En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Effet d'annonce
Macron annonce qu'aucun budget autre que celui de l'armée ne sera augmenté, un engagement crédible ?
Publié le 22 juillet 2017
24 heures après la démission du général De Villiers, Emmanuel Macron a finalement décidé d'augmenter le budget de l'armée en 2018.
Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010), L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-François Gouiffès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010), L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
24 heures après la démission du général De Villiers, Emmanuel Macron a finalement décidé d'augmenter le budget de l'armée en 2018.

Atlantico : 24 heures après la démission du général de Villier, Emmanuel Macron a finalement décidé d'augmenter le budget de l'armée en 2018. Compte tenue des promesses d'économie du chef de l'état, cette promesse vous semble-t-elle crédible ?

Pierre-François Gouiffès : Il faut différencier les éléments structurels de la conjoncture politique.

Sur le plan structurel, il faut bien avoir en tête que la dépense publique régalienne (sécurité intérieure et extérieure, justice, diplomatie…) recule de façon substantielle depuis plusieurs décennies tant en poids relatif dans l’ensemble des dépenses publiques qu’en proportion du PIB : ainsi les dépenses d’administration générale, de défense et de sécurité sont passées de 12,2 % à 9,5 % du PIB depuis 1995, pendant qu’au même moment la dépense de santé et de protection sociale est passée de 28,3% à 32,7 % (record mondial). Il y a donc eu une claire éviction de la dépense publique régalienne par la dépense publique sociale. L’engagement de l’exécutif de remonter la dépense de défense vers 2% (contre 1,7% actuellement aujourd’hui) constituerait une rupture d’orientation à laquelle je suis favorable, d’ailleurs dans un contexte de fort consensus au moins verbal en la matière :les programmes de François Fillon et de Marine Le Pen allaient dans le même sens.

Ces éléments structurels doivent s’accommoder du feuilleton politico-militaro-judiciaire qui agite le pays depuis la publication du décret d’avance budgétaire du fait des multiples rebondissements que l’on connaît.

Cela vous semble-t-il légitime vis à vis des autres ministères ? N'yen a-t-ils pas qui devraient également bénéficier d'une augmentation selon vous ?

La détermination et l’orientation d’un budget constituent des actes politiques fondamentaux, et il est inéluctable que tout budget marque des priorités politiques, avec le choix du budget de la défense évoqué par Emmanuel Macron le 20 juillet à Istres pour le budget 2018.

Concernant la sphère publique dans son ensemble et vu le double niveau de la dépense publique (record mondial) et de la dette (quasiment 100% du PIB contre 15% en 1974) issue d’une séquence ininterrompue de déficits budgétaires, il me semble logique que beaucoup de départements ministériels s’habituent à ne plus profiter d’augmentations de moyens si l’on espère retrouver une soutenabilité de nos finances publiques.

Cette mesure a été prise afin de rassurer les rangs de l'armée. Cependant, la rapidité de cette promesse ne rend-elle pas le départ de Pierre de Villers encore plus difficile à encaisser ?

Concernant l’exécutif, Il s’agit moins d’une promesse que de la confirmation d’un engagement pris dans le cadre du semestre électoral dont la France vient tout juste de sortir. Le feuilleton militaro-budgétaire en cours contribue comme jamais à mettre au centre du début public la question de moyens des forces armées à un moment doublement marquépar la fin des années de « dividendes de la paix » initiées par la chute du mur de Berlin et la dislocation de l’URSS et par l’apparition de nouvelles menaces.

Mais l’effort concernant les forces armées ne peut être durable et soutenable que si le pays parvient à maîtriser ses dépenses de protection sociale au sens large et sa masse salariale, bien entendu en ne limitant pas l’analyse au seul budget de l’Etat mais en incluant les budgets sociaux et ceux des collectivités territoriales.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 23/07/2017 - 07:14
SUITE À VAN GOG...
Et, si par extraordinaire, vous n'aviez pas eu connaissance de ce déficit concocté frauduleusement par vos propres collègues dans votre palais de Bercy, comment expliquez-vous que le Ministre de l'Économie puisse ignorer ce que faisait celui du Budget. Question subsidiaire: pensez-vous qu'un Ministre qui ne sait pas ce qui se trame dans son propre Gouvernement puisse être un bon Ministre d'abord, un bon Président ensuite?
vangog
- 22/07/2017 - 21:49
Question de journaliste non Stalinien:
"Mr Le Président, en tant que Ministre des Finances de l'ancien gouvernement, aviez-vous connaissance d'une dissimulation de déficit du budget de l'ordre de neuf milliards d'Euros? Et, dans le cas où vous le reconnaîtriez, avez-vous donné des ordres aux fonctionnaires de Bercy afin de dissimuler le déficit budgétaire à la représentation nationale?...."
Geolion
- 22/07/2017 - 16:41
Promesse volontairement oubliée !!
Dans tous les débats radio et télévisés sur ce sujet menés par ces chaînes lèche bottes, personne n'a osé rappeler que Macron, lors de la campagne électorale, avait bien précisé qu'il ne toucherait pas en moins au budget de l'armée.....
Et pour tenter de justifier sa révoltante volte face, il fait dire à son porte parole, totalement soumis, que le gouvernement avait découvert, à sa prise de pouvoir, un passif supplémentaire de près de 9 milliards d'euros.
Or, tout le monde sait que Macron savait et connaissait ce supplément de passif initié par Hollande pour "acheter" des associations à des fins électoralistes pro-hollande !!

Pas joli, joli, tout ça !! Ça en dit long sur le jours, semaines et mois à venir !!