En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

05.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

06.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

07.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 18 min 53 sec
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 2 heures 41 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 3 heures 2 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 3 heures 25 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 3 heures 49 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 4 heures 5 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 4 heures 26 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 5 heures 13 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 5 heures 53 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 6 heures 16 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 1 heure 22 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 2 heures 51 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 3 heures 6 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 3 heures 29 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 3 heures 50 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 4 heures 23 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 5 heures 16 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 6 heures 10 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 6 heures 27 min
© MOHAMED EL-SHAHED / AFP
© MOHAMED EL-SHAHED / AFP
Au bord de l'éclatement

Chute de Raqqa et Mossoul en vue : quel avenir pour le Calife et ses hommes après la perte de leur Etat (islamique) ?

Publié le 16 juin 2017
La bataille pour la prise de Raqqa, capitale du groupe Etat Islamique, a débuté le 11 juin dernier. La perte de cette ville par le groupe terroriste serait un symbole, mais ne marquerait pas la fin de ses actions pour autant. Des attaques terroristes seraient notamment toujours possibles.
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur...
Voir la bio
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La bataille pour la prise de Raqqa, capitale du groupe Etat Islamique, a débuté le 11 juin dernier. La perte de cette ville par le groupe terroriste serait un symbole, mais ne marquerait pas la fin de ses actions pour autant. Des attaques terroristes seraient notamment toujours possibles.

Atlantico : Dimanche 11 juin, des forces antijihadistes soutenues par Washington ont repris un premier quartier dans l'ouest de Raqqa, une ville située dans le nord de la Syrie et reconnue comme étant un fief de l'Etat Islamique. En quoi cette avancée peut-elle être considérée comme significative dans la lutte contre l'Etat Islamique ? Quelle est l'enjeu de cette bataille ?

Alexandre Del Valle : Raqqa est la capitale du groupe Etat Islamique, de plus, Abu Bakr al-Baghdadi a été tué. Les forces démocratiques syriennes réunissent un noyau de soldats composés de Kurdes et d'alliés Arabes. Ils sont armés par les américains, soutenus en sous-mains par les Russes et parviennent à progresser partout. Ils ont aussi un accord tacite avec le régime syrien. Aujourd'hui, tout concourt à une victoire imminente contre Daech en Syrie pendant que Mossoul tombe mis à part quelques quartiers. Daech recule partout face à la coalition occidentale, kurde et pro-iranienne. C'est un phénomène massif qui était depuis longtemps. Le groupe Etat Islamique est diminué. Il ne dispose désormais que de très peu d'hommes. En somme, il ne pouvait que s'écrouler. Il ne vivait que de la division de ses ennemis et la réconciliation russo-turque a également contribué au revers des djihadistes en Syrie. 

L'enjeu de cette bataille est clairement la chute du régime de Daech en Syrie et en Irak où elle avait reconstitué un soi-disant califat qui n'est pas si grand. Raqqa est la capitale de cet Etat auto-proclamé. Sa chute serait un symbole de chute du califat. 

Alain Rodier : Il est beaucoup trop tôt pour estimer la situation militaire à Raqqa. En effet, après avoir conduit des escarmouches autour de la ville -seul les batailles pour la prise de la ville et du barrage de Tabqa (mars-mai 2017) ayant été particulièrement meurtrières- , les forces de Daech ne semblent pour le moment pas opposer une défense ferme des quartiers périphériques de la "capitale" politique de l' "Etat" islamique. Cela permet aux Forces Démocratiques Syriennes (FDS) composées majoritairement de combattants kurdes de progresser plus rapidement qu'elles ne s'y attendaient. Toutefois, Daech est parvenu a reprendre des positions momentanéments abandonnées au nord de la ville lors d'une contre-attaque virulente.

A noter que l'armée syrienne légaliste progresse également vers Raqqa depuis le sud-ouest en mettant en avant ses "Tiger Forces" qui sont de tous les combats depuis le début de la guerre civile.

Pour l'observateur extérieur que je suis, la situation militaire semble être particulièrement confuse sur le terrain et je m'attends toujours à de mauvaises surprises en m'interrogeant sur la stratégie adoptée par Daech. La ville va-t-elle être défendue fermement ou abandonnée suite à des combats retardateurs pour permettre d'exfiltrer les combattants vers le sud, voie qui est encore ouverte ? Il semble en effet que Daech a concentré de nombreux moyens militaires classiques dans la région de Deir ez-Zor où une garnison de l'armée légaliste est assiégée depuis 2013. Des contre-offensives sont toujours à craindre sur d'autres points sensibles en Syrie. Quant aux attentats, ils sont devenus monnaie courante en Syrie comme en Irak. 

En ce qui concerne Raqqa et pour faire un parallèle, la libération des environs puis de la partie orientale de Mossoul a été également relativement rapide. Mais les forces irakiennes piétinent désormais autour de la vieille ville qui est défendue âprement. Il faut dire que les unités de première ligne ont subi jusqu'à 40% de pertes, ce qui est énorme. Ce degré de violence n'est pas encore atteint à Raqqa.  

