En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Bras de fer

Loi travail, mais qui fabrique le droit social en France : majorité politique ou syndicats ?

Publié le 07 juin 2017
Le débat qui s’annonce autour de la loi travail révèle un problème de fond : celui de savoir qui peut en France produire du droit social.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le débat qui s’annonce autour de la loi travail révèle un problème de fond : celui de savoir qui peut en France produire du droit social.

Les premières esquisses de la réforme du droit du travail laissent augurer une discussion extrêmement dure avec les syndicats et les entreprises. Bref, un débat social violent comme la France en a l’habitude, mais c’est sans doute dans sa culture. Sauf que l’expérience montre bien que parfois, le gouvernement a été obligé d’accepter des assouplissements qui ont anéanti l’effet attendu par la réforme, devenant du même coup inapplicables. Le redressement de la sécurité sociale, le rééquilibrage de l'assurance santé, la consolidation des régimes de retraites et les assouplissements des conditions de travail, toutes ces réformes sont devenues inopérantes et cela depuis 25 ans. Les gouvernements ont vu leur ambition se briser sur le mur des syndicats qui contribuent très souvent à coaguler une grogne populaire qui bloque tout.

Le projet de réforme du droit du travail, voulu par Emmanuel Macron, annoncé pendant la campagne, reprend les dispositions principales de la loi El Khomri en la durcissant. Pour Emmanuel Macron, cette réforme est indispensable à la relève de l'appareil économique, à sa compétitivité et la restauration de la croissance.

Seulement, cette loi touche à beaucoup d’habitudes, beaucoup d’avantages auxquels la gauche et surtout les syndicats sont très attachés.

Fort de sa légitimité de nouveau président, fort d’une campagne où il a annoncé clairement ce qu‘il voulait faire, fort demain d’une majorité écrasante au Parlement, le président de la République estime avoir tous les pouvoirs et toute la légitimité pour achever ce chantier très rapidement. C’était une promesse politique, c’est un engagement pris auprès des chômeurs, c’est un contrat passé avec nos principaux partenaires de l’Union européenne, dont l’Allemagne, pour continuer à bénéficier de leur financement.

Ceci dit, Emmanuel Macron connaît trop bien la sensibilité de la société française pour ne pas commettre les erreurs faites lors de la loi El Khomri, il cherche donc à informer au maximum les partenaires sociaux, et même à négocier là où il y a de la marge, sans pour autant abandonner sa ligne de force.

On sent bien que le débat ne va pas être facile. Et ce débat pose un problème de fond qui est spécifique à la société française, qui est de savoir qui produit le droit social en France.

Et bien, traditionnellement et depuis la Libération, les producteurs de droit social sont les partenaires sociaux. A l’initiative du Général de Gaulle, le modèle social français est géré selon le principe du paritarisme. Ce sont les syndicats et les organisations patronales qui cogèrent les institutions d’assurances sociales, santé, chômage, et même les conditions de travail au niveau national ou de la branche professionnelle. Cette situation a très bien fonctionné pendant les Trente Glorieuses avec une croissance forte. Lorsque la croissance a commencé à fléchir et que le modèle économique a été bousculé par la crise du pétrole (en 1974), l‘ouverture de frontières et la mondialisation, l’inscription dans l’Union européenne et le digital. Sans parler des phénomènes démographiques et d’allongement de la vie.

La paritarisme français a été incapable d’éviter les risques de faillite, et a surtout rigidifié le système incapable de s’adapter.

C’est progressivement l’Etat, le gouvernement et le Parlement, donc le contribuable, qui ont pris en « tutelle » le système social et qui s’est mis à financer puis à fabriquer le droit social.

Aujourd’hui, c’est évidemment l’Etat qui a la main, via la CSG qu’il fait voter, via les garanties de financement d’équilibre. C’est donc aussi l’Etat qui relaie les partenaires sociaux quand ils sont incapables de s’entendre. C’est l’Etat qui décide de la durée du travail, de l’âge de départ à la retraite, des rémunérations minimum.

Mais jusqu’à maintenant, l’Etat a du, à chaque fois, demander l‘autorisation des partenaires sociaux. Et en cas de désaccord, on a vu que les syndicats avaient le moyen de faire pression et d’aller jusqu'au blocage total de la société pour plomber un projet et obliger le gouvernement à l’abandonner. Le problème dans cette procédure, c’est que les partenaires sociaux ont tendance à protéger les avantages acquis au détriment de ceux qui voudraient peut être en profiter en entrant sur le marché du travail. Le résultat est qu’on a plutôt fait le choix d’indemniser le chômage plutôt que de protéger l’emploi. 

La question aujourd’hui est de savoir qui a la légitimité pour façonner un nouveau droit du travail adapté aux conditions économiques qui ont beaucoup évolué. Et qui nécessitent beaucoup de réactivité, de flexibilité, et de souplesse.

Le président de la République, le gouvernement et le Parlement considèrent que le droit social doit émaner de la puissance politique.

Les syndicats considèrent qu‘ils ont leur mot à dire et sans doute les moyens de tout empêcher.

Nous serions donc condamnés à une société qