En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

04.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

05.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

06.

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

07.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 8 heures 8 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 11 heures 13 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 12 heures 20 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 12 heures 57 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 14 heures 53 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 16 heures 11 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 18 heures 17 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 18 heures 48 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 19 heures 29 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 20 heures 18 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 8 heures 23 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 11 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 12 heures 35 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 14 heures 2 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 15 heures 32 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 16 heures 50 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 18 heures 34 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 19 heures 3 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 19 heures 50 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 20 heures 42 min
© BERTRAND LANGLOIS / AFP
© BERTRAND LANGLOIS / AFP
Paroles paroles

ISF, flat tax, CICE… le macronisme fiscal est-il conforme aux promesses du candidat ?

Publié le 31 août 2017
Le discours du ministre de l'Economie Bruno Le Maire à l'Université du Medef a été l'occasion de nombreuses annonces... entre surprises, renoncements et confirmations.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le discours du ministre de l'Economie Bruno Le Maire à l'Université du Medef a été l'occasion de nombreuses annonces... entre surprises, renoncements et confirmations.

Atlantico : Ce mercredi 30 août, le ministre de l'économie, Bruno Le Maire, avait choisi l'Université du Medef pour annoncer le résultat des différents arbitrages fiscaux concernant les entreprises et les investisseurs. De l'ISF, à la baisse de l'IS, de la transformation du CICE en baisse de charges pérenne, à la "flat tax" sur les revenus de capitaux, quelles sont les bonnes et les mauvaises surprises de cette annonce ?

Philippe Crevel : Lors de son intervention à l’Université du Medef, mercredi 30 août, le Ministre de l’Economie, Bruno Le Maire a indiqué a fixé le cadre fiscal du futur projet de loi de finances. Il a précisé essentiellement le dispositif de baisse de l’impôt sur les sociétés restant plus vague sur les autres points comme la flat tax ou le CICE. 

Il a confirmé que le taux de l’impôt sur les sociétés serait progressivement abaissé. Il passera de 33 à 28 % à compter de 2018 pour la fraction des bénéfices inférieurs à 500 000 euros pour toutes les entreprises. Le taux sera abaissé à 31 % pour les autres entreprises en 2019 avant de passer à 28% en 2020 pour tous les bénéfices, 26,5% en 2021, et 25% en 2022. Cette réduction un peu alambiquée a comme avantage pour l’Etat d’en réduire le coût en début de période. En termes de lisibilité, c’est évidemment plus contestable. Par ailleurs, le taux réduit de 15% réservé aux entreprises réalisant moins de 38.120 euros de bénéfice annuel et ayant un chiffre d'affaires inférieur à 7,63 millions d'euros ne sera pas élargi aux autres PME. 

Pour l’impôt de solidarité sur la fortune, le Ministre de l’Economie a confirmé l’exonération des valeurs mobilières et la transformation de facto de cet impôt en un impôt sur la fortune immobilière. L’objectif est de faciliter les investissements en entreprise. L’inconvénient est que de créer deux catégories de fortune, ceux qui détiennent des biens immobiliers et ceux qui ont des biens financiers. Les propriétaires de résidences principales en centre-ville qui subissent une appréciation de leurs biens sans pour autant en tirer un revenu seront pénalisés. 

Bruno Le Maire a indiqué que la transformation du CICE en baisses de charges, qui aura lieu en 2019 était incontournable. 

La création de la taxe flat sur les revenus de l’épargne est confirmée. Néanmoins, l’épargne salariale, le Livret A et le LDDS en seront exonérés. L’assurance-vie devrait être soumise à un régime particulier qui ne concernerait que les versements cumulés de plus de 150 000 euros réalisés à partir de 2019 ou à partir de la publication du projet de loi de finances. En revanche, le Plan d’Epargne Logement serait touché par la taxe de 30 % quand aujourd’hui il n’est assujetti qu’aux prélèvements sociaux à 15,5 %. Cette taxe forfaitaire est une bonne nouvelle pour les actions dont le taux de taxation pouvait atteindre 60 % mais c’est une mauvaise nouvelle pour l’assurance-vie qui est le premier produit d’épargne des Français. En effet, cette taxe s’appliquera a priori sans prendre en compte la durée du contrat quand aujourd’hui le taux est dégressif dans le temps (de 35 à 7,5 %). Il y a un problème de cohérence. Le Gouvernement veut favoriser l’épargne de long terme mais dans les faits il exonère l’épargne réglementée de court terme et pénalise l’assurance-vie voire les Plans d’Epargne en Actions (pour le moment rien n’a été dit sur leur futur régime fiscal). La flat tax est une idée simple mais à l’application impossible sans avoir au préalable réformer l’impôt sur le revenu. En effet comment s’intègrera la flat tax avec les réductions d’impôt en faveur des placements style SOFICA ou FCPI. 

Dans quelle mesure ces réformes pourraient permettre de réaliser l'objectif du gouvernement de "dynamiser" l'économie française et de favoriser l'investissement, et ce, sans tomber sous le feu des attaques consistant à présenter ce programme comme étant favorable "aux riches" ? L'équilibre trouvé peut-il être jugé satisfaisant à ce titre ?

