En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Allociné
Bonnes feuilles
Alors qu'ils ignoraient tout des vacances, nos ancêtres auraient travaillé moins que nous !
Publié le 04 novembre 2017
On entend souvent dire que : « c’était mieux avant… » Nostalgie ou réalité ? Pour le savoir, Jean-Louis Beaucarnot, a une nouvelle fois remonté le temps et revisité ses best-sellers, consacrés à l’histoire du quotidien de nos ancêtres, en se demandant qui d’eux ou de nous voyageait le mieux, mangeait le mieux, se distrayait le mieux... Au fil d’un panorama riche et varié, il vous propose un étonnant jeu des différences, mené à partir de documents originaux d’hier et d’aujourd’hui, mis en miroir de façon souvent saisissante, entre le temps de l’obsolescence programmée et celui des économies de bout de chandelles, celui des maisons inchauffables et celui du réchauffement climatique… Une enquête originale, qui vous fera remonter le temps, et vous permettra de trancher par vous même cette grande question, que toutes les générations se sont posées. Extrait de "Nos ancêtres étaient-ils plus heureux ?" de Jean-Louis Beaucarnot, publié aux Editions JC Lattès. 1/2
Jean-Louis Beaucarnot, historien et généalogiste, est connu pour ses chroniques (France 2, RTL, Europe 1, JDD...) et pour ses best-sellers dont "Comment vivaient nos ancêtres" (JC Lattès, 2006). Il est celui que l’Express a nommé "le pape de la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis Beaucarnot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis Beaucarnot, historien et généalogiste, est connu pour ses chroniques (France 2, RTL, Europe 1, JDD...) et pour ses best-sellers dont "Comment vivaient nos ancêtres" (JC Lattès, 2006). Il est celui que l’Express a nommé "le pape de la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On entend souvent dire que : « c’était mieux avant… » Nostalgie ou réalité ? Pour le savoir, Jean-Louis Beaucarnot, a une nouvelle fois remonté le temps et revisité ses best-sellers, consacrés à l’histoire du quotidien de nos ancêtres, en se demandant qui d’eux ou de nous voyageait le mieux, mangeait le mieux, se distrayait le mieux... Au fil d’un panorama riche et varié, il vous propose un étonnant jeu des différences, mené à partir de documents originaux d’hier et d’aujourd’hui, mis en miroir de façon souvent saisissante, entre le temps de l’obsolescence programmée et celui des économies de bout de chandelles, celui des maisons inchauffables et celui du réchauffement climatique… Une enquête originale, qui vous fera remonter le temps, et vous permettra de trancher par vous même cette grande question, que toutes les générations se sont posées. Extrait de "Nos ancêtres étaient-ils plus heureux ?" de Jean-Louis Beaucarnot, publié aux Editions JC Lattès. 1/2

« Métro, boulot, dodo » : de nous ou de nos ancêtres, qui travaillait le plus ?

Le chrétien devant imiter Dieu qui avait créé le monde en six jours et s’était reposé le septième, avait en bonne logique calqué son agenda sur le Sien. Six jours donc de travail par semaine, pour un jour « chômé » : le dimanche. Faites le calcul : cela donne plus de 313 journées de travail par an, sachant que ces journées qui suivaient à la campagne le rythme des saisons allaient faire facilement seize heures en été – au moment des travaux les plus pénibles – pour seulement huit à dix en hiver, auxquelles notre homme peut alors ajouter deux à trois heures de veillée, s’il ne se couche pas comme ses poules… Un premier déséquilibre, auquel s’en ajoutait d’autres.

D’abord du fait que les jours « ouvrables » – l’origine du mot venant, non pas de l’ouverture des commerces et des bureaux, mais du mot « oeuvrable », signifiant « travaillable » – ne sont pas aussi nombreux que l’on pourrait le penser. 313 jours ? Certainement pas ! Il suffit pour le comprendre d’écouter les lamentations du savetier de La Fontaine :

Le mal est que dans l’an s’entremêlent des jours

Qu’il faut chômer : on nous ruine en fêtes.

L’une fait tort à l’autre, et monsieur le curé

De quelque nouveau saint charge toujours son prône.

