En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

07.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 1 heure 56 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

il y a 1 heure 57 min
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 14 heures 59 min
light > Culture
Hommage
Abou Dabi inaugure sa nouvelle avenue Jacques Chirac
il y a 16 heures 42 min
décryptage > Politique
Vraiment ?

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

il y a 18 heures 35 min
décryptage > Sport
Réel succès ?

Cette maladie du tennis français qui se cache derrière la victoire de la France en finale de la FED Cup

il y a 22 heures 3 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les mystères médicaux autour de l’affaire de la nouvelle formule du Levothyrox

il y a 22 heures 40 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Au secours ? Amazon veut rendre Alexa intelligente en traitant nos données personnelles
il y a 22 heures 52 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 1 heure 56 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 1 heure 57 min
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 14 heures 28 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 15 heures 53 min
pépites > Terrorisme
Expulsion
La Turquie va expulser 11 djihadistes français dans les prochains jours
il y a 17 heures 11 min
décryptage > Europe
Les entrepreneurs parlent aux Français

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

il y a 18 heures 51 min
décryptage > Economie
(Piètres) raisons

1,3% de croissance en France : pourquoi pas plus ? Quatre (piètres) raisons et une obligation

il y a 22 heures 17 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

La droite française est-elle maudite ? : les causes historiques de la malédiction de la droite

il y a 22 heures 40 min
décryptage > Environnement
Immobilité

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

il y a 23 heures 1 min
© DR
© DR
Atlantico Business

Evasion fiscale : les vrais responsables existent et participent au bal des faux-culs de la politique

Publié le 09 novembre 2017
Cette affaire d’évasion fiscale a relancé un débat sur lequel la classe politique française se jette pour faire oublier ses propres turpitudes.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette affaire d’évasion fiscale a relancé un débat sur lequel la classe politique française se jette pour faire oublier ses propres turpitudes.

La plus grande capitalisation boursière qui déménage son siège de l’Irlande à l’île de Jersey… Apple et beaucoup d’autres ont été épinglées dans cette enquête internationale, les « Paradise papers ».

A partir d’une information un peu contestable qui établit à 350 milliards d’euros le montant des capitaux qui se serait soustrait à la fiscalité des différents grandes pays occidentaux, la classe politique s’est offert un débat surréaliste, biaisé et hypocrite et qui a permis finalement d’occulter les vrais sujets et les vrais coupables.

Les responsables politiques, y compris les plus sérieux, en ont profité pour fustiger les fraudeurs et l’argent sale, le blanchiment, la fuite des capitaux et  les paradis fiscaux réservés comme toujours aux plus riches et aux plus malins, pour terminer par expliquer que si les budgets nationaux avaient autant de difficultés à trouver leur équilibre et que si les modèles sociaux manquaient de moyens pour venir en aide à ceux qui en ont besoin, c’est bien parce que l’argent public s’évadait au mépris parfois de la loi. D’où la tentation de dénoncer, de réprimer, au nom de l’émotion et de la morale, plus souvent qu‘au nom de la loi. On voudrait alimenter le pessimisme et le populisme, on voudrait que la démocratie fonctionne à l’émotion et l’ignorance plutôt qu’au respect des faits et à l’information qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

Ce débat sur l’évasion fiscale est un championnat du monde des faux culs dont le principal carburant est la confusion.

