En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 3 heures 14 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 4 heures 13 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 9 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 10 heures 21 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 11 heures 44 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 12 heures 51 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 13 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 13 heures 57 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 14 heures 28 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 15 heures 5 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 3 heures 26 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 7 heures 28 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 9 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 10 heures 43 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 12 heures 40 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 13 heures 5 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 13 heures 37 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 14 heures 8 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 15 heures 14 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Entre lutte active et nécessaire discrétion : la curieuse action politique face aux sectes en France

Publié le 25 juin 2017
Plus que dans toute autre démocratie, les sectes font l’objet d’une attention particulière en France. Retraçant l’histoire de ces controverses depuis plus de quatre décennies, l’ouvrage d’Étienne Ollion montre comment les sectes sont devenues un objet politique et médiatique de premier plan. Extrait de "Raison d'État : Histoire de la lutte contre les sectes en France" d'Étienne Ollion aux Editions La Découverte (2/2).
Etienne Ollion
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Étienne Ollion est spécialiste de sociologie politique. Ses travaux portent sur la sociologie de l’État et du champ politique dans une perspective comparative. Chercheur au CNRS (université de Strasbourg), il est régulièrement invité à enseigner dans...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plus que dans toute autre démocratie, les sectes font l’objet d’une attention particulière en France. Retraçant l’histoire de ces controverses depuis plus de quatre décennies, l’ouvrage d’Étienne Ollion montre comment les sectes sont devenues un objet politique et médiatique de premier plan. Extrait de "Raison d'État : Histoire de la lutte contre les sectes en France" d'Étienne Ollion aux Editions La Découverte (2/2).

Curieuse situation que celle de la politique des sectes en France depuis les années 2000. Officiellement, la position française d’une lutte active contre ces groupes est largement défendue et affichée. Le dispositif de surveillance qui a été mis en place dans les années précédentes le montre bien : à différents niveaux de l’État, administrations comme responsables politiques assurent au quotidien la prise en charge du sujet. Catégorie désormais établie de l’action publique, la « lutte contre les sectes » dispose de moyens spécifiques, d’agents spécialisés, et de dispositifs propres. Signe qu’elle est considérée comme un problème public de premier plan, les sectes sont l’objet unique d’un organisme interministériel dédié, placé sous la responsabilité directe du Premier ministre.

Dans le même temps, cette décennie fut aussi celle où un déplacement non moins significatif s’est opéré, puisque la position offensive revendiquée jusqu’alors fut progressivement atténuée. Du côté de l’exécutif, le sujet semblait avoir perdu de son importance. L’époque où le ministre des Affaires étrangères croisait le fer publiquement avec son homologue étatsunienne sur le sujet était désormais révolue. La mission interministérielle en charge de la coordination des politiques dans ce domaine fut, elle, largement transformée après 2002. Son personnel fut partiellement remplacé, et son périmètre restreint. Bientôt, les budgets en hausse constante depuis des années seront stabilisés, avant de diminuer. La controverse internationale, qui avait vu la France être critiquée par différents pays et institutions internationales pour sa politique dans le domaine était passée par là. Les mobilisations décrites aux chapitres précédents ont conduit les responsables politiques français à revoir l’importance donnée à la politique des sectes.

Faut-il conclure pourtant qu’après une très rapide expansion, la politique française aurait presque aussitôt reculé et que les pouvoirs publics se seraient désengagés ? Partiellement vraie, cette analyse risque toutefois de manquer le déplacement qui s’est produit alors, et qui a vu d’autres formes d’action publique, moins visibles parce que moins directes, être mises en place. Devant une situation devenue difficilement tenable face à la montée des critiques internationales, les responsables français ont en effet privilégié des modes d’intervention plus discrets. Plutôt qu’agir directement via la législation, les contrôles administratifs directs, ou l’interdiction pure et simple des groupes – une mesure souvent demandée par les opposants –, ils ont mis en place d’autres modalités d’intervention.

L’une consiste à orienter l’attention du public vers ces groupes. Largement utilisée dès 1995 avec la création d’une « liste des sectes » inscrite dans le rapport parlementaire, cette pratique va évoluer pour ne plus prendre la forme d’une mise à l’index explicite, souvent dénoncée par les critiques de la politique française. Mais, sous cette forme atténuée, elle va s’accroître après 2000, à mesure que se mettent en place des mesures de prévention, à l’école comme dans différents services de l’État. L’autre modalité consiste à favoriser l’action de tiers, en premier lieu des associations antisectes, qui virent leurs attributions s’étendre, et leurs budgets augmenter puis se maintenir durant toutes ces années.

Dans un cas comme dans l’autre, la gestion du problème des sectes fut donc organisée par l’État plutôt que directement prise en charge, déléguée plutôt qu’assurée en son nom propre. Une telle division du travail, qui permet la mise à distance des activités les plus exposées (le « sale boulot » bien étudié par la sociologie du travail) à la critique au moment  où celles-ci sont particulièrement fortes, n’est évidemment pas le résultat d’un plan prévu de longue date, ni organisée suite à une négociation consensuelle. Il s’agit plutôt du résultat de compromis suite à des luttes internes au sein du champ du pouvoir. Elle a toutefois permis plusieurs années durant, à la « lutte » de se maintenir face à l’adversité.

Extrait de "Raison d'État : Histoire de la lutte contre les sectes en France" d'Étienne Ollion aux Editions La Découverte

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires