un canular!! Alors tu vois, toi qui est manifestement malheureux de ce que personne ne reconnaisse non pas tes talents qui n'existent pas mais cette trace qui doit ressembler à la mémoire de l'eau, alors toi qui n'est pas Icare ... "
A l'écrit du concours, "Toi qui EST" ... (2 fois) a dû quand même indisposer le correcteur.
kelenborn
- 09/12/2017 - 11:16
MAIS tais toi 2Trous
J'ai compris en y entrant ce qu'était le "système" et que je n'étais pas fait pour le servir! Toi, de toute manière, tu ne comprends même pas que tu ne comprends pas! La moindre trappe, tu tombes dedans! tu n'est qu'un pathétique pauvre type qui prend un plaisir malsain à se faire botter son cul merdeux!
2bout
- 08/12/2017 - 22:37
Vous êtes impressionnant !!!
Fier d'avoir gagné le concours ... des gens qui façonnent à leur image le pays depuis que l'ENA existe.