En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

04.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

05.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

06.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

07.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture fonce sur la foule lors d'un carnaval de la ville de Volkmarsen
il y a 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

il y a 1 heure 41 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Le centre ? Quel centre ? Le socialisme gagne les USA et le centre quitte la vie politique mondiale. Pourquoi ?

il y a 3 heures 10 min
pépite vidéo > Europe
Zones d'ombre
Inquiétudes en Europe : comment le coronavirus a-t-il pu arriver en Italie si rapidement ?
il y a 4 heures 42 min
décryptage > Politique
Qu'est-ce qu'on se marre avec lui…

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

il y a 5 heures 49 min
décryptage > Santé
Lutte contre le Covid-19

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

il y a 6 heures 21 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Et si le principal obstacle sur la route des voitures autonomes était… la neige et la pluie ?
il y a 7 heures 11 min
décryptage > Politique
Paysage politique

Etiquettes partisanes : le paradoxe des municipales

il y a 7 heures 40 min
décryptage > Justice
"Penelope Gate"

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

il y a 8 heures 17 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Mégère apprivoisée" de William Shakespeare : féministe ou pas, telle est la question !

il y a 1 heure 32 min
pépites > Justice
Renvoi
Grève des avocats : le procès de François Fillon et de son épouse Penelope est renvoyé au mercredi 26 février
il y a 1 heure 58 min
pépites > Justice
Terrorisme
Nicole Belloubet révèle qu'une quarantaine de djihadistes vont sortir de prison en 2020 et près de 300 d'ici 2023
il y a 3 heures 26 min
décryptage > Economie
Diplomatie

L'euro au plus bas par rapport au dollar : pourquoi, jusqu’où ?

il y a 5 heures 33 min
décryptage > Economie
Disraeli Scanner

La République une et indivisible d’Emmanuel Todd

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Terrorisme
Etat islamique

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

il y a 6 heures 50 min
décryptage > Politique
Leçons

Le Fillonisme, ce deuil non accompli qui revient hanter la droite

il y a 7 heures 22 min
décryptage > Environnement
Atlantico Business

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

il y a 8 heures 2 min
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 22 heures 29 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 1 jour 4 heures
© TIZIANA FABI / AFP
© TIZIANA FABI / AFP
Atlantico Business

Macron s’explique : "une politique libérale, oui j’assume, mais une politique pour les riches, sûrement pas"

Publié le 16 octobre 2017
Pour sa première émission de télévision depuis son élection, Emmanuel Macron a tout fait pour se débarrasser de cette étiquette qui lui colle à la peau, celle « de président des riches ».
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour sa première émission de télévision depuis son élection, Emmanuel Macron a tout fait pour se débarrasser de cette étiquette qui lui colle à la peau, celle « de président des riches ».

Il devait parler pour éviter la multiplication des bugs qui envahissaient le discours politique, les rues de Paris du côté de la place de la République, et risquaient de fragiliser sa politique. 

Pour sécuriser son projet, le président de la République a d’abord fait un état des lieux de ce qu’il a réalisé depuis son installation. 

En gros, il considère qu’il a réhabilité la fonction de président et restauré l‘image de "la France qui gagne" aux yeux de l'étranger et c’est vrai, il suffit d’interroger tous les expatriés qui, pour la première fois depuis longtemps, sont assez fiers du retour de la France sur la scène internationale. 

Ensuite, et compte tenu de l’état économique et financier du pays, il a actionné des leviers de reprise qui agissent sur l’organisation de la gouvernance et qui stimulent les ressorts de la reprise d’activité en s’attaquant principalement au déficit de compétitivité. 

Son diagnostic est simple. La France ne fonctionne plus parce que ses entreprises ne réussissent pas à vendre leurs produits. Qu’il y ait un problème de pouvoir d’achat sans doute, mais surtout, il y a un problème d’offre. L’offre de produits et de services n’est pas compétitive. Elle est trop chère et trop faible en qualité et en valeur ajoutée. Depuis qu’il est entré en campagne, le président de la République a martelé cet état de sous-compétitivité. 

Il a donc, une fois de plus à la télévision hier soir, rappelé que tous les projets de réformes qu’il a lancés visent à améliorer la compétitivité de l’appareil économique français. 

Ce préambule servant à rappeler qu‘il avait déjà présenté cette équation et qu’il fait aujourd’hui ce qu’il avait promis de faire. La liste des chantiers ouverts et à venir est déjà longue : la loi travail, la loi de finances avec une réforme fiscale lourde, la réforme du système de chômage, puis de l’assurance maladie et des systèmes de retraites. Toutes ces restructurations devant s’accompagner par la mise en place d’un écosystème rénové sur trois axes. 

L’Etat, d’un côté, devra se rénover ; les entreprises de l’autre, créatrices de richesses et d’emplois, devront être protégées. Et enfin l’Europe, qui doit trouver les moyens pour produire plus de productivité internationale et de solidarité interne. 

Maintenant, tout ce discours est d’inspiration libérale. Le monde entier a compris que la France entendait revenir dans la compétition internationale. Du coup, tout ce qu’il entreprend appartient évidemment à la sphère libérale, c’est-à-dire à un corps d’idées qui concourt à libérer les acteurs économiques des contraintes qui les gênent, tout en refondant un certain nombre de règles de comportement qui sont trop astreignantes et compliquées.

