En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani

03.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

04.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

05.

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

06.

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

07.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

04.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 3 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 6 heures 36 min
light > Insolite
Too bad!
Un artiste vend une banane scotchée au mur 12.000 dollars : un autre la décroche, la pèle et la mange
il y a 8 heures 51 min
pépite vidéo > Insolite
Goût de luxe
Un hôtel espagnol décore son hall d'entrée avec un sapin à 14 millions d'euros
il y a 9 heures 29 min
rendez-vous > Economie
Zone Franche
Retraites et consensus scientifique : peut-on vraiment prendre les retraito-sceptiques au sérieux ?
il y a 10 heures 41 min
décryptage > Europe
Surprises

Surprises à la carte : ce que la géographie de l’euroscepticisme nous apprend des racines du trouble politique qui ébranle l’Union

il y a 11 heures 8 min
décryptage > Terrorisme
Incompréhension

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

il y a 14 heures 30 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

il y a 14 heures 51 min
pépites > Religion
Solidarité et soutien
Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre
il y a 22 heures 1 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 4 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 6 heures 30 min
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 6 heures 53 min
décryptage > Santé
Petites vérités

Petites vérités utiles à rétablir sur l’espérance de vie en France

il y a 9 heures 22 min
décryptage > Europe
La juste mesure

Royaume-Uni : la lutte anticorruption cherche la juste mesure

il y a 10 heures 40 min
décryptage > Politique
Petites vérités

Humanisme, rémunérations et régimes spéciaux : le cas Delevoye

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Science
Découverte

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en se passant des énergies fossiles

il y a 11 heures 49 min
décryptage > Economie
Génération 1975

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

il y a 14 heures 38 min
décryptage > Politique
To Reforme or not To Reform

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

il y a 14 heures 56 min
pépites > Politique
Sondages
Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani
il y a 22 heures 51 min
© Reuters
© Reuters
Faites ce que je dis

Code du travail: quand les députés s’affranchissent des règles qu’ils imposent aux patrons

Publié le 29 juillet 2017
Les députés lisent-ils les textes qu'ils votent, surtout lorsqu'il s'agit du code du travail ? La question du statut des collaborateurs parlementaires montre, une fois de plus, qu'aucun élu n'accepte de se soumettre à la rigidité des règles applicables aux employeurs de droit commun.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les députés lisent-ils les textes qu'ils votent, surtout lorsqu'il s'agit du code du travail ? La question du statut des collaborateurs parlementaires montre, une fois de plus, qu'aucun élu n'accepte de se soumettre à la rigidité des règles applicables aux employeurs de droit commun.

Longtemps, les centaines de collaborateurs parlementaires qui hantent les couloirs et les bureaux de l'Assemblée (plus de 2.000 sous l'ancienne mandature) ont vécu dans une zone de non-droit. À de nombreux égards, ce non-droit persiste, alors même que le Parlement disserte des ordonnances sur le Code du Travail. Voici quelques exemples de la façon dont les députés foulent au pied les règles qu'ils jugent bonnes pour les employeurs de droit commun.

Les députés ont créé une branche de moins de 5.000 salariés!

Pour sortir du non-droit, le syndicat FO des collaborateurs parlementaires a mené le combat pour obtenir une négociation collective. En son temps, ce syndicat ne mâchait d'ailleurs pas ses mots:

Moins de 2% des salariés français ne sont couverts par aucun accord collectif (convention collective, accord de branche, etc.) : les 2091 collaborateurs parlementaires qui travaillent actuellement pour les députés, au Palais Bourbon ou dans leurs permanences parlementaires partout sur le territoire, en font partie. Si les députés adoptent régulièrement des textes relatifs au dialogue social, si le gouvernement a fait de la promotion de la démocratie sociale l’un de ses engagements, cette question trouve un angle mort concernant les collaborateurs de députés.

Grâce à cette mobilisation, les collaborateurs parlementaires ont obtenu un premier accord collectif le 24 novembre 2016. On notera qu'entretemps les mêmes députés de la précédente mandature avaient pipeauté un certain nombre de textes sur les vertus du dialogue social, qu'ils se sont bien évidemment abstenus pendant des années de s'appliquer à eux-mêmes. Il faut dire qu'ils étaient aux premières loges pour mesurer la lourdeur des règles imposées aux employeurs de droit commun.

Cet accord de fin 2016 indique avec une bonhomie touchante qu'il fonde une nouvelle branche professionnelle: celle de l'Assemblée Nationale. Les employeurs de ce pays seront heureux de découvrir que leur représentation nationale fait "branche à part". Alors que la loi El-Khomri prévoyait de supprimer les branches de moins de 5.000 salariés (objectif confirmé par les ordonnances Macron), on a donc trouvé des députés pour créer une branche de 2.000 salariés quelques semaines après l'adoption de cette loi si contestée. 

Là encore, ce qui est bon pour le secteur privé ne l'est pas pour les parlementaires. 

L'opacité totale de la branche Assemblée Nationale

L'incongruité de la création de la branche Assemblée Nationale ne s'arrête pas au faible nombre des salariés qu'elle englobe, en violation des textes votés au même moment par les employeurs signataires de ce texte. Elle porte aussi sur l'opacité qui règne sur le champ d'application de l'accord. 

