En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Atlantico Business
Comment redresser la compétitivité sans baisser les salaires ? Macron n’a toujours pas trouvé la formule magique
Publié le 20 novembre 2017
Emmanuel Macron a réussi beaucoup de choses depuis son arrivée à l‘Elysée. Il n’a pas encore réussi à redresser la compétitivité. Or, c’est la clef du futur.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a réussi beaucoup de choses depuis son arrivée à l‘Elysée. Il n’a pas encore réussi à redresser la compétitivité. Or, c’est la clef du futur.

Emmanuel Macron à passer le cap de ses six premiers mois de mandat sans fautes. Contrairement à ses prédécesseurs, son bilan est largement positif.

Alors bien sur, une moisson de sondages dresse un tableau de sa popularité en demi-teinte. Plus de la moitié des Français interrogés serait plutôt mécontente de son action (sondage BVA de la semaine dernière), mais son image est largement plus positive que ses deux prédécesseurs. Près de 40% des français sont plutôt satisfaits de l’action du président et surtout le trouve compétent et capable de prendre des décisions qui s’imposent. Plus particulièrement, ils le considèrent comme fidèle à ses engagements de campagne.

Les français reconnaissent que l’image de la France s’est spectaculairement redressée à l’étranger, ce qui est quand même un facteur d’attractivité, ils estiment que le président a su habilement dégager le paysage politique pour avoir les moyens d’agir. L’opposition n’a plus de place.

A droite, les responsables reconnaissent qu‘il ne leur est pas possible de critiquer l’action du gouvernement puisque l’essentiel des réformes proposées et appliquées était dans les programmes de la droite qui a été incapable de les proposer depuis plus de 20 ans. La restructuration des Républicains sous la houlette de Laurent Wauquiez ne va pas créer de tremblement de terre sur le marché politique. Pour une raison très simple, Laurent Wauquiez ne se présente pas avec un corps d’idées politiques très précises, très cohérentes et très nouvelles. Les deux autres candidats à la présidence des Républicains n‘ont pas proposé de programme plus charpentés et plus denses.

A gauche, les perspectives ne sont pas meilleures. Entre la nouvelle gauche et la France insoumise, l’opposition de gauche ressemble à un champ de ruines. Jean-Luc Mélenchon occupe les plateaux de télévision mais reconnaît qu‘il n’a pas été capable de mobiliser une opposition solide.

Coté syndical, c’est la même impuissance. La plupart des syndicats se sont enfermés dans une logique de conflit pour protéger ce qui leur reste de militants. Le seul qui a délibérément décidé de transformer l’offre syndicale, c’est la CFDT avec Laurent Berger qui s’inscrit dans une logique de compromis avec le pouvoir patronal, et une logique de services pour les adhérents. Cette politique semble lui donner raison. Une grande partie des personnels le suit. Notamment dans le secteur privé.

Alors que la situation politique et syndicale lui dégage de la visibilité, Emmanuel Macron a pu réaliser l'essentiel des premières réformes qu’il avait annoncées lors de sa campagne. Plus de 70% des français ont parfaitement mémorisé les mesures prises. La loi travail, la suppression de l’ISF, la hausse de la CSG, la baisse des ALP, la prochaine réforme de la formation et la transformation du CICE.

Près de la moitié des français ont parfaitement compris que le programme Macron était inspiré par des concepts libéraux et ils l’acceptent. Ce qui est un vrai changement. Plus important encore, la majorité des français accepte l’orientation très pro européenne du président alors qu’il y a moins d’un an, la mode était plutôt à l’euroscepticisme.

Bref, les Français font crédit a la modernité de Emmanuel Macron, mais ce crédit ne tiendra que si et seulement si le président délivre des résultats sur le front de l’économie.

 

La clef du futur pour Emmanuel Macron est de permettre aux français de ressentir une amélioration de leur situation. C’est à dire une baisse du chômage et une amélioration des salaires.

Or, il a fait un bon diagnostic, le pays est en panne de compétitivité, mais il n’a pas découvert la formule magique pour restaurer rapidement l’emploi, sans baisser les salaires.

Le déficit commercial ne s’est pas redressé d’un euro, malgré le regain de croissance. Plus grave, cette reprise de croissance améliore un peu les emplois de service, mais dope les importations.

C’est le maillon faible du système français, c’est le talon d’Achille du président. Et personne, ni a droite, ni a gauche, n’a trouvé le moyen de sortir de ce piège tendu par la désindustrialisation.

En théorie, il n’y aurait que deux moyens.

Le premier est de baisser le cout du travail, mais comment baisser le cout du travail sans abimer le modèle social et baisser les salaires, ce qui est exclus. Ce problème n’est d’ailleurs pas exclusivement français.

Le deuxième moyen est de travailler sur l’innovation, et sur l’offre de qualité et de valeur. Le déficit commercial français est alimenté par la faiblesse de ses exportations. En dehors, de l’industrie du luxe (formidable succès), de l’aéronautique, de la construction navale, et de l'agro alimentaire, nous sommes assez pauvres en capacité d’exportation. Contrairement à l'Allemagne qui en a fait un axe stratégique pour assurer la puissance et sa prospérité.

C’est par l’offre, par l’innovation, la création de valeur, qu‘on réussira à créer des emplois avec des salaires de progrès.

Cette équation passe par le dynamisme des entrepreneurs et par la formation. Sur ces deux créneaux, on est mal. Nos entrepreneurs ne sont pas encouragés, ils commencent à être mieux considérés. Quant à la formation, ça demandera beaucoup de temps.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
02.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
05.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
06.
Iran, pourquoi la menace d’une intervention militaire brandie par John Bolton pourrait marcher
07.
Gérard Larcher, l'Homme qui tient tête à Emmanuel Macron et ...à Laurent Wauquiez
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hermet
- 20/11/2017 - 21:25
mauvaise foi
Mr Sylvestre est un incorrigible Macroniste il voit bien que le logiciel plante mais il continue à en faire la promotion, pourtant aucune remise en cause du modèle social, rien ou si peu sur la dépense publique... Des écarts de compétitivité conséquent dans un même système monétaire c'est mort.
gerard JOURDAIN
- 20/11/2017 - 18:03
quand on tourne autour du pot....
même Monsieur Sylvestre entre dans la dance; recherche des solutions compliqués...
pourtant c'est simple.
1-réduire la voilure de l' état. revenir au régalien.
2-optimiser les activités de l' état.
3-libérer le marché de l'emploi.
faire revenir les riches et les entrepreneurs.
faire revenir les salariés qui en ont eu marre de ce pays...
foutre la pays aux Français;
investir sur le régalien "santé, sécurité,éducation".

kelenborn
- 20/11/2017 - 16:01
Alain Proviste
Ouais...C'est plus à la louche qu'à l'improviste!!! Parce que votre analyse suppose qu'il existe d'immenses gâchis dans le système de protection sociale, dans lesquels on trouverait la poule aux oeufs d'or! Sauf que (voir d'ailleurs l'article de Verhaeghe sur une étude OCDE) , en terme de rapport qualité prix, il n'est pas certain que le système français soit si mauvais que cela! Vos réflexions me font penser à un dessin de Plantu dans ce qui n'était pas encore l'ImMonde! Moralement, ok pour pourchasser ceux qui vivent du système. En pratique la sortie paiera juste les cartouches! ... pour Vangode , ça n'a pas de prix!mais, vous n'êtes pas obligé de l'accompagner à la troisième mi-temps!