En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

03.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

04.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

05.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

07.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 22 min 36 sec
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 1 heure 39 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 3 heures 56 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 4 heures 37 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 4 heures 58 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 6 heures 20 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 7 heures 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 7 heures 25 min
pépites > Justice
Terrorisme
Sept personnes mises en examen après l'assassinat de Samuel Paty
il y a 8 heures 17 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 18 heures 45 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 51 min 30 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 2 heures 15 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 4 heures 48 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 5 heures 37 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 6 heures 57 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 7 heures 21 min
décryptage > Education
Education nationale

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

il y a 7 heures 32 min
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 18 heures 53 sec
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 19 heures 28 min
Démographie

Inattendu : le nouveau baby boom des pays arabes

Publié le 16 avril 2012
Si les années 1990 ont été marquées par une forte baisse de la natalité dans les pays du Maghreb, les taux sont repartis à la hausse.
Philippe Fargues
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Docteur et chercheur en sociologie, Philippe Fargues est un démographe spécialiste du monde arabe.Il dirige le Centre des politiques migratoires de l'Institut universitaire européen, en Italie.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si les années 1990 ont été marquées par une forte baisse de la natalité dans les pays du Maghreb, les taux sont repartis à la hausse.

Atlantico : Les niveaux de natalité des pays du Maghreb et du Moyen-Orient ont largement diminué ces dernières années, parfois jusqu’à des niveaux étonnamment bas. Cette tendance se vérifie-t-elle toujours ?

Philippe Fargues : Les années 1990 ont été caractérisées par une très forte baisse de la démographie dans les pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. L’Iran, par exemple, a connu une véritable révolution démographique entre 1985 et 1995. Sur cette période, le niveau traditionnellement élevé de 6 enfants par femme a chuté jusqu’à un niveau post-transitionnel de l’ordre de deux enfants par femme. Cette réalité est bien connue.

Ce qui est moins connu, c’est l’évolution la plus actuelle, à savoir une remontée des taux de fécondités de ces pays. Ce phénomène est assez évident en Egypte depuis une dizaine d’années. L’évolution, dans ce pays, est toujours assez lente. Le taux de fécondité avait commencé à baisser dans les années 1950 jusqu’à approcher les trois enfants par femme. Aujourd’hui, on est revenu à quatre.

En Algérie, également, le taux de fécondité a baissé jusqu’à il y a une dizaine d’années. Il est presque passé en dessous d’un niveau de remplacement de la population. Là aussi, il est revenu à un environ 2,7 enfants par femme. En Tunisie, la baisse de fécondité s’est arrêtée il y a cinq ou six ans. Ces réalités sont parfaitement méconnues car les bases de données statistiques utilisées aux Nations unies ne sont pas à jour. Il faut attendre plusieurs années pour qu’elles prennent en compte des changements aussi récents. Les démographes ont pris connaissance, eux, de cette réalité grâce aux publications des statistiques des naissances des pays en question.

Jusque-là, les observateurs pensaient que la baisse, rapide, continuerait. Il y a eu un retard soudain dans l’âge du mariage des femmes de ces pays. Plusieurs raisons à cela : l’accès à l’éducation des femmes, la crise économique, le manque d’emploi et les immenses difficultés auxquelles les couples pour s’installer. Ces niveaux se sont stabilisés.

On n’explique pas encore très bien ce phénomène. On peut imaginer, tout simplement, que le monde arabe résiste aux normes établies dans les pays du nord, où les taux de fécondité se sont stabilisés à environ deux enfants par femme. On peut également imaginer qu’il y a une influence d’un certain nombre de difficultés économiques. On peut enfin imaginer un rôle de la part des islamistes.

Quelles conséquences ce retour à une natalité plus forte peut-il avoir sur la pyramide des âges de ces pays ?

Les pays arabes gardent tous une croissance démographique naturelle positive. En Tunisie, on a un taux non négligeable avec une population qui augmente de 1% par an. Des valeurs semblables s’observent dans d’autres pays comme la Jordanie. Les taux restent très positifs dans l’ensemble de la région. Rien à voir avec les schémas qui ont été observés en Amérique du sud avec de forts vieillissements de la population.

En termes de pyramide d’âge, les effectifs des générations les plus jeunes restent particulièrement nombreux. La fécondité étant restée très élevée jusqu’à il y a une vingtaine d’années, on n’observe un renflement de population des adultes en âge de travailler.

