En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

03.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 2 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 3 heures 24 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 4 heures 20 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 5 heures 16 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 6 heures 57 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 9 heures 32 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 10 heures 16 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 10 heures 53 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 11 heures 28 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 12 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 3 heures 13 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 3 heures 58 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 4 heures 41 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 6 heures 11 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 9 heures 24 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 9 heures 59 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 10 heures 20 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 11 heures 14 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 11 heures 57 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 12 heures 45 min
© REUTERS/Stephane Mahe
© REUTERS/Stephane Mahe
Industrial Blues

Décision sur GM&S : ce dont l'industrie française aurait vraiment besoin pour ne plus enchaîner des cas d'entreprises intraitables isolément

Publié le 31 juillet 2017
Le mois d’Aout et les conflits sociaux s’essoufflent, l’affaire GMS parait entamer sa dernière ligne droite, le président du Tribunal de Commerce regrettant tout fort l’extrême médiatisation du site de La Souterraine qui aurait retardé la solution.
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mois d’Aout et les conflits sociaux s’essoufflent, l’affaire GMS parait entamer sa dernière ligne droite, le président du Tribunal de Commerce regrettant tout fort l’extrême médiatisation du site de La Souterraine qui aurait retardé la solution.

Le mois d’Aout et les conflits sociaux s’essoufflent, l’affaire GMS parait entamer sa dernière ligne droite, le président du Tribunal de Commerce regrettant tout fort l’extrême médiatisation du site de La Souterraine qui aurait retardé la solution. On a d’ailleurs une issue classique « à l’ancienne », une reprise avec maintien de 43% de l’effectif, des promesses d’investissements et de commandes des deux grands constructeurs automobiles nationaux, à savoir Peugeot et Renault. Il ne sert à rien d’incriminer les nouveaux Ministres, le repreneur et les patrons clients de GMS, l’échec collectif date de bien longtemps et les derniers acteurs du drame ont essayé de faire avec ce dont ils disposaient. On hésite entre « c’est toujours ça de pris «   ou » ça ne résout rien «, mais les pauvres gens qui se sont battus pour faire survivre leur site garderont un gout amer de ces mois d’angoisse et de désespoir. 

J’ai bien conscience de déranger les commentaires habituels mais je pense d’abord aux salariés de l’entreprise qui ont été ballotés pendant au moins quinze années, ils ont tenté l’impossible et pour moi, industriel ,cela prouve une volonté, une ténacité, un dynamisme, une imagination, un attachement à l’entreprise qu’il est absurde de ne pouvoir utiliser. Ils auraient accepté sans broncher leur triste sort je n’aurais pas le même sentiment, car pour moi  ces mouvements vigoureux qu’ils ont animés, cette détermination, cette cohésion me conduisent à dire qu’il y avait là les capacités à innover, créer, entreprendre et qu’une grande partie de ce personnel ne puisse pas être utilisé à des taches industrielles est un gâchis.

Le deuxième élément à prendre en compte est celui de ce petit village de la Creuse qui ne vit que de cette activité industrielle depuis des dizaines d’années, la compression du site est un drame, il illustre bien la faillite de la politique industrielle française  qui n’a pas suffisamment pris en compte les territoires de l’ensemble du pays. 

Les enseignements que nous devrions en tirer sont de plusieurs ordres, mais je prendrai les principaux 

Tout d’abord, puisque dans notre pays c’est toujours à l’Etat que l’on demande de dénouer les situations de crise, il faut qu’il organise mieux l’anticipation et la reconversion des sites industriels. Cela ne veut pas dire que tout doit être centralisé et fonctionnarisé, bien au contraire, une affaire comme celle de la Creuse aurait dû se régler en amont il y a au moins une dizaine d’années avec la participation d’acteurs économiques locaux en évitant les fausses reprises de sites par de faux repreneurs . Lorsque vous traversez les villages industriels de Vendée vous comprenez comment un tissu industriel peut vivre et prospérer en « encaissant » les déclins ou morts d’activités devenues non compétitives ou obsolètes. Lorsque le carnet de commandes baisse, il est nécessaire d’avoir une mobilisation locale pour savoir si c’est un problème structurel ou une incapacité du dirigeant,  et cela peut se régler avec des reconversions et l’accueil de nouvelles activités. Il existe des Maires qui ont ainsi cru très tôt aux écosystèmes locaux et régionaux et qui ont assuré le succès de leurs cités, je pense à Nantes ou à Vitré par exemple. Ailleurs des édiles locaux se sont orientés vers les maisons de retraites, c’était leur droit, mais les résultats sont là !  Il fallait croire à l’industrie au bon moment …et il est encore temps ! 

Mais on observe aussi que bon nombre d’épargnants aimeraient soutenir l’activité économique dans un secteur d’activité et dans un territoire bien défini pour « préparer l’avenir de leurs enfants et petits-enfants «  qui voudraient rester dans leur région. Ils sont orientés indistinctement vers l’assurance-vie qui n’intervient pas du tout dans l’activité industrielle mais seulement dans l’immobilier ! C’est aussi cela la réalité de l’appauvrissement industriel de nos territoires ! 

Cette affaire GMS, apparue opportunément en période électorale et parfaitement médiatisée pourrait se transformer en symbole de notre compréhension nouvelle des maux dont nous souffrons 

Il nous faut anticiper, les évolutions et les révolutions industrielles sont le fonctionnement normal de notre économie. Les sinistres sont prévisibles, ils tiennent au progrès scientifique et technique permanent et en accélération constante. Et souvent les politiciens s’en mêlent ! Qui s’interroge sur les conséquences de la généralisation souhaitée du véhicule électrique en France sur l’activité d’emboutissage du secteur automobile et de l’usine de La Souterraine en particulier ? Qui questionne la technique d’imprimante 3D au sujet de l’emboutissage ? Laissons donc aux industriels le soin de savoir ce qui va arriver à leur secteur d’activité et demandons leur d’anticiper les transformations sans les « commander » de façon irresponsable ! L’industrie automobile française c’est 16% des emplois industriels, avant de « décider » du futur…français regardons quel est le futur…mondial et essayons de nous y préparer…avec humilité et sans idéologie !

La reconversion industrielle est une activité à part entière où  les pouvoirs publics ont un rôle important à jouer , c’est ainsi que l’on a pu traiter au mieux les sinistres industriels de la précédente révolution industrielle, celle des automatismes. La suivante, celle d’aujourd’hui,  celle du numérique et des robots est en route, elle n’a pas été préparée !( Mais les pouvoirs publics ne doit pas s’entendre par le pouvoir Parisien, ni les fonctionnaires parisiens.)

Des difficultés comme celle de La Souterraine ne devraient jamais être traitées au niveau national, l’écosystème local et régional devrait fonctionner, y compris dans la Creuse ! 

Les banquiers régionaux devraient être des acteurs de premier plan pour alerter et prendre en charge les ébauches de solutions, ils le font dans certaines régions, ils pourraient encore le faire mieux si de l’argent local pouvait être mobilisé pour soutenir l’industrie locale . 

La mobilisation extrême, les tentatives désespérées, même si elles sont condamnées par ceux qui en subissent les désagréments devraient être mieux interprétées, elles sont aussi un signe de volonté, de combativité et d’initiative, notre industrie en a cruellement manqué !  

L’industrie c’est une des écoles du risque, les patrons des entreprises ont cette responsabilité, de prendre des risques, scientifiques, techniques, industriels et financiers, dans un environnement de plus en plus turbulent. Lorsque les résultats ne sont pas bons, il faut redoubler de prises de risques, ce qui fait du chef d’entreprise industrielle un aventurier moderne. Plus les salariés sont informés, consultés, mobilisés, et plus il y a acceptation du personnel de la stratégie choisie et mieux sont acceptées les conséquences. Dans la triste histoire des dernières années de La Souterraine il y a eu absence de chef d’entreprise et les salariés ont tout subi, ce n’est pas ma conception du fonctionnement de la majorité des entreprises, du moins de celles qui réussissent.    

  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 31/07/2017 - 20:20
Le chef d'entreprise, un aventurier moderne?...
Plutôt un naïf qui ne sait pas quel parcours du combattant semé d'embûches et de chausse-trappes l'attend, dans l'enfer fiscal socialiste! L'aventure est ailleurs...
moneo
- 31/07/2017 - 17:02
HUM.....
Que d'approximations et d'oublis....

l'assurance vie qui ne s'investit que dans l'immobilier? j'ai du rater un épisode c'est surtout l'Etat qui finance ses dettes... depuis peu ,un peu d'immobilier puisque la dette ne paye plus rien face aux facilités des banques centrales , il existe de multiples assurances vies permettant d'aller en bourse les français n'en veulent pas ,ils pensent, à juste titre ,que ce sont les intermédiaire qui gagnent à tous les coups.rincés régulièrement par des spéculations qui leur échappent , ils ont dit stop avec nos économies ....
qui peut les condamner? c'est quoi la prochaine étape? l'obligation d 'acheter des actions en bourse?

Parmi le oublis ;le rôle de syndicats marxistes ... la souterraine mais c'est le France des années 70 sauf que Sardou a vieilli..
Un patron joue ses billes avec les règles du jeu social français et dans toutes les activités en marges déclinantes,le bateau prend l'eau inexorablement.le modéle Français coule notre industrie sauf celle qui peut se permettre de fixer librement ses marges..( Luxe et innovations)
quand un patron dépose le bilan dans l'immense majorité des cas il n'a pas pu faire autrement