En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

07.

Ces fautes de l’administration française

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 12 heures 48 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 19 heures 8 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 19 heures 38 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 20 heures 5 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 20 heures 12 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 20 heures 12 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 20 heures 30 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 20 heures 56 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 1 jour 13 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 16 heures
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 18 heures 14 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 19 heures 25 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 19 heures 47 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 20 heures 12 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 20 heures 12 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 20 heures 13 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 20 heures 43 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 1 jour 12 heures
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 jour 14 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 16 heures
© Reuters
© Reuters
Economie

Attention héritage piégé : pourquoi le vrai défi budgétaire auquel doit s'attaquer le gouvernement s'il veut nous faire entrer dans un nouveau monde n'est pas celui qu'on croit

Publié le 27 juin 2017
Bruno Le Maire veut à tout prix respecter la règle européenne des 3% de déficits publics. Mais au lieu de chercher à raboter comme le fait et l'a déjà fait Bercy, il serait bon de penser à réaliser un audit pour identifier les vrais gisements d'économie.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Jacques Bichot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Le Maire veut à tout prix respecter la règle européenne des 3% de déficits publics. Mais au lieu de chercher à raboter comme le fait et l'a déjà fait Bercy, il serait bon de penser à réaliser un audit pour identifier les vrais gisements d'économie.

Atlantico : Ce samedi 24 juin, le nouveau ministre de l'économie et des finances a tenu un discours de rigueur en affirmant qu'il était nécessaire de prendre "immédiatement", des décisions difficiles afin de respecter la règle européenne des 3% de déficits publics. Pourtant, au regard de l'importance de ces questions, ne serait-il pas nécessaire de prendre plus de temps afin d'identifier quelles sont réellement les sources de déséquilibres du budget de la France? La méthode découlant de la volonté de respecter la règle des 3% ne conduit elle pas à abuser de la technique du rabot ?

Philippe Crevel : Bruno Le Maire, avec son annonce, ne fait que répéter les vieilles méthodes, les vieilles pratiques qui vont être adoptées par le tout nouveau gouvernement qui arrive. C’est-à-dire on fait un audit de la situation, en général réalisé par la Cour des Comptes et qui conclut presque toujours sur un dérapage des dépenses publiques et du déficit public. Ce sera évidemment le cas cette fois-ci, le déficit étant attendu à 3,2% du PIB. Durant les premières semaines, le gouvernement va dans ce cas annoncer un plan de mesures visant à, autant que possible, limiter la dérive en accusant le précédent gouvernement de cette fameuse dérive. A chaque fois on constate que ça échoue. Entre les promesses qui ont été faites, et entre cette nécessité de limiter le déficit, le gouvernement est écartelé, cela aboutit à avoir une image peu cohérente de l'action gouvernementale. C'est vrai qu'on n'imagine pas un dirigeant d'entreprise, après 3 ou 4 semaines, prendre des mesures dès son accession à la direction d'entreprise. Or, on veut appliquer les méthodes liées à l'entreprise à l'administration. Donc il ferait bien de prendre un peu plus de temps, et Bercy devrait songer à trouver les vrais gisements d'économie, et pour trouver les responsables et les raisons de cette dérives. Et non pas pratiquer quelques coupes administrées afin de faire plaisir à la Commission Européenne. 

Jacques Bichot : Oui, « réfléchir avant d’agir » est une sage maxime ! Ceci étant, on pourrait penser que le nouveau président de la République a eu le temps et l’occasion (passage par Bercy) de réaliser une analyse en profondeur du problème dont le fort déficit chronique des finances publiques françaises n’est qu’un des aspects, en interaction avec d’autres déficits et d’autres dysfonctionnements.

Parmi les autres déficits qui entrent en synergie avec celui des finances publiques, il y a celui de nos échanges extérieurs. Les obligations et bons émis par le Trésor public français et ses clones – notamment la CADES, qui émet des emprunts pour le compte de la sécurité sociale – sont pour une part considérable souscrits par des agents étrangers. Cet apport de fonds dépasse nettement le mouvement de sens inverse (prêts français à des agents étrangers). Cela signifie que la France vit à crédit, s’endettant vis-à-vis d’agents étrangers pour financer des achats de biens et services supérieurs à nos ventes. Le déficit public sert aux Français à vivre « au-dessus de leurs moyens », à consommer plus qu’ils ne produisent.

