En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

06.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

07.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

Et si l’impact psychologique du COVID-19 nous exposait à un danger politique majeur

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 33 min 55 sec
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 1 heure 10 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 2 heures 27 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 3 heures 24 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 3 heures 25 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 3 heures 26 min
décryptage > Santé
Effet indirect

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

il y a 3 heures 28 min
décryptage > Politique
Démarche de réfléxion

Jean Leonetti : "Le gouvernement a montré les limites de l’ambiguïté du « en même temps »"

il y a 3 heures 29 min
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 19 heures 52 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 47 min 25 sec
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 1 heure 32 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 2 heures 36 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 3 heures 24 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 3 heures 25 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 3 heures 28 min
décryptage > Science
Survivants

Pourquoi les oiseaux ont survécu aux impacts d'astéroïdes géants et pas les dinosaures

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Société
Agitateurs

Islamistes, décoloniaux, écolos zozo et autres dangers pour la démocratie : ce continent immergé qui prospère sur le web

il y a 3 heures 30 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 20 heures 35 min
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Effet d'annonce

Macron annonce qu'aucun budget autre que celui de l'armée ne sera augmenté, un engagement crédible ?

Publié le 22 juillet 2017
24 heures après la démission du général De Villiers, Emmanuel Macron a finalement décidé d'augmenter le budget de l'armée en 2018.
Pierre-François Gouiffès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010), L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
24 heures après la démission du général De Villiers, Emmanuel Macron a finalement décidé d'augmenter le budget de l'armée en 2018.

Atlantico : 24 heures après la démission du général de Villier, Emmanuel Macron a finalement décidé d'augmenter le budget de l'armée en 2018. Compte tenue des promesses d'économie du chef de l'état, cette promesse vous semble-t-elle crédible ?

Pierre-François Gouiffès : Il faut différencier les éléments structurels de la conjoncture politique.

Sur le plan structurel, il faut bien avoir en tête que la dépense publique régalienne (sécurité intérieure et extérieure, justice, diplomatie…) recule de façon substantielle depuis plusieurs décennies tant en poids relatif dans l’ensemble des dépenses publiques qu’en proportion du PIB : ainsi les dépenses d’administration générale, de défense et de sécurité sont passées de 12,2 % à 9,5 % du PIB depuis 1995, pendant qu’au même moment la dépense de santé et de protection sociale est passée de 28,3% à 32,7 % (record mondial). Il y a donc eu une claire éviction de la dépense publique régalienne par la dépense publique sociale. L’engagement de l’exécutif de remonter la dépense de défense vers 2% (contre 1,7% actuellement aujourd’hui) constituerait une rupture d’orientation à laquelle je suis favorable, d’ailleurs dans un contexte de fort consensus au moins verbal en la matière :les programmes de François Fillon et de Marine Le Pen allaient dans le même sens.

Ces éléments structurels doivent s’accommoder du feuilleton politico-militaro-judiciaire qui agite le pays depuis la publication du décret d’avance budgétaire du fait des multiples rebondissements que l’on connaît.

Cela vous semble-t-il légitime vis à vis des autres ministères ? N'yen a-t-ils pas qui devraient également bénéficier d'une augmentation selon vous ?

La détermination et l’orientation d’un budget constituent des actes politiques fondamentaux, et il est inéluctable que tout budget marque des priorités politiques, avec le choix du budget de la défense évoqué par Emmanuel Macron le 20 juillet à Istres pour le budget 2018.

Concernant la sphère publique dans son ensemble et vu le double niveau de la dépense publique (record mondial) et de la dette (quasiment 100% du PIB contre 15% en 1974) issue d’une séquence ininterrompue de déficits budgétaires, il me semble logique que beaucoup de départements ministériels s’habituent à ne plus profiter d’augmentations de moyens si l’on espère retrouver une soutenabilité de nos finances publiques.

Cette mesure a été prise afin de rassurer les rangs de l'armée. Cependant, la rapidité de cette promesse ne rend-elle pas le départ de Pierre de Villers encore plus difficile à encaisser ?

Concernant l’exécutif, Il s’agit moins d’une promesse que de la confirmation d’un engagement pris dans le cadre du semestre électoral dont la France vient tout juste de sortir. Le feuilleton militaro-budgétaire en cours contribue comme jamais à mettre au centre du début public la question de moyens des forces armées à un moment doublement marquépar la fin des années de « dividendes de la paix » initiées par la chute du mur de Berlin et la dislocation de l’URSS et par l’apparition de nouvelles menaces.

Mais l’effort concernant les forces armées ne peut être durable et soutenable que si le pays parvient à maîtriser ses dépenses de protection sociale au sens large et sa masse salariale, bien entendu en ne limitant pas l’analyse au seul budget de l’Etat mais en incluant les budgets sociaux et ceux des collectivités territoriales.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 23/07/2017 - 07:14
SUITE À VAN GOG...
Et, si par extraordinaire, vous n'aviez pas eu connaissance de ce déficit concocté frauduleusement par vos propres collègues dans votre palais de Bercy, comment expliquez-vous que le Ministre de l'Économie puisse ignorer ce que faisait celui du Budget. Question subsidiaire: pensez-vous qu'un Ministre qui ne sait pas ce qui se trame dans son propre Gouvernement puisse être un bon Ministre d'abord, un bon Président ensuite?
vangog
- 22/07/2017 - 21:49
Question de journaliste non Stalinien:
"Mr Le Président, en tant que Ministre des Finances de l'ancien gouvernement, aviez-vous connaissance d'une dissimulation de déficit du budget de l'ordre de neuf milliards d'Euros? Et, dans le cas où vous le reconnaîtriez, avez-vous donné des ordres aux fonctionnaires de Bercy afin de dissimuler le déficit budgétaire à la représentation nationale?...."
Geolion
- 22/07/2017 - 16:41
Promesse volontairement oubliée !!
Dans tous les débats radio et télévisés sur ce sujet menés par ces chaînes lèche bottes, personne n'a osé rappeler que Macron, lors de la campagne électorale, avait bien précisé qu'il ne toucherait pas en moins au budget de l'armée.....
Et pour tenter de justifier sa révoltante volte face, il fait dire à son porte parole, totalement soumis, que le gouvernement avait découvert, à sa prise de pouvoir, un passif supplémentaire de près de 9 milliards d'euros.
Or, tout le monde sait que Macron savait et connaissait ce supplément de passif initié par Hollande pour "acheter" des associations à des fins électoralistes pro-hollande !!

Pas joli, joli, tout ça !! Ça en dit long sur le jours, semaines et mois à venir !!