En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 8 min 32 sec
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 47 min 9 sec
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 1 heure 53 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 4 heures 7 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 4 heures 59 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 6 heures 52 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 7 heures 47 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 8 heures 25 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 8 heures 44 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 32 min 48 sec
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 1 heure 30 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 3 heures 46 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 4 heures 33 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 5 heures 15 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 6 heures 24 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 7 heures 1 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 8 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 8 heures 27 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 18 heures 42 min
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Edito

Pourquoi Emmanuel Macron se trouve au pied du mur

Publié le 30 juin 2017
Pour le gouvernement, c’est le moment de prendre les grandes décisions sans plus attendre. Car les actions doivent arriver après les promesses et les engagements.
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour le gouvernement, c’est le moment de prendre les grandes décisions sans plus attendre. Car les actions doivent arriver après les promesses et les engagements.

Finie l’heure des annonces, des intentions. Au moment où les Français amorcent la grande transhumance des vacances d’été, le nouveau Parlement s’est mis en  place. Une série de consultations s’est engagée entre les partenaires sociaux pour mettre en route la réforme du code du travail. Pour le gouvernement, c’est le moment de prendre les grandes décisions sans plus attendre. Emmanuel Macron se trouve au zénith d’une popularité qui ne souffre pas la contestation. La France a retrouvé une image qu’elle ne connaissait plus depuis des lustres, à condition que l’action suive les promesses et les engagements. Le chef de l’Etat est au pied du mur. Il ne peut être question de tergiverser comme l’a fait si souvent son prédécesseur, dont les engagements au redressement se terminaient toujours en chiffon de papier sollicitant de nouveaux délais qui lui faisaient perdre toute crédibilité.

Emmanuel  Macron entend rompre avec ce cercle vicieux. Cela commence par une condamnation sans appel par la bouche de son Premier ministre de la politique suivie précédemment. Alors qu’on pouvait croire à une certaine indulgence vis-à-vis de l’action suivie par un gouvernement auquel il  avait appartenu, comme s’il voulait ménager François Hollande, même s’il  n’était pas officiellement responsable de  la gestion des finances, Emmanuel  Macron marque ainsi une rupture très nette. Le nouveau Premier ministre Edouard Philippe  vient de prononcer un  véritable réquisitoire en dénonçant les « artifices inacceptables » utilisés pour faire entrevoir une réduction du déficit au-dessous de la barre psychologique des trois pour cent, alors que celle-ci sera manifestement dépassée. La sévérité du propos témoigne d’une certaine  volonté de dramatisation  de la situation présente, qui appelle des mesures urgentes.  Tous les procédés utilisés classiquement dans les périodes préélectorales pour minorer artificiellement les dépenses  ont été utilisés par  l’équipe précédente : la charge des dépenses publiques en faveur des fonctionnaires a été sous-budgétée, la comptabilisation de la recapitalisation d’Areva a été assurée de « manière désinvolte », des impasses substantielles ont été réalisées sur les secteurs de l’agriculture, de la  défense et du travail, sans  compter les engagements d’augmentation de traitements dans la  fonction publique dont les effets devaient se faire sentir dans les années à venir. Au total, la Cour des Comptes évalue à quelques cinq milliards le manque à gagner  pour cette année, qui ferait passer le déficit à 3,2% du produit intérieur brut, mais l’effet boule  de neige se répercuterait sur 2018,  de sorte qu’on arriverait rapidement à un manque à gagner qui pourrait dépasser dix milliards d’euros.

Certes, la reprise  de l’économie, un peu plus forte que prévue, permettrait d’espérer des recettes fiscales plus élevées qui réduiraient la facture. Il reste que si Emmanuel Macron ne veut pas être désavoué vis-à-vis de ses pairs européens, il doit trancher dans le vif et réduire les dépenses publiques, ce véritable rocher de Sisyphe devant lequel se sont  inclinés tous ses prédécesseurs. La Cour des Comptes propose des mesures énergiques,  telles  que le  non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant en retraite, la réduction des aides et subventions dans la  plupart des secteurs. Le gouvernement  sera tenté de commencer par le plus facile, en renonçant à certaines promesses qui engageaient des crédits nouveaux alors qu’elles seraient pourtant essentielles à la modernisation du pays comme la transformation du CICE en baisse de charges sociales ou la réforme de l’ISF, afin de maintenir au moins en partie la réduction annoncée de la taxe d’habitation. Et l’on risque d’assister au retour en force de la politique traditionnelle  du rabot où les mesures à courte vue prennent la  place des réformes de fond toujours différées.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Sunflower
- 02/07/2017 - 17:47
Macron le cynique Responsable
Qui a été le ministre d'économie du gouvernement précédent ? Qui a été le conseiller financier du president H ? Maintenant il tourne sa veste et punit les fonctionnaires et le peuple entier tant disque lui-même et sa bonne épouse dépensent sans compter... Allons Enfants de la Patrie !
kelenborn
- 30/06/2017 - 17:18
Non mais enfin
Normalement, quand il s'agit dé'cire des banalités ou d'enfoncer des portes ouvertes c'est Duhamel ou Domenach qui font l'exercice. Bon, là on n'a même pas les moyens de l'inutile et de la vacuité
cloette
- 30/06/2017 - 16:56
à beredan
les cars Macron sont tombés à 400 emplois maintenant !