C’est qu’en effet les dimanches ne sont pas les seuls jours où le travail est interdit à nos ancêtres. Du moins à nos ancêtres ruraux, car en ville, des éléments chiffrés montrent qu’en 1893 27 % des salariés travaillaient ce jour-là.

Mais à ces dimanches, il faut ajouter de nombreuses fêtes, de la liturgie catholique ou du folklore : celle du saint patron du village ou de la paroisse, comme celui du diocèse (Saint-Arbogast à Strasbourg, Saint-Sernin à Toulouse, etc.), puis celle du saint patron du métier ou de la corporation (Saint-Crépin pour les cordonniers, Saint-Honoré pour les boulangers, etc.). Les animaux eux-mêmes sont également dispensés d’attelage les jours de leurs protecteurs : les chevaux le jour de la Saint-Éloi, les boeufs celui de la Saint-Blaise… Sans compter, bien sûr, une multitude de saints locaux, objets de pèlerinages ou de pardons. C’est ainsi que le nombre de ces fêtes d’obligation était au xviie siècle de cinquante-trois dans le diocèse d’Angers et de quarante-trois dans celui de La Rochelle. Et même si au cours du siècle suivant on procédera à des épurations, il continuera à rester important. Ainsi, dans le diocèse de Poitiers, de cinquante, on ne pourra descendre à moins de vingt-sept.

Si donc après avoir retiré les 52 dimanches aux 365 jours de l’année et être tombé à 313, on retirait encore quelque cinquante autres jours de fête, on arrivait à 260, soit à peu près autant qu’en déduisant les 104 jours de nos week-ends et une dizaine de jours de fêtes diverses (jeudi de l’Ascension, 14 juillet, 11 novembre…).

Il n’en reste pas moins que le nombre de fêtes devait avoir été plus important encore, puisque dans son étude de cas, Vauban estime les jours ouvrables de son journalier à seulement 180 – peut-être pour tenir compte d’un nombre incompressible de jours de fêtes familiales, avec mariages et enterrements… 180 est en tous les cas un chiffre nettement inférieur au nôtre, même lorsque l’on a déduit nos cinq semaines de congés payés.

Conclusion : nos ancêtres ruraux d’Ancien Régime auraient travaillé moins que nous ! Une grande surprise, sachant qu’évidemment ils ignoraient tout des vacances. D’abord parce qu’elles ont longtemps été vues comme d’un effet déplorable : Richelieu ne disait-il pas que « le peuple est un mulet qui se gâte par le repos » ? Ensuite, parce que les lois ne les prévoyaient pas et qu’il faudra attendre 1936, le Front populaire et Léo Lagrange, pour que s’imposent les congés payés.

La domesticité à pas cher. Travailler plus pour gagner plus ? Le travail est nécessaire ; l’homme est sur terre pour travailler ; c’est tout juste si l’on ne chantait pas déjà, avant Henri Salvador, que « le travail, c’est la santé » ! La santé du corps et aussi celle de l’âme, car au Moyen Âge, l’Église est catégorique : l’homme doit travailler pour échapper à la tentation…

Extrait de "Nos ancêtres étaient-ils plus heureux ?" de Jean-Louis Beaucarnot, publié aux Editions JC Lattès.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
03.
Colis piégé à Lyon : pourquoi la menace terroriste ne parviendra pas à prendre cette élection en otage
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
07.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 05/11/2017 - 15:35
Comparaisons difficiles.
Les métiers sous l'ancien regime etaient pour l'essentiel des métiers très durs physiquement qui demandaient des travailleurs en bonne santé , formés et bien nourris, ce qui n'était pas la situation forcément dominante.
zen-gzr-28
- 05/11/2017 - 11:19
Pas crédible
Mais en même temps, bien que difficile à suivre comme raisonnement...bon nombre de travailleurs vous affirment que bien que travaillant moins d'heures, ils produisent plus.
De plus, cette comparaison est erronée, les progrès technologiques n'étant pas pris en compte.
jurgio
- 04/11/2017 - 22:49
Une comparaison entre deux époques qui n'ont rien à voir
On attend mieux comme études de la part de personnes qui semblent beaucoup moins se fatiguer que leurs devanciers.