Reste qu’il n’est pas évident de subvenir aux besoins des anciens. Si la main d’œuvre disponible est nombreuse, le travail, lui, ne l’est pas. C’est plutôt là que réside la difficulté à nourrir les personnes âgées. Nous avons sur ces régions des pays avec des taux de chômage à deux points et, notamment du côté des femmes, une vraie absence d’emplois disponibles. Cette configuration n’est pas favorable au contrat de génération d’un point de vue économique.

 

Quelles sont les politiques des gouvernements de ces pays d’un point de vue démographique ?

Pour moi, les gouvernements sont toujours en retard de quelques années. Ils se voient toujours dans une politique de forte croissance démographique. Il y a aujourd’hui une politique qui reste favorable à la limitation des naissances. Les programmes de planning familial ont fonctionné et ont ralenti la fécondité. Les positions officielles, définies il y a 15 à 30 ans, ne sont plus en adéquation avec les réalités actuelles.

L’exception se pose dans les pays du Golfe où, du fait d’une importante pression migratoire, les dirigeants politiques entretiennent une forte incitation démographique.

Quelles conséquences, ces fluctuations démographiques, peuvent-elles avoir sur les flux migratoires entrants et sortant de ces pays ?

Les liens entre démographie et migration ne sont pas toujours très clair. On ne peut pas, en réalité, dire que des gens viennent dans un pays par appel du vide. Encore faut-il avoir quelque chose à y faire.

Il y a dans les pays arabes avec des marchés du travail très attractifs. Les pays pétroliers du Golfe, la Libye jusqu’à l’année dernière et l’Algérie génèrent un important flux de travailleurs, notamment en provenance de la Chine. Le Liban et la Jordanie sont également des pays d’immigration car leurs propres populations sont parties et ont laissé des places vacantes dans un certain nombre de secteurs activités, aussi bien dans les services que dans l’agriculture.

La région, reste en tous les cas à l’échelle globale, une zone d’émigration. Là, le lien est plus directement lié aux réalités démographiques. On observe plus de départs lorsqu’il y a des renflements importants de générations adultes. Lorsqu’il y a de nombreux jeunes adultes, on observe souvent des phénomènes de migrations accrus. Des phénomènes d’autant plus amplifiés que les situations économiques, les potentiels d’emploi et les différentiels de qualité de vie internationaux sont manifestes.

Dernier facteur qui a un impact sur les migrations, c’est la politique : dès lors que l’insatisfaction est importante, les populations se lancent plus facilement sur les routes.

Beaucoup d’immigrés restent des réfugiés, notamment en Syrie et en Jordanie. L’Egypte a été très touchée par ce type de migrations. En Europe, on fait grand bruit des flux migratoires en provenance de ces pays mais ils restent, en réalité, beaucoup moins importants que ceux qui se dirigent directement vers ces pays.

Propos recueillis par Romain Mielcarek 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
New
- 18/04/2012 - 02:49
Oui 220 000 IVG chaque année
et en face 200 000 nouveaux immigrés légaux, sans compter le torrent des clandestins. Et sur 600 000 naissances en France chaque année, 200 000 le sont de parents dont l'un au moins n'est pas Français.
Le résultat : facile à calculer, et visible chaque jour un peu plus dans nos rues. Un cauchemar devenu réalité, une invasion hostile, agressive et ruineuse qui ne dit pas son nom. Comme le dit Renaud Camus, "le grand remplacement" de la population française.
emmap
- 17/04/2012 - 19:28
mathématique ?
ce qui est malheureux, c'est que pendant que leur natalité augmente, nous, nous continuons à empêcher nos enfants de naître : 220 000 IVG (chiffre reconnu constant en moyenne) depuis 1975 (36 ans) cela près de 8 Millions de français en moins !! et mr hollande veut diminuer les aides familiales !!
sam84
- 16/04/2012 - 14:39
On nous aurait menti ??
La bienpensante et la police de pensée ,nous avaient affirmés,le contraire ...On devine pourquoi et on attend avec impatience les prochaines explication hallal sur ce phénomène aussi extraordinaire,qu'impensable,inexplicable, improbable pour nos experts es qualités en enfumage de paroles sacrées ...En ce qui me concerne et en tant qu’être humain dotés d'une intelligence moyenne ceci ne surprend nullement et seul l'ampleur futur du phénomène me questionne ...Mais il est bien évident que l'ampleur sera proportionnel a l'ampleur du phénomène islamiste et de son cortège obscurantiste sur ce sujet ...Pas besoin d’être expert,mais chut ceci est incorrecte voir raciste