En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© flickr/dalliedee
Atlantico Business

Loi travail : le projet Macron est encore plein de flou et pour les syndicats, plus c’est flou, plus il y a de loups

Publié le 27 juin 2017
Le projet de loi d’habilitation pour légiférer par ordonnance sur la réforme du travail sera dévoilé demain mercredi... un contenu plein de détails, mais de détails flous.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le projet de loi d’habilitation pour légiférer par ordonnance sur la réforme du travail sera dévoilé demain mercredi... un contenu plein de détails, mais de détails flous.

Le gouvernement va donc dévoiler le projet de loi d’habilitation qui sera soumis à l’Assemblée nationale pour l’autoriser à légiférer par voie d’ordonnances dès la fin de l‘été, en septembre.

Ce projet de loi soulève deux séries de questions.

La première porte sur le contenu de la réforme qui se révèle encore très flou et très imprécis. La seconde concerne le rôle nouveau que les syndicats vont devoir découvrir ou inventer.  

La réforme devrait introduire des changements important dans quatre directions.

La première réforme va organiser ce qu’on appelle l’inversion de la hiérarchie des normes. En bref, l’essentiel de l’organisation du travail qui se décide aujourd'hui au niveau national ou au niveau des branches, le sera désormais au niveau des entreprises, c’est à dire à l’échelon le plus bas, au plus près de la réalité économique. En théorie, c’est une petite révolution car il oblige les syndicats à descendre au niveau de l’entreprise. Alors, personne ne sait exactement ce qui va descendre au niveau de l’entreprise et ce qui restera au niveau de la branche. L’organisation du travail, la durée et les conditions, les salaires, les minima sociaux. C’est encore très flou. Sur ce point, le projet pourrait autoriser l’organisation de referendum au niveau de l’entreprise au cas où il n’y aurait pas d’entente ou de représentation syndicale.

La deuxième réforme va simplifier les représentations syndicales en les regroupant notamment dans les entreprises moyennes. Entre les représentants du personnel, les comités d’entreprise et d’établissement, il y a aujourd’hui beaucoup de doublons et de lourdeurs. Ceci dit, sur le principe, tout le monde est d’accord. En pratique, c’est encore très flou.

La troisième réforme vise à améliorer la sécurité des salariés et des entreprises en précisant les modalités du licenciement, en fixant des plafonds et des planchers d’indemnisation.

La quatrième réforme visera à redéfinir le code du travail en créant très certainement un contrat de mission. On ne devrait pas toucher au CDD, ni au CDI, mais introduire un contrat de salarié qui serait calé sur une mission précise. C’est déjà le cas dans le bâtiment où les salariés sont embauchés le temps d’effectuer un chantier. Ça pourrait être généralisé à toute entreprise qui pourrait ainsi offrir des missions. Ce type de contrat serait intermédiaire entre le salariat classique et le contrat de prestation de service ou de production. Comme c’est le cas actuellement dans le secteur du VTC, chez Uber.  

Alors, normalement, l’essentiel des contenus sera logé dans les ordonnances, mais ce qui est assez surprenant dans cette mutation, c’est la passivité relative des syndicats qui ont un comportement très différent de celui qu‘ils avaient lors de la présentation de la loi El Khomri qui a mis le feu au tissu socio-économique. Parce que, non seulement, cette réforme bouleverse fondamentalement la façon de produire du droit social en France, mais propose aux syndicats de jouer une partition sur laquelle ils ne sont pas très à l’aise.

Les syndicats sont invités au compromis permanent à trouver au niveau de l’entreprise, là où ils ont assez peu d’influence. Ça va donc être compliqué pour eux de se trouver une place, un rôle et l’expression de leur contrepouvoir.

Alors, c’est vrai que la méthode Macron pour réformer le code du travail a été publiée dès le départ. Emmanuel Macron n’a pas fait de promesses irréalisables, il a au contraire été élu sur des engagements de réformes. Donc personne n‘est surpris et du coup sa légitimité est très forte.

Ensuite, c’est vrai que le calendrier a été fixé à l'avance et il est respecté. Il rythme une concertation véritable, syndicat par syndicat. Cette concentration exclut les négociations collectives qui tournaient trop souvent à la grand messe d’où germaient les sources de conflit et de blocage.

Enfin, Emmanuel Macron est parti avec les syndicats dans une stratégie du donnant-donnant. Au terme de cette réforme, les syndicats devraient se retrouver avec un pouvoir et des moyens renforcés. Ils vont perdre beaucoup de leur influence dans la gestion des organismes paritaires mais ils vont gagner du contre pouvoir dans l’entreprise.

Le projet de loi pourrait d’ailleurs créer la surprise en rendant le syndicalisme quasi-obligatoire avec l’instauration du chèque syndical. L’entreprise donnant à chaque salarié un chèque destiné à payer leur adhésion au syndicat de leur choix. Ça changerait tout.

C’est le point où Emmanuel Macron va trouver de la marge de négociation. Sortir les syndicats de leur rôle de cogérant du système paritaire  en leur permettant d’exercer un véritable contrepouvoir au sein de l’entreprise avec une représentativité accrue. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

03.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

04.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

05.

Le Titanic est-il en train de disparaître définitivement ?

06.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

07.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 27/06/2017 - 09:04
Avec 308 sièges à l'assemblée nationale...
des médias et une Justice aux ordres, Macron aurait besoin de légiférer par ordonnances, plutôt que suivre le processus Républicain normal? bizarre, bizarre!...Cela signifie-y-il que tous ses députés ne sont pas confiants dans le projet Macron? Qu'ils l'ont suivi par seul opportunisme, après avoir envoyé un C.V de candidature à la députation? Et qu'il pourrait y avoir des frondeurs macronistes, dès le début du quinquennat?...Bizarre République de marcheurs à leur rythme!