En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
Les entrepreneurs parlent aux Français
Qui va disparaître ? Les fabricants ? Les distributeurs ? Et Amazon dans tout cela ? Le nouveau combat pour la survie a commencé
Publié le 16 octobre 2017
Les cartes sont donc rebattues. Totalement.
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les cartes sont donc rebattues. Totalement.

La province est riche d’une vie plus calme, d’un air plus pur et d’un stress moins rude. La province est riche d’un bon sens profond, que les Parisiens ont remplacé, masquant l’absence de réflexion sur le sens par des mots et des gargarismes abondamment médiatisés.

La province, prononcez « Région » pour ne pas paraître arrogant, reste le fournisseur officiel de 2/3 du PIB français, n’en déplaise aux Parisiens autocentrés qui pensent que rien ne franchit les frontières du périphérique. Un peu comme Anne Hidalgo qui pense que l’absence de voiture sur les quais, les fait échapper à la pollution qui règne 4 mètres au-dessus.

Bien plus encore, les entrepreneurs qui ont la chance de partager leur vie entre Paris et la Province, finissent par prendre et garder, capitaliser et s’enrichir, du meilleur des 2 mondes. C’est ainsi que les meilleurs dirigeants du CAC que nous possédons, sont souvent plus éclairés quand ils prennent la distance nécessaire avec Paris. C’est le cas de Jean-Dominique Sénard, dirigeant de Michelin, dont la sagesse doit certainement beaucoup au fait de connaître aussi bien la France de Clermont-Ferrand que celle des salons Parisiens. Ou à celui de Schneider qui a compris que le monde se déplaçait vers l’Asie et a décidé de s’y installer. La distance améliore la vue. La diversité alimente l’intelligence.

C’est pourquoi je fais suite à mon article de la semaine passé sur l’industrie du futur. Basé sur mes visites en entreprises, industrielles, et notamment sur la plus récente, à Laval chez Gys, ce magnifique exemple de réussite made in France. Au delà de mes réflexions sur l’emploi dans l’industrie du futur, voilà quelques autres enseignements tirés de cette dernière visite.

Tout d’abord, le monde de l’industrie s’est associé à un accessoire jusqu’alors obligé. Celui de la distribution. Il est en effet trop complexe pour un industriel, en tous cas jusqu’à maintenant, d’être bon à la fois sur la conception, la recherche et le développement, la production, d’un côté, et la distribution de l’autre. Maintenir le contact avec des millions de clients à travers le monde est complexe, et les distributeurs en ont fait un métier, souvent lucratif, sur lequel nombre de français brillent au niveau mondial. Prenez Sonépar sur l’électrique, et ses 20 milliards de chiffre d’affaire, une de nos trop rares sociétés familiales, au capital intelligent, car patient et éclairé (sans mauvais jeu de mot !).

Le digital rebat totalement les cartes. La mondialisation aussi. Les distributeurs ont dû concentrer un maximum de produits, pour s’imposer comme incontournables et constituer des « one stop shopping » pour leurs clients, qui trouvent ainsi plus simple de tout acheter à un seul guichet. Cette massification entraîne une concentration, et dans le même temps, une perte de connaissance des produits. Trop de produits à connaître. Ils deviennent ainsi omnipotents et en même temps « partiellement incompétents » à donner l’information éclairée dont le client a besoin.

L’informatisation a outrance qu’exige cette massification, entraîne un appauvrissement, parfois, de l’innovation, tant il devient difficile pour un nouvel acteur innovant, de faire son chemin dans les processus d’achat, de référencement, qui conduisent à une sorte de rente pour les référencés actuels et à un chemin de croix pour les nouveaux acteurs.

Ainsi, les distributeurs mondiaux, dont une énorme partie sont Indiens et Chinois, bien entendu, perdent en compétences et doivent pour rester légitimes, innover et se transformer. Devenir producteur de services. Ce qui exige une réforme énorme de leur modèle. Ce qui devient d’autant plus nécessaire, que leur pire ennemi rôde et « pille » un peu plus leur territoire chaque jour. Un ennemi nommé « Amazon ». Plus rapide, plus souple, plus moderne, et doté d’une puissance de feu sans égal, doté de systèmes informatiques qui ne sont pas issus des années 70, mais d’algorithmes qui parfois appartiennent déjà au futur ! L’interconnectivité, la fluidité, s’accommodent mal des « patches » réalisés sur des systèmes qui ont été conçus avant l’arrivée d’internet.

