En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Atlantico Business
L’Europe cherche les moyens de résister à l’impérialisme des GAFA mais n’a pas trouvé l’arme miracle
Publié le 02 décembre 2017
La guerre économique sur le digital est inévitable. La concurrence entre les américains et les chinois risque d’aboutir à un partage du monde d’où l’Europe sera exclue.
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La guerre économique sur le digital est inévitable. La concurrence entre les américains et les chinois risque d’aboutir à un partage du monde d’où l’Europe sera exclue.

L ‘enjeu, c’est évidemment le contrôle des données. C’est le risque le plus important. Quand on perçoit la concurrence terrible qui s’annonce dans le e-commerce entre Amazon et Alibaba ; quand, il y a deux semaines, on apprend qu’Uber s’est fait pirater 57 millions de ses comptes ; qu’on ne sait pas par qui et pourquoi ; quand on sait que la plupart des GAFA, par le jeu de l’optimisation fiscale, réussissent à ne payer qu’un tiers des contributions qu‘ils devraient laisser sur les marchés où ils commercent ; quand on sait que l’essentiel de la data est géré dans des clouds soit par des américains, soit par des chinois, que 90% des algorithmes fonctionnent sans nationalité... L’Europe est obligée de constater la faiblesse extraordinaire dans laquelle le digital va la plonger.

Le digital amène son lot considérable d’innovations et de gains de productivité, évidemment mais le digital porte aussi quantité de menaces pour la liberté et la survie des cultures, que seules des réglementations cohérentes mais difficiles à mettre en place pourraient limiter ou conjurer...

L’Europe a réussi à légiférer sur la question des millions de données laissées chaque jour sur les réseaux sociaux.

C’est donc un règlement européen qui entrera en vigueur en mai 2018, mais qui touchera toutes les entreprises ayant un lien avec l’Europe. A partir du 25 mai 2018, elles devront toutes être en conformité avec le Règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD en français ou GDPR en anglais), sous peine d’une amende pouvant aller jusqu’à 4% du chiffre d’affaires. Techniquement, cela inclut de nouveaux processus et de nouvelles normes pour tracer, classifier et conserver les données personnelles. Les entreprises devront aussi limiter la collecte de données à leurs propres besoins.

Deux objectifs en ressortent : le premier, plus consensuel, de protéger les utilisateurs au regard du respect de la vie privée et de la non-divulgation d’informations personnelles. Mais cela touche aussi à l’amélioration de la stratégie d’une entreprise  qui, en exploitant mieux ses données, peut en retrouver un bénéfice.

Le problème, c’est qu‘au delà du contrôle des données personnelles, la question de la gestion de ces données apparaît, de leur appartenance à ceux qui les ont collectées ou stockées. Par conséquent, le vrai pouvoir appartiendra à ceux qui ont les meilleures données. Cédric Vilani, député LREM et rapporteur de la Commission sur l’Intelligence Artificielle, ajoute  que si Google, est aussi riche et puissant c’est parce qu’il  a su recueillir «  de meilleures données, plus grandes, mieux préparées, mieux classifiées, etc… ».

A travers les GAFA et les sites de e-commerce, des millions d’informations sont donc récoltées chaque jour sur les habitudes mais aussi les prédictions de consommation des utilisateurs grâce aux algorithmes. Et plus elles sont précises et lisibles, plus les algorithmes seront pertinents. Elles représentent donc un enjeu majeur pour les entreprises d’aujourd’hui, une mine d’or pour conquérir un marché, fidéliser des clients.... Elles deviennent surtout indispensables dans un monde d’intelligence artificielle. Les entreprises nées dans l’ère internet ont toujours évolué avec ces ressources, elles savent les maitriser. Les autres, plus anciennes, plus éloignées du numérique, ne maitrisent pas cet aspect-là.

La culture de la gestion de cette ressource n’est pas encore arrivée dans les pratiques de management français En moyenne, une entreprise en France recueille quotidiennement les données de 500 utilisateurs. Et à 8 mois de l’application de ce texte européen, selon l’étude réalisée par OnePoll, près de 10% des grandes entreprises françaises ne savent ni combien de systèmes gèrent leurs données ni pendant combien de temps celles-ci sont conservées ; tandis que 21 % des entreprises de 250 à 500 salariés sont certaines que les procédures qu'elles appliquent actuellement sont non conformes et devront être modifiées.

