En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 36 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 13 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 15 heures 1 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 16 heures 49 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 18 heures 48 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 19 heures 36 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 19 heures 56 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 20 heures 11 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 20 heures 41 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 20 heures 53 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 13 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 15 heures 6 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 17 heures 38 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 19 heures 16 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 19 heures 42 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 20 heures 2 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 20 heures 28 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 20 heures 47 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 10 heures
© Reuters
© Reuters
​Des paroles et des actes

"La lutte contre le terrorisme islamiste est la priorité de la politique étrangère française" : ce qu’il manque pour que la promesse d’Emmanuel Macron soit une réalité dans les faits

Publié le 30 août 2017
Mardi, le chef de l'Etat a utilisé et assumé le terme de "terrorisme islamiste", une dénonciation longtemps écartée des discours officiels.
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mardi, le chef de l'Etat a utilisé et assumé le terme de "terrorisme islamiste", une dénonciation longtemps écartée des discours officiels.

Atlantico : Dans son discours tenu à l'occasion de la Semaine des ambassadeurs, Emmanuel Macron a déclaré "La lutte contre le terrorisme islamiste est la priorité de la politique étrangère française". La dénomination de "terrorisme islamiste" avait longtemps été écartée des discours officiel avant que François Hollande ne l'emploie à plusieurs reprises en 2016, en déclarant notamment "C'est toute la France qui est sous la menace du terrorisme islamiste" au lendemain des attentats de Nice. Comment comprendre cette évolution ? 

 

Alexandre Del Valle : Ce n'est pas très étonnant, parce qu'il y a quelque chose de tellement évident aujourd'hui : c'est la montée d'un radicalisme islamiste, qu'on a voulu édulcorer au sein des Nations Unies et dans les pays anglo-saxons. Il y a eu une véritable réussite des pays islamiques qui sont parvenus à bannir l'expression même de terrorisme islamiste dans la bouche même des dirigeants anglo-saxons qui n'utilisent jamais cette expression. C'est très mal vu. D'ailleurs, c'est même interdit au Canada. Depuis Georges Bush, aux Etats-Unis, aucun président américain n'utilise cette formule. On parle de "global terror", etc. C'est que la France fait ainsi un peu figure d'exception. Il y a une certaine capacité à résister à cette idée selon laquelle les religions ne seraient pas critiquables. Ça ne m'étonne qu'il y ait cette évolution qui n'est pas celle qu'on observe dans d'autres pays occidentaux qui, au contraire, sont de plus en plus islamiquement corrects. Mais la France a beau être très politiquement correcte, elle a une tradition anticléricale. Et donc même si la gauche a voulu exonérer l'Islam et ne pas parler de la dimension islamique, c'est très difficile dans un pays où la gauche – et la République tout court - est très anticléricale. C'est aussi le pays de Voltaire et des Lumières. On a donc observé au sein même de la gauche tout un mouvement très hostile non pas l'immigration, mais à toute forme de radicalisme religion. Et aujourd'hui, celui-ci reconnaît que le pire des extrémismes est islamique. Il y a quand même une capacité de critiquer l'islamisme en France. C'est une spécificité de notre pays, et notamment de la division de la gauche. Une partie ne veut absolument pas critiquer l'Islam radical – voire en est l'allié - Une autre partie de la gauche qui ne pouvait pas cesser de dénoncer le caractère islamique de ce terrorisme, et y compris même les racines dans l'Islam de cet islamisme. Charlie Hebdo a été frappé car ils incriminaient le Coran, la vie de Mahomet et la Charia. C'est un débat qui a lieu essentiellement en France. IL n'y a pas beaucoup de pays qui vont aussi loin dans la défense de caricaturistes. Le fait qu'il y ait eu des attentats terroristes, électoralement, ça peut être tentant pour un homme politique de dire les choses clairement pour donner l'impression de prendre les choses en main. Surtout quand on est bas dans les sondages comme l'était Hollande, et maintenant Macron. On essaie de remontant en jouant les questions régaliennes, c'est classique.   

Le discours d'Emmanuel Macron indique ainsi clairement que cette lutte contre le terrorisme islamiste est "LA" priorité de la politique étrangère française. Au regard de ce qui a été entrepris au cours de ces derniers mois, peut on considérer que le gouvernement a réellement fait de cette lutte sa priorité ? 

 

Qu'il ait dit que ce soit sa priorité, il n'y a pas de doute. Que ça le soit vraiment, je n'en suis pas encore certain. Mais on y sera obligé. Dans un contexte d'attentats terroristes de plus en plus fréquents en Europe – et en France spécialement – un homme politique ne peut plus éluder le sujet. Que ce soit une préoccupation réelle oui. Mais est-ce que ce sera possible? ça sera une autre question. Je ne dis pas que Macron n'est pas sincère. Je pense même qu'il a pris conscience de la menace, et qu'il peut même s'avérer un jour très ferme. Mais est-ce que les appareils sécuritaires et judiciaires sont capables de mener cette bataille? Non. Pour que ce soit une vraie priorité, il faut qu'il y ait une refonte du système judiciaire. Le problème aujourd'hui est que la loi n'est pas appliquée. L'Imam responsable des attentats de Barcelone devait être expulsé depuis plus de 10 ans. Il avait été incarcéré. Son cerveau a été également incarcéré. Il était mis sur écoute depuis des années. Et pourtant, il a réussi à rester en liberté. C'est un peu pareil en France, où de très nombreux radicaux sont connus des services de police depuis longtemps. Les services de police font bien leur boulot, mais la justice ne suit pas. Il faut savoir qu'un expulsable sur 10 est vraiment expulsé. Quelqu'un qui arrive illégalement en Europe et qui commet des faits criminels n'est pas reconduit à la frontière. La loi, aujourd'hui, ne peut plus être appliquée. Deuxièmement, on ne construit plus de prison, et qu'on on ne sépare pas les terroristes des autres prisonniers. C'est un énorme problème car on n'a pas assez de cellule, et les prisons se transforment en vrai foyer de radicalisation. Tout cela, aujourd'hui, n'est pas réglé.  Enfin, les services de renseignement, que Macron voudrait fédérer à l'Elysée, sont toujours très divisés.

 

Quelles sont les actions à entreprendre pour en faire une réalité dans les faits ? 

Pour en faire une réalité dans les faits, il ne convient pas seulement de désigner les méchants djihadistes islamistes, mais de comprendre qu'on ne peut pas totalement séparé le terrorisme en action du terrorisme "virtuel". Par exemple, un Imam pakistanais va vous dire, quand il est un imam correct, "je suis contre les attentats terroristes". Mais si dans le même temps, il prêche et diffuse des manuels qui vantent la Charia et l'infériorité des femmes, la haine du juif et la légitimité de la guerre sainte contre les mécréants, c'est du terrorisme potentiel, "virtuel". On ne peut pas lutter contre la menace islamiste si on ne lutte pas contre la racine du mal qui pousse des gens à haïr leur prochain. C'est le début du terrorisme. On ne peut pas dire qu'on enseigne la haine du mécréant, mais dire qu'il ne faut pas l'appliquer. Un être humain à qui enseigne la haine, il a un jour envie de l'appliquer. Il y a aujourd'hui une volonté, pour une politique d'apaisement dans les quartiers, de ne pas condamner les imams tant que ces derniers n'appellent pas ouvertement au meurtre. On tolère un enseignement du mépris qui est dans des manuels ou des conférences. On fait une distinction entre l'islamiste violent, et l'islamiste non-violent. Cette différenciation, elle-même, prépare le terrain pour de nouvelles radicalisations. On a également voulu nier le lien entre immigration, et islamisme. Certes, c'est vrai qu'il y a des terroristes qui ne sont pas des immigrés car ils sont nés en Europe. Mais il y a aussi des gens issus de l'immigration qui auraient pu être expulsés. On les connaît. On aurait pu les identifier, mais rien n'a été fait. Depuis le temps qu'on sait qu'il y a un lien entre délinquance, et communauté islamiste, on devrait avoir beaucoup plus de phénomènes de détection.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Raymond75
- 31/08/2017 - 08:44
Faire évoluer la loi de 1905 2/2
– Dans chaque lieu de culte ou d'enseignement religieux un texte qui reconnaît la primauté des lois civiles sur les lois religieuses sera affiché dans un endroit visible par tous, et un drapeau français sera déployé.

– Les programmes d'enseignement définis par l'Education Nationale doivent être strictement respectés, promus et suivis par tous, dans tous les lieux d'enseignement.

Ces règles s'appliquent à toutes les religions, quelle que soit leur ancienneté.

Une pétition est disponible :
http://petitionpublique.fr/Default.aspx?pi=P2017N49675

Ps : le drapeau français, qui peut être placé sur le côté à l'entrée, n'est pas un signe de nationalisme. Il est là pour rappeler qu'un lieu de culte n'est pas un lieu communautaire hors sol, qu'il s'inscrit dans un pays qui a son histoire, ses valeurs et ses lois.
Raymond75
- 31/08/2017 - 08:43
Faire évoluer la loi de 1905 1/2
Je suggère une évolution de la loi de 1905, sans remettre en cause ni la liberté de conscience, ni la liberté de culte, et sans désigner un groupe à l’opprobre. Toute religion, toute idéologie a tendance à devenir totalitaire. Le fondement de notre société, la Déclaration des Droits de l'Homme (hommes et femmes) ET du citoyen, défini bien deux choses : les droits de l'individu ET les devoirs du citoyen. La France semble renoncer à défendre les valeurs issues de son histoire.

Proposition d'évolution de la loi de 1905 portant sur la laïcité :

Au vue des graves problèmes que nous constatons depuis plusieurs années, où l'on observe des pratiques religieuses qui s'éloignent des règles de tolérance et de liberté qui sont les fondements de la République Française, nous proposons, les évolutions juridiques suivantes, qui ne remettent en cause ni la liberté de conscience, ni la liberté de pratiquer le culte de son choix :

– Dans tous les lieux de cultes de la France, le français est la langue obligatoire. Toutefois, dans les DOM – TOM, la langue locale peut être admise. Une traduction dans une autre langue peut être effectuée en temps réel par un traducteur assermenté.
vangog
- 30/08/2017 - 22:54
Justice collabo?
"services de police font bien leur boulot, mais la justice ne suit pas". Vous imaginez le temps et l'argent perdu, et le découragement des forces de Police , qui font un boulot exemplaire, mais qui est doute en l'air par des juges roses et rouges? Déjà, en 1940, toute la justice s'était rangée comme un seul homme du côté de l'occupant socialiste, par proximite idéologique avec les nazis et haine de la France résistante...