En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
Atlantico Business
Les grands patrons allemands refusent la réforme du travail détaché et partent en guerre contre Macron (qui s’en frotte les mains)
Publié le 25 octobre 2017
La réforme du travail détaché, arrachée de justesse par la France au Conseil européen, a mis les patrons allemands en colère...
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La réforme du travail détaché, arrachée de justesse par la France au Conseil européen, a mis les patrons allemands en colère...

Il fallait s’y attendre. La négociation entre les ministres du Travail européens à Luxembourg a été assez tendue. La France, appuyée par l’Espagne et l’Italie, a donc obtenu un compromis sur la question des travailleurs détachés, compromis qui durcit la réforme prévue.

Les faits d’abord : on a réussi à se mettre d’accord sur un principe très simple, à savoir, « à travail égal, salaire égal,  et ce quelque soit la nationalité européenne du travailleur »

En théorie, l‘emploi de travailleurs polonais ou roumains ou même de tout l’est de l’Union européenne, et qui arrivent par bus entier pour travailler sur les chantiers à des prix défiants toute concurrence, est révolue. Sauf à ce qu‘ils soient payés au prix du marché local. L’accord prévoit que les charges sociales payées soient celles du pays d’origine. A charge pour le conseil de coordonner les régimes de sécurité sociale.

Le compromis a fait quelques exceptions au principe d’égalité : les chauffeurs routiers pour tous ceux qui habitent à la périphérie de l‘Union, y compris les espagnols. Il semble bien d’ailleurs que la France, qui tenait à cette réforme, a obtenu le vote de l’Espagne contre le fait d’accepter que les chauffeurs routiers soient en dehors de l’accord.

Par ailleurs, un point de la directive concerne la durée maximale d’une mission en détachement. Elle devrait être ramenée à 24 mois. La France se bat encore pour qu'elle soit limitée à 12 mois, alors que la durée moyenne des missions tourne autour de 6 mois. La demande francaise est donc très symbolique.

Ces dispositions devraient entrer en application dans les deux ans. Les pays les plus réfractaires demandent 5 ans. Ce point-là n’est pas réglé.

Les effets, ensuite, sont assez limités dans l’immédiat. D’autant qu'il va falloir mettre en place un dispositif de contrôle contre la fraude, qui permettra de lutter contre les travailleurs clandestins et de fermer « les sociétés boites aux lettre ». Mais à terme, il est évident que les conditions de travail doivent évoluer vers plus de coordination au niveau de l’Union ; ce qui ne plait évidemment pas à tout le monde.

Les mécontents ne vont pas baisser les bras immédiatement. Les pays de la bordure est de l’Union européenne sont contre, parce que ce système apportait du travail (certes dévalué) et du pouvoir d’achat à des personnes qui ne trouvaient pas dans leur pays de quoi vivre. La procédure des travailleurs détachés avait été mise au point pour aider les pays nouvellement arrivés dans l’Union à surmonter une partie de leur chômage tout en soutenant la consommation interne.

La directive revue et corrigée à Luxembourg est donc critiquée par les gouvernements, mais soutenus par les syndicats de l’est qui voient là une façon de protéger les salariés détachés.

C’est une façon de lutter contre le dumping social à l’intérieur de l’Union européenne.

En revanche, les plus mécontents sont les grands patrons allemands. Eux qui tressaient des couronnes de laurier à Emmanuel Macron  sont prêts depuis hier à le vouer aux gémonies.

Le patron des employeurs allemands, le BDA, déclare qu’« Emmanuel Macron a sans doute de bonnes idées pour réformer son pays et sans doute l’Europe, mais la proposition de durcir la directive du travail détaché est inacceptable en l’état. »

 

Angela Merkel qui est en pleine négociation pour former un gouvernement est assez gênée, elle n'a donc fait aucun commentaire. Elle « souligne la coordination entre Paris et Berlin, mais s’abstient de parler des relations avec les pays de l’est européen ».

Pour les entreprises allemandes, le problème est très simple. L’Allemagne reçoit 420 000 travailleurs détachés et en envoie à l’extérieur 240 000. La mise en application de la directive va contribuer a accroitre les couts de production, donc entamer la sacro sainte compétitivité des produits allemands.

Le patronat allemand va donc refuser purement et simplement le principe de « l'égalité de salaire ». Il conteste le plafonnement de la durée à 24 mois.

Le patronat allemand craint trois choses :

Un : un repliement sur soi très protectionniste

Deux : un risque de délocalisations des fabrications dans les pays émergents, ce que l’Allemagne avait assez bien freiné.

Trois : les patrons allemands se demandent s’ils pourront continuer à envoyer en mission leurs ingénieurs de haut niveau à l’extérieur.

Sur le terrain politique, la révolte des patrons allemands peut évidemment rendre service à Emmanuel Macron qui renforce ainsi son image de président défenseur d’une Europe plus unie, plus solidaire et lui permettre de consolider une majorité de nos partenaires autour de ses projets de réforme de l’Union européenne. Ceci dit, maintenant tout va dépendre de l’attitude de Mme Merkel et de son nouveau gouvernement. Tout va dépendre de sa politique européenne et de sa politique d’immigration. Il ne faudrait pas que le coup de frein qu'on va appliquer aux travailleurs détachés ouvrent les portes à l’immigration venant, elle, de l’extérieur de l’Union européenne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
02.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
03.
Fake news indétectables : GPT2, le programme développé par l’équipe d’intelligence artificielle d’Elon Musk auquel ses concepteurs préfèrent renoncer tant il leur fait peur
04.
Ce que le projet de loi Dussopt sur la fonction publique indique des renoncements d’Emmanuel Macron
05.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
06.
Un président étranger à son peuple mais aussi de plus en plus étranger à la communauté internationale
07.
Alain Finkielkraut sur son agression : " je n’aurais pas subi ce même genre d’insultes sur les ronds-points"
01.
Jean-Luc face à Mélenchon
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
06.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 26/10/2017 - 09:15
les ponnes hapitudes reprennent
herr Syllfestre fotre adoupement à Macron est incrooyableuuu
gilbert perrin
- 26/10/2017 - 07:50
et nous pauvres français... ??? à quoi sert HULOT et l'AN ?
Tout le monde se plie devant l'autoritarisme européen : GLUPHOSATE ? il n'est plus question d'arrêt immédiat, ni même 3 ans demandé par notre ministre de l'écologie, mais de 5 voir 7 ans ... Combien de morts y aura t'il d'ici là et TOUT LE MONDE SE COUCHE ? majorité comme opposition ???
LA MESURE concernant la CSG a été votée par 120 voix pour et 40 contre : le QUART de l'assemblée nationale : ELLE n'est donc pas APPLICABLE ??? CE DEVRAIT mais ne rêvez pas c'est bien vous qu'on veut TUER !!!!
gilbert perrin
- 25/10/2017 - 14:18
l'hallucination produit des effets ... bizarre !!!
je viens de le connaître à la suite d'une opération chirurgicale et absorption de MORFINE, c'est vraiment bizarre ???? alors MACRON est à la fois illuminé et ALLUME, il rêve ?