La 1ère des grandes confusions : celle entre la fraude fiscale et l’évasion fiscale. La fraude fiscale est le résultat du non-respect de la loi. L’argent mal acquis dans des activités prohibées (prostitution, drogue, commerce des armes, industrie du rapt et détournement de fonds) est très souvent caché dans des myriades de sociétés financières de façon à effacer la source. Cet argent revient une fois blanchi dans des activités économiques normales ou stocké dans des banques offshores protégées par le secret bancaire. Cet argent est recherché, pourchassé. Selon les sources non vérifiées, il représenterait entre 30 et 80 milliards par an. Les Etats ont fait beaucoup de progrès pour s’équiper de moyens d’investigation et même d’échange de données. Et quand les députés demandent que ces coupables de fraude fiscale soient privés de leurs droits civiques, ils ont raison. Ils ont d’autant plus raison que ça existe déjà dans la plupart des grandes démocraties occidentales. En France, le juge a tous les moyens juridiques pour envoyer un fraudeur en prison et le priver de ses droits civiques. Alors, on peut toujours déposer un amendement pour renforcer ce qui existe déjà mais ça ne changera pas la face du monde. Ce qui changerait la donne, c’est le renforcement des moyens d’investigation et une meilleure coopération internationale. 

L’évasion fiscale est totalement différente. L’évasion fiscale est (sauf preuve du contraire) légale. L’évasion fiscale est le résultat de ce qu'on appelle l’optimisation fiscale, c’est à dire l’utilisation par tous les moyens juridiques de toutes les dispositions légales qui permettent de payer le moins d‘impôts possible. Et tous les Etats, en fonction de leurs besoins, ont créé des niches fiscales pour les uns, des exonérations d’impôts pour les autres.

Une entreprise qui possède un important centre de recherche a bien raison de positionner ce centre de recherche en France, puisque la France lui offre un crédit d’impôt recherche qui en a fait un véritable paradis fiscal pour le monde entier. Quand un épargnant choisi une assurance vie parce qu’il paie moins d’impôts et qu‘il sera exonéré de droits de succession, il a bien raison. Mais allons plus loin, lorsque les grandes entreprises multinationales européennes (dont les françaises) centralisent leur profit sur Rotterdam, ça n’est pas pour le climat, c’est pour la fiscalité light.

Les exemples sont multiples. Quand Apple choisit l’Irlande pour faire remonter ses profits européens, c’est parce que le taux d‘imposition y est le plus faible. Quand l’Irlande annonce qu‘elle va relever ses taux d’impôt sur les sociétés et qu’Apple prend la décision de déménager sur Jersey, c’est parce que Jersey lui offre une exonération fiscale totale, quoi que l’entreprise puisse en dire.

Quand Dassault livre ses avions dans des pays où on ne perçoit pas la TVA, l’île de Man par exemple, son client gagne 20%. Les financiers de la famille royale britannique ou les conseillers de Bono seraient bien sots de ne pas faire profiter de ces avantages à leurs clients. Sots ou incompétents. Dans les deux cas, ils ne mériteraient pas leur job car ils sont payés pour ça.

Alors, si ces pratiques heurtent la morale, c’est une autre histoire.

La 2ème confusion réside donc entre la morale et la loi. Si l’évasion fiscale est la plupart du temps légale, elle est très souvent considérée comme immorale par une grande partie de l’opinion. La question sera donc de savoir qui de la loi fiscale ou de la morale a le pouvoir. Que la morale puisse influencer la production de loi, sans doute, mais encore faut-il débattre des faits, de leur cohérence, de leur réalisme. Personne, aucun groupe idéologique ou religieux, ne peut s’arroger au nom de sa morale la liberté de faire le droit. Et chaque fois que la démocratie a été sous l’emprise d’une émotion morale, elle a accouché de dispositions inacceptables, injustes ou inéquitables, parfois même de gouvernances très violentes. L’histoire regorge d’exemples.

 

La 3ème confusion est celle qui règne dans le maquis des responsabilités. Il est évident que, sans une connaissance sérieuse des faits, les donneurs de leçons auront beau jeu d’accuser les riches, les profiteurs, les élites, bref de développer un écosystème très populiste avec des arguments les plus démagogiques.

Les causes et les responsables de l’évasion fiscale sont multiples. Mais l’évasion fiscale s’est développée au carrefour des législations fiscales locales confrontées aux effets de la mondialisation.
La mondialisation a offert la liberté de circulation pour les produits, les services, les hommes et les capitaux. Mais les législations administratives et fiscales sont restées nationales. Donc l’intérêt de chacun est de profiter de cette liberté de circulation pour utiliser la fiscalité la plus favorable à ses intérêts, quoi de plus normal.

