En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

03.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

07.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 12 heures 4 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 13 heures 42 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 16 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 17 heures 30 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 18 heures 37 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 19 heures 42 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 20 heures 35 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 20 heures 59 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 21 heures 38 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 22 heures 2 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 12 heures 36 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 14 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 17 heures 9 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 18 heures 17 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 18 heures 53 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 20 heures 21 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 20 heures 48 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 21 heures 32 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 21 heures 56 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 22 heures 3 min
© Reuters
© Reuters
Marx attack

Toutes ces raisons pour lesquelles la crise de la productivité des économies développées pourrait bien être un trompe-l’œil

Publié le 20 juin 2017
Au cours de ces dernières années, le débat économique s'est longuement penché sur la question de la baisse de la productivité de nos économies. Récemment, une équipe d'économistes a avancé la thèse que la délocalisation que des profits des entreprises au sein de pays à fiscalité réduite à pu contribuer à ce mouvement, ces profits n'étant pas comptabilisés dans les chiffres nationaux du pays d'origine.
Sarah Guillou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sarah Guillou est économiste à l’OFCE dans le domaine de l’économie internationale et des politiques publiques affectant la compétitivité des entreprises. Son travail mobilise l’exploitation statistique de bases de données d’entreprises et de salariés...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au cours de ces dernières années, le débat économique s'est longuement penché sur la question de la baisse de la productivité de nos économies. Récemment, une équipe d'économistes a avancé la thèse que la délocalisation que des profits des entreprises au sein de pays à fiscalité réduite à pu contribuer à ce mouvement, ces profits n'étant pas comptabilisés dans les chiffres nationaux du pays d'origine.

Atlantico : Cette proposition des économistes Fatih Guvenen, Raymond Mataloni, Dylan Rassier et Kim Ruhl peut elle expliquer la baisse de productivité de nos économies ? Quels sont les enjeux de cette proposition ? 

Sarah Guillou : Rappelons que le ralentissement de la croissance de la productivité est partagé par quasiment tous les pays industrialisés et qu’il signifie que la capacité des facteurs de production (hommes et machines) à générer une unité de valeur ajoutée ne s’améliore pas ou très peu, et ce alors même que les progrès technologiques devraient augmenter l’efficience productive. L’étude à laquelle vous faîtes référence apporte un éclairage supplémentaire en ce qu’elle intègre la globalisation et le rôle des multinationales dans l’histoire.

La thèse des auteurs part du constat que les firmes multinationales ont gagné en aptitude à localiser la richesse qu’elle crée au gré des avantages fiscaux. Cette aptitude à manier leur comptabilité consolidée sans considération de leur pays d’origine mais en arbitrant entre les différentes localisations peut conduire à déconnecter le lieu de la création de la valeur du lieu de la comptabilisation de la valeur. Prenons Google, l’entreprise s’arrange en toute légalité pour localiser son chiffre d’affaires en dehors de France afin d’échapper à sa fiscalité.

Il faut bien comprendre qu’il ne s’agit pas de considérer que les revenus d’une multinationale générés à l’étranger devraient être réaffecter au PIB du pays de son siège social. Non, il s’agit de revenus générés sur un territoire, utilisant donc ses infrastructures, son éducation, ses institutions, mais qui seront mis au compte de la production d’un autre pays. Cela se réalise soit en minorant la valeur ajoutée par des consommations intermédiaires en provenance de filiales à des prix de transfert élevé ; soit en affectant les revenus d’une activité spécifique à une entreprise située dans un havre fiscal.

Ces comportements sont accentués pour les entreprises de haute technologie qui génèrent beaucoup de revenus de la propriété intellectuelle dont l’intangibilité du fait générateur rend la territorialisation plus souple. Or, technologie et globalisation vont souvent de paire alors même que ce sont ces entreprises de haute technologie qui sont les moteurs des gains de productivité.

Si la valeur créée utilise bien les facteurs de production domestique mais est comptabilisée ailleurs, alors la productivité domestique sera sous-évaluée : on compte les facteurs mais pas la valeur ajoutée. La proportion de valeur ajoutée des multinationales (qui sont de grandes contributrices au PIB national) qui est comptabilisée en dehors du pays où les facteurs de production ont été utilisés, va déterminer le degré de sous-estimation de la productivité dans le pays. 

 

Quelles sont les autres causes les plus "probables" de cette baisse de productivité, et quelles en sont les conséquences pour la population ? Dans quelle mesure les salaires peuvent ils également être affectés ?

