En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 11 heures 3 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 11 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 14 heures 40 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 14 heures 52 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 15 heures 52 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 16 heures 58 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 18 heures 19 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 18 heures 41 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 18 heures 44 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 18 heures 44 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 11 heures 35 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 12 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 14 heures 43 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 15 heures 20 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 16 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 17 heures 48 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 18 heures 26 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 18 heures 41 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 18 heures 44 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 18 heures 44 min
Atlantico Business

Larges suppressions d’emplois en vue dans les banques face à la mutation historique à laquelle elles sont confrontées

Publié le 29 novembre 2017
Les banques sont malades parce qu‘elles font parfois n’importe quoi. Mais elles sont malades parce qu’elles sont obligées de s’adapter à une modernité qui va plus vite qu’elles ne le pensaient.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les banques sont malades parce qu‘elles font parfois n’importe quoi. Mais elles sont malades parce qu’elles sont obligées de s’adapter à une modernité qui va plus vite qu’elles ne le pensaient.

L’annonce du prochain plan stratégique de la Société générale a secoué l’ensemble du monde bancaire et tous les personnels. 900 emplois – en plus des 2550 des annonces précédentes - et 300 agences sont amenés à disparaître d’ici 2020. C’est sans doute la première fois qu’une grande banque annonce haut et fort la nécessité de s’adapter aux contraintes de la modernité. Elle annonce et se prépare à la grande transformation pour éviter le syndrome de la sidérurgie. 

La Société générale a connu un tel traumatisme au cours des dix dernières années, avec l’affaire Kerviel, que Frédéric Oudéa a juré qu’on ne l’y reprendra plus.

L’affaire Kerviel, du nom de ce trader qui a « pété les plombs" en salle de marché en faisant perdre à la banque près de 5 milliards, n’a été que le symptôme d’une stratégie mise en place avant la crise.

Parce qu’avant la crise, la Socgen était sans doute la plus grosse des petites banques, mais aussi la plus petite des très grosses. Et pour éviter d’être mangée par les quelques grosses banques européennes, ses dirigeants avaient choisi d’en faire une banque riche et chère. Rapide et nerveuse. Presque spéculative.

Du coup, la Société générale avait mis le paquet sur les opérations de marché et particulièrement celles qui sont à risque parce que ce sont elles qui rapportaient les meilleurs rendements. Ces performances garantissaient l’indépendance de la banque et les bonus des équipes dirigeantes. Jusqu’au jour où l’un de ses traders a raté un virage et foncé dans le mur.

On ne conduit pas une Formule 1 comme une voiture de grand tourisme ou alors on accepte de prendre les risques mortels. La Société générale a pris à ce moment-là des risques mortels.

Depuis, tout le monde s’est un peu calmé, les Etats ont obligé les banques à être un peu plus réservées dans leur numéro de spéculation. Sauf que les banques sont confrontées à des mutations auxquelles elles ne peuvent pas échapper. Alors,  il y a des banques dans le monde qui font mine de penser que les arbres remontent jusqu’au ciel, en Grande-Bretagne et aux USA, mais beaucoup sont obligées de se transformer,  d‘où ces plans stratégiques qu’elles rendent publics ou pas.

Alors, beaucoup sont très sévères à l'égard des banques, beaucoup pensent qu‘elles ont manqué de sagesse et de prudence, beaucoup savent qu‘elles ont dissimulé des risques... mais ça fait un peu partie de la vie du banquier moderne.

Sans complaisance, ni bienveillance particulière, les banques modernes sont confrontées à trois séries de contraintes auxquelles elles n’échappent pas, et qui expliquent leur plan stratégique de réduction de coûts et d’emplois.

Le premier défi que les banques ont à relever est celui de la sécurité financière. C'est un souci permanent. Parce que la sécurisation des activités est au cœur de la stabilité bancaire. Alors, l’Etat et les organismes régulateurs fixent des obligations (c’est l’objet de Bâle 3, puis bientôt de Bâle 4), mais cette régulation oblige les banques à détourner une partie de leurs ressources pour renforcer leurs fonds propres et leur solvabilité. Et chaque fois que les banques renforcent leurs fonds propres, c’est autant de capitaux qu‘elles auront en moins pour financer l’économie et prendre des risques avec les entreprises. Difficile de reprocher aux banques à la fois de prendre trop de risques pour elles-mêmes et de ne pas en prendre pour leurs clients. Tout est lié. Une banque trop prudente est une banque qui ne soutiendra pas l’économie. Il faut donc jouer sur les deux tableaux, trouver un équilibre viable. Pas facile.