La RGPD, c’est donc une sorte de standard européen qui va contraindre chaque entreprise qui interagit avec l’Europe à se plier à des standards communs. Comme une loi fiscale ou une loi sociale, une sorte de « Munich numérique » selon le professeur Laurent Alexandre, spécialiste de l’intelligence artificielle.

Cela dit, la réglementation, via la RGPD, ne devrait pas être le seul moyen que l’Europe possède pour freiner le monopole des Google et consorts pour se replacer au cœur de cette course à l’innovation. Deux constats.

D’abord,  on s’aperçoit qu’il s’agit surtout d’inculquer aux entreprises européennes le savoir-faire sur la gestion des données, par rapport au retard qu’elles ont pris sur les autres champions du digital. Les entreprises ont plus à y gagner qu’à perdre.

Ensuite, il s’agit aussi de la considérer comme une opportunité pour l’Union européenne d’intervenir comme un acteur majeur sur le créneau de la cybersécurité. C’est un besoin croissant des entreprises, aux vues du nombre et de l’importance (Uber, Yahoo, Renault) d’entreprises qui ont pu être touchées.

C’est absolument indispensable parce que les dégâts de la cyber criminalité sont tellement graves que les assureurs vont refuser de couvrir ces risques-là.

La  réglementation traduit certes un sursaut européen pour contrer les GAFA, mais la résistance demande tellement d’effort dans tellement de domaines, qu’une fois de plus, l’Europe risque fort de se retrouver asphyxiée entre des américains de plus en plus arrogants et des chinois de mieux en mieux équipés, entre Amazon d’un coté qui s’apprête à manger la grande distribution mondiale et Alibaba qui crée un nouveau monde.

La lutte contre les pratiques fiscales est un bel exemple d’effort très louable mais dont les résultats sont tout aussi discutables. Les GAFA peuvent encore une fois, se montrer maîtres dans l’art de contourner la règle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
04.
Quand Bret Easton Ellis atomise la “Génération Chochotte”
05.
La honte de l’empereur : loin du soleil d’Austerlitz, l’ombre infamante de la bataille de Toulouse
06.
Gilets Jaunes : des échauffourée avec la police, des voitures brûlées et des magasins pillés
07.
De mystérieux investissements immobiliers de Qatar Charity en France
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 02/12/2017 - 21:07
Un « sursaut pour contrer les GAFA »!!!!! Quelle ineptie!
C’est du très mauvais protectionnisme...On a affaire à deux constructeurs d’une ligne Maginot europeiste qui n’ont pas encore compris qu'il était inutile de vouloir « se défendre » contre les GAFA, car nous n’avons pas affaire à des agresseurs, mais à des pionniers. Les technocrates europeistes ne savent que normer, contrôler et taxer. Les contraintes qu’ils édictent et les murs qu’ils construisent, sont autant de freins à l’innovation pour des petites entreprises qui n’ont qu’une envie, c’est de grandir comme les GAFA. Les empêcher de grandir, c’est leur offrir comme seule porte de sortie la vente du savoir-faire de leurs Start-ups aux GAFA, des que l’est contraintes commencent à les asphyxier. Ces GAFA sont devenus monopolistiques grâce à l’inertie et au stalinisme de l’UE, . L’UE ferait mieux de se demander pourquoi elle est la seule au monde, avec l’Afrique, la Russie et l’Amérique du Sud, à ne posséder aucun GAFA...de vieux relents de marxisme pourrissent-ils le cerveau de ces continents?...
Anouman
- 02/12/2017 - 19:42
Gafa
Quel indigeste brouet que cet article qui mélange tout. Et ils s'y sont mis à deux?
kelenborn
- 02/12/2017 - 12:02
Tiens
Sylvestre se rendrait-il compte que les anglais ont bien fait de quitter le radeau de la Meduse! C'est plaisant de la voir découvrir Munich !