En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

06.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

07.

"La France unie" : Emmanuel Macron lance un slogan bien moins rassembleur qu’il n’y paraît

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

ça vient d'être publié
pépites > France
Printemps et confinement
Covid-19 : Christophe Castaner met en garde les Français qui auraient l’intention de partir en vacances
il y a 2 min 33 sec
pépite vidéo > Société
Ministère de l'Intérieur
Violences conjugales : un numéro d'urgence est dorénavant accessible par un simple SMS
il y a 1 heure 16 min
décryptage > Politique
LR

Aurélien Pradié : "Non, je ne suis pas anti-libéral"

il y a 2 heures 23 min
décryptage > International
Campagne électorale

Les élections américaines face à l’émergence d’un nouveau candidat : le coronavirus

il y a 3 heures 44 min
décryptage > International
Il paraît que c’est de l’humour

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

il y a 4 heures 21 min
décryptage > Consommation
Mesures barrières... contre les kilos

Déjeuner chez soi par temps de confinement : attention surpoids

il y a 4 heures 46 min
décryptage > Santé
Drame de la désindustrialisation

Vaccins contre le Covid-19 : mais qui sera capable de produire les dizaines de millions de doses nécessaires ?

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Environnement
Alimentation

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 17 heures 59 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 18 heures 52 min
pépites > France
Nouveau délai
Coronavirus : Gérald Darmanin précise le calendrier et le décalage de la déclaration d'impôts
il y a 44 min 22 sec
décryptage > Economie
Solidarité nationale

Appel de l’Etat aux dons pour les plus affectés par le Coronavirus : et la France inventa le Fisc fucking

il y a 1 heure 51 min
décryptage > Europe
Nouvel épicentre de la pandémie

L’Union européenne en réanimation : pronostic vital engagé

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Société
Contagion

Petites prévisions sur l’impact du Coronavirus sur les inégalités

il y a 4 heures 4 min
décryptage > Santé
Crise silencieuse

Coronavirus : le défi des corps (contagieux) des malades décédés

il y a 4 heures 34 min
décryptage > Politique
Stratégie offensive

"La France unie" : Emmanuel Macron lance un slogan bien moins rassembleur qu’il n’y paraît

il y a 5 heures 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

il y a 5 heures 39 min
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 15 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 18 heures 21 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 19 heures 50 min
© flickr/dalliedee
© flickr/dalliedee
Atlantico Business

Loi travail : le projet Macron est encore plein de flou et pour les syndicats, plus c’est flou, plus il y a de loups

Publié le 27 juin 2017
Le projet de loi d’habilitation pour légiférer par ordonnance sur la réforme du travail sera dévoilé demain mercredi... un contenu plein de détails, mais de détails flous.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le projet de loi d’habilitation pour légiférer par ordonnance sur la réforme du travail sera dévoilé demain mercredi... un contenu plein de détails, mais de détails flous.

Le gouvernement va donc dévoiler le projet de loi d’habilitation qui sera soumis à l’Assemblée nationale pour l’autoriser à légiférer par voie d’ordonnances dès la fin de l‘été, en septembre.

Ce projet de loi soulève deux séries de questions.

La première porte sur le contenu de la réforme qui se révèle encore très flou et très imprécis. La seconde concerne le rôle nouveau que les syndicats vont devoir découvrir ou inventer.  

La réforme devrait introduire des changements important dans quatre directions.

La première réforme va organiser ce qu’on appelle l’inversion de la hiérarchie des normes. En bref, l’essentiel de l’organisation du travail qui se décide aujourd'hui au niveau national ou au niveau des branches, le sera désormais au niveau des entreprises, c’est à dire à l’échelon le plus bas, au plus près de la réalité économique. En théorie, c’est une petite révolution car il oblige les syndicats à descendre au niveau de l’entreprise. Alors, personne ne sait exactement ce qui va descendre au niveau de l’entreprise et ce qui restera au niveau de la branche. L’organisation du travail, la durée et les conditions, les salaires, les minima sociaux. C’est encore très flou. Sur ce point, le projet pourrait autoriser l’organisation de referendum au niveau de l’entreprise au cas où il n’y aurait pas d’entente ou de représentation syndicale.