Il faut comprendre la difficulté inhérente à cet accord: logiquement, il devrait être négocié par un syndicat patronal regroupant tous les députés. L'idée d'expliquer aux collaborateurs parfois payés au lance-pierres que leur statut est fixé par des patrons réunis sous une même bannière quoiqu'ils appartiennent à des partis antagonistes (dont certains font une surenchère permanente sur les droits des salariés) vaut ici son pesant de cacahuètes. 

Les parlementaires ont donc décidé de s'appliquer à eux-mêmes les règles qu'ils critiquent si souvent dans le monde patronal: ils se réservent la possibilité d'agir chacun dans leur coin, et ils évitent prudemment d'imposer des règles communes dans la branche. 

L'accord ne s'applique donc pas à tous les députés:

Le présent accord est applicable aux députés employeurs adhérents de l'association de députés employeurs signataire du présent accord et aux collaborateurs parlementaires qu'ils emploient sous contrat de travail de droit privé.

L'association en question s'appelle l'ADE collaborateurs. C'est elle qui a officiellement négocié l'accord et qui en est signataire. Petit problème: ses statuts sont introuvables, et son fonctionnement est tout sauf expliqué par l'Assemblée Nationale. 

Ainsi, alors qu'en 2016, deux branches ont vu le jour dans des conditions de clarté absolue (les gens d'église et le transport ferroviaire de voyageurs), la branche Assemblée Nationale est, pour sa part, sortie de terre sans aucune publicité. Il est vrai qu'elle n'est que l'émanation du peuple souverain, donc, pourquoi se soucier de bien expliquer ce qu'on fait. 

Un petit défaut de représentativité patronale

Cette fameuse association que personne ne connaît vraiment (sauf, sans doute, ses membres) présente une autre particularité: elle n'est représentative que d'elle-même. 

Ainsi, lorsque le gouvernement a publié, début 2017, le tableau de la représentativité patronale, il n'a fait nulle mention de l'existence de cette branche de l'Assemblée Nationale et encore moins de l'association qui a négocié l'accord du 26 novembre 2016. Autrement dit, l'association signataire n'est pas représentative des employeurs. 

Ce n'est évidemment pas un motif d'illégalité. En revanche, ce défaut de représentativité empêche toute forme d'extension de l'accord. On attendra avec impatience ici la position du ministère du travail... puisque, selon une représentante des collaborateurs, l'accord serait en cours d'extension...

S'agit-il d'un vrai accord?

Au demeurant, on peut quand même s'interroger sur la sincérité de l'accord qui a été signé. En effet, en dehors des dispositions sur le forfait en jours et sur le licenciement, on n'y trouve aucune autre prise de position statutaire. Et la loi sur la régulation de la vie publique devrait laisser au bureau de l'Assemblée le soin de fixer le statut des collaborateurs en dehors de toute démarche négociée. 

Là encore, alors que les députés baratinent les patrons de ce pays chaque fois qu'ils le peuvent en leur expliquant que la décision unilatérale, c'est pas bien, que le dialogue social, c'est mieux (on fait même des ordonnances sur ce sujet), les parlementaires trouvent très bien de pratiquer, pour ce qui les concerne, et conformément à une tradition ancrée, la mesure autoritaire. 

On imagine tous que cela s'appelle donner l'exemple. 

Un dispositif contestable

On comprend pour quelle raison les députés ont consenti à cet accord: celui-ci consiste en réalité en un échange entre la mise en place de forfaits en jour, qui permettent d'encadrer, pour les parlementaires adhérents, des années de 208 jours de travail pour les collaborateurs, sans réel décompte des heures (même s'il en existe un assez formel), et la mise en place d'une indemnité de licenciement.

On ne reviendra pas ici sur la légalité du motif de licenciement inventé par l'accord. En ce sens, celui-ci préfigure les ordonnances Macron: il définit des motifs de licenciement spécifiques à une branche. Ce sujet en lui seul mérite un article distinct. 

On se demande juste quelle est la validité juridique d'une branche qui se limite à une association bien hasardeuse de parlementaires employeurs, dont la seule vocation est de couvrir la légalité de quelques formules en forfaits jours. 

Il est en tout cas évident que personne ne tolérerait qu'un groupe d'employeurs constitue une association pour négocier en catimini un accord minoritaire qui sert surtout à régulariser des pratiques favorables aux employeurs. Aucune branche ne pratique de cette façon en France, sauf celle de l'Assemblée Nationale. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani

03.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

04.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

05.

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

06.

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

07.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

04.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 29/07/2017 - 13:59
Une branche?
non, à peine une brindille...
J'accuse
- 29/07/2017 - 11:50
L'aristocratie refuse d'être soumis au droit commun
Et pendant ce temps, une loi de moralisation veut faire croire que les parlementaires vont devenir des parangons de vertu. Les représentants du peuple votent des lois pour les autres mais pas pour eux, et font semblant d'être irréprochables. Exemple parmi d'autres: une parlementaire LREM brandit sa carte de député sous le nez de policiers après avoir agressé un chauffeur de taxi, comme si son statut la dispensait de respecter les lois.