Le déficit public n’est pas financé en totalité par l’étranger ; il l’est aussi par les ménages français, qui globalement épargnent plus que les agents économiques (entreprises, administrations et ménages) n’investissent. Nous accumulons une « mauvaise graisse », sous forme principalement d’assurance vie qui finance une fraction du déficit public à l’aide d’OAT (Obligations assimilables du Trésor). Chaque épargnant pris en particulier possède certes ce qui est inscrit à son compte, mais globalement la fortune de ces épargnants est nettement inférieure à la somme de ces avoirs. Ceux-ci constituent des « faux droits » au sens que Jacques Rueff donne à cette expression : une grosse enveloppe juridique, mais une petite réalité économique. Il serait d’ailleurs merveilleux pour la France de recourir à un homme tel que Jacques Rueff, l’un des artisans du redressement des finances publiques françaises au début de la Ve République, puisque nous sommes à nouveau plongé dans un problème de multiplication des faux droits, nonobstant les changements considérables intervenus dans les techniques financières   

En schématisant, l’État et notre système de protection sociale paient trop de personnes à ne rien produire qui soit jugé utile par le reste du monde, qu’il s’agisse de retraités, de chômeurs, de réfugiés ou de fonctionnaires employés à faire appliquer des règlementations inutiles ou nuisibles. Il faut ajouter à cela le gaspillage engendré par des comportements regrettables, comme par exemple l’indiscipline en milieu scolaire qui conduit à mobiliser un personnel enseignant et administratif supérieur d’environ 20 % à ce qui suffirait si les cours se déroulaient dans une ambiance studieuse. La solution est : davantage d’actifs employés, et des emplois en moyenne plus utiles.

Du point de vue des "rentrées fiscales", quels sont les catégories  entre les particuliers (classes moyennes, supérieurs, les "1%" etc..), et les entreprises (PME, grandes entreprises etc...), qui sont les plus mis à contribution dans la budget, quelles sont celles qui supportent le déséquilibre le plus important ? Quelles sont les catégories qui sont "épargnées" ?

Philippe Crevel : Par définition, c'est toujours le cœur de la population, c'est-à-dire les classes moyennes et supérieures, qui sont aujourd'hui mis à contribution fortement pour les finances et dépenses publiques , à travers à la fois un taux sur le revenu qui a fortement progressé sous le quinquennat de François Hollande et qui pèse maintenant plus de 70 milliards d'euros,  et à la fois par une remise en cause de certaines mesures familiales. Ce sont les classes moyennes et supérieures qui ont été fortement mises à contribution. Par ailleurs, les entreprises, en France, financent une grande partie de la protection sociale. Et comme nous avons une dépense sociale extrêmement élevée (34% du PIB), évidemment que l'entreprise  en paie le prix, et bien plus que chez nos partenaires. Aujourd'hui, l'idée était de diminuer la pression sur les entreprises, et redonner un peu de pouvoir d'achat aux actifs afin de desserrer la contrainte fiscale de ces dernières années. La gamme de prélèvement est tellement large en France que nul ne peut échapper à l'impôt dès son réveil. Via la TVA, la CSG, les cotisations sociales, le RSI, l'URSAF, tout le monde va devoir un moment payer son dû. Il est vrai qu'un peu plus de la moitié des Français ne paie pas l'impôt sur le revenu. Nous ne sommes pas tous égaux en termes de CSF. Mais sinon, la France a un record européen en matière de prélèvement obligatoire. C'est plutôt la nécessité de diminuer de 4 à 5 de PIB les prélèvements qui s'imposent sur l'ensemble de la population. 

Jacques Bichot : Grosso modo, les personnes et les ménages dont les revenus sont confortables payent beaucoup plus, sous forme d'impôts et de cotisations sociales, que leurs homologues « modestes ». Selon la DREES (l’organe statistique des ministères sociaux), en 2011 le taux de prélèvement social (cotisations sociales plus CSG) en fonction du revenu disponible par unité de consommation variait de 20 % pour le dixième de la population (le décile) dont le niveau de vie est le plus faible, à 54 % pour le 8e décile. On observe une légère décroissance de ce pourcentage pour les revenus les plus élevés : 53 % pour le 9e décile, et 46 % pour le 10e, du fait que les prélèvements sociaux sont relativement plus légers sur les revenus de capitaux – avantage qui s’est quelque peu réduit depuis 2011.

Il est difficile de dire qu’une catégorie est « épargnée ». Les règles sont compliquées et fluctuantes, cela ne facilite pas le travail des statisticiens. La fiscalité a des effets assez différents selon les types de ménages et d’entreprises : la TVA pèse plus lourdement sur les revenus modestes et moyens, et nettement moins sur les hauts revenus, tout simplement parce que les premiers dépensent presque tout ce qu’ils gagnent, alors que les seconds épargnent ou investissent en moyenne une beaucoup plus grosse partie de leurs revenus. Ces questions sont sensibles politiquement, idéologiquement, mais assez mal connues statistiquement et économiquement. Par exemple, l’administration et la classe politique françaises adorent les « niches fiscales », que l’on dit périodiquement vouloir réduire, mais sans jamais se décider à le faire vraiment : souvent, on en supprime 2 et on en rajoute 3 !

A l'inverse, concernant les dépenses publiques, quelles sont les catégories qui bénéficient le plus des largesses de l'Etat, et ce, de façon déséquilibrée, et celles qui sont laissées à l'écart ?

