En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Atlantico Business
Il y a 500 ans, Martin Luther créait l’église protestante et inventait, sans le savoir, l’ubérisation de la société.
Publié le 28 octobre 2017
Les protestants Français se retrouvent ce weekend à Strasbourg pour fêter les 500 ans de la réforme initiée par Luther, qui a sans doute changé la civilisation occidentale.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les protestants Français se retrouvent ce weekend à Strasbourg pour fêter les 500 ans de la réforme initiée par Luther, qui a sans doute changé la civilisation occidentale.

Les docteurs en théologie ne m’en voudront pas, mais les historiens de l’économie pourraient dater la naissance de « l’uberisation » en octobre 1515. Il y a 500 ans. C’est à la fin d’octobre 1517 que le pasteur Martin Luther affichait les 95 thèses contre les indulgences et donna le départ à la scission avec l’église catholique.

Mais en réalité, ce qu’il y a eu, après plus de deux siècles de guerres de religions, c’est que Luther a donné naissance à un formidable mouvement d’émancipation qui a évidemment impacté les modèles de développement des sociétés occidentales et même de la civilisation chrétienne.

Les pasteurs ne m’en voudront pas, parce que dans la culture protestante, on ne peut en vouloir qu’à soi même.

Luther a sans doute été le premier entrepreneur Uber du monde moderne.

Qu’est ce que la réforme, sinon un mouvement puissant d’émancipation des chrétiens par rapport à l’emprise de l’église catholique, sa hiérarchie, ses dogmes, son organisation pyramidale rigoureuse, son clergé, sa papauté, ses évêques tout puissants, ses tribunaux, son droit écrit etc?

Luther a prescrit cette nécessité d’un rapport direct entre l’être humain et Dieu. Il a banni les intermédiaires. D’où la guerre permanente et qui a duré deux siècles avec le clergé.

Uber, Airbnb, Blablacar, Booking, n’ont rien fait d’autre que de simplifier au maximum les rapports entre le client-consommateur et son fournisseur au point de réinventer l’économie du partage, l’économie collaborative dans laquelle le consommateur partage.

Chez les protestants, ça n’est pas l’appareil collectif, l’église ou l’Etat qui compte, c’est encore moins la domination extérieure. Ce qui compte, c’est l’être humain, sa liberté individuelle et sa responsabilité individuelle, sa lucidité et sa capacité à tenir compte des contraintes de la vie en société. Pas besoin d’église, des temples suffiront. Pas besoin d’intermédiaires officiels, chaque fidèle pourra être pasteur. Ce qui compte, c’est la bienveillance, la charité, certes, mais ce qui compte beaucoup plus, c’est la transmission du savoir, la formation et l’indépendance.

L’économie libérale et capitaliste s’est développée sur ces valeurs-là, après que les outils aient été autorisés. Notamment le crédit et le prêt avec intérêt, qui ont permis de financer l’investissement, c’est- à-dire de se projeter dans le long terme. Mais le crédit qui était interdit par les catholiques, comme tout le commerce de l’argent, a permis de sortir de l’hypocrisie et a légalisé l’épargne et la rémunération de l’effort.

Les mouvements protestants, qui se sont surtout développés en Europe du Nord, ont permis au monde anglo saxon de prendre le train du développement économique et de la prospérité beaucoup plus vite que partout ailleurs dans le monde.

Alors, si beaucoup de protestants ont insufflé l’esprit de la révolution française au 18ème siècle, l’abolition des privilèges de la naissance notamment, s’ils ont permis l’émancipation politique par rapport à l’emprise des nobles et du clergé, c’est dans les pays anglo-saxons que les églises réformées ont facilité la révolution industrielle, au début du 19ème siècle.

En France, il a fallu attendre Napoléon III, libéral et libertaire, entouré de conseillers de culture protestante, pour prendre le train de la modernité industrielle. La machine à vapeur, le chemin de fer, l’électricité, l’automobile au début du 20 e siècle.

C’est à cette époque que le corps des ingénieurs qui a fourni beaucoup de pasteurs protestants, a pris une grande partie du pouvoir économique en le partageant avec des familles juives.  Dans la banque, (avec la Société générale), les travaux publics avec Gustave Eiffel, Schlumberger, et enfin l’automobile.

La construction automobile française illustre bien cette répartition des cultures dans le management et l’évolution de ces entreprises.

A la fin du 19ème, il y avait des centaines de constructeurs automobiles en France, comme partout, un peu comme aujourd’hui il y a des milliers de startup digitales. Mais très vite, trois grands constructeurs ont émergé.

Louis Renault, le fils d’une famille parisienne qui s’était enrichie dans le textile, et qui s’est pris de passion pour la mécanique. Son éducation catholique sévère (un peu radicale) a dominé sa vie, une vie qui s’est mal terminée compte tenue de sa bienveillance à l'égard de l’occupant allemand. Louis Renault avait du mal à dissimuler son antisémitisme. Il haïssait son principal concurrent qui habitait quai de Javel en face de chez lui, qui n’était autre que André Citroën.

André Citroën était un enfant pauvre d’une famille juive émigrée de l’est. Il s’appelait Citroën, parce que son grand père, au nom imprononçable a changé de nom en débarquant à Rotterdam. Et comme il vivait là, en revendant les agrumes sur le port, Citron ou Citroën, lui a semblé bienvenu. Pourquoi pas, en effet ! Mais André Citroën, lui, a réussi à faire Centrale, il appartenait donc à cette bande des centraliens entrainée par Eiffel et qui pensait que grâce à la technique, tout était possible pourvu qu’on ait l’audace et le goût du risque. Une valeur que partagent les juifs avec les protestants.

Et puis à l’est de la France, il y avait la famille Peugeot, « plus protestants que les Peugeot, ça n’existe pas en France » encore aujourd‘hui. La rigueur et l’éthique protestante, on la retrouve partout dans le fief des Peugeot. La discrétion, l’humilité et même l’austérité.

La majorité des protestants français, qui sont plus calvinistes que luthériens, va se retrouver à Strasbourg ce week end. Il n’y a pas de grande différence entre les calvinistes et les luthériens.

Luther était allemand donc l’Allemagne est principalement luthérienne, l’est de la France aussi.

Calvin était pasteur français, beaucoup de Français protestants se réfèrent plutôt aux enseignements de Calvin qui sont parfois jugés plus radicaux, plus sévères dans la morale personnelle que ceux de Luther, mais les spécialistes en théologie nous expliquent aussi que les française ayant été très minoritaires dans des régions du sud, dominés par des chrétiens catholiques se sont protégés des menaces et souvent des massacres, par un comportement très sévère.

Le monde du protestantisme français ne fait pas de différence.

Ce qui est intéressant dans cette histoire de la société, c’est que la révolution digitale a été portée au départ principalement par des ingénieurs américains impactés par les valeurs juives ou protestantes. Seattle, San Francisco, New York sont des cités où l'écosystème est façonné par l’esprit de réforme.

Ce qui est passionnant, c’est que l’outil digital qui est en train de toucher la civilisation mondiale, est un outil qui valorise la relation directe et la responsabilité individuelle.

Sans aucun jugement de valeur ou de gout pour la provocation, l'être humain est aujourd'hui seul face à son ordinateur, seul face au monde entier, seul face à ses amis de Facebook. La communication est horizontale. Rien ne vient d’en haut.

Exactement comme le prescrivait Luther, seul face à Dieu, sans intermédiaire, sans influence ou sans domination extérieure. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 29/10/2017 - 18:30
Hillel, Gamaliel et Jésus
Hillel et son petit-fils Gamaliel furent tous deux des justes, et des docteurs de la Loi de renom. Tous deux ont discuté avec Jésus de leur vivant. Une première fois ensemble quand Jésus avait douze ans, lors de sa fameuse disparition dans le Temple. Ils avaient été impressionnés. Hillel est mort peu de temps après. Gamaliel rencontrera ensuite souvent Jésus au cours de ses trois ans de prédication et avec admiration, sans reconnaître en Lui l'enfant de 12 ans qui l'avait tant impressionné, et surtout sans du tout faire partie du clan des pharisiens ennemis.Après la Crucifixion, Gamaliel comprendra enfin, et deviendra chrétien.
cloette
- 29/10/2017 - 13:33
eh oui Marie-E
Jesus était juif . C'est bien de le rappeler .
Marie-E
- 29/10/2017 - 10:32
précision pour Ganesha
"Aime ton prochain comme toi même" : Ce principe est clairement exprimé dans la Paracha de Kedochim, en ces termes : « Aime ton prochain comme toi-même. ». Une célèbre histoire du Talmud raconte comment une personne demanda à différents rabbins de lui enseigner toute la Torah le temps qu’elle se tienne « sur un pied », c’est-à-dire de la lui résumer brièvement. Il finit par rencontrer le grand sage Hillel, un descendant du roi David et la plus grande autorité rabbinique de son temps. Comment Hillel allait-il répondre à cette question ? La Torah peut-elle être réduite à un seul enseignement ? « Ce que tu n’aimes pas, ne le fais pas à autrui » fut sa réponse. « C’est là toute la Torah. Le reste est commentaire. Va et étudie (extrait de Habad.org). Jésus était juif, ne l'oubliez pas, il connaissait bien la Torah. Merci de rendre à César ce qui est à César... Mais comme le dit si bien Le Gorille, il ne faut pas prendre l'article comme parole d'Evangile.... Bonne semaine.