L’objectif du gouvernement est de réorienter l’épargne des Français vers l’économie réelle, c’est-à-dire les entreprises. Premièrement, il est faux d’affirmer qu’aujourd’hui les placements sont déconnectés de cette fameuse économie réelle. En effet, l’assurance-vie finance certes l’Etat qui ne s’en plaint pas par ailleurs mais aussi les entreprises (une partie des fonds euros est placée en obligations d’entreprises, voire en actions et en immobilier et les unités de compte qui pèsent 300 milliards d’euros sont directement en liaison avec les entreprises). Deuxièmement, les épargnants français comme leurs homologues d’Europe continentale privilégient la sécurité et la liquidité. Il n’est pas certain qu’en changeant de règles fiscales, ils se transforment en actionnaires, en traders ou en joueurs. Il y a fort à parier qu’ils optent pour le « no placement », pour les dépôts à vue qui ont atteint en juin un sommet historique avec plus de 400 milliards d’euros. 

Le Gouvernement risque d’être maltraité par le fait que les mesures favorisent ceux qui sont assujettis à l’impôt sur le revenu à 41 voire 45 %. Ce sont ces contribuables qui sont dans les faits les épargnants. Ce sont ceux la qui peuvent investir dans les entreprises. Le quinquennat de François Hollande avait fortement accru la fiscalité des produits financiers au point que dans certains cas, le rendement net d’impôt pouvait être négatif. La suppression de l’ISF sur les produits financiers vise justement à éviter que ce type de situation. En effet, l’ISF est un impôt déconnecté de la rentabilité des produits qui entrent dans son assiette. En période de baisse des taux, il pouvait se produire que le montant des impôts dus dépasse le montant des revenus. Mais pour éviter une polémique sur le sujet de l’ISF, sujet très sensible dans l’opinion publique, il aurait mieux valu une réforme plus générale sur la fiscalité des revenus et du patrimoine. 

Concernant le cas précis des assurances vies, les professionnels ont mis en garde contre le fait que la "flat tax" pourrait pénaliser le placement préféré des français ? Selon quelle logique ? 

Aujourd’hui, les titulaires de contrat d’assurance-vie peuvent opter soit pour l’impôt sur le revenu, soit pour un prélèvement libératoire qui est dégressif en fonction de l’ancienneté du contrat.

Le taux du prélèvement libératoire est de :

• 35 % si le rachat intervient avant la 5ème année, 

• 15 % si le rachat intervient entre la 5ème et la 8ème année

• 7,5 % au-delà de la 8e année. 

A partir de la 8e année, le souscripteur bénéficie, par ailleurs, d’un abattement fixé à 4 600 euros pour un célibataire ou à 9 200 euros pour un couple.

Les produits de l’assurance-vie sont également soumis aux prélèvements sociaux (CSG, RDS et contributions sociales) dont le taux global est de 15,5%.

La taxe de 30 % devrait s’appliquer de manière non rétroactive et pour des montants dépassant 150 000 euros. Elle rendra moins onéreux les rachats intervenant avant la 8e année pour les contribuables optant auparavant pour le prélèvement libératoire. De ce fait, cette disposition inciterait à la mobilité de l’épargne. Elle pourrait ainsi faciliter la réorientation de l’épargne française vers des placements plus attractifs. Mais, compte tenu de l’appétence des ménages pour la liquidité et la sécurité, cette mesure pourrait les conduire à privilégier l’épargne réglementée et l’immobilier. Cette incitation aux rachats anticipés pourrait être assez dangereuse en période de hausse des taux. Les épargnants seraient incités à se délester de leurs vieux contrats faiblement rémunérés au profit de nouveaux bénéficiant de taux plus attractifs. 

L’augmentation de la CSG aboutirait à un alourdissement de toute façon des prélèvements sur l’assurance-vie de 1,7 point. L’écart pour les rachats intervenant après 8 ans entre la flat tax et l’ancien dispositif serait de + 6,3 points.

 
* si l’augmentation projetée de 1,7 point est adoptée par le Parlement
 

Les contribuables optant pour le barème de l’impôt sur le revenu seront gagnants à partir du taux  du barème de 30 %.

 
* si l’augmentation projetée de 1,7 point est adoptée par le Parlement
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Piwai
- 01/09/2017 - 05:59
mais qui???
Mais qui peu croire que ces mesurettes ridicules, ces ajustements a la marge et cette eternelle et ridicule complexité fiscale pourrait participer de maniere significative a une relance economique?
La seule conclusion qui s' impose, c'est que nous venons de perdre encore 5 ans, 5 longues années qui ne font que repousser la prochaine revolte et augmenter le potenciel de violence de celle-ci.
patafanari
- 31/08/2017 - 17:46
Le paon
Le Maire fait la roue.
vauban
- 31/08/2017 - 16:32
A La lecture de cet article incompréhensible
On se demande quand on arrêtera de construire des usines a gaz fiscales
Au bout du bout Je retiens une diminution minoree et étalée pour certains compensée par un augmentation majorée pour tous les autres ,les premiers pouvant faire partie des seconds et réciproquement
Le bonneteau habituel.....