Le deuxième défi à relever est celui de la mondialisation. Si nos banques limitaient leurs activités à l’hexagone, le problème serait simple, mais les banques sont immergées dans le mode globalisé avec des interconnections nombreuses et des échanges variés. Tout le monde prête à tout le monde. La titrisation a créé un vaste marché international des produits bancaires où les principaux acteurs sont tous plus ou moins systémiques. Une banque qui chute peut en entrainer d’autres. Comme en septembre 2008 quand la faillite de Lehmann Brothers avait bloqué la totalité des marchés interbancaires, ce qui a provoqué plus de dix ans de crise économique et sociale.

Ce défi est d’autant plus difficile a relevé qu’il n existe pas de gouvernance mondiale du monde de la banque et que toutes sont en concurrence mais qu‘elles ne sont pas à égalité dans les procédures à respecter. Exemple, quand Donald Trump dérèglemente le système américain, il donne aux banques US un avantage compétitif mais il leur fait aussi courir un risque non seulement à elles-mêmes mais aussi à l’ensemble du système mondial.

Le troisième défi aujourd’hui est le digital. La banque est confrontée à la nécessité d’automatiser une grande partie de ses procédures pour des raisons de sécurité et de compétitivité, ce qui représente moins d’emplois. Mais le plus grave c’est que les banques qui sont en concurrence entre elles commencent à rencontrer la concurrence des grands du digital comme Facebook, Amazon, Google ou même Alibaba. Sans parler des opérateurs de mobiles qui possèdent déjà une relation avec le client privilégié.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 29/11/2017 - 14:41
ah
"Les ''gentils abonnés'' n'aiment pas tellement cela : s'ils paient, c'est pour se faire conforter dans leurs obsessions, cuites et recuites ! Au moins les 3/4 d'entre vous sont des ''sarkozystes''... et les autres sont ''fillonistes'"
.............Ah oui!!! Je suis sans doute très loin de partager vos analyses (pas tant sur la raréfaction du travail que sur la consistance du gâteau) je me dis-comme je me le suis dit sur Louseur- qu'il vaut mieux avoir affaire à des adversaires intelligents qu'à des partenaires imbéciles! Et de ce point de vue, on est gâté! Ben, il est vrai que les "sarkozistes" n'ont jamais compris que leur gourou aurait pu être "fier-a-bras" dans une foire à Guignol tandis que les fillonistes n'ont manifestement jamais lu Tartuffe! Quand on est assez con pour faire payer à ceux qui contribuent à la richesse nationale l'enrichissement de ceux qui la dilapident , c'est que l'on mérite une botte de foin !
Ganesha
- 29/11/2017 - 13:40
Citoyen-libre
Si je comprends bien votre réponse, vous reconnaissez que le système économique et politique dans lequel nous vivons présente des dérives insupportables, mais vous nous dites qu'il faut renoncer à vouloir le changer ! Effectivement, les français semblent avoir fait ce choix en élisant Macron. Une révolte reste cependant possible, à tout moment ! Et l'hypothèse la plus probable reste que la bulle financière de l'Assouplissement Quantitatif va exploser à très court terme !
JBL
- 29/11/2017 - 12:20
Ganesha
Derrière les institutions, il y a des hommes et des femmes qui se passionnent pour leur boulot. C'est peut-être débile, mais c'est ainsi, ça fait partie de l'être humain, et tant mieux. Je ne supporte plus ces journalistes qui démolissent pour exister. Maintenant que le système financier, les banques, les fond de pensions, etc, qui sont les véritables pouvoirs du monde, vont détruire et laminer les peuples, je suis entièrement d'accord avec vous. Je vous ramène simplement à une réalité humaine, pour l'avoir vécue de l'intérieur : quand vous êtes dans ce genre de groupe, soit vous décidez de rester dans le train, soit vous rester sur le quai de la gare, avec votre famille et vos enfants. Voilà, je pense une vérité de bon sens, que vous n'avez peut-être jamais connue ?