Emmanuel Macron ne se cache pas d’avoir ouvert des chantiers pour libérer l’activité de l'entreprise. Il assume ce libéralisme pragmatique, mais comme beaucoup de libéraux, il sait bien que les idées libérales sont en France assimilées à des outils conservateurs, allant à l’encontre du modèle social. 

Comme tous les libéraux, Macron sait très bien qu’un promoteur du libéralisme sera toujours accusé par les élites administratives françaises de faire le jeu des capitalistes et des riches, au détriment des classes moins favorisées. 

Ce procès-là est fréquent en France et il explique pourquoi les élites françaises restent très critiques à l'encontre de la mondialisation, de la concurrence ou de l’innovation technologique. 

Ce procès en libéralisme toxique a fait qu'en France, on a toujours préféré la gauche, l’étatisme, le colbertisme, la régulation à l’économie de marché en concurrence pure et parfaite. 

Le fait nouveau avec Emmanuel Macron, c’est qu’un président de la République assume totalement ce qu’il fait. Et il l’assume pour deux raisons qu’il a expliquées à nouveau. 

La première raison est que toutes les autres politiques alternatives ont échoué. Certaines ont même conduit à la catastrophe. 

La deuxième raison, c’est qu‘une politique libérale bien conduite ne doit pas profiter aux riches mais elle doit profiter à tout le monde. D’où son insistance de s’adresser à la France qui n’a pas profité des bienfaits d’une formation, ou des opportunités offertes par la mondialisation. Une politique de liberté du travail ou de dérégulation fiscale qui n’aurait pas pour objectif de dynamiser le système, favoriser les créations de richesses et d’emploi, n‘aurait aucune raison d’être. Il ne s’agit pas d’enrichir les riches, mais les pauvres. 

En expliquant cette mécanique qui est au service de tous, les riches comme les pauvres, Emmanuel Macron a repris les arguments des premiers théoriciens du libéralisme, les Ricardo, Adam Smith et tous les autres qui ont accompagné la révolution industrielle. 

Toute révolution industrielle n’est acceptable que si, et seulement si, elle profite au plus grand nombre. 

La machine à vapeur a donné du travail à des millions d’hommes et de femmes, l’automobile a tué le transport à cheval mais a multiplié les occasions de transport. Les taxis ont tué les cochers, et les maréchaux ferrant, mais ils ont fait naitre tellement d’autres métiers. Ne parlons pas de l’électricité ou d’internet.

Un process industriel, une innovation ne se développe pas pour satisfaire des classes dirigeantes qui n’en ont pas besoin, mais pour réponde à une envie des peuples qui cherchent à améliorer leur sort. 

Personne ne sait si Emmanuel Macron a convaincu hier soir la majorité de la population de l’intérêt de ses réformes. Lui-même ne le saura que lors des prochaines élections et quand il pourra présenter des résultats tangibles. Mais la plupart des chercheurs, des intellectuels, des analystes sont obligés d’accepter ce raisonnement, sauf à tomber dans une idéologie très négationniste. La solitude idéologique de Jean-Luc Mélenchon va très vite lui poser un problème. 

Ce qui est intéressant, c’est que pareillement, Emmanuel Macron a bien compris qu'en démocratie, il ne pouvait pas changer la société sans que la société soit d’accord avec le changement. Il a très bien compris que ses supporters ne représentent que 30% du corps électoral. Or, il doit gouverner pour tout le monde. 

Comme si son explication de l’intérêt général attachée à des mesures libérales ne suffisait pas, il a, de façon très claire et assumée, planté des marqueurs de gauche : l'imposition des produits de luxe, le chômage pour les indépendants, le maintien d’un pouvoir des branches...

En bref, Macron, après avoir parcouru la planète pour redorer le blason de la France, devient chef de la politique intérieure, développe et assume une politique libérale. Mais pour prouver que cette politique économique ne s’adresse pas seulement aux riches, il marque à gauche par des éléments fortement symboliques. 

L'exercice du président de la République est totalement nouveau. Il est risqué. Mais pour l’instant, ça marche. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

04.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

05.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

06.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

07.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
joke ka
- 16/10/2017 - 22:40
Macron est bien le président
Macron est bien le président des financiers mondialistes qui l'ont mis en avant avec la complicité des médias qui ont écarté Fillon
..les classes moyennes ont bien du souci à se faire
Anouman
- 16/10/2017 - 21:57
Politique
Libérale? Peut-être mais dans des domaines très précis qui arrangent ses commanditaires, pour le reste il est aussi interventionniste que Hollande, si ce n'est plus. Pas pour les riches? Disons que ça dépend ce qu'on entend par riche. Si on dit que ce n'est pas pas pour les gens aisés c'est d'accord parce qu'il va leur faire cracher de l'impôt pour payer son clientélisme social. Par contre les très riches (1% maxi) vont s'en tirer beaucoup mieux au début. 9ème et 10ème décile tremblez sauf si vous êtes à l'ISF, et encore pas si vous avez de l'immobilier.
jurgio
- 16/10/2017 - 19:28
Certes, pas pour les riches
...mais pour les plus riches.