En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018

05.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

06.

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

07.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

01.

Chanceux et généreux

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 41 min 48 sec
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 1 heure 19 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 2 heures 13 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 2 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 14 heures 7 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 14 heures 50 min
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Fin de la prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 16 heures 17 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 17 heures 58 min
light > People
Contexte pesant
Michelle Obama confie souffrir d'une "légère dépression"
il y a 19 heures 17 min
pépite vidéo > International
"Le Liban n’est pas seul"
Emmanuel Macron est arrivé au Liban pour coordonner et participer à l’aide internationale
il y a 21 heures 46 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 1 heure 46 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 3 heures 23 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 14 heures 32 min
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 15 heures 41 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 16 heures 59 min
pépite vidéo > Politique
Bain de foule
Dans les rues de Beyrouth, Emmanuel Macron a entendu la colère du peuple libanais
il y a 18 heures 42 min
pépites > France
Nouveau drame
Le Mans : un policier a été tué par un chauffard lors d’une intervention
il y a 21 heures 8 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 23 heures 18 min
© Vincent Kessler / Reuters
© Vincent Kessler / Reuters
Bonnes feuilles

Le UKIP est-il le FN britannique ? Pas si sûr...

Publié le 26 août 2017
Le Brexit a claqué comme un coup de tonnerre dans une Europe qui ne soupçonnait pas le rejet dont elle pouvait faire l’objet. Pourtant, en 2014, à l’issue d’une campagne axée sur les « dangers » de l’immigration, le UK Independence Party et son tonitruant leader Nigel Farage avaient déjà fait parler d’eux. Deux ans plus tard, le UKIP a pu apparaître comme l’artisan majeur du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne. Révélant aux yeux du monde l’existence en Grande-Bretagne d’une fracture sociale, économique et géographique sans précédent. La première analyse sociologique et électorale en français, qui met en lumière les points communs et les différences avec les autres mouvements populistes européens, notamment le Front national. Car, qualifié d’« extrême droite en costume cravate », le UKIP, nouveau venu original dans un système politique qui mettait volontiers en avant sa modération, est désormais un élément clé de la vie démocratique du Royaume-Uni. Extrait de "Prendre le large - Le UKIP et le choix du Brexit" de Karine Tournier-Sol, publié aux Editions Vendémiaire (1/2).
Karine Tournier-Sol
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Karine Tournier-Sol est maître de conférences en civilisation britannique à l’Université de Toulon. Ses travaux portent sur les relations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. Elle est spécialiste du UK Independence Party, sur lequel elle a publié...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Brexit a claqué comme un coup de tonnerre dans une Europe qui ne soupçonnait pas le rejet dont elle pouvait faire l’objet. Pourtant, en 2014, à l’issue d’une campagne axée sur les « dangers » de l’immigration, le UK Independence Party et son tonitruant leader Nigel Farage avaient déjà fait parler d’eux. Deux ans plus tard, le UKIP a pu apparaître comme l’artisan majeur du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne. Révélant aux yeux du monde l’existence en Grande-Bretagne d’une fracture sociale, économique et géographique sans précédent. La première analyse sociologique et électorale en français, qui met en lumière les points communs et les différences avec les autres mouvements populistes européens, notamment le Front national. Car, qualifié d’« extrême droite en costume cravate », le UKIP, nouveau venu original dans un système politique qui mettait volontiers en avant sa modération, est désormais un élément clé de la vie démocratique du Royaume-Uni. Extrait de "Prendre le large - Le UKIP et le choix du Brexit" de Karine Tournier-Sol, publié aux Editions Vendémiaire (1/2).

Les observateurs français de la vie politique britannique sont souvent tentés de comparer le UKIP au FN. Il est indéniable que les deux partis partagent un certain nombre de points communs. Comme le UKIP, le FN est un parti anti-establishment qui se pose en seule alternative véritable aux grands partis de gouvernement, présentés comme interchangeables et déconnectés du peuple. La rhétorique du FN est comparable à celle du UKIP et s’appuie sur un franc-parler et un appel au bon sens dont on a vu qu’ils étaient caractéristiques du discours popu- liste. Leurs plates-formes électorales respectives s’articulent autour du même triptyque Europe-immigration-rejet des élites. Cependant, il existe une différence majeure entre le UKIP et le FN : les deux partis ont des visions économiques diamétralement opposées. Après avoir prôné une forme de néolibéralisme économique dans les années 1980, le FN a opéré sous le leadership de Marine Le Pen un glissement progressif vers la gauche de l’axe économique jusqu’à une conversion au protectionnisme et à l’interventionnisme étatique61. Le UKIP, lui, défend un libéralisme économique qui reflète sa proximité avec le parti conservateur tant sur le plan idéologique que sur celui des acteurs. L’autre différence revendiquée par le UKIP tient au fait que le parti britannique rejette avec force le racisme associé à l’extrême droite dont est issu le FN. Les deux partis ne partagent pas le même héritage politique, puisque le UKIP se place dans la tradition eurosceptique britannique. Nigel Farage n’a ainsi jamais perdu une occasion de souligner cette différence fondamentale entre les deux formations politiques :

