En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Atlantico Business
La majorité des crises mondiales surgit l’été. Pour beaucoup, 2017 n’échappera pas à cette loi des séries. Les risques et les signes s’accumulent.
Publié le 06 juillet 2017
La majorité des crises se déclenche au cours de l’été, mais jamais au même endroit, jamais pour les mêmes raisons. Cette année, les prévisionnistes s’attendent à une tempête financière, mais pas seulement.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La majorité des crises se déclenche au cours de l’été, mais jamais au même endroit, jamais pour les mêmes raisons. Cette année, les prévisionnistes s’attendent à une tempête financière, mais pas seulement.

Alors que les historiens nous rappellent que les crises mondiales les plus graves se déclenchent en général l’été, les analystes estiment que les risques d’une tempête monétaire se multiplient à grande vitesse. Le seul problème, c’est que les mêmes analystes sont incapables de nous dire la gravité systémique et l’origine. Toujours est-il qu’ils considèrent que les marchés financiers sont tellement boursoufflés qu'ils vont finir par exploser. Les analystes voient les risques s’accumuler à deux niveaux :

Au niveau des marchés financiers d’abord. La bourse de New-York aujourd’hui termine la saison au plus haut, puisque la valeur des actifs cotés à New York dépasse 30 années de bénéfices moyens réalisés depuis 30 ans. Sur le Nasdaq, beaucoup plus volatile, les valorisations d’entreprises qui, dans le numérique, ne dégagent pourtant qu'assez peu de bénéfices, sont assez extravagantes. On atteint des sommets historiques. Une euphorie qui, depuis six mois, entoure les appels de fond extravagants pour les sociétés du digital non cotées. Mais la bourse de Paris paraît aussi un peu surcotée. Tout comme la bourse de Shanghai où les chinois spéculent comme des joueurs de casino. Les arbres ne montent jamais jusqu’au ciel et pour beaucoup, les arbres aujourd’hui tutoient le ciel des économies. 

Au niveau des monnaies ensuite, parce que si l’été 2017 peut nous épargner surement d’une crise sur l’euro venant de Grèce  -la Grèce a trouvé une solution en juin pour régler ses échéances- mais l’euro peut nous gâcher l’ete pour cause de fièvre sur les dettes d’état . Par ailleurs le dollar et le yuan chinois peuvent encore s’affronter sur fond de guerre protectionniste. 

Les systèmes économiques regorgent de liquidités généreusement distribuées par les banques centrales pour éteindre les incendies, mais attention au réveil quand les taux d’intérêt vont remonter et que les banques centrales commenceront à restreindre l’accès à l’open bar monétaire. Donc les pretextes et les virus sont innombrables.

D’autant qu'on sait que si l’argent des banques centrales à servi à l’économie réelle, il a aussi servi à alimenter l’inflation sur les actifs financiers et accessoirement à favoriser les endettements publics. Les Etats se sont endettés plus facilement que les entreprises. Bref, cette situation dont la plupart des acteurs de l’industrie financière profite, ne peut pas durer. La seule question, personne ne sait quand ça va craquer et quelle peut être l’ampleur systémique du décrochage. 

Alors, les risques de crises qui se déclenchent l’été, ne sont pas toujours d’ordre économique, financier ou monétaire, même si les crises sur l’euro ont souvent eu lieu l’été. La crise de 1929 est partie d’un krach immobilier en juin, en Floride pour contaminer la bourse à la fin de l’été indien sur New-York, le 29 octobre.  

La crise du dollar, qui a provoqué l’inconvertibilité-or de la monnaie américaine, s’était déclenchée en juillet. Le président Nixon a pris la décision historique de dévaluer le dollar au début du mois d’août. Le tremblement de terre a été mondial. 

La bulle internet a explosé à l’été 2000, La crise des subprimes à l’été 2008 avec la faillite de Lehman Brothers à la fin de l’été en septembre. Bref, on pourrait multiplier les exemples dans le passé. Mais l’été ne s'est pas gardé les seules crises financières, les crises diplomatiques, les guerres, les crises naturelles ... ont aussi été légion.

Les prévisionnistes n’excluent pas cette année des nouveaux départs de feu, au Moyen Orient, en Chine ou en Inde parce que le monde entier aujourd’hui dépend de l’équilibre à Pékin ou à Dehli. La Chine et l’Inde représentent désormais plus de 30% de la croissance mondiale. Si les deux principaux émergents tombent en panne, c’est la planète qui s’arrête. Mais ils s’inquiètent des nouveaux risques. 

Exemple 1 , les risques climatiques. S’il y a un rapport entre le réchauffement climatique et le déclenchement des tsunamis, ces tsunamis sont de plus en plus catastrophiques. D’abord, parce que les populations ont beaucoup migré en bordure des côtes et cela sur tous les continents, mais aussi parce que les zones côtières sont très investies en immobiliers et en actifs de production. Donc les dégâts sont énormes. 

Exemple 2 et gros sujet d’inquiétude, la cyber criminalité, parce qu’on ne sait pas la prévenir, on ne sait pas d’où elle vient. La cybercriminalité a –t-elle une finalité politique, ou économique? Toujours est-il que les victimes ne disent pas toujours si elles sont atteintes et dans quelles proportions. Toujours est-il que les attaques se sont multipliées et qu’elles ont fait de plus en plus de dégâts.   

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
02.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
03.
L'association WWF accusée de stériliser des populations aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
04.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
05.
La droite s'insurge contre un nouveau clip raciste et haineux du rappeur Nick Conrad
06.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
07.
Plus on en sait et moins on en sait : le grand paradoxe de la science du XXIème siècle
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Européennes : François-Xavier Bellamy a exposé sa vision de l'Europe face à Nathalie Loiseau lors d'un débat organisé par l'Institut Montaigne
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ChristineG
- 07/07/2017 - 20:37
Réalités
"D’autant qu'on sait que si l’argent des banques centrales à servi à l’économie réelle ..." Euh, quelle "économie réelle" ? Les classes moyennes de tous les pays développés sont décimées, et la pauvreté et le chômage en augmentation. Comme on dit, ça va bien à Wall Street, mais c'est la cata à Main Street.
kelenborn
- 06/07/2017 - 22:53
mais ne vous plaignez pas!
Une ration de Sylvestre une fois par jour mais...vous avez évité le doyen Neveu
Merci Jacquie et Michel!
Piwai
- 06/07/2017 - 17:17
on va tous mourir!
Un jour...