En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

06.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

07.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 14 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 1 heure 43 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 2 heures 16 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 3 heures 41 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 4 heures 18 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 5 heures 15 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 6 heures 10 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 6 heures 45 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 7 heures 30 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 12 min 17 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 1 heure 57 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 2 heures 51 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 4 heures 7 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 4 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 5 heures 18 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 5 heures 52 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 6 heures 33 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 7 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 7 heures 52 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Business

Les Britanniques votent pour tenter d’amortir le choc du Brexit. Un peu tard...les Européens ont déjà envoyé la facture

Publié le 08 juin 2017
Le Brexit devrait coûter 100 milliards à la Grande-Bretagne, payable d’ici à fin 2020. Le détail de cette facture est impressionnant, mais laisse la place au compromis.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Brexit devrait coûter 100 milliards à la Grande-Bretagne, payable d’ici à fin 2020. Le détail de cette facture est impressionnant, mais laisse la place au compromis.

Tout va dépendre du résultat des élections britanniques certes, mais les sondages indiquent que le peuple commence a s’inquiéter des conséquences d’un Brexit pur et dur comme le voulait Theresa May. Sa position est donc devenue compliquée. C’est elle qui a demandé une nouvelle représentation pour légitimer son projet de négociation. Elle reflètera donc l’opinion des Britanniques.

Côte Europe,  c’est Michel Barnier, Commissaire européen chargé de préparer la négociation, qui a rédigé la note pour pouvoir commencer la négociation dès le 19 juin, ce que Theresa May a accepté avant même de connaitre le résultat des élections qui sont censées renforcer sa légitimité.

Le document le plus important, qui avait fuité dans le Financial Time, indiquait que la facture globale que les anglais auront à payer approchait les 100 milliards d’euros, sans toutefois détailler ce que ça recouvrait exactement, mais en précisant que les remboursements devront se faire en euros.

On sait désormais que le document préparé par la Commission a chiffré les différents postes :

1.Les engagements financiers pris par la Grande Bretagne dans les différents programmes européens, comme le fonds européen, le Trust funds, le fonds de soutien aux réfugiés turcs etc.

2. Le coût spécifique de la sortie, c’est à dire le coût du déménagement des institutions européennes installées en Grande Bretagne et le coût de la réinstallation des nouvelles structures sur le continent. Il s'agit principalement des agences européennes.

Afin de ne pas braquer les autorités britanniques et provoquer une rupture de la négociation comme Theresa May l’a menacé, la Commission de Bruxelles a indiqué que les membres et notamment la France et l’Allemagne étaient d’accord pour permettre à la Grande-Bretagne de continuer à bénéficier des programmes, comme avant le Brexit, jusqu’au moment où ceux-ci prendraient fin, et si bien sûr, la Grande-Bretagne respecte ses engagements.

En contre partie, la Grande Bretagne se dégagera progressivement de la Banque européenne d’investissement et du fonds de garantie de la BCE.

A côté de la dimension financière, la Commission a pratiquement finalisé les conditions sociales et humaines du Brexit applicables aux populations concernées.

La France et l’Allemagne insistent beaucoup pour protéger la liberté des citoyens. Ainsi, les européens installés en Grande-Bretagne devraient pouvoir obtenir la nationalité britannique au bout de 5 ans de résidence. Par ailleurs, la Grande-Bretagne devrait autoriser le regroupement familial pour les familles européennes qui le désirent. Ceci pendant toute la durée de la négociation et après le Brexit.

Ces familles de l’Union européenne, installées en Grande-Bretagne, devraient ainsi pouvoir accéder au marché du travail dans les mêmes conditions que les citoyens britanniques.

Dernier point, ces citoyens de l’UE, installés en Grande-Bretagne, devraient pouvoir récupérer leurs droits à la retraite ou leurs sécurités sociales et les importer dans leur pays d’Europe d’origine s’ils le souhaitent. Bref, on officialiserait la portabilité des droits sociaux.

A priori, Theresa May n’était pas prête à accepter beaucoup de ces mesures. Sauf qu‘elle était en période électorale. Après, le climat aura forcement changé.

L’Union européenne n’a pas de moyens pour obliger la Grande-Bretagne à tenir ses engagements. L‘Union européenne a simplement dans ses munitions toutes sortes de mesures de rétorsion, qui joueraient à l’encontre des citoyens britanniques installés en Europe.

Une fois les orages passés, chacun des pays a intérêt à trouver des solutions de compromis. Pas de guerre de changes si possible, pas de guerre de taxes douanières ou de surenchère protectionniste et pas question de prendre en otage les européens qui viennent en Angleterre ou les anglais qui ont choisi de rester en Europe.

Le discours sera dur et violent, mais la réalité sera soft et conciliante, tout le monde y a intérêt. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
AlainAFZ
- 09/06/2017 - 10:42
Etonnants
les commentaires, si clairvoyants habituellement....
vangog
- 08/06/2017 - 22:24
Fonds de soutien aux réfugiés turcs??????...
Total de ces fonds qui sont tous plus ésotériques les uns que les autres: 100 milliards d'euros????, mais pour quoi faire?...Pour quel résultat minable?...Une croissance deux à trois fois plus faible que le reste du monde, un chômage à dix pour cent de la population active, deux à trois fois plus fort que le reste du monde, une immigration de décomposition, une exposition forte au terrorisme à cause des lois européennes laxistes, une diplomatie de phoques...c'est la GB qui devrait réclamer cent milliards à l'UE pour ses échecs parents, et non l'inverse! Refusez de payer, les british, je vous soutiens!
adroitetoutemaintenant
- 08/06/2017 - 20:21
Je peux confirmer J'accuse
En dehors des idiots utiles comme la gauche, les musulmans, les sidéens et les climato-crétins, bref les menteurs congénitaux, tous les autres en Grande Bretagne sont content du Brexit. Que les européens continentaux veuillent être contrôlés par l’alcolo Junker, libre à eux !