J’ai déjà souvent contribué dans vos colonnes pour expliquer les différentes thèses expliquant le déclin de la productivité. Il faut rappeler que l’enjeu de ce déclin est immense : pour la croissance économique et donc les revenus et bien-être des individus mais aussi pour les économistes et statisticiens qui mesurent cette productivité et qui se demandent si la cause  de ce déclin ne réside pas dans leur incapacité à intégrer les nouvelles technologies et notamment les TIC dans la mesure. Sachant que les prévisions de croissance sont déterminantes pour la définition des politiques publiques, l’interrogation n’est pas qu’une question d’expert.

Les explications dominantes se regroupent en trois thèses : celle de la stagnation séculaire, celle de la transition technologique inachevée et celle d’un problème de mesure du progrès technique. Dans la première, la technologie d’aujourd’hui est sans commune mesure avec celle des innovations de la révolution industrielle et d’après guerre. Dans la seconde, la technologie d’aujourd’hui ne s’est pas encore traduite en gain d’efficience. Dans la troisième, la technologie d’aujourd’hui n’est pas correctement prise en compte dans les mesures de la productivité.

Les salaires sont en théorie indexés sur la  productivité, non pas mécaniquement tel qu’ils pourraient l’être vis-à-vis de l’inflation, mais par définition, parce que le salaire rémunère le travail accompli et ce qu’il rapporte, c’est-à-dire ce qu’une heure de travail crée comme richesse.  Toutefois, comme le salaire résulte d’un contrat, qui souvent ne permet pas de mesurer la productivité du travailleur, il peut exister un écart persistant en niveau. Cependant on s’attend à ce qu’en variation, salaire et productivité évolue de concert. Autrement dit, une hausse de la productivité est suivie d’une hausse des salaires. Si la croissance de la productivité est nulle, les salaires n’augmentent pas.

Mais la situation contemporaine est encore plus inquiétante. Les faibles gains de productivité ne se répercutent pas dans l’évolution des salaires. On assiste à une déconnexion de l’évolution de la productivité et des salaires. Et c’est là une autre énigme de l’économie contemporaine, tout aussi préoccupante car elle alimente la croissance des inégalités et les populismes.

 

Au regard de la recherche actuelle, quelles sont les meilleures pistes à explorer pour en parvenir à une meilleure productivité ? L'âge d'or de la productivité est il révolu ? 

On sait que le progrès technique est présent, il irrigue notre vie quotidienne, la facilite, il apporte de nouvelles énergies, de nouveaux moyens mais par ailleurs il menace nos emplois et accélère les modifications de notre environnement, de nos usages, de la concurrence qui touche les entreprises. A la vitesse où le monde change, où le marché du travail se modifie et aux peurs que ces changements suscitent parmi les citoyens qui alimentent le vote populiste, la stagnation séculaire n’est franchement pas apparente.

Je pencherai plutôt pour la thèse du problème de mesure. Le premier enjeu fondamental est la mesure de la création de richesse, cela vaut pour le PIB comme pour la productivité. L’économie contemporaine, dans sa dimension technologique ou mondiale, bouscule la mesure de la valeur et de la richesse dans un monde où la compréhension économique s'appuie fortement sur les systèmes de comptabilités nationales. Non seulement des innovations technologiques ne sont pas (encore) comptabilisées mais la globalisation de la production, et dans une moindre mesure l’optimisation fiscale des multinationales, déplacent la valeur créée loin des facteurs de production. 

Le deuxième enjeu est celui de la déconnexion entre productivité et salaires. Les gains de productivité, quand ils existent, sont le fait d’un petit nombre d’entreprises et ces gains n’irriguent pas dans toute l’économie. Une piste pour accélérer la diffusion des gains et démocratiser les hausses de salaires réside dans le contrôle des abus de pouvoirs, des rentes de monopoles et la poursuite de la lutte contre l’optimisation fiscale. Le défi de demain sera le partage des gains de productivité.

 
 
 
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ici Londres
- 21/06/2017 - 07:14
Conclusion de l'auteur: ...
Le défi de demain sera le partage des gains de productivité. ... et tout est à l'avenant, ce texte mal ecrit est un galimatias informe d'analyse fumeuses néo-marxistes.
zombikiller
- 20/06/2017 - 22:29
Ok pour l'orthographe
D'accord pour l'orthographe mais l'articulation du texte est cataclysmique.
J'avoue ne pas être un expert en économie mais franchement je n'y comprends rien.
Ce que je comprends cependant, c'est que l'OFCE en 1997 était favorable aux 35 heures.
J'espère que cette organisme a évolué...
J'ai comme un doute.
patrickcharrier17@yahoo.fr
- 20/06/2017 - 14:11
Texte illisible du fait de l'orthographe
Atlantico est réputé pour son laxisme en matière d'orthographe. Nous en sommes à des textes illisibles (surtout le chapeau, incompréhensible).