En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

07.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Les 10 stations du métro parisien les plus contrôlées

01.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépites > International
Cessez-le-feu
Recep Tayyip Erdogan menace les combattants kurdes en cas de non-respect de l’accord
il y a 1 heure 1 min
light > Insolite
"Highway to Hell"
Un informaticien a piraté la billetterie du Hellfest afin de tenter d'obtenir désespérément une place
il y a 4 heures 17 min
pépites > Europe
Casse-tête politique
Brexit : l'amendement Letwin a été adopté, les députés reportent leur décision sur l'accord
il y a 5 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"John Tanner, Tome 1, le captif du peuple des 1000 lacs" de Christian Perrissin et Boro Pavlovic : une histoire vraie, servie par des dessins bien loin des images d'Epinal

il y a 7 heures 35 min
pépite vidéo > Europe
Catalogne
Les images des violences à Barcelone en marge de la manifestation des indépendantistes catalans
il y a 8 heures 8 min
pépites > Europe
Chambre des communes
Brexit : journée décisive et vote historique au Parlement britannique
il y a 9 heures 26 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

il y a 11 heures 32 min
décryptage > Culture
Shakespeare revient, ils sont devenus fous !

Pendant des siècles, Othello a été noir : le théâtre des Abbesses a mis fin à ce scandale

il y a 11 heures 42 min
décryptage > Politique
Avenir de la droite

La petite mort des Républicains

il y a 12 heures 5 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Renault en plein chaos post Ghosn

il y a 12 heures 29 min
Vallée des Rois
Egypte : découverte exceptionnelle de trente sarcophages de plus de 3.000 ans
il y a 2 heures 30 min
pépite vidéo > People
Epreuve
Meghan Markle se confie sur le harcèlement des tabloïds
il y a 5 heures 8 min
pépites > Europe
Journée décisive et historique
Brexit : manifestation à Londres devant le Parlement pour réclamer un nouveau référendum
il y a 6 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La Bruyère, portrait de nous-mêmes" de Jean-Michel Delacomptée : un portrait captivant

il y a 7 heures 46 min
pépites > France
Mouvement social
Grève à la SNCF : Edouard Philippe déplore un "détournement du droit de retrait"
il y a 8 heures 55 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 18 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 24 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

La douloureuse question du suicide dans la police

il y a 11 heures 35 min
décryptage > Economie
industrie

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

il y a 11 heures 56 min
décryptage > High-tech
Icônes

Emojis, instagram et selfie : cette bascule vers une civilisation de l’image qui nous tombe sur la tête

il y a 12 heures 14 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday
il y a 12 heures 38 min
© JOEL SAGET
© JOEL SAGET
Agenda des réformes sociales

Feuille de route des réformes sociales : le gouvernement appuie là ou ça fait mal pour les syndicats

Publié le 26 octobre 2017
Le gouvernement entend dynamiser les rapports de force avec les partenaires sociaux pour avancer sur son planning de réformes sociales. Les rencontre bilatérales permettent de discuter plus directement des réformes engagées par rapport aux conférences sociales.
Dominique Andolfatto est professeur de science politique à l’université de Bourgogne et un chercheur spécialiste du syndicalisme. Ses travaux mettent l'accent sur des dimensions souvent négligées des organisations syndicales : les implantations...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Andolfatto
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Andolfatto est professeur de science politique à l’université de Bourgogne et un chercheur spécialiste du syndicalisme. Ses travaux mettent l'accent sur des dimensions souvent négligées des organisations syndicales : les implantations...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement entend dynamiser les rapports de force avec les partenaires sociaux pour avancer sur son planning de réformes sociales. Les rencontre bilatérales permettent de discuter plus directement des réformes engagées par rapport aux conférences sociales.

Atlantico : Ce 25 octobre, le premier ministre déclarait : "les concertations que nous ouvrons aujourd'hui nourriront un projet de loi qui sera adopté en Conseil des ministres avant le printemps 2018. ", et ce en évoquant les questions de l'apprentissage, de la formation professionnelle, et de l'assurance chômage. Comment évaluer l'approche du gouvernement concernant ces "concertations" ? Entre le rapport de force et la conciliation, quelle est la méthode privilégiée  ?

Dominique Andolfatto : Comme pour la préparation des ordonnances « travail », le gouvernement privilégie les rencontres bilatérales avec les syndicats (et non pas les grandes tables rondes ou conférences sociales qui avaient la faveur de François Hollande). Lors des bilatérales, les échanges sont plus francs et directs. Il y a beaucoup moins de lourdeur et de protocole. On en vient directement au fait. Inutile de chercher à faire un « numéro ». Dans les entreprises, c’est d’ailleurs ce type de rencontres que les syndicats apprécient le plus et ce sont elles qui permettent de construire concrètement des accords. Cela dit, on a pu reprocher au gouvernement de distiller les informations, de manquer de transparence sur ses intentions, d’entretenir le flou, voire de mépriser un peu ses interlocuteurs. Mais ses projets ne sont pas en réalité ficelés dès le départ. Il y a bien la recherche d’une co-construction des choses, à tout le moins des ajustements, au fil des entretiens bilatéraux (ce qui n’était pas le cas sous Hollande dont le gouvernement semblait toujours détenir la vérité).

Bien sûr, le gouvernement, qui maîtrise tout le processus de concertation, est avantagé par rapport aux partenaires sociaux. Forcément ces derniers n’ont qu’une vision partielle des choses, en fonction des entretiens respectifs qu’ils ont avec les ministres ou leurs cabinets.

Au total, on n’est donc pas dans le rapport de force, même si le gouvernement ne manque probablement pas de mettre les syndicalistes devant leurs responsabilités et, sans doute, devant leurs contradictions. Il s’agit d’avancer de façon volontariste. Cela dit, rien n’empêcherait les syndicats de se concerter par ailleurs et d’opposer au gouvernement un ou des contre-projets. Mais ce n’est pas la voie qu’ils ont choisie. Ils préfèrent manifestement les tête-à-tête présidentiels ou ministériels. C’est un peu le chacun pour soi. Chacun paraît chercher à être un bon interlocuteur, peut-être un bon élève, à tout le moins un élève attentif, qui pourra arracher plus facilement des compromis et obtenir certaines satisfactions. Mais, si l’on caricature un peu les choses, certains, d’emblée hostiles aux réformes qui se fabriquent, préfèrent jouer le rôle de mauvais élève et, en quelque sorte, privilégier la bagarre dans la cour de récréation…

Les syndicats sont largement divisés sur la marche à suivre, tout comme ils sont fracturés en interne. Quelles sont les causes réelles de ces divisions, aussi bien internes qu'entre syndicats ? Dans quelle mesure le gouvernement compte et agit sur ces division ? 

Bien sûr ces divisions ne peuvent qu’avantager le gouvernement. Cela lui permet d’imposer son point de vue mais celui-ci, du coup, est également plus fragile. Le gouvernement se retrouve seul le ring. La mise en œuvre de la réforme sera plus difficile. Donc le gouvernement a plutôt intérêt à convaincre ses partenaires de jouer le jeu. Mais il est vrai que le syndicalisme français reste profondément clivé. De lointaines raisons historiques et idéologiques l’expliquent. On oppose souvent contestataires (voire révolutionnaires) et réformistes. Mais cela c’est un peu de la mythologie car, dans la réalité, toutes les organisations sont réformistes. Avec la montée de la professionnalisation du militantisme syndical, il y a aussi une certaine homogénéité des représentants syndicaux. On pourrait presque dire que s’est affirmé un homo syndicalis. Cela dit, les syndicats demeurent fondamentalement en concurrence les uns avec les autres. Depuis 2008, la réforme des règles pour accéder à la représentativité syndicale a même accentué cette concurrence. Rappelons qu’accéder à la représentativité c’est devenir un interlocuteur reconnu par les employeurs et les pouvoirs publics mais aussi bénéficier de ressources spécifiques attachées à ce statut. Depuis 2008, les élections professionnelles sont devenues la clé de la représentativité. Elles constituent donc une véritable compétition dont dépend votre rang et la reconnaissance dont vous bénéficier. Au sein des organisations, existe aussi une compétition interne, plus ou moins régulée, pour accéder aux différents postes.

Au regard d'un tel contexte, que peut on anticiper du résultat de ces concertations ?

Pour le gouvernement, même si la feuille de route n’est pas nécessairement rédigée complètement, les choses sont assez simples. Il faut faire des réformes structurelles pour augmenter le taux d’emploi des Français en âge de travailler. Or celui-ci est plus bas que dans d’autres pays comparables, notamment chez les plus jeunes et les séniors. La France connaît aussi un nombre élevé de chômeurs de longue durée. D’où la nécessité de remettre à plat, notamment, l’apprentissage, la formation professionnelle ou encore l’assurance-chômage. En effet, les résultats des différents dispositifs existants sont insuffisants. Il faut donc faire bouger les choses. Il faut chercher à obtenir de meilleurs résultats en termes de formation, d’accès à l’emploi ou de retour à l’emploi. Les partenaires sociaux, très impliqués dans la gouvernance des dispositifs existants, se montrent aussi relativement immobiles. Et certaines réformes antérieures, telle la loi Sapin de 2014, ont davantage cherché à consolider leurs positions institutionnelles qu’à améliorer les résultats de ces dispositifs et donc le taux d’emploi. Désormais le gouvernement ne se satisfait plus du statu quo et ménager les partenaires sociaux ne semble plus du tout sa préoccupation principale. Il cherche à insuffler une nouvelle dynamique, à innover, à obtenir de meilleurs résultats en termes d’emploi. Les partenaires sociaux peuvent difficilement rester indifférents, voire opposés à des telles perspectives. Reste à favoriser une vraie concertation pour que les réformes soient tout à la fois pleinement légitimes et efficientes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

07.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Les 10 stations du métro parisien les plus contrôlées

01.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 27/10/2017 - 11:25
« Ressources spécifiques attachées au statut de syndicaliste »
Voilà toute l’erreur du syndicalisme gauchiste « à la française ».si vous voulez moderniser le syndicalisme, tolérez la présence de syndicats patriotes et de droite, et laissez-les se financer eux-mêmes, auprès des salariés adhérents...mais cela signerait la fin de quarante années de gauchisme: pas bon pour les science-pipologues...