En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

04.

Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

07.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
Very bad trip
Etats-Unis : à 5 ans il amène de la cocaïne à l'école
il y a 2 min 7 sec
pépites > Justice
Aucun remord
Bilal Taghi, le premier homme à avoir fomenté un attentat djihadiste en prison, jugé dès ce mardi
il y a 1 heure 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 3 heures 20 min
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 5 heures 1 min
pépite vidéo > Politique
Décentralisation
François Baroin : "la fédération des volontés locales" plus importante "qu'un pouvoir très centralisé"
il y a 5 heures 24 min
décryptage > Justice
Je baise la France jusqu'à l'agonie

Pourquoi il faut laisser s'exprimer Nick Conrad

il y a 5 heures 44 min
décryptage > Politique
Adieu Jupiter!

Hollande c'était "moi je " : Macron c'est "bibi"

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Société
Bonne solution ?

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

il y a 6 heures 5 min
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 10 heures 17 min
pépites > Politique
Sauvetage
Congrès des maires de France: Emmanuel Macron dit avoir "tant appris" des élus
il y a 23 min 16 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 3 heures 29 min
Couette tueuse
Le mystère de la couette tueuse enfin élucidé !
il y a 5 heures 5 min
décryptage > Politique
Perte d'autorité

L’autorité de l’Etat ne sera pas restaurée par la violence

il y a 5 heures 36 min
décryptage > Economie
La traque

Mais pourquoi traquer la fraude fiscale ?

il y a 5 heures 49 min
décryptage > Science
Kesako ?

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

il y a 5 heures 59 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 18 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 1 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 8 heures 24 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 10 heures 34 min
© Reuters
© Reuters
PIB

Bons baisers de François Hollande : ces arbitrages douloureux que va devoir assumer le gouvernement pour faire face à un déficit plus élevé que "prévu"

Publié le 07 juin 2017
Loin des 2,8 promis, le déficit public devrait atteindre 3,2% en 2017. Une lourde bévue dont hérite Bercy et qui devrait être difficile à réparer.
Agnès Verdier-Molinié est directrice de la Fondation IFRAP(Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques).Son dernier ouvrage est "Ce que doit faire le (prochain) président", paru aux éditions Albin Michel en janvier...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Agnès Verdier-Molinié
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Agnès Verdier-Molinié est directrice de la Fondation IFRAP(Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques).Son dernier ouvrage est "Ce que doit faire le (prochain) président", paru aux éditions Albin Michel en janvier...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loin des 2,8 promis, le déficit public devrait atteindre 3,2% en 2017. Une lourde bévue dont hérite Bercy et qui devrait être difficile à réparer.

Atlantico :Selon Bercy, le déficit public devrait atteindre les 3,2% du PIB en 2017, loin des 2,8% qu'évoquait l'ancien ministre de l'Economie et des Finances. Afin de rester sous son objectif des 3%, le gouvernement va donc devoir faire 4 à 5 milliards d'économie. Comment peuvent-ils s'y prendre? A quels arbitrages vont-ils devoir procéder ?

Agnès Verdier-Molinié : Ce n’est pas très étonnant, ce qui aurait été étonnant aurait été de tenir les 2,7 ou 2,8 % de déficit par rapport au PIB avec toutes les annonces de dépenses supplémentaires  qui ont été faites par le précédent gouvernement (augmentation du point d’indice, dispositif PPCR, hausse des effectifs de la fonction publique de l’Etat etc…) la Cour des comptes vient même de montrer dans son rapport sur l’exécution du budget 2016 que le gouvernement précédent avait repoussé pour 900  millions de dépenses de 2016 pour 2017, une sorte de cadeau de bienvenue au nouveau Président… Celui-ci risque d’avoir toutes les peines de monde à contenir le déficit public de la France. Passer en dessous de la barre des 69 milliards (PLF 2017 : déficit de 69,3 milliards pour l’Etat) va être un exercice périlleux car les marges de manœuvre sont tenues étant donné que (pour l’instant) le gouvernement ne parle pas de LFR 2017 à voter à l’été. Pour expliciter l’effort, il faut se rendre compte que, afin de respecter le déficit de l’Etat assigné pour 2017, il faudrait que celui-ci n’augmente que de 200 millions d’euros par rapport à son exécution en 2016, ce qui suppose le respect d’une norme zéro valeur pour l’ensemble du budget de l’Etat. Or ce que nous révèle l’exécution budgétaire de 2016 c’est qu’à périmètre constant par rapport à 2015, la norme zéro valeur n’a pas pu être respectée. Elle ne l’a été que par des modifications techniques permettant de débudgétiser un certain nombre de dépenses, compensées par un usage immodéré de la fiscalité affectée. De tels artifices seront plus difficiles à mettre en place en 2017, d’autant que la manipulation des soldes des comptes spéciaux et de concours financiers qui ont été clos excédentaires ne pourront pas se retrouver ainsi tous les ans, sauf à ne pas parvenir à tenir nos objectifs en termes d’endettement par exemple.

Enfin, pour tenir le déficit il faudrait que la sécurité sociale présente un solde excédentaire de 0,4 point de PIB, or il semble que les gains budgétaires à attendre de la négociation UNEDIC ne seront pas suffisant pour atteindre cet objectif. Non, décidemment, parvenir à 2,7% du PIB en 2017 semble difficile à tenir.