Par ailleurs, les producteurs, sont tentés, pour certains (qui le regrettent souvent amèrement ensuite) de passer dans le camp Amazon, jusqu’à ce qu’ils découvrent que la pression sur les prix, la politique des retours de marchandise et les marges arrières exigées, finissent par leur voler leur marge. Et d’autres, qui se disent, que vendre en direct est désormais possible, à l’heure où non seulement ils maîtrisent parfaitement la connaissance de leur produit, et finissent en plus, par stocker à la place de distributeurs qui ne peuvent plus ou ne veulent plus le faire.

Les cartes sont donc rebattues. Totalement. Cette recomposition va être incroyable. Les producteurs vont devoir faire un choix de distribution. Les distributeurs vont devoir faire un choix de modèle économique. Et l’ombre de Amazon, mais aussi, et peut être surtout, des Chinois et des Indiens, planent sur le commerce mondial, plus que jamais.

Bienvenue dans une industrie du futur, dont le principal sujet n’est pas seulement la place de l’emploi ou la robotisation, mais le changement de modèle économique, de distribution, de service. Un monde un peu abattu par des cartes rebattues. Un monde d’espionnage aussi, qui pousse les acteurs innovants à ne plus déposer leurs brevets au risque de se faire piller l’idée et le mécanisme.

Mais l’industrie ne passionne pas les foules, et pourtant, les sujets du digital, du big data, de l’intelligence artificielle, s’y bousculent autant qu’ailleurs. A force de présenter le sujet comme celui de la réindustrialisation de la France, qui est totalement hors-sujet dans où le service l’emporte. En revanche, ne pas savoir se doter d’une industrie transformée par l’usage et le service est une folie furieuse. Ne pas savoir accompagner cette mutation pour qu’elle se situe chez nous en France, en Europe, avant qu’il ne soit trop tard, démontre une mauvaise compréhension et une « amnésie préventive », que seule l’ignorance de nombre de médias et l’incompréhension de nos politiques, expliquent.

La France a une carte folle à jouer, il suffit de mettre en lumière les bons acteurs et les bons sujets. La communication est parfois la clé du succès d’une industrie pourtant technique ou complexe.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
03.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
06.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
07.
Stars ET milliardaires : quand la puissance de la célébrité transforme Jay Z ou Rihanna en magnats des affaires
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
05.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
2bout
- 16/10/2017 - 21:58
Etonnante question : fabricants ou distributeurs ?
Le distributeur a besoin de produit pour commercer. Le fabricant a besoin de vendre ses produits. Le distributeur, si c'est nécessaire, achètera le fabricant pour assurer sa pérennité. Le fabricant, grâce aux nouvelles technologies qui lui offre des vitrines à peu de frais, est en capacité de distribuer les produits qu'il fabrique. Etonnante vision , étonnante question : qui du fabricant ou du distributeur doit disparaître ? (Sans produit, pas de distributeur, des fois que certains ne jugeraient pas utile de mettre les mains dans le cambouis.)
Anouman
- 16/10/2017 - 21:41
Fabricants
Les fabricants peuvent bien entendu distribuer leurs produits si leur distribution est efficace et certains le font. Mais s'ils font une distribution exclusive il n'est pas certain qu'ils soient gagnants car l'exposition de leur produit (sauf s'il a une grande notoriété) sera nécessairement inférieure. Le client aime bien comparer et n'a pas forcément envie de se taper cinq sites de fabricants de grille-pain pour se décider, d'autant qu'il ne les connait pas forcément. Un distributeur est tellement plus simple...
Piwai
- 16/10/2017 - 16:05
la communication ou la logistique?
Dans un pays ou les transports de marchandises sont aussi libérés, ou l'Etat nous entretient de merveilleux reseaux ferrés et postaux et ou il est si facile de regler un probleme pour les si rares retards et colis perdus, je ne voie même pas comment la France pourrait rater une telle opportunité... mais ne risquons nous pas de nous mettre a dos nos voisins en decouvrant au monde entier l'insolence compétitivité de nos services publics? ?