En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

07.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 5 min 53 sec
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 1 heure 3 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 2 heures 33 sec
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 2 heures 13 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 2 heures 34 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 2 heures 52 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 3 heures 8 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Monde de demain : les bienfaits de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé

il y a 3 heures 8 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 19 heures 57 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 29 min 54 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 1 heure 44 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 2 heures 7 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 2 heures 19 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 2 heures 42 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 3 heures 30 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 3 heures 8 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Robots, intelligence artificielle : qu’est-ce qui va fondamentalement changer pour votre métier ?

il y a 3 heures 8 min
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 19 heures 26 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 20 heures 20 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Business

Bruno Le Maire veut faire de Bercy l’agent booster de l’attractivité française

Publié le 01 juillet 2017
Bruno Le Maire a trouvé sa place, un rôle entre le président Jupiter et des militants encore un peu naïfs.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Le Maire a trouvé sa place, un rôle entre le président Jupiter et des militants encore un peu naïfs.

Les jours passent et Bruno Le Maire trouve sa place. Tout laisse à penser qu’il peut être l’agent booster de l’attractivité française. Bruno Le Maire a parfaitement compris que l’opération montée par Emmanuel Macron ne peut réussir que si, et seulement si, elle génère des résultats en termes d’activité et d’emploi.

Or, le booster de l’activité, c’est l’investissement en France et pour cela il faut des investisseurs.

La clef du pari d’Emmanuel Macron, c’est l’investissement sous toutes ses formes. De l’investissement politique pour constituer un capital politique, ce qu’il a fait.

Un investissement moral pour que l’opinion garde sa confiance dans le capital politique.

Un investissement en formation, et c’est pour cela que le ministre de l’Education nationale est un véritable chef d’entreprise qui va considérer les milliers d’établissement scolaires et universitaires comme autant d’entreprises responsables et sans doute en concurrence pour que ça marche plus vite.

Un investissement dans la santé, dans la culture.

Un investissement dans les actifs d’entreprises pour générer de la compétitivité coût (baisse de charges) mais surtout compétitivité hors coût, pour monter en gamme, donc gagner en marge.

Dans ce contexte là, et avec ce diagnostic, Bruno Le Maire a bien compris que ce qui manquait le plus en France, c’était les investisseurs. Il a donc fait de la quête d’investisseurs sa préoccupation première.

D‘un côté, il faudra aller secouer les investisseurs nationaux. Oui mais là, on sent bien qu’il faudra passer par une réforme de la fiscalité et de la règlementation afin de développer les fonds de capitalisation.

De l’autre, il faut aller séduire les investisseurs étrangers. Les grands fonds pétroliers du Golfe, comme les grands fonds de pension ou d‘investissement du monde anglo-saxon.

C’est pour cette raison qu’il caresse dans le sens du poil les grands banquiers de la place, lesquels lui disent tous qu’il faudra desserrer les ceintures de sécurité qu’on a imposé avec Bale 3 au lendemain de la crise des supprimes. C’est pour cette raison qu'il va peser de tout son poids dans la gestion budgétaire afin de réduire la demande de capitaux et détourner les flux vers le privé.

C’est aussi pour cette raison qu‘il va aller les draguer là où ils sont, habitent et travaillent. A Londres où Bruno Le Maire leur a déjà dit que Paris pouvait les accueillir après le Brexit.

A New-York, cette semaine : le jour-même où Emmanuel Macron inaugurait dans la halle Fressinet le plus grand incubateur du monde, le ministre de l’Economie est allé parler aux grands de l’investissement mondial. Les patrons de BlackRock, celui de MerillLynch, de GoldmanSachs et beaucoup d’autres. Et il leur a dit trois choses extrêmement simples.

1. La France est devenue responsable et pro business. Les financiers du monde qui sont installés à Londres peuvent venir s’installer à Paris après le Brexit parce que nous avons tous les moyens de les accueillir.L’attractivité de la France a changé de braquet.