Que reste t- il alors pour faire baisser les dépenses ? Des annulations de crédits ? Ce qui demanderait une loi de finances rectificative pour 2017… Bref, on tourne en rond… 

Mais le gouvernement peut rétropédaler et passer un collectif budgétaire après le rapport de la Cour des comptes de début juillet sur l’audit des comptes de la France. En effet, le rapport sur la situation et les perspectives des finances publiques pour 2018 va peut-être changer la donne, et conduire à la présentation et au vote d’un collectif entre juillet et août 2017, en cession exceptionnelle.

Pour faire face, il sera sans doute nécessaire de prendre rapidement un décret d’avance permettant de sanctuariser ce qu’il reste de la réserve de précaution et de procéder à des surgels en gestion : gel de crédits d’investissements, notamment de certaines dépenses militaires…, rétablissement de crédits liés à des sous-budgétisations systématiques (OPEX, Sentinelle), et surtout procéder peut-être à une pause dans le déploiement de la réforme dite « PPCR » (parcours professionnels, carrières et rémunérations, dont le plein effet budgétaire est programmé pour 2020). Le point de fonction public revalorisé en mars 2016 et en février 2017 est malheureusement irrattrapable, même s’il est possible de le geler par la suite.

Afin de renforcer les soldes techniques des comptes spéciaux, le gouvernement pourra par exemple remonter les perspectives de cessions à la fois dans les participations financière de l’Etat et l’immobilier, même si leur effet sur les soldes « maastrichtiens » n’est pas notable (il s’agira de produire des effets en trésorerie et en comptabilité budgétaire avant tout).  

Selon Didier Migaud, Président de la Cour des comptes, le retour sous les 3% reste encore incertain. Pourquoi ces économies pourraient s'avérer difficiles à mettre en œuvre ? 

Les difficultés sont récurrentes et malheureusement bien identifiées : inertie de la masse salariale, sous budgétisation de certaines dépenses de défense et de sécurité : poids des Opex, remise à niveau des matériels militaires et le fait  que les gouvernements n’assument pas de gager les nouveaux recrutements dans les fonctions régaliennes par la suppression de postes publics équivalents dans les ministères non prioritaires en 2017. 

Plus profondément, il est nécessaire que l’Etat en tant que tutelle, se mette en capacité de beaucoup plus fortement contrôler les effectifs et leur gestion prévisionnelle dans ses propres opérateurs, afin de mieux maîtriser leur masse salariale, ce qu’il ne fait aujourd’hui que très imparfaitement.

Quels seront les difficultés, à court et moyen termes, que pourrait rencontrer le gouvernement afin de respecter le Pacte de stabilité avec ses partenaires européens? 

A moyen terme, c’est surtout une augmentation des taux de la dette française et de l’inflation qui sont préoccupantes. 1 point sur les taux d’intérêt sur l’ensemble de la courbe de taux  coûte à 10 ans 15 milliards d’euros  par an… cela fait réfléchir (la dette a augmenté de 23 % depuis 2011 tandis que la charge de la dette a baissé de 10%) CQFD

A moyen terme, c’est aussi la baisse structurelle des dépenses qu’il faut prévoir à la fois sur l’Etat, les collectivités locales et la sécurité sociale tout en préservant les investissements essentiels dans le régalien (sécurité intérieure, pénitentiaire, défense) étant donné les menaces qui pèsent sur la sécurité des Français. Cela demandera qu’une véritable définition des missions à conserver par la puissance publique soit faite avec, en creux, la définition de celles à déléguer au privé. Cela suppose également de passer un pacte de confiance budgétaire avec les collectivités territoriales afin de fixer des objectifs de gestion communs permettant de déboucher sur des effets financiers partagés (en termes de dépenses, masse salariale, déficit, coût des services publics, d’endettement etc.). Et que l’Etat se comporte en gestionnaire avisé de son propre patrimoine financier comme immobilier.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

04.

Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

07.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Atlante13
- 08/06/2017 - 20:02
Déficit plus lourd que prévu?
aurait dit Bercy? Ils nous prennent vraiment pour des crétins, ces soit-disant haut-fonctionnaires. Depuis le début ils nous mentent, comme mentait Hollande, comme mentait Sapin avec son air de se foutre de nous. La loi permet-elle de poursuivre les haut-fonctionnaires pour incompétence, malversations ou mensonge? Non, bien sûr, excusez-moi; on est France, on peut virer un salarié du privé pour ces motifs, mais pas un agent de l'Etat. C'est sacré, un haut-fonctionnaire, et il pourrait très bien devenir votre président, demain...
Bobby Watson
- 07/06/2017 - 22:45
François Macron
fera comme Emmanuel Hollande : augmentation des impôts sans économie du train de vie de l'État. Les Français ne pourront s'en prendre qu'à eux-mêmes puis qu'ils vont élire une chambre "introuvable" à en croire nos bien-aimés journalistes.
Anguerrand
- 07/06/2017 - 19:00
Hollande ou le mensonge permanent
On sentait bien que les 2 derniers mois, les promesses n'étaient pas prévues au budget. Malgré les colossales hausses d'impôt du quinquennat le budget continue à être déficitaire et e n'est pas fini il faut compter sur la CSG a 8% et la hausse sur le gaz oil. Nous étions déjà champion du monde des impots, ce sera pire