Qu'adviendra-t-il de l'Etat Islamique une fois que la ville de Raqqa sera conquise ? Dans quelle mesure Daesh sera-t-il affaibli ?

Alexandre Del Valle : L'Etat Islamique va continuer a exister dans sa forme qu'il a déjà connu dans le passé. Il faut conprendre ici une forme virtuelle et transnationale qui va diminuer dans sa forme étatique. Le projet étatique n'est qu'un projet parmi tant d'autres. Comme l'a dit Abou Mohammed al-Adnani qui était le cerveau et en quelque sorte le ministre des attentats de Daech avant de mourir, "notre but, notre victoire ou notre échec ne se mesure pas à la conquête ou à la perte d'une ville puisque notre système d'action est essentiellement de répandre l'idéologie de la charia". Selon lui, tant que cette idéologie se développe dans les cerveaux, ils seront victorieux. Tout est dit ici. Avec les attentats low-cost auxquels nous assistons un peu partout avec des couteaux et des voitures, l'Etat Islamique continuera à faire parler de lui. Leur but qui est de faire parler de leur vision de l'islam sera atteint. On peut qualifier cette stratégie de terrorisme marketing ou terrorisme publicitaire.L'Etat Islamique va quitter sa nature étatique momentanée pour reprendre sa nature à la fois virtuelle et de terrorisme international même s'il est de faible envergure ou de troisième génération. Cela sera suffisant pour faire parler de lui. La meilleure preuve est que l'on a fait que de parler de cela depuis les attentats du pont de Westminster à Londres il y  a trois mois puis ceux de Manchester et Londres à nouveau au début du mois. La tentative d'attaque sur le parvis de Notre-Dame à Paris en fait partie.  Cette organisation terroriste a deux têtes. Si la première s'efface, la seconde reste active.

Alain Rodier : Sur le plan de l'image de marque, il ne fait aucun doute que ce sera négatif pour Daech. Sur le terrain, c'est la zone de Deir ez-Zor qui restera à libérer. A la différence du théâtre irakien, Daech engage encore des matériels lourds (chars, artillerie) dans l'est de la Syrie, même en plein jour, preuve que la couverture aérienne est moins bien assurée. Il faut reconnaître que la situation est beaucoup plus compliquée pour les adversaires de Daech qui se répartissent l'espace aérien en faisant bien attention d'éviter tout "incident" regrettable (la coalition emmenée par les Américains, les aviations syrienne et russe et très ponctuellement les Israéliens). Ces aviations n'ont pas obligatoirement les mêmes objectifs. Globalement Daech pour la coalition internationale (avec quelques objectifs constituées de milices gouvernementales jugées "menaçantes" par les Américains), presque tous les mouvements d'opposition au président Assad pour les Russes et les convois logistiques du Hezbollah faisant mine de rejoindre le Liban pour les Israéliens. 

Daech a déjà programmé l'"après Mossoul/Raqqa". Ces forces devraient se diluer dans le désert (sur le plan symbolique comme lorsque Mahomet a été chassé de la Mecque pour rejoindre Médine) pour revenir à une guerre de guérilla et terroriste. La question est : qui tiendra le terrain et administrera les populations sunnites qui peuvent constituer la masse dans laquelle les djihadistes se fonderont ?  

Dans un récent tweet, le journaliste et écrivain Mohamed Sifaoui déclare que suite aux récents revers militaires sur le terrain, le porte-parole officiel de Daesh, Abou-al-Hassan-al Mouhajir, appel les adeptes du groupe à intensifier les opérations militaires (terroristes) à travers le monde. En quoi cette mise en difficulté du groupe terroriste intensifie-t-il le risque de nouvelles attaques ? Qui du monde arabe, asiatique ou occidental risque-t-il le plus d'être vulnérable à ces potentielles actions terroristes ? 

Alexandre Del Valle : Ce que dit Mohamed Sifaoui est très juste et c’est la stratégie dont Abou Mohamed al-Adnani, le porte-parole du groupe Etat Islamique dont nous parlions plutôt préconisait, à savoir, intensifier partout les attentats. Cette organisation a deux dimensions, la première qui consiste en des prétentions territoriales lorsqu’elle parvient à se transformer en guérilla et à contrôler un état ou à le créer d’une part. Mais elle a une première dimension qui lui vient d’al-quaida et du terrorisme islamiste planétaire classique qui est communicationnel. Cette stratégie ne consiste pas à tuer pour tuer comme une guérilla ou une armée classique mais à tuer pour faire parler de soi.

Il est devenu de plus en plus difficile pour un terroriste de gagner la Syrie. La Turquie coopère de pas en plus dans ce domaine. Cela donne de plus en plus de jeunes qui sont frustrés de ne pas pouvoir aller prêter main-forte à l’Etat Islamique en Syrie et qui sont bloqués en Europe. Cela se traduit par un grand " réservoir " de djihadistes qui sont retenus en Europe. Des voix s’élèvent pour dire que les autorités auraient dû les laisser partir. Beaucoup de ceux qui ont commis des attentats auraient voulu partir mais ne l’on pas pu à cause de cette vigilance renforcée. L’un des terroristes italien-marocain de Londres a été arrêté alors qu’il était sur le point de partir. 