2. Les opportunités d’investissement en France sont très nombreuses, très rentables parce que la France est la porte de l’Europe et de l’est.

3. La France se réforme pour devenir un pays normal, inscrit dans mondialisation, enraciné dans l’Europe et dans l’euro, amoureuse de la concurrence de marché, parce que c’est la compétition et que la compétition était un facteur de création de richesse.

Ajoutons à cela que Bruno Le Maire n’a pas hésité à dénoncer les erreurs catastrophiques de l’ère Hollande et à dénoncer l’échec de tout le quinquennat. Une gouvernance incapable de courage, incapable de transparence et surtout de cohérence.

Non, la finance ne peut pas être l’ennemi de la France. Non, au contraire.

En 24 heures, alors qu’il manquait l’inauguration de la Station F à la Halle Freyssinet, on ne peut pas dire que le ministre de l’Economie n’ait pas fait le job. Pour le président et bien sûr pour lui-même.

La transformation de Bruno Le Maire a été spectaculaire. Avant l’élection présidentielle, Bruno Le Maire était sans doute le plus centriste des gens de droite.

Avant la présidentielle, certains l’appelaient Monsieur Trop. Trop bien habillé, trop diplômé, trop brillant, trop ennuyeux aussi. Du coup, il a sombré pendant la primaire de la droite et il a disparu des radars.

Sa conversion au macronisme est passée sans cri, ni pleurs. A peine quelques sarcasmes inévitables de la part de quelques amis un peu jaloux de cette liberté et il a retrouvé toute sa légitimité politique dans l’Eure grâce aux législatives.

Alors sa casaque Macron l’a bien boosté, mais il s’est aperçu aussi que sa marque personnelle n’était pas dévaluée, au contraire.

Arrivé au ministère de l’Economie, il joue malin. Son collègue du Budget s’occupera des chiffres à problèmes, les dépenses publiques qu’il faut réduire sans le dire, les impôts qu’il faudra inévitablement augmenter sans le montrer trop fort. C’est Gérald Darmanin qui s’en occupe. Bon courage. Quant aux cas de restructurations industrielles, très compliquées parce que très politiques, il peut les confier au secrétaire d’Etat Benjamin Griveaux,  macroniste de la première heure.

Lui  pourra prendre du recul et s’engouffrer sur un secteur qu’il connaît bien et que les Affaire étrangères n’ont jamais su préempter : les affaires économiques internationales. On est au cœur du système dominé par les effets de la mondialisation.

La classe politique le croyait perdu à tout jamais, elle se trompait. Il a trouvé les moyens de se redresser sans perdre son âme, comme d’autres.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
GPM
- 01/07/2017 - 23:57
Le Maire est un atout qui poussera Macron dans le bon sens
Pour être certain de n'avoir ni Sarko ni Juppé j'ai voté Fillon à la primaire puis à la présidentielle, mais Le Maire avait un excellent programme et était "le renouveau" de la droite. Il aurait été plus solide que Macron sur les questions sociétales et de terrorisme.
Je partage l'avis de JM Sylvestre. Les analyses de B Le Maire sont justes et aime mieux avoir un compétent ministre de l'Economie comme Le Maire qu'un exPS ou LREM. Ce n'est pas lui qui freinera Macron sur les réformes économiques, au contraire.
pierre de robion
- 01/07/2017 - 23:01
Quite à me répéter:
"La vieillesse est un naufrage!
Je croyais avoir tout lu, mais le bateau continuant à prendre l'eau, j'attends le prochain billet!
Allez JM, on les aura....les pieds mouillés!
Bobby Watson
- 01/07/2017 - 21:47
Sylvestre lemairisé
Après Macron, Lemaire: après Jupiter, Hermès. M Sylvestre a toujours besoin d'une idole à encenser. Qui sera le prochain dieu de notre journaliste en mal d'adoration ?