En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Edito
Pourquoi Emmanuel Macron se trouve au pied du mur
Publié le 30 juin 2017
Pour le gouvernement, c’est le moment de prendre les grandes décisions sans plus attendre. Car les actions doivent arriver après les promesses et les engagements.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour le gouvernement, c’est le moment de prendre les grandes décisions sans plus attendre. Car les actions doivent arriver après les promesses et les engagements.

Finie l’heure des annonces, des intentions. Au moment où les Français amorcent la grande transhumance des vacances d’été, le nouveau Parlement s’est mis en  place. Une série de consultations s’est engagée entre les partenaires sociaux pour mettre en route la réforme du code du travail. Pour le gouvernement, c’est le moment de prendre les grandes décisions sans plus attendre. Emmanuel Macron se trouve au zénith d’une popularité qui ne souffre pas la contestation. La France a retrouvé une image qu’elle ne connaissait plus depuis des lustres, à condition que l’action suive les promesses et les engagements. Le chef de l’Etat est au pied du mur. Il ne peut être question de tergiverser comme l’a fait si souvent son prédécesseur, dont les engagements au redressement se terminaient toujours en chiffon de papier sollicitant de nouveaux délais qui lui faisaient perdre toute crédibilité.

Emmanuel  Macron entend rompre avec ce cercle vicieux. Cela commence par une condamnation sans appel par la bouche de son Premier ministre de la politique suivie précédemment. Alors qu’on pouvait croire à une certaine indulgence vis-à-vis de l’action suivie par un gouvernement auquel il  avait appartenu, comme s’il voulait ménager François Hollande, même s’il  n’était pas officiellement responsable de  la gestion des finances, Emmanuel  Macron marque ainsi une rupture très nette. Le nouveau Premier ministre Edouard Philippe  vient de prononcer un  véritable réquisitoire en dénonçant les « artifices inacceptables » utilisés pour faire entrevoir une réduction du déficit au-dessous de la barre psychologique des trois pour cent, alors que celle-ci sera manifestement dépassée. La sévérité du propos témoigne d’une certaine  volonté de dramatisation  de la situation présente, qui appelle des mesures urgentes.  Tous les procédés utilisés classiquement dans les périodes préélectorales pour minorer artificiellement les dépenses  ont été utilisés par  l’équipe précédente : la charge des dépenses publiques en faveur des fonctionnaires a été sous-budgétée, la comptabilisation de la recapitalisation d’Areva a été assurée de « manière désinvolte », des impasses substantielles ont été réalisées sur les secteurs de l’agriculture, de la  défense et du travail, sans  compter les engagements d’augmentation de traitements dans la  fonction publique dont les effets devaient se faire sentir dans les années à venir. Au total, la Cour des Comptes évalue à quelques cinq milliards le manque à gagner  pour cette année, qui ferait passer le déficit à 3,2% du produit intérieur brut, mais l’effet boule  de neige se répercuterait sur 2018,  de sorte qu’on arriverait rapidement à un manque à gagner qui pourrait dépasser dix milliards d’euros.

Certes, la reprise  de l’économie, un peu plus forte que prévue, permettrait d’espérer des recettes fiscales plus élevées qui réduiraient la facture. Il reste que si Emmanuel Macron ne veut pas être désavoué vis-à-vis de ses pairs européens, il doit trancher dans le vif et réduire les dépenses publiques, ce véritable rocher de Sisyphe devant lequel se sont  inclinés tous ses prédécesseurs. La Cour des Comptes propose des mesures énergiques,  telles  que le  non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant en retraite, la réduction des aides et subventions dans la  plupart des secteurs. Le gouvernement  sera tenté de commencer par le plus facile, en renonçant à certaines promesses qui engageaient des crédits nouveaux alors qu’elles seraient pourtant essentielles à la modernisation du pays comme la transformation du CICE en baisse de charges sociales ou la réforme de l’ISF, afin de maintenir au moins en partie la réduction annoncée de la taxe d’habitation. Et l’on risque d’assister au retour en force de la politique traditionnelle  du rabot où les mesures à courte vue prennent la  place des réformes de fond toujours différées.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
02.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
03.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
04.
Un Américain a passé un an à ne manger que des aliments aux dates de péremption dépassées, voilà les leçons qu’on peut en tirer
05.
L'homme qui ne voulait pas être le deuxième flic de France…
06.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
07.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
05.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
04.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
05.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
06.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Sunflower
- 02/07/2017 - 17:47
Macron le cynique Responsable
Qui a été le ministre d'économie du gouvernement précédent ? Qui a été le conseiller financier du president H ? Maintenant il tourne sa veste et punit les fonctionnaires et le peuple entier tant disque lui-même et sa bonne épouse dépensent sans compter... Allons Enfants de la Patrie !
kelenborn
- 30/06/2017 - 17:18
Non mais enfin
Normalement, quand il s'agit dé'cire des banalités ou d'enfoncer des portes ouvertes c'est Duhamel ou Domenach qui font l'exercice. Bon, là on n'a même pas les moyens de l'inutile et de la vacuité
cloette
- 30/06/2017 - 16:56
à beredan
les cars Macron sont tombés à 400 emplois maintenant !