C’est aux gouvernances nationales de se défendre, c’est aux hommes politiques de se défendre. Plutôt que de crier au loup, c’est à eux de se mobiliser. Comment :

D’abord, en réduisant leur taux de fiscalité pour décourager ou dissuader les tentations d’aller voir ailleurs.

Ensuite, en négociant des accords de coopération avec les autres pays. L‘avenir est bien évidemment à l’harmonisation et à la coopération internationale. Mais dans ce domaine comme dans d’autres, on est très loin d’une volonté de gouvernance mondiale.

Plus grave, les politiques et les analystes les plus violents à dénoncer les procédures d’évasion fiscale sont aussi les plus souverainistes et les plus attachés à l'expression d’une démocratisation fondée plus sur l’émotion que sur la connaissance rationnelle des faits.

Les plus fervents pourfendeurs de l‘optimisation fiscale devraient être les plus convaincus pour mettre en place des coopérations internationales et notamment européenne. Or, ce n’est pas le cas.

Qu’on ne s’y trompe pas, les indépendantistes de la Catalogne sont en majorité des riches qui ne veulent plus payer d’impôts pour les pauvres de l‘Espagne andalouse.

Qu’on ne s’y trompe pas, les partisans du Brexit, qui ne sont pas les derniers à dénoncer l’optimisation fiscale, ont dans leur plan le projet de faire de l’Angleterre un paradis fiscal pour le reste de l’Europe et du monde.

Ce double langage est fondé sur une contrainte : la nécessite de rester dans le jeu de la mondialisation. Cette nécessité passe par l’obligation d’offrir une attractivité forte. Et parmi les outils de l’attractivité, tous les pays ont dans leurs tiroirs des outils fiscaux. L’harmonisation fiscale mondiale n’est pas pour demain. Le championnat du monde des faux-culs de la fiscalité a encore de beaux jours à vivre. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

06.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

07.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JAGUAR35
- 10/11/2017 - 12:30
Fiscalité internationale
Qui est responsable du fait que les Business models de l’economie du XXI siècle sont taxés avec des règles internationales élaborées dans les années 70 pour l’essentiel?
Le droit fiscal serait le seul droit soumis à la morale?
ajm
- 09/11/2017 - 23:40
La grande niche fiscale.
Il ne faut pas se voiler la face. Même en supposant que tous les Français déclarent au centime près tout ce qui est imposable et que les "niches fiscales" crées par L' Etat et parfaitement légales soient réduites au minimum, le deficit de la France sera toujours aussi béant, car le problème réside dans l'addiction de beaucoup de Français au sacro-saint Social , c'est-à-dire le désir maladif de beaucoup de nos concitoyens à vivre plus ou moins au frais de la collectivite.
Au sujet des niches fiscales, il faut s'interroger sur le fait que toutes les allocations et les avantages sociaux ( y compris la subvention implicite attachée aux loyers HLM, les aides et tarifs préférentiels des communes et départements ..) ne sont ni imposables ni même declarables, alors que tous les revenus du tavail, du capital et toutes les pensions et retraites le sont. Ces prestations ( des centaines de milliards) constituent, et de loin, la plus grande niche fiscale de ce pays Ce n'est d'ailleurs pas une niche mais un gigantesque élevage de chiens en liberté qui se permet en plus d'accueillir en permanence de nouveaux pensionnaires affluant de la terre entière.
vangog
- 09/11/2017 - 23:39
Trop drôle!... »en réduisant leur taux de fiscalité »...
Quand tu dis ça à un socialaud-Macroniste, il trouve une nouvelle taxe exceptionnelle à transformer en taxe perpétuelle et/ou universelle...Sylvestre, s’il vous plaît, abstenez-vous de parler de fiscalité à un socialaud-macroniste, car ça l’excite...