En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

03.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

04.

Quand Bruno Le Maire se couche devant Trump… et affirme qu'il se tient debout…

05.

Villes fermées et quarantaine : ce qui pourrait (ou pas) se passer en France en cas de pandémie aigüe

06.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

07.

Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

ça vient d'être publié
pépites > Santé
2019-nVoC
Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète
il y a 3 heures 12 min
pépites > International
Vive inquiétude
L’association française SOS Chrétiens d’Orient a annoncé la disparition de quatre de ses collaborateurs en Irak
il y a 7 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"En couple (situation provisoire)" : un an après, la pièce à succès de Jean-Michel Ribes retrouve le haut de l'affiche

il y a 10 heures 45 min
pépites > Politique
Violence
Elections municipales : la permanence de l'ancien candidat Pierre-Yves Bournazel a été vandalisée
il y a 11 heures 28 min
pépite vidéo > Santé
Grands moyens
Lutte contre le coronavirus : la Chine va construire un hôpital en dix jours afin de faire face à l'épidémie
il y a 12 heures 44 min
pépites > Faits divers
Enquête en cours
Plusieurs morts dans une fusillade en Allemagne à Rot am See
il y a 13 heures 36 min
pépites > Politique
Confidences du chef de l'Etat
Violences en France, communautarisme, islam : Emmanuel Macron se confie aux médias après son déplacement en Israël
il y a 16 heures 18 min
décryptage > Economie
Entreprises menacées par le virus ?

Wuhan, la plus connectée à la France des villes chinoises

il y a 17 heures 52 min
décryptage > Politique
Revanche de la Ligue ?

Matteo Salvini, chronique d’un retour annoncé

il y a 18 heures 25 min
décryptage > Politique
Echiquier politique

Mais que prépare pour 2022 le "bordel" politique sans précédent des municipales ?

il y a 19 heures 31 min
pépite vidéo > Santé
Prévention
Trois premiers cas du coronavirus en France : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Agnès Buzyn
il y a 6 heures 24 min
pépites > Santé
Enrayer la progression du virus
Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris
il y a 8 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La jungle des océans. Crimes impunis, esclavage, ultraviolence, pêche illégale" de Ian Urbina : enquête percutante sur les mauvaises pratiques en mer

il y a 10 heures 55 min
light > Insolite
Psychose ?
Coronavirus : le jeu vidéo "Plague Inc." rencontre un franc succès
il y a 12 heures 2 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la souris fait un sourire et quand le soleil fait sa ronde : c’est l’actualité des montres garantie sans coronavirus
il y a 13 heures 1 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les chrétiens d'Afrique subsaharienne menacés par le terrorisme islamiste
il y a 15 heures 27 min
décryptage > Politique
Objectif 2022 ?

Ségolène Royal ou le retour d’un fervent désir d’avenir (personnel)

il y a 17 heures 22 min
décryptage > Economie
C'est gonflé quand même…

Quand Bruno Le Maire se couche devant Trump… et affirme qu'il se tient debout…

il y a 18 heures 12 min
décryptage > Economie
Revue stratégique

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

il y a 19 heures 12 min
décryptage > France
Pression

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

il y a 19 heures 45 min
Atlantico Business

Comment redresser la compétitivité sans baisser les salaires ? Macron n’a toujours pas trouvé la formule magique

Publié le 20 novembre 2017
Emmanuel Macron a réussi beaucoup de choses depuis son arrivée à l‘Elysée. Il n’a pas encore réussi à redresser la compétitivité. Or, c’est la clef du futur.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a réussi beaucoup de choses depuis son arrivée à l‘Elysée. Il n’a pas encore réussi à redresser la compétitivité. Or, c’est la clef du futur.

Emmanuel Macron à passer le cap de ses six premiers mois de mandat sans fautes. Contrairement à ses prédécesseurs, son bilan est largement positif.

Alors bien sur, une moisson de sondages dresse un tableau de sa popularité en demi-teinte. Plus de la moitié des Français interrogés serait plutôt mécontente de son action (sondage BVA de la semaine dernière), mais son image est largement plus positive que ses deux prédécesseurs. Près de 40% des français sont plutôt satisfaits de l’action du président et surtout le trouve compétent et capable de prendre des décisions qui s’imposent. Plus particulièrement, ils le considèrent comme fidèle à ses engagements de campagne.

Les français reconnaissent que l’image de la France s’est spectaculairement redressée à l’étranger, ce qui est quand même un facteur d’attractivité, ils estiment que le président a su habilement dégager le paysage politique pour avoir les moyens d’agir. L’opposition n’a plus de place.

A droite, les responsables reconnaissent qu‘il ne leur est pas possible de critiquer l’action du gouvernement puisque l’essentiel des réformes proposées et appliquées était dans les programmes de la droite qui a été incapable de les proposer depuis plus de 20 ans. La restructuration des Républicains sous la houlette de Laurent Wauquiez ne va pas créer de tremblement de terre sur le marché politique. Pour une raison très simple, Laurent Wauquiez ne se présente pas avec un corps d’idées politiques très précises, très cohérentes et très nouvelles. Les deux autres candidats à la présidence des Républicains n‘ont pas proposé de programme plus charpentés et plus denses.

