En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 8 min 5 sec
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 1 heure 41 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 3 heures 11 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 3 heures 25 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 3 heures 48 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 4 heures 10 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 4 heures 43 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 5 heures 6 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 5 heures 35 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 6 heures 29 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 38 min 10 sec
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 3 heures 26 sec
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 3 heures 21 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 3 heures 44 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 4 heures 8 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 4 heures 25 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 4 heures 46 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 5 heures 32 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 6 heures 12 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 6 heures 35 min
© DR
© DR
Atlantico Business

Evasion fiscale : les vrais responsables existent et participent au bal des faux-culs de la politique

Publié le 09 novembre 2017
Cette affaire d’évasion fiscale a relancé un débat sur lequel la classe politique française se jette pour faire oublier ses propres turpitudes.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette affaire d’évasion fiscale a relancé un débat sur lequel la classe politique française se jette pour faire oublier ses propres turpitudes.

La plus grande capitalisation boursière qui déménage son siège de l’Irlande à l’île de Jersey… Apple et beaucoup d’autres ont été épinglées dans cette enquête internationale, les « Paradise papers ».

A partir d’une information un peu contestable qui établit à 350 milliards d’euros le montant des capitaux qui se serait soustrait à la fiscalité des différents grandes pays occidentaux, la classe politique s’est offert un débat surréaliste, biaisé et hypocrite et qui a permis finalement d’occulter les vrais sujets et les vrais coupables.

Les responsables politiques, y compris les plus sérieux, en ont profité pour fustiger les fraudeurs et l’argent sale, le blanchiment, la fuite des capitaux et  les paradis fiscaux réservés comme toujours aux plus riches et aux plus malins, pour terminer par expliquer que si les budgets nationaux avaient autant de difficultés à trouver leur équilibre et que si les modèles sociaux manquaient de moyens pour venir en aide à ceux qui en ont besoin, c’est bien parce que l’argent public s’évadait au mépris parfois de la loi. D’où la tentation de dénoncer, de réprimer, au nom de l’émotion et de la morale, plus souvent qu‘au nom de la loi. On voudrait alimenter le pessimisme et le populisme, on voudrait que la démocratie fonctionne à l’émotion et l’ignorance plutôt qu’au respect des faits et à l’information qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

Ce débat sur l’évasion fiscale est un championnat du monde des faux culs dont le principal carburant est la confusion.

La 1ère des grandes confusions : celle entre la fraude fiscale et l’évasion fiscale. La fraude fiscale est le résultat du non-respect de la loi. L’argent mal acquis dans des activités prohibées (prostitution, drogue, commerce des armes, industrie du rapt et détournement de fonds) est très souvent caché dans des myriades de sociétés financières de façon à effacer la source. Cet argent revient une fois blanchi dans des activités économiques normales ou stocké dans des banques offshores protégées par le secret bancaire. Cet argent est recherché, pourchassé. Selon les sources non vérifiées, il représenterait entre 30 et 80 milliards par an. Les Etats ont fait beaucoup de progrès pour s’équiper de moyens d’investigation et même d’échange de données. Et quand les députés demandent que ces coupables de fraude fiscale soient privés de leurs droits civiques, ils ont raison. Ils ont d’autant plus raison que ça existe déjà dans la plupart des grandes démocraties occidentales. En France, le juge a tous les moyens juridiques pour envoyer un fraudeur en prison et le priver de ses droits civiques. Alors, on peut toujours déposer un amendement pour renforcer ce qui existe déjà mais ça ne changera pas la face du monde. Ce qui changerait la donne, c’est le renforcement des moyens d’investigation et une meilleure coopération internationale. 

L’évasion fiscale est totalement différente. L’évasion fiscale est (sauf preuve du contraire) légale. L’évasion fiscale est le résultat de ce qu'on appelle l’optimisation fiscale, c’est à dire l’utilisation par tous les moyens juridiques de toutes les dispositions légales qui permettent de payer le moins d‘impôts possible. Et tous les Etats, en fonction de leurs besoins, ont créé des niches fiscales pour les uns, des exonérations d’impôts pour les autres.

Une entreprise qui possède un important centre de recherche a bien raison de positionner ce centre de recherche en France, puisque la France lui offre un crédit d’impôt recherche qui en a fait un véritable paradis fiscal pour le monde entier. Quand un épargnant choisi une assurance vie parce qu’il paie moins d’impôts et qu‘il sera exonéré de droits de succession, il a bien raison. Mais allons plus loin, lorsque les grandes entreprises multinationales européennes (dont les françaises) centralisent leur profit sur Rotterdam, ça n’est pas pour le climat, c’est pour la fiscalité light.

Les exemples sont multiples. Quand Apple choisit l’Irlande pour faire remonter ses profits européens, c’est parce que le taux d‘imposition y est le plus faible. Quand l’Irlande annonce qu‘elle va relever ses taux d’impôt sur les sociétés et qu’Apple prend la décision de déménager sur Jersey, c’est parce que Jersey lui offre une exonération fiscale totale, quoi que l’entreprise puisse en dire.

Quand Dassault livre ses avions dans des pays où on ne perçoit pas la TVA, l’île de Man par exemple, son client gagne 20%. Les financiers de la famille royale britannique ou les conseillers de Bono seraient bien sots de ne pas faire profiter de ces avantages à leurs clients. Sots ou incompétents. Dans les deux cas, ils ne mériteraient pas leur job car ils sont payés pour ça.

Alors, si ces pratiques heurtent la morale, c’est une autre histoire.

La 2ème confusion réside donc entre la morale et la loi. Si l’évasion fiscale est la plupart du temps légale, elle est très souvent considérée comme immorale par une grande partie de l’opinion. La question sera donc de savoir qui de la loi fiscale ou de la morale a le pouvoir. Que la morale puisse influencer la production de loi, sans doute, mais encore faut-il débattre des faits, de leur cohérence, de leur réalisme. Personne, aucun groupe idéologique ou religieux, ne peut s’arroger au nom de sa morale la liberté de faire le droit. Et chaque fois que la démocratie a été sous l’emprise d’une émotion morale, elle a accouché de dispositions inacceptables, injustes ou inéquitables, parfois même de gouvernances très violentes. L’histoire regorge d’exemples.

 

La 3ème confusion est celle qui règne dans le maquis des responsabilités. Il est évident que, sans une connaissance sérieuse des faits, les donneurs de leçons auront beau jeu d’accuser les riches, les profiteurs, les élites, bref de développer un écosystème très populiste avec des arguments les plus démagogiques.

Les causes et les responsables de l’évasion fiscale sont multiples. Mais l’évasion fiscale s’est développée au carrefour des législations fiscales locales confrontées aux effets de la mondialisation.
La mondialisation a offert la liberté de circulation pour les produits, les services, les hommes et les capitaux. Mais les législations administratives et fiscales sont restées nationales. Donc l’intérêt de chacun est de profiter de cette liberté de circulation pour utiliser la fiscalité la plus favorable à ses intérêts, quoi de plus normal.

C’est aux gouvernances nationales de se défendre, c’est aux hommes politiques de se défendre. Plutôt que de crier au loup, c’est à eux de se mobiliser. Comment :

D’abord, en réduisant leur taux de fiscalité pour décourager ou dissuader les tentations d’aller voir ailleurs.

Ensuite, en négociant des accords de coopération avec les autres pays. L‘avenir est bien évidemment à l’harmonisation et à la coopération internationale. Mais dans ce domaine comme dans d’autres, on est très loin d’une volonté de gouvernance mondiale.

Plus grave, les politiques et les analystes les plus violents à dénoncer les procédures d’évasion fiscale sont aussi les plus souverainistes et les plus attachés à l'expression d’une démocratisation fondée plus sur l’émotion que sur la connaissance rationnelle des faits.

Les plus fervents pourfendeurs de l‘optimisation fiscale devraient être les plus convaincus pour mettre en place des coopérations internationales et notamment européenne. Or, ce n’est pas le cas.

Qu’on ne s’y trompe pas, les indépendantistes de la Catalogne sont en majorité des riches qui ne veulent plus payer d’impôts pour les pauvres de l‘Espagne andalouse.

Qu’on ne s’y trompe pas, les partisans du Brexit, qui ne sont pas les derniers à dénoncer l’optimisation fiscale, ont dans leur plan le projet de faire de l’Angleterre un paradis fiscal pour le reste de l’Europe et du monde.

Ce double langage est fondé sur une contrainte : la nécessite de rester dans le jeu de la mondialisation. Cette nécessité passe par l’obligation d’offrir une attractivité forte. Et parmi les outils de l’attractivité, tous les pays ont dans leurs tiroirs des outils fiscaux. L’harmonisation fiscale mondiale n’est pas pour demain. Le championnat du monde des faux-culs de la fiscalité a encore de beaux jours à vivre. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JAGUAR35
- 10/11/2017 - 12:30
Fiscalité internationale
Qui est responsable du fait que les Business models de l’economie du XXI siècle sont taxés avec des règles internationales élaborées dans les années 70 pour l’essentiel?
Le droit fiscal serait le seul droit soumis à la morale?
ajm
- 09/11/2017 - 23:40
La grande niche fiscale.
Il ne faut pas se voiler la face. Même en supposant que tous les Français déclarent au centime près tout ce qui est imposable et que les "niches fiscales" crées par L' Etat et parfaitement légales soient réduites au minimum, le deficit de la France sera toujours aussi béant, car le problème réside dans l'addiction de beaucoup de Français au sacro-saint Social , c'est-à-dire le désir maladif de beaucoup de nos concitoyens à vivre plus ou moins au frais de la collectivite.
Au sujet des niches fiscales, il faut s'interroger sur le fait que toutes les allocations et les avantages sociaux ( y compris la subvention implicite attachée aux loyers HLM, les aides et tarifs préférentiels des communes et départements ..) ne sont ni imposables ni même declarables, alors que tous les revenus du tavail, du capital et toutes les pensions et retraites le sont. Ces prestations ( des centaines de milliards) constituent, et de loin, la plus grande niche fiscale de ce pays Ce n'est d'ailleurs pas une niche mais un gigantesque élevage de chiens en liberté qui se permet en plus d'accueillir en permanence de nouveaux pensionnaires affluant de la terre entière.
vangog
- 09/11/2017 - 23:39
Trop drôle!... »en réduisant leur taux de fiscalité »...
Quand tu dis ça à un socialaud-Macroniste, il trouve une nouvelle taxe exceptionnelle à transformer en taxe perpétuelle et/ou universelle...Sylvestre, s’il vous plaît, abstenez-vous de parler de fiscalité à un socialaud-macroniste, car ça l’excite...