En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

06.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

07.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 1 heure 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 2 heures 30 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 3 heures 8 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 5 heures 3 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 6 heures 21 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 8 heures 27 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 8 heures 59 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 9 heures 39 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 10 heures 29 min
décryptage > Consommation
Crash

Energie : la plus grande chute de la demande depuis la crise des années 30 redéfinit les marchés

il y a 10 heures 54 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 1 heure 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 2 heures 45 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 4 heures 12 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 5 heures 42 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 7 heures 1 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 8 heures 44 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 9 heures 14 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 10 heures 34 sec
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 10 heures 52 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Guerre commerciale : Donald Trump argue du coronavirus pour relancer les hostilités avec Pékin

il y a 11 heures 6 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Business

Les Britanniques votent pour tenter d’amortir le choc du Brexit. Un peu tard...les Européens ont déjà envoyé la facture

Publié le 08 juin 2017
Le Brexit devrait coûter 100 milliards à la Grande-Bretagne, payable d’ici à fin 2020. Le détail de cette facture est impressionnant, mais laisse la place au compromis.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Brexit devrait coûter 100 milliards à la Grande-Bretagne, payable d’ici à fin 2020. Le détail de cette facture est impressionnant, mais laisse la place au compromis.

Tout va dépendre du résultat des élections britanniques certes, mais les sondages indiquent que le peuple commence a s’inquiéter des conséquences d’un Brexit pur et dur comme le voulait Theresa May. Sa position est donc devenue compliquée. C’est elle qui a demandé une nouvelle représentation pour légitimer son projet de négociation. Elle reflètera donc l’opinion des Britanniques.

Côte Europe,  c’est Michel Barnier, Commissaire européen chargé de préparer la négociation, qui a rédigé la note pour pouvoir commencer la négociation dès le 19 juin, ce que Theresa May a accepté avant même de connaitre le résultat des élections qui sont censées renforcer sa légitimité.

Le document le plus important, qui avait fuité dans le Financial Time, indiquait que la facture globale que les anglais auront à payer approchait les 100 milliards d’euros, sans toutefois détailler ce que ça recouvrait exactement, mais en précisant que les remboursements devront se faire en euros.

On sait désormais que le document préparé par la Commission a chiffré les différents postes :

1.Les engagements financiers pris par la Grande Bretagne dans les différents programmes européens, comme le fonds européen, le Trust funds, le fonds de soutien aux réfugiés turcs etc.

2. Le coût spécifique de la sortie, c’est à dire le coût du déménagement des institutions européennes installées en Grande Bretagne et le coût de la réinstallation des nouvelles structures sur le continent. Il s'agit principalement des agences européennes.

Afin de ne pas braquer les autorités britanniques et provoquer une rupture de la négociation comme Theresa May l’a menacé, la Commission de Bruxelles a indiqué que les membres et notamment la France et l’Allemagne étaient d’accord pour permettre à la Grande-Bretagne de continuer à bénéficier des programmes, comme avant le Brexit, jusqu’au moment où ceux-ci prendraient fin, et si bien sûr, la Grande-Bretagne respecte ses engagements.

En contre partie, la Grande Bretagne se dégagera progressivement de la Banque européenne d’investissement et du fonds de garantie de la BCE.

A côté de la dimension financière, la Commission a pratiquement finalisé les conditions sociales et humaines du Brexit applicables aux populations concernées.

La France et l’Allemagne insistent beaucoup pour protéger la liberté des citoyens. Ainsi, les européens installés en Grande-Bretagne devraient pouvoir obtenir la nationalité britannique au bout de 5 ans de résidence. Par ailleurs, la Grande-Bretagne devrait autoriser le regroupement familial pour les familles européennes qui le désirent. Ceci pendant toute la durée de la négociation et après le Brexit.

Ces familles de l’Union européenne, installées en Grande-Bretagne, devraient ainsi pouvoir accéder au marché du travail dans les mêmes conditions que les citoyens britanniques.

Dernier point, ces citoyens de l’UE, installés en Grande-Bretagne, devraient pouvoir récupérer leurs droits à la retraite ou leurs sécurités sociales et les importer dans leur pays d’Europe d’origine s’ils le souhaitent. Bref, on officialiserait la portabilité des droits sociaux.

A priori, Theresa May n’était pas prête à accepter beaucoup de ces mesures. Sauf qu‘elle était en période électorale. Après, le climat aura forcement changé.

L’Union européenne n’a pas de moyens pour obliger la Grande-Bretagne à tenir ses engagements. L‘Union européenne a simplement dans ses munitions toutes sortes de mesures de rétorsion, qui joueraient à l’encontre des citoyens britanniques installés en Europe.

Une fois les orages passés, chacun des pays a intérêt à trouver des solutions de compromis. Pas de guerre de changes si possible, pas de guerre de taxes douanières ou de surenchère protectionniste et pas question de prendre en otage les européens qui viennent en Angleterre ou les anglais qui ont choisi de rester en Europe.

Le discours sera dur et violent, mais la réalité sera soft et conciliante, tout le monde y a intérêt. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
AlainAFZ
- 09/06/2017 - 10:42
Etonnants
les commentaires, si clairvoyants habituellement....
vangog
- 08/06/2017 - 22:24
Fonds de soutien aux réfugiés turcs??????...
Total de ces fonds qui sont tous plus ésotériques les uns que les autres: 100 milliards d'euros????, mais pour quoi faire?...Pour quel résultat minable?...Une croissance deux à trois fois plus faible que le reste du monde, un chômage à dix pour cent de la population active, deux à trois fois plus fort que le reste du monde, une immigration de décomposition, une exposition forte au terrorisme à cause des lois européennes laxistes, une diplomatie de phoques...c'est la GB qui devrait réclamer cent milliards à l'UE pour ses échecs parents, et non l'inverse! Refusez de payer, les british, je vous soutiens!
adroitetoutemaintenant
- 08/06/2017 - 20:21
Je peux confirmer J'accuse
En dehors des idiots utiles comme la gauche, les musulmans, les sidéens et les climato-crétins, bref les menteurs congénitaux, tous les autres en Grande Bretagne sont content du Brexit. Que les européens continentaux veuillent être contrôlés par l’alcolo Junker, libre à eux !