A gauche, les perspectives ne sont pas meilleures. Entre la nouvelle gauche et la France insoumise, l’opposition de gauche ressemble à un champ de ruines. Jean-Luc Mélenchon occupe les plateaux de télévision mais reconnaît qu‘il n’a pas été capable de mobiliser une opposition solide.

Coté syndical, c’est la même impuissance. La plupart des syndicats se sont enfermés dans une logique de conflit pour protéger ce qui leur reste de militants. Le seul qui a délibérément décidé de transformer l’offre syndicale, c’est la CFDT avec Laurent Berger qui s’inscrit dans une logique de compromis avec le pouvoir patronal, et une logique de services pour les adhérents. Cette politique semble lui donner raison. Une grande partie des personnels le suit. Notamment dans le secteur privé.

Alors que la situation politique et syndicale lui dégage de la visibilité, Emmanuel Macron a pu réaliser l'essentiel des premières réformes qu’il avait annoncées lors de sa campagne. Plus de 70% des français ont parfaitement mémorisé les mesures prises. La loi travail, la suppression de l’ISF, la hausse de la CSG, la baisse des ALP, la prochaine réforme de la formation et la transformation du CICE.

Près de la moitié des français ont parfaitement compris que le programme Macron était inspiré par des concepts libéraux et ils l’acceptent. Ce qui est un vrai changement. Plus important encore, la majorité des français accepte l’orientation très pro européenne du président alors qu’il y a moins d’un an, la mode était plutôt à l’euroscepticisme.

Bref, les Français font crédit a la modernité de Emmanuel Macron, mais ce crédit ne tiendra que si et seulement si le président délivre des résultats sur le front de l’économie.

 

La clef du futur pour Emmanuel Macron est de permettre aux français de ressentir une amélioration de leur situation. C’est à dire une baisse du chômage et une amélioration des salaires.

Or, il a fait un bon diagnostic, le pays est en panne de compétitivité, mais il n’a pas découvert la formule magique pour restaurer rapidement l’emploi, sans baisser les salaires.

Le déficit commercial ne s’est pas redressé d’un euro, malgré le regain de croissance. Plus grave, cette reprise de croissance améliore un peu les emplois de service, mais dope les importations.

C’est le maillon faible du système français, c’est le talon d’Achille du président. Et personne, ni a droite, ni a gauche, n’a trouvé le moyen de sortir de ce piège tendu par la désindustrialisation.

En théorie, il n’y aurait que deux moyens.

Le premier est de baisser le cout du travail, mais comment baisser le cout du travail sans abimer le modèle social et baisser les salaires, ce qui est exclus. Ce problème n’est d’ailleurs pas exclusivement français.

Le deuxième moyen est de travailler sur l’innovation, et sur l’offre de qualité et de valeur. Le déficit commercial français est alimenté par la faiblesse de ses exportations. En dehors, de l’industrie du luxe (formidable succès), de l’aéronautique, de la construction navale, et de l'agro alimentaire, nous sommes assez pauvres en capacité d’exportation. Contrairement à l'Allemagne qui en a fait un axe stratégique pour assurer la puissance et sa prospérité.

C’est par l’offre, par l’innovation, la création de valeur, qu‘on réussira à créer des emplois avec des salaires de progrès.

Cette équation passe par le dynamisme des entrepreneurs et par la formation. Sur ces deux créneaux, on est mal. Nos entrepreneurs ne sont pas encouragés, ils commencent à être mieux considérés. Quant à la formation, ça demandera beaucoup de temps.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

03.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

04.

Quand Bruno Le Maire se couche devant Trump… et affirme qu'il se tient debout…

05.

Villes fermées et quarantaine : ce qui pourrait (ou pas) se passer en France en cas de pandémie aigüe

06.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

07.

Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hermet
- 20/11/2017 - 21:25
mauvaise foi
Mr Sylvestre est un incorrigible Macroniste il voit bien que le logiciel plante mais il continue à en faire la promotion, pourtant aucune remise en cause du modèle social, rien ou si peu sur la dépense publique... Des écarts de compétitivité conséquent dans un même système monétaire c'est mort.
gerard JOURDAIN
- 20/11/2017 - 18:03
quand on tourne autour du pot....
même Monsieur Sylvestre entre dans la dance; recherche des solutions compliqués...
pourtant c'est simple.
1-réduire la voilure de l' état. revenir au régalien.
2-optimiser les activités de l' état.
3-libérer le marché de l'emploi.
faire revenir les riches et les entrepreneurs.
faire revenir les salariés qui en ont eu marre de ce pays...
foutre la pays aux Français;
investir sur le régalien "santé, sécurité,éducation".

kelenborn
- 20/11/2017 - 16:01
Alain Proviste
Ouais...C'est plus à la louche qu'à l'improviste!!! Parce que votre analyse suppose qu'il existe d'immenses gâchis dans le système de protection sociale, dans lesquels on trouverait la poule aux oeufs d'or! Sauf que (voir d'ailleurs l'article de Verhaeghe sur une étude OCDE) , en terme de rapport qualité prix, il n'est pas certain que le système français soit si mauvais que cela! Vos réflexions me font penser à un dessin de Plantu dans ce qui n'était pas encore l'ImMonde! Moralement, ok pour pourchasser ceux qui vivent du système. En pratique la sortie paiera juste les cartouches! ... pour Vangode , ça n'a pas de prix!mais, vous n'êtes pas obligé de l'accompagner à la troisième mi-temps!