En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 4 heures 45 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 5 heures 44 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 10 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 11 heures 53 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 13 heures 15 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 14 heures 22 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 14 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 15 heures 29 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 15 heures 59 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 16 heures 36 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 4 heures 57 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 9 heures 2 sec
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 11 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 12 heures 14 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 14 heures 12 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 14 heures 36 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 15 heures 8 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 15 heures 39 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 16 heures 16 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 16 heures 46 min
© Mike Segar / Reuters
© Mike Segar / Reuters
C'est pas le temps qui compte

Jeff Bezos, CEO d’Amazon, a ete l’homme le plus riche du monde, ça n’a duré que 24 heures mais ça n’a aucune importance

Publié le 29 juillet 2017
Jeff Bezos a été l’homme le plus riche du monde, mais pendant 24 heures seulement, avec une fortune évaluée à plus de 90 milliards de dollars, plus que Bill Gates, le fondateur de Microsoft et Warren Buffet.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jeff Bezos a été l’homme le plus riche du monde, mais pendant 24 heures seulement, avec une fortune évaluée à plus de 90 milliards de dollars, plus que Bill Gates, le fondateur de Microsoft et Warren Buffet.

Le sacre de Jeff Bezos comme l’homme le plus riche du monde n’aura duré que 24 heures. Mercredi, la bourse de New-York installe le fondateur d’Amazon en tête des super-riches du monde, en évaluant sa fortune à 90 milliards de dollars. Devant Bill Gates, le fondateur de Microsoft, et Warren Buffet. Mais jeudi soir, la bourse se ravise et ramène Jeff Bezos au troisième rang. La gloire aura été éphémère diront certains. Elle dépend surtout des cours de bourse. 

Mercredi, les boursiers hallucinent en apprenant que le chiffre d’affaires d’Amazon a progressé de 27 % sur un an, un record absolu... mais jeudi, ils déchantent quand ils s’aperçoivent que les profits ne suivent pas. Chez Amazon, on explique pourtant que les profits existent mais comme ils sont réinvestis systématiquement et totalement dans le développement de l’entreprise, ils n’apparaissent pas forcément. Et les investissements, c’est quand même le nerf de la guerre. Tout le monde le sait et tous les succès économiques sont le produit d’investissements. 

La réussite de Jeff Bezos reste impressionnante, parce qu’accumuler 90 milliards de dollars en moins de 20 ans est assez incroyable, mais est-elle plus impressionnante que celle de Bill Gates, le fondateur de Microsoft, de Ford au siècle dernier ou même de Bernard Arnault en France, le numéro un mondial de l’industrie du luxe ?

Jeff Bezos est un pur produit du modèle libéral américain fondé sur l’innovation, la logique d’offre comme disent les économistes. 

Son histoire personnelle raconte les secrets de ce succès incroyable. On en fera un film, un jour. Forcément. Sa vie est un roman. Et le roman aurait pu être écrit par Balzac, Zola ou Tom Wolfe, le Balzac américain. Cette vie est un mélange de chance et de talent, de misère sociale et d’amour. 

Jeff Bezos est né en 1964, un 14 janvier. Il vient donc d’avoir 53 ans. C’est encore un gamin. En tout cas, il raisonne et s’émerveille comme un gamin.

Il est né à Albuquerque au nouveau Mexique, c’est le bout du bout du monde. Quand on naît dans cette bourgade, on a très peu de chance d’en sortir. D’autant que sa mère, Jacklyn Gise, est une toute jeune adolescente, jolie certes mais un peu naïve, qui s’est faite avoir par un père qui disparaît à la naissance de l’enfant. 

La jeune femme rencontre alors un immigré cubain, venu aux Etats-Unis à l’âge de 15 ans et qui travaille à l’université du coin. Il n’est pas riche, mais il y a beaucoup d’amour et de respect dans cette nouvelle famille. Cet émigré s’appelle Miguel Bezos, il va épouser Jacklyn, va adopter le petit Jeff, lui donner son nom et il va l'élever comme son propre fils. 

Et puis, il y a les grands-parents derrière, qui s’occupent aussi de cet enfant, lui apprennent à lire, à parler, qui l'aiment comme des fous, c'est à dire comme tous les enfants devraient l’être. Parce que le manque d'amour est sans doute la pire des injustices, qu’on soit riche ou pauvre. 