La stratégie de Abou al-Hassan al-Mouhajir consiste a compenser la perte territoriale en Syrie par un gain en publicité planétaire par un attentat en Thaïlande, dans les Philippines, aux Etats-Unis si possible et en Europe parce que cette dernière est le maillon faible théorisé par un des grands théoriciens du califat, Abou Moussab al-Souri. Gilles Kepel en parle souvent dans ses ouvrages. Il incitait les populations d’origine immigrées musulmanes à rejoindre le djihadisme. 

Les zones géographiques les plus exposées sont assez nombreuses. On peut mettre en avant la Jordanie, la Tunisie du fait de sa proximité avec le djihadisme libyen ainsi que le Yemen, toute la zone du Sahel qui est très faible et le sud de l’Arabie Saoudite. L’Irak et la Syrie sont exposés pour la bonne et simple raison que l’Etat n’y est pas encore suffisamment fort. En Asie, les Philippines et l’Indonésie sont à surveiller. Quant à l’Europe, les pays les plus frappés sont ceux qui abritent la plus grande population immigrée musulmane comme par exemple l’Allemagne, l’Angleterre, la France et la Belgique.

Alain Rodier : Mohamed Sifaoui a judicieusement relevé une déclaration effectivement très importante. Daech profère des menaces contre la France, la Russie, la Belgique, les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, l'Australie et l'Italie. Il félicite aussi les "soldats du Sinaï, du Khorasan (Afghanistan-Pakistan), d'Asie de l'Est, de Perse" et cite les "soldats de l'islam Égypte, de Tunisie, de Libye, de Somalie et d'ailleurs". Ce n'est pas nouveau mais les messages velléitaires se répètent désormais à une cadence élevée ce qui est très inquiétant. 

En Europe, ils peuvent influencer des sympathisants de la cause salafiste-djihadiste pour qu'ils se décident à passer à l'action. Ces derniers sont à même de faire des dégâts importants malgré leur relatif "amateurisme technique" comme cela a été le cas à Londres et à Paris cette année (Manchester a malheureusement été plus "professionnel"). Le problèmes des returnees (revenants) est bien sûr toujours présent, certains observateurs estimant que ceux qui devaient rentrer sont déjà là. Leur capacité létale est supérieure à celle des "locaux" car ils bénéficient d'une expérience de terrain irremplaçable.

Le but de Daech va être de "venger" les revers qu'il connaît sur le front syro-irakien et de montrer qu'il existe toujours sur d'autres "fronts" et qu'il est même capable de s'étendre. On le voit aujourd'hui au Philippines et en Iran. La réaction de Téhéran est d'ailleurs intéressante: les autorités affirmant : "vous nous avez frappé, et alors ?" Point d'état d'urgence, de surveillance visible renforcée(1) ni de panique apparente dans la population. Pour Téhéran, Daech ne représente pas un risque pour la stabilité du pays. Quoiqu'on puisse penser du régime iranien, c'est un bel exemple de sang froid qui devrait être médité.

1. Il est vrai que le pays est déjà très sérieusement encadré par les pasdarans, les bassidjis, etc.  

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 15/06/2017 - 18:10
Ce gouvernement " propre " a un salaud de plus
Bayrou, De Sarnez, Ferrand, Schiappa et j'en passe. Une majorité pléthorique et le roitelet Macron non seulement ne dégage pas ces truands, et fera strictement ce qu'il veut avec un groupe a l'Assemblee de 400 à 450 députés LREM c'est totalement fou. Tous les quelques autre députés ne serviront à rien, strictement rien. Dimanche il est encore temps de redresser un peu la barre sinon nous le payerons cher.
Gordion
- 15/06/2017 - 06:33
@A.Rodier: liens utiles
https://www.theguardian.com/world/2017/may/16/iran-changes-course-of-road-to-mediterranean-coast-to-avoid-us-forces
https://consortiumnews.com/2017/05/15/the-push-for-trumps-impeachment/
Je suppose que vous connaissez! Cf aussi le dernier atrticle de C.Galactéros
Bien à vous
Gordion
- 15/06/2017 - 02:43
@A.Rodier:
Merci à vous de bien vouloir me répondre. Concernant Trump, il est définitivement rentré sous la coupe des neoconservatives et du deep state.. Les déclarations de Riyadh concernant la seule source du terrorisme islamique, l'Iran, le prouve. Riyadh et Telaviv seul axe de la politique Moyen-Orient, voilà qui ravira Clinton et le deep state. Ce revirement est-il le résultat de la négociation avec ce camp pour bloquer l'impeachment contre Trump ?
En tout cas, le containment de l'Iran et la diabolisation de la Russie sont bien de retour.
Rien de bon à attendre au Moyen-Orient, en Asie Centrale et en Ukraine. Espérons que Trump saura canaliser les va-t-en guerres, genre McCain.