Philippe Crevel : En France, tout le monde paie des impôts, et bénéficie un moment ou un autre de dépenses publiques. Nous vivons dans un système de société socialisée, avec l'Education Nationale, avec la protection sociale extrêmement large, des collectivités locales qui financent de la vie sportive, de la vie culturelle, des infrastructures. On est forcément le client de l'administration.  Après, il y a évidemment le fait qu'on a une partie de la population qui bénéficie des prestations sociales du fait de leurs faibles revenus, ou qu'ils n'ont pas d'activité. On va avoir dans les 20% les plus modestes de la population, une part importante de revenus issus de la redistribution sociale et qui fait qu'aujourd'hui, les prestations logement et minimums vitaux jouent un rôle extrêmement important et on permit de l'écart constant entre les plus pauvres et les plus aisés en France, à la différence de ce qu'il se passe dans les autres pays. Il y a d'autres parties de la population qui bénéficie peu de prestation sociale, et avec le plafonnement du quotient familial, les familles de classes moyennes et classes supérieures ont vu leur accès à la dépense publique se restreindre. C'est le cas également des cadres supérieurs qui sont fortement imposés et vont peu bénéficier de prestations. 

Jacques Bichot : Ces « largesses » peuvent choquer, mais elles ne sont pas statistiquement énormes. Le départ à l’étranger d’assez nombreux « très riches » est là pour rappeler que les lois françaises sont pour eux souvent plus dures que les lois de différents autres pays. Il ne faut pas tuer la poule aux œufs d’or : le pays a intérêt à ce que ses riches citoyens y demeurent, quitte à ne pas être aussi fraternels vis-à-vis de leurs concitoyens qu’il serait souhaitable dans l’absolu.

Notre idéal républicain de fraternité est évidemment confronté à l’égoïsme qui restreint les transferts sociaux, mais il ne doit pas être poussé à l’absurde : la France doit compter sur les riches Français pas seulement pour la redistribution, mais aussi et d’abord pour l’investissement. Un célèbre dicton dit que donner un poisson à l’affamé, c’est bien, mais que lui apprendre à pêcher, c’est mieux. Adapté au monde moderne, il signifie qu’il vaut mieux fournir au pauvre un emploi lui permettant de gagner sa vie dignement, que de lui verser des allocations. Or ce sont les riches qui financent les investissements requis pour créer des emplois. Laissons-les faire ce qu’ils savent faire, dès lors que leur intérêt et leur envie d’action coïncident avec l’intérêt général. La spéculation doit être bridée mais la création d’entreprises doit être débridée, ainsi que leur croissance.

Je dis bien débridée, pas aidée. Il n’y a aucune raison d’aider le riche à investir, il suffit (et il faut !) simplement ne pas lui mettre des bâtons dans les roues et dix taxes (plus 20 règlements) par million consacré à augmenter nos capacités de production. C’est cela qui permettra de développer l’emploi et ipso facto de réduire les transferts sociaux actuellement destinés à subventionner l’inactivité. Le travail n’est pas un supplice, sauf quelques exceptions, mais une manière de vivre qui conforte la dignité de chacun. Que les largesses de l’État et de l’État providence profitent surtout à des sans-emploi parfaitement capables de travailler, jeunes aussi bien que moins jeunes, est une anomalie majeure : l’argent doit être dépensé pour leur mettre le pied à l’étrier, les rendre capables de contribuer à la production, pas pour les faire subsister sans activité. Les pays scandinaves (Danemark, Norvège, Suède) ont adopté des politiques publiques de ce type et leur réussite est très nette : pourquoi la France n’en ferait-elle pas autant ?  

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

07.

Ces fautes de l’administration française

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 27/06/2017 - 22:08
Cassandre prêchant dans le désert!
"Adapté au monde moderne, il signifie qu’il vaut mieux fournir au pauvre un emploi lui permettant de gagner sa vie dignement, que de lui verser des allocations."
Le seul ennui c'est que nombre de pôvres préfèrent vivre chichement d'assistance plutôt que de s'ennuyer à se lever le matin, prendre des transports aléatoires et finalement, vu la réglementation sociale perdre au delà de ce qu'il "gagnaient" sans rien faire!
Enfin j'ai bien aimé que pour une fois on dise et on démontre que ce pays VIT AU DESSUS DE SES MOYENS, ne produit plus rien , ou presque, sinon du vent, du futile ou de l'inutile avec de surcroît l'obligation d'entretenir une main d'oeuvre inemployable!
J'attends le jour où les prêteurs s'étant lassés, nous devront dépenser 80 au lieu de 100! Bien sûr la solution sera la dévaluation perpétuelle jusqu'au moment de vérité à savoir une monnaie qui reflète la situation économique du pays c'est à dire pas grand chose!
A la différence de la Grèce, ce ne sera pas "enough little to be saved", mais "too big to be saved," d'où " let her down"!
vangog
- 27/06/2017 - 20:56
Vous avez raison, M. Bichot!
mais la France gauchiste est bien loin de votre idéal de société. Pourtant, nous avons des exemples frappants de réussite à nos portes, mais les gauchistes ont des œillères rigides, et les Français votent comme leur dit de voter le journal de vingt heures...de gentils moutons!
kelenborn
- 27/06/2017 - 20:30
lasenorita
C'est tout simple.... quand on a fait l'ENA , on n'a pas besoin de démontrer que l'on est bien élevé. Et quand on est mal éduqué, on peut utiliser tous les artifices de langage pour donner le change mais cela ne marche pas! CQFD