Ses grands-parents vont l’aimer. Profondément, avec beaucoup d’intelligence. Ils vont le pousser et mettre leurs maigres économies pour qu’il puisse aller dans les meilleures écoles, parce qu’à cette époque quand on est émigré cubain, on sait que le seul moyen de sortir du rang, c’est encore l’école. Et pas l’école de la rue. L‘école des riches. 

Jeff Bezos sera admis à l’Université de Princeton, dans le New Jersey. Il en sort diplômé en sciences en 1986. Pour des latinos, c’est l’équivalent d’un prix Nobel. Il faut imaginer l’effort que coûte Princeton, pour des émigrés cubains qui survivent dans l’Etat du nouveau Mexique. 

Diplôme en poche, Jeff va commencer à travailler à New-York dans différentes entreprises. Il comprend tout à la finance, alors il file à Wall Street et travaille comme un fou. 

A trente ans, il n’a encore fait qu’une chose : travailler avec cette idée obsessionnelle, mettre sa mère et surtout sa grande mère cubaine à l’abri. Il s’appelle Bezos et il en est fier. Normalement, il aurait dû se retrouver au service de la voirie de New York. Mais là, il habite à Midtown à Manhattan

A trente ans, il est fasciné par la vague internet dont il pressent qu’elle va tout balayer. Alors comme au cinéma, avec moins de 100 dollars en poche, il va créer un site sur lequel on pourra acheter des livres. Parce que la lecture pour lui, c’est le Graal.

Très vite, il va s’apercevoir que ça peut marcher. Ça va marcher. Les américains adoptent le e-commerce. Il va donc se diversifier. Il va vendre des livres, puis de la musique, des DVD, du téléchargement. Il va ensuite passer à tout ce que l’américain moderne a besoin. Des équipements, du textile, des services, des voitures, et aujourd’hui de l’alimentaire. Pourquoi pas ? L'innovation de l entrepreneur n’a pas de limites. Comme les besoins du consommateur

Il a trente ans quand il crée Amazon. Aujourd’hui, 23 ans plus tard, il a fait d’Amazon le plus grand magasin du monde. Avec une capitalisation boursière de 90 milliards de dollars qui fait peur à tous les anciens de la grande distribution mondiale, de Wall Mart à Carrefour. 

Le secret, outre cette volonté vissée au corps de réussir, aura été de réinvestir la totalité de ce qu’il a gagné dans le développement. Au point d’ailleurs de racheter « le Washington Post », un quotidien américain. 

Mais le Washington Post, c’est la bible des intellos américains et des politiciens de gauche. Un sanctuaire , un peu comme le journal Le Monde , autrefois a Paris. 

Lui, un Bezos, normalement, il n’y a pas droit. On l’accuse alors de vouloir faire pression sur les milieux politiques et obtenir des conditions fiscales plus favorables pour ses entreprises. Peut être ! Sauf que Jeff Bezos est resté le petit Bezos fasciné par l’intelligence et la culture et que le Washington Post, quand il vivait à Albuquerque au fin fond du Nouveau Mexique, il en rêvait en imaginant qu’il aurait un jour le droit de le lire. 

Sa grand-mère l’a convaincu que rien ne lui était interdit à condition de le mériter. Alors, il a réalisé son rêve d’enfant.

Jeff Bezos ne vit pas comme un riche. Il travaille. Il rêve. Il continue de rêver. Et son rêve, c’est l’espace, comme Elon Musk, le fondateur de Tesla, un autre émigré venant d’Afrique du sud. Jeff Bezos pense qu’il pourra proposer à des touristes des voyages dans l’espace. Il en est sur. Et s’il pouvait l’année prochaine offrir un voyage dans les étoiles à sa mère, c’est peut-être la chose la plus secrète qui lui donnerait le sentiment d’avoir réussi sa vie. 

Comme au cinéma. Sauf qu’on n’est pas au cinéma.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 29/07/2017 - 18:27
Vive la liberté, vive les USA!!!!
Seuls les pays où la liberté réelle existe permettent ces aventures humaines et capitalistiques. Ce n'est pas le cas dans notre pays socialo-communiste , ultra égalitaire et qui n'aime pas les riches.