En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© PATRICK KOVARIK / AFP
Les entrepreneurs parlent aux Français
Le Conseil d’Etat ouvre la porte du digital, la Mairie de Paris ferme Paris à la circulation
Publié le 02 octobre 2017
Cette semaine, pas de grosse actualité concernant les PME, les TPE. Les start-up. Donc contentons nous de parler de l’actualité. Et elle est intéressante à plusieurs points de vue.
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette semaine, pas de grosse actualité concernant les PME, les TPE. Les start-up. Donc contentons nous de parler de l’actualité. Et elle est intéressante à plusieurs points de vue.

Cette semaine, pas de grosse actualité concernant les PME, les TPE. Les start-up. Donc contentons nous de parler de l’actualité. Et elle est intéressante à plusieurs points de vue. Tout d’abord le rapport du Conseil d’Etat sur l’Ubérisation. Passionnant. Puis, plus triste, la journée sans voiture de Anne Hidalgo, une journée sans contenu, ni vision, une dictature de la facilité et de la démagogie, sans bénéfice palpable.

Le digital franchit les « murailles » du Conseil d’Etat. C’est passionnant et rassurant, de voir ce que l’on qualifie parfois de vestige institutionnel, que l’on condamne souvent pour sa désuétude ou l’âge de ses membres, se frotter à un exercice difficile. Celui d’analyser le phénomène d’ubérisation, d’en affronter avec courage et réalisme, les conséquences, y compris en dénonçant le caractère souvent rétrograde, dogmatique et peu évolutif de nombre de ceux qui la rejettent en bloc, sans réflexion préalable.

Son rapport est passionnant. Tout d’abord, du simple fait d’aborder le sujet de front. On n’attend pas forcément le Conseil d’Etat sur ce sujet novateur, qui surprend, intrigue et laisse sans voix tant d’acteurs. Et pourtant le Conseil d’Etat l’a fait ! Bravo. Mille fois bravo, de prouver que les clichés accouchent souvent de magnifiques surprises.

Je vous propose donc de prendre 30 minutes de votre temps pour lire son analyse, alimentée par l’audition de nombre d’acteurs, y compris votre serviteur, au titre de l’Observatoire de l’Ubérisation, qui avait quelques idées sur le sujet… Vous découvrirez une analyse totalement claire et réaliste, ancrée dans le réel et pleine de bon sens.

Notamment, j’ai apprécié les passages qui font appel au changement de la société. De la vision du travail, de son contenu et de sa forme. De son exercice. Une vision réaliste car le rapport prend très bien en compte le fait que le client dicte lui même les règles de cette économie. Souvent il ne fait que garantir le succès d’un service et du modèle économique et social qui va avec. Sans forcément bien y réfléchir. Mais il en est ainsi. Parfois certains le choisissent délibérément, notamment en préférant dans nombre de professions, de pouvoir choisir comment et à quelles conditions ils travaillent plutôt que de se laisser compter leur vie par des règles qui leur semblent désuètes au mieux, inutiles le plus souvent. Des règles qui leur ont souvent garantit un meilleur accès au chômage qu’à l’emploi.

La réalité est que quelques rares sociétés dominent le monde, et modèlent la société en offrant des services dont la facilité, le confort, la rapidité, leur font oublier le choix de modèle de société qui vient avec. Il est pourtant porteur de bénéfices fantastiques, mais pour certaines professions, de terribles dérives. Le rapport souligne que nous n’avons pas su évoluer avec cette économie, que les modèles ne sont ni Français, ni Européens, mais principalement Américains, et que l’échelle de réaction serait justement l’Europe. Et c’est là que nous insistons, nous, entrepreneurs, mais aussi penseurs et économistes, pour que nous puissions ré enchanter l’Europe en lui donnant la fantastique mission de nous doter de champions. De champions capables de réinventer une croissance en berne, un chômage oscillant mais ne diminuant presque jamais, sauf à maquiller les chiffres et trouver des techniques de camouflages.

En clair, le rapport a parfaitement analysé le mouvement de société qui se dessine. Désespéré de l’incapacité des Etats à régler les grands problèmes, le citoyen, avec l’aide du digital, propose une nouvelle écriture. Une pratique et non plus des lois. A suivre, à lire. A vous de juger.

En conclusion, un petit coup de gueule sur la journée sans voiture de Anne Hidalgo. Journée sans vision. Sans voiture et sans transports. Sans accompagnement. Sans contenu. Sans bénéfice majeur. Comme sa politique voiture. On restreint, on réduit, on condamne, mais sans compensation, sans accompagnement. On souhaite que la personne aux revenus moyens ou faibles, ce qui explique qu’il ou qu’elle vienne de lointaine banlieue pour travailler à Paris, passe 3h parfois 4h par jour sans son véhicule, pour compenser une absence de transports adaptés ou proches. La journée sans voiture de ce jour n’a pas échappé à la règle. Interdit de voiture et obligé de payer les transports qui n’étaient pas gratuits. En clair, si il s’agissait d’une journée pour remplir les poches de la RAPT, il fallait prévenir. Nous aurions pu nous montrer solidaires ! Car le problème du transport et de la voiture ne punit pas les riches ou cadres de bonne facture qui peuvent effectivement se passer de leur voiture dans Paris intra-muros. Mais il est un affront pour les plus pauvres, qui n’ont pas le choix et doivent subir les délires bobos Parisiens d’une Maire dogmatique qui ne prend jamais les transports qu’elle vante. Une journée idiote et banale de plus.


On aurait pu en faire quelque chose de mieux. Une journée sans voiture, pour aller à la rencontre d’entrepreneurs, de commerçants, d’artisans à qui Hidalgo a interdit si longtemps le travail le dimanche, par exemple. Bref, faire de cette journée un symbole ou lui donner un objectif. Mais la vision n’est pas au pouvoir à Paris. Nous ne serons pas sur la première marche du podium aux JO des journées sans voitures.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
07.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clint
- 02/10/2017 - 21:14
¡No pasarán! Une pasionaria au rabais !
Histoire de rappeler dans cette période gaucho-arnachiste catalane la "grande" Pasionaria : Dolores Ibárruri qui mourut en 1989 dans la foi ... catholique !