«Le Front national reste un parti fondamentalement axé sur la question de la race – l’Union européenne ne vient qu’en second. »

Le fait est que le lien entre Europe et immigration établi par les deux partis est le résultat d’un processus inverse : le UKIP a d’abord été un parti centré sur un seul et unique enjeu, l’Europe, avant d’y associer l’immigration. Le FN, lui, a fait exactement le contraire. Le UKIP refuse farouchement d’être assimilé au FN français, même modernisé. D’ailleurs, si Nigel Farage ne cache pas son admiration pour la personne de Marine Le Pen, il ne croit pas au processus de normalisation qu’elle a entrepris :

«Mon problème n’est pas, et n’a jamais été Marine [...] mais il n’en reste pas moins que l’antisémitisme est inscrit dans l’ADN du parti. [...] Elle n’arrivera jamais à réellement réformer le parti et à le débarrasser de son passé antisémite tant que son père sera vivant. »

C’est d’ailleurs pour cela que Nigel Farage avait décliné l’invitation de Marine Le Pen à former un groupe au Parlement européen lors des élections de 2014. Il ne veut pas être associé à «l’antisémitisme du FN» : « Je n’avais, et n’ai encore, aucune intention de la rejoindre.

Le UKIP avait donc formé son propre groupe parlementaire « Europe de la liberté et de la démocratie directe (ELDD) », aux côtés notamment du Mouvement cinq étoiles de l’Italien Beppe Grillo. Quelques mois plus tard, alors que la défection de l’un des membres du groupe avait menacé sa survie, l’ELDD intégrait dans ses rangs un eurodéputé polonais du Congrès de la Nouvelle droite, un parti d’extrême droite avec lequel Marine Le Pen elle-même avait refusé de s’associer. On comprendra que cet épisode ait ébranlé la crédibilité du UKIP et alimenté les accusations de racisme dont il fait régulièrement l’objet au Royaume-Uni.

Extrait de "Prendre le large - Le UKIP et le choix du Brexit" de Karine Tournier-Sol, publié aux Editions Vendémiaire

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 29/08/2017 - 23:44
@anouman
Si ils ont les Libdem, les libéraux démocrates qui sont La bas l'équivalent de LREM mais en maquette.
philippe de commynes
- 28/08/2017 - 19:23
La grosse différence
La grosse différence est que l'ukip a eut l'intelligence de ne pas se mettre en porte à faux par rapport aux attentes de ses électeurs : ces derniers sont europhobes , farage aura pillonné inlassablement le brexit.
Tandis que de l'autre côté la première chose qui motive les électeurs potentiels du fn, c'est l'immigration arabo-musulmane, mais MLP adopte le programme de philippot, une sorte de on refait le programme commun des gauches de 81, mais en se donnant les moyens de réussir en sortant de l'europe/euro et en pratiquant une sorte de protectionnisme intégral, en effrayant du coup les électeurs de droite ( et pas seulement ...il n'y a guère que les mélenchonistes qui peuvent se reconnaître sur une telle ligne, avec le succès que l'on sait) et en les effrayant d'autant plus que dès qu'elle doit sortir de sa zone de confort et parler d'économie elle s'emmêle les crayons.
Bref la grosse différence aura été que le fn n'aura pas eut à sa tête quelqu'un d'aussi capable que l'aura été farage à la tête de l'ukip...
JeanBart
- 28/08/2017 - 16:11
finalement
ce qui fait le point commun de UKIP et du FN, c'est que leurs opposants n'ont aucune position explicite sur les sujets de la souveraineté, du projet politique de l'UE, et de l'immigration de masse. Or on remarquera que ces thèmes sont très importants pour une partie croissante des peuples européens. Ainsi, ce n'est pas parce que le FN ou UKIP parlent de ces sujets qu'ils sont populistes. C'est surtout parce que les autres se taisent...