La deuxième réforme va simplifier les représentations syndicales en les regroupant notamment dans les entreprises moyennes. Entre les représentants du personnel, les comités d’entreprise et d’établissement, il y a aujourd’hui beaucoup de doublons et de lourdeurs. Ceci dit, sur le principe, tout le monde est d’accord. En pratique, c’est encore très flou.

La troisième réforme vise à améliorer la sécurité des salariés et des entreprises en précisant les modalités du licenciement, en fixant des plafonds et des planchers d’indemnisation.

La quatrième réforme visera à redéfinir le code du travail en créant très certainement un contrat de mission. On ne devrait pas toucher au CDD, ni au CDI, mais introduire un contrat de salarié qui serait calé sur une mission précise. C’est déjà le cas dans le bâtiment où les salariés sont embauchés le temps d’effectuer un chantier. Ça pourrait être généralisé à toute entreprise qui pourrait ainsi offrir des missions. Ce type de contrat serait intermédiaire entre le salariat classique et le contrat de prestation de service ou de production. Comme c’est le cas actuellement dans le secteur du VTC, chez Uber.  

Alors, normalement, l’essentiel des contenus sera logé dans les ordonnances, mais ce qui est assez surprenant dans cette mutation, c’est la passivité relative des syndicats qui ont un comportement très différent de celui qu‘ils avaient lors de la présentation de la loi El Khomri qui a mis le feu au tissu socio-économique. Parce que, non seulement, cette réforme bouleverse fondamentalement la façon de produire du droit social en France, mais propose aux syndicats de jouer une partition sur laquelle ils ne sont pas très à l’aise.

Les syndicats sont invités au compromis permanent à trouver au niveau de l’entreprise, là où ils ont assez peu d’influence. Ça va donc être compliqué pour eux de se trouver une place, un rôle et l’expression de leur contrepouvoir.

Alors, c’est vrai que la méthode Macron pour réformer le code du travail a été publiée dès le départ. Emmanuel Macron n’a pas fait de promesses irréalisables, il a au contraire été élu sur des engagements de réformes. Donc personne n‘est surpris et du coup sa légitimité est très forte.

Ensuite, c’est vrai que le calendrier a été fixé à l'avance et il est respecté. Il rythme une concertation véritable, syndicat par syndicat. Cette concentration exclut les négociations collectives qui tournaient trop souvent à la grand messe d’où germaient les sources de conflit et de blocage.

Enfin, Emmanuel Macron est parti avec les syndicats dans une stratégie du donnant-donnant. Au terme de cette réforme, les syndicats devraient se retrouver avec un pouvoir et des moyens renforcés. Ils vont perdre beaucoup de leur influence dans la gestion des organismes paritaires mais ils vont gagner du contre pouvoir dans l’entreprise.

Le projet de loi pourrait d’ailleurs créer la surprise en rendant le syndicalisme quasi-obligatoire avec l’instauration du chèque syndical. L’entreprise donnant à chaque salarié un chèque destiné à payer leur adhésion au syndicat de leur choix. Ça changerait tout.

C’est le point où Emmanuel Macron va trouver de la marge de négociation. Sortir les syndicats de leur rôle de cogérant du système paritaire  en leur permettant d’exercer un véritable contrepouvoir au sein de l’entreprise avec une représentativité accrue. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

06.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

07.

"La France unie" : Emmanuel Macron lance un slogan bien moins rassembleur qu’il n’y paraît

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 27/06/2017 - 09:04
Avec 308 sièges à l'assemblée nationale...
des médias et une Justice aux ordres, Macron aurait besoin de légiférer par ordonnances, plutôt que suivre le processus Républicain normal? bizarre, bizarre!...Cela signifie-y-il que tous ses députés ne sont pas confiants dans le projet Macron? Qu'ils l'ont suivi par seul opportunisme, après avoir envoyé un C.V de candidature à la députation? Et qu'il pourrait y avoir des frondeurs macronistes, dès le début du quinquennat?...Bizarre République de marcheurs à leur rythme!