En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
light > Culture
Une voix s'est tue
La cantatrice Mady Mesplé est décédée
il y a 1 heure 45 min
light > Science
Retour à l'envoyeur
Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique
il y a 3 heures 5 min
pépites > Société
Priorités
PMA pour toutes : des députés plaident l'urgence d'un retour du texte à l'Assemblée nationale
il y a 4 heures 20 min
light > Media
Accusé
Jean-Marc Morandini : un procès requis pour corruption de mineur
il y a 4 heures 57 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 7 heures 16 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 8 heures 3 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 8 heures 45 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 9 heures 25 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 9 heures 26 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 9 heures 27 min
pépite vidéo > International
Mort de George Floyd
Etats-Unis : deux voitures de police foncent sur la foule à New York
il y a 2 heures 30 min
pépites > France
Déconfinement extrême
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
il y a 3 heures 40 min
pépites > Politique
Nomination
L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici va prendre la tête de Cour des comptes
il y a 4 heures 47 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 6 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 7 heures 54 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 8 heures 17 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 9 heures 29 sec
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 9 heures 25 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 9 heures 27 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 9 heures 27 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Business

Après STX, Alstom échappe au contrôle français. Les raisons pour lesquelles la France perd ses fleurons industriels

Publié le 27 septembre 2017
Alstom va donc finalement se marier avec Siemens pour former le numéro un mondial du matériel ferroviaire. Cette opération marque le départ sous contrôle allemand d’un des derniers grands fleurons industriels tricolores.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alstom va donc finalement se marier avec Siemens pour former le numéro un mondial du matériel ferroviaire. Cette opération marque le départ sous contrôle allemand d’un des derniers grands fleurons industriels tricolores.

Mais pourquoi, la France perd-elle ses fleurons industriels les uns après les autres ? Tout simplement parce que les contribuables sont fatigués et que les épargnants ont intérêt à placer leur argent dans des obligations d’Etat. La boucle est bouclée.

Ce pays n‘a pas les moyens publics de financer son industrie. Son budget est vide. Et comme la France s’est interdit de constituer des fonds d’investissement ou de capitalisation, elle doit regarder au delà des frontières.

 Le contrat de mariage entre Alstom et Siemens a donc été signé hier soir après des semaines de négociations secrètes. La proposition du canadien Bombardier a été écartée au profit d’une solution européenne puisqu’elle réunit les deux fabricants de matériel ferroviaire à grande vitesse qui seront sans doute maintenant capables d’affronter la concurrence mondiale ou les chinois qui commencent à montrer les dents.

Cette opération de consolidation était incontournable et les spécialistes de la communication officielle nous expliquent que l’on va ainsi construire « un Airbus du rail », c’est à dire une société européenne qui permet de réunir à égalité les compétences européennes.

Les mêmes communicants nous avaient déjà expliqué que les chantiers de l’Atlantique STX allaient s’allier au groupe italien, Fincantieri, pour constituer un Airbus de la construction navale.

C’est extraordinaire le nombre d’Airbus que nous contribuons à mettre sur pied. Airbus, la belle excuse, car le vrai, le seul, est évidemment un succès. Succès industriel, commercial et politique dans la mesure où, pour la première fois, on a réussi à constituer une société véritablement européenne où les français, les allemands, les espagnols et les anglais avaient réussi à mettre leur ego de coté, pour réunir leur génie propre et constituer le seul concurrent sérieux à l’hégémonie américaine de Boeing.

Airbus est le seul exemple industriel aussi abouti de coopération industrielle.

En s’alliant à un groupe italien champion de la construction navale, STX ne va pas constituer un Airbus naval. Il va passer sous le giron de l’entreprise italienne en espérant que celle-ci ne cède pas aux sirènes coréennes ou chinoises.

En se mariant avec Siemens, il ne faut pas se faire d’illusions, Alstom passe sous le contrôle effectif de la société allemande. Sur le contrat de mariage, on pourra lire que le capital de la nouvelle entité se partagera à 50/50 entre les français et les allemands. Sans doute, sauf que les 50% allemands seront dans les mains de Siemens, alors que les 50% français seront éclatés.

Apres STX, après Thomson, Alcatel, Nexans, Alstom est le dernier des grands fleurons industriels à passer sous bannière étrangère.

Beaucoup se souviennent d’Alcatel et de la phrase emblématique de son PDG dans les années 2001.

Dans Ils se croyaient les meilleurs (Ed. Denoël), Christine Kerdellant raconte l’incroyable bévue de Serge Tchuruk, le PDG d’Alcatel, ancien patron de Total, « austère et tranchant, arrivé comme un sauveur six ans plus tôt pour recentrer sur les télécoms ce conglomérat industriel » (il était en effet présent dans les médias, l’optique, le transport ferroviaire, les centrales électriques...). Pour Serge Tchuruk : « Alcatel doit devenir une entreprise sans usine. »

Alcatel, c’était au début des années 2000 : 120 sites industriels, 150 000 salariés dans le monde, numéro un mondial de la fibre optique, équipementier télécom capable de damer le pion aux plus grands qui n’étaient pas encore chinois.

Aujourd’hui, Alcatel a disparu ou presque.

La France a perdu beaucoup de ses usines. Avec ce qui se passe sur les chantiers de l’Atlantique ou sur Alstom avec Siemens, la France est en train de perdre ses centres de décision.

Alors, pourquoi cette malédiction au profit de la concurrence mondiale ?

La raison est très simple. Tous les économistes, tous les responsables politiques et syndicaux le savent mais n‘osent, ni le dire, ni en tirer les leçons tellement ça leur paraitrait incorrect.

Dans le monde tel qu‘il est aujourd’hui, c’est à dire ouvert et globalisé, pour qu’un pays puisse conserver son pouvoir sur son industrie, il n’y a que deux solutions.

Ou bien il nationalise ses entreprises économiques et demande à l’Etat de prendre le contrôle ; ou bien il fait appel à l‘épargne populaire.

Deux solutions où l’on sollicite soit le contribuable soit l’épargnant privé, individuel ou organisé dans des fonds de pension.

Or, il faut regarder la réalité en face. L’Etat français n’a plus les moyens d’intervenir avec des fonds publics. Par ailleurs, la France n’a pas de fonds de pension ou d’investissement comme il en existe dans les pays anglo-saxons. Les grandes familles sont laminées par la fiscalité ou exilées et l’épargne sert principalement à financer le déficit budgétaire.

Côté nationalisations, c’est fini. Pendant des décennies, la France a développé un appareil industriel sous l’égide, la tutelle et très souvent avec les financements de l’Etat ou de la Caisse des dépôts. Très souvent, elle a aussi nationalisé, officiellement pour des raisons politiques (1981) mais très souvent en réalité, c’était pour recapitaliser les entreprises. Cela dit, les entreprises d’Etat se sont retrouvées très souvent déclassées, handicapées et incapables d’affronter la concurrence internationale. Ajoutons qu’aujourd’hui au niveau strictement financier, l’Etat serait bien incapable de subvenir aux besoins d’entreprises industrielles d’où la recherche d’alliance.

Côté fonds d’investissement, la France est complètement stérile. Pour permettre le développement de fonds d’épargne ou d’investissement, il faudrait une fiscalité encourageante, il faudrait surtout pouvoir créer des fonds de retraites par capitalisation ce qui a toujours été exclu, il faudra par ailleurs faciliter l’investissement du produit de l’assurance-vie dans l’industrie privée, ce qui n’est pas le cas, puisque l’essentiel de l’assurance vie sert à financer des obligations d’Etat. Lequel Etat finance ses dépenses quotidiennes avec.

La boucle est bouclée. Il est évident que si la France veut retrouver le contrôle de son économie, il lui faudra modifier profondément l’organisation de son financement. Autoriser la création des fonds de capitalisation, encourager fiscalement l'épargne industrielle, comme l’épargne salariée d’ailleurs.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 28/09/2017 - 07:06
IL NE FAUT PAS PRENDRE LES ÉPARGNANTS POUR DES CANARDS SAUVAGES
Les épargnants ont sous les yeux le renflouement onéreux d'Air France, la faillite du Crédit Lyonnais, la quasi-faillite d'Aréva, le trucage par Goldman Sachs des comptes de la Grèce, le scandale des emprunts indexés, la quasi-failite d'Eurotunnel, le caractère amorphe des autorités de protection de l'épargne vis-à-vis des scandales (la dernière arnaque provenant semble-t-il des Mutuelles du Mans), l'échec complet de l'État et de ses cohortes de brillants Inspecteurs des Finances dans la gestion de ses participations, l'avenir très sombre d'EDF, des choix écologiques insensés et coûteux, une politique fiscale versatile, une incompréhension profonde de l'entreprise par la fonction publique, des gâchis sans nom comme l'écotaxe, des scandales incessants dus à la cupidité des uns et des autres. Comment voulez-vous que dans ces conditions et après la douche froide de la crise de 2008 due à des financiers qui n'ont jamais été sanctionnés que quelqu'un de sensé et dont la préoccupation la plus courante est d'assurer ses vieux jours ait une quelconque envie d'investir dans des entités où le dol est quotidien, le risque est permanent et le profit intermittent?
vangog
- 27/09/2017 - 17:31
Une "entreprise sans usines"...
C'était le souhait de Serge Tchuruk après avoir liquidé Alcatel et avoir empoché la jolie somme de 5,7 millions d'euros, pour avoir divisé par deux les actions de cette société autrefois florissante...c'était aussi certainement le souhait de Patrick Kron, qui a évité la grosse amende américaine, en soldant la division turbo-réacteurs à GE..,Macron innove en promouvant la Nation sans entreprises ni usines...le progrès socialiste!
jc0206
- 27/09/2017 - 17:30
On attend ....
La démission de B. Le Maire qui avait promis de ne jamais lâcher STX.