En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis

05.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

06.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

07.

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

01.

Chère Sophie de Menthon...

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

05.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

06.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

ça vient d'être publié
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 11 heures 58 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 13 heures 30 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 15 heures 24 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 17 heures 7 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 19 heures 27 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 20 heures 16 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 20 heures 42 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 21 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 14 heures
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 1 jour 14 heures
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 13 heures 1 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 14 heures 59 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 15 heures 48 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 17 heures 43 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 19 heures 57 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 20 heures 28 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 20 heures 55 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 13 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 jour 14 heures
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 1 jour 15 heures
© Pixabay
© Pixabay
A l'ancienne

Taxe sur les dividendes et trou dans les finances publiques : le gouvernement a la solution, forcément

Publié le 31 octobre 2017
Avec H16
En France, à chaque problème, sa taxe, et à chaque solution, sa taxe aussi. C’est probablement pourquoi il a été pensé qu’à chaque problème provoqué par les taxes, l’apparition d’une nouvelle taxe serait une excellente solution pour le résoudre. La saga de la taxe sur les dividendes pouvait commencer.
H16
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
H16 tient le blog Hashtable.Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En France, à chaque problème, sa taxe, et à chaque solution, sa taxe aussi. C’est probablement pourquoi il a été pensé qu’à chaque problème provoqué par les taxes, l’apparition d’une nouvelle taxe serait une excellente solution pour le résoudre. La saga de la taxe sur les dividendes pouvait commencer.
Avec H16

On pourrait facilement remonter très loin dans le temps, probablement jusque dans les années 70, au moment du dernier budget équilibré présenté par le gouvernement français de l’époque (en 1974). Depuis, il s’est en effet succédé une longue série de budgets, tous aussi déficitaires les uns que les autres, qui ont tous, d’une façon ou d’une autre, propulsé le besoin incessant d’accroître la pression fiscale et taxatoire sur le pays.

Revenons plus récemment, en 2012. À la faveur de campagnes électorales aussi populistes que putassières menées par les habituels clowns à roulette qui parsèment la vie politique française, cette frénésie taxatoire s’est traduite par les saillies à peine contrôlées du benêt alors candidat à la présidentielle, François Hollande, désigné par un parti officiellement socialiste et particulièrement remonté contre la finance, les riches et tous ceux qui avaient de l’argent et entendaient en faire autre chose que le donner, purement et simplement, à l’Etat.

Dans ce cadre, le candidat Hollande avait donc claironné vouloir imposer à 75% tout revenu dépassant le million d’euros, jugeant ces sommes indécentes. Sans grand panache mais probablement grâce à ses postures anti-finance en carton, le candidat, une fois devenu président, se retrouva un peu coincé lorsqu’il s’est agi de mettre en place la dite ponction : non seulement, ces riches n’entendaient pas se laisser faire, mais le Conseil Constitutionnel, saisi, fit remarquer que tout ceci devenait véritablement confiscatoire (non, sans blague !).

L’invention socialiste tombant à l’eau, il fallut trouver autre chose. Le terreau intellectuel socialiste est stérile : il n’y pousse guère que des taxes et si l’une vient à disparaître, seule une autre peut venir compenser. Hollande, en bon petit idéologue, s’empressa donc de faire remplacer son idée loufoque par une autre, tout aussi contre-productive et chargea son gouvernement, alors dirigé par l’insipide Ayrault, de trouver un nouveau groupe de victimes pour sa nouvelle taxe.

Ce furent les grosses entreprises, et la taxe porta sur les dividendes. Que voulez-vous : il fallait, autant que possible, limiter la portée des déficits enregistrés de budgets en budgets. L’idée, autrement plus hardie, de conserver sous contrôle la fiscalité française délirante et de réduire parallèlement les dépenses n’est bien évidemment venue dans aucun des cerveaux malades de nos politiciens de l’époque (ni depuis, rassurez-vous). D’ailleurs, tout le monde sait qu’en Socialie, si le gouvernement a un trou dans son budget, ce n’est pas parce qu’il dépense n’importe quoi, n’importe comment et se comporte à l’égard de l’argent du contribuable comme un joyeux goret dans son purin, mais bien parce qu’il n’est pas parvenu à ponctionner suffisamment.

Moyennant quoi, malgré les protestations véhémentes des grandes entreprises directement concernées, malgré les mises en garde répétées des fiscalistes et des constitutionnalistes, malgré l’évidente débilité de ce comportement taxatoire compulsif, Hollande, Ayrault et sa clique de Bercy mirent en place la taxe et ponctionnèrent à qui mieux-mieux : lors de la seconde loi des finances rectificatives du 16 août 2012 est introduite une « contribution additionnelle » à l’impôt sur les sociétés, à savoir une taxe à 3% sur les dividendes versés par les entreprises.

Las.

Ce qui devait arriver arriva, et — assez commodément — une fois que ces tristes aigrefins eurent quitté leurs postes : le Conseil constitutionnel retoqua la taxe en faisant bien comprendre que les sommes prélevées étaient indues… Et donc, par conséquent, à rembourser. Au passage, notons que ce n’est pas le premier à l’avoir faitpuisque la Cour de Justice de l’Union Européenne a déjà condamné cette taxe en mai 2017 suivie de la Cour des Comptes en juillet de la même année.

On regrettera le temps mis au contentieux pour s’achever puisque pendant les cinq années concernées, Bercy a généreusement ponctionné et se retrouve, de fil en aiguille, à devoir rembourser la coquette somme de 10 milliards d’euros.

La consternation devant l’abrutissante réalité fiscale française pourrait s’arrêter là.

Il n’en est rien.

Au scandale de l’idée de base aussi stupide que perverse, pondue par un François Hollande incompétent et dogmatique, à la gestion catastrophique de cette taxe par les services fiscaux de l’Etat, qui savaient qu’elle serait un jour retoquée ce qui aboutirait à un remboursement colossal, on doit malheureusement encore ajouter la véritable insulte à l’intelligence de la solution proposée par l’actuel gouvernement en place qui propose … d’instaurer une nouvelle taxe pour permettre à la fois le remboursement des ponctions indues, et une énième tentative d’équilibrage d’un budget de toute façon destiné à partir en quenouille.

Il faut lire, le doigt sous chaque mot, l’œil hagard et le cœur palpitant, les déclarations de Bruno Le Maire, le poulet sans tête actuellement en charge de ce qui reste de finances du pays, pour bien comprendre toute l’iniquité de la situation et la « formidable » solution qu’il préconise et pour laquelle il prétend faire preuve d’équité et de réflexion, la précipitation en matière fiscale étant mauvaise conseillère.

Ben tiens.

On peut presque déjà deviner ce qui va se passer : on va trouver une nouvelle façon de ponctionner les entreprises pour rembourser à ces mêmes entreprises les montants indus qui ont déjà été largement cramés en frivolités et autres socialistailleries consternantes, on aggravera aussi un peu les déficits (parce que, comme le dit Le Maire avec la finesse d’un trépan pétrolier, « l’État prendra une partie à sa charge aussi » ce qui veut dire que le cochon de contribuable devra encore mettre la main à la poche), et, plus tard, une fois que ces clowns seront partis et auront été remplacés par d’autres, on découvrira que la nouvelle ponction, mal fichue, mal boutiquée et pensée trop vite sera à nouveau à rembourser.

En somme, la cavalerie continue, et Bruno Le Maire, juché sur son poney de combat et petit clairon au bec, lance une nouvelle charge comme d’autres des barouds d’honneur à poil au milieu d’un champ de mine.

Vivre en France, cela veut dire, parfois, d’avoir à se pincer pour vérifier qu’on ne cauchemarde pas. Et à mesure que le « parfois » se transforme en « souvent » puis en « systématiquement », on comprend que la République vogue frénétiquement vers une faillite retentissante.

Et à la limite, ce sera bien fait pour elle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
René Tardy
- 03/11/2017 - 23:19
..."ce sera bien fait pour elle"...
...mais surtout pour nous, cochons de contribuables !
moneo
- 02/11/2017 - 16:33
que dire de plus?
++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
ajm
- 31/10/2017 - 18:45
Cavalerie.
Bercy connaissait très bien les risques juridiques de cette taxe mais c'était de l'argent qui rentrait et on appliquait l'adage habituel d'" après moi le déluge" . C'etait effectivement de la cavalerie entérinée par des politiciens aux abois. Et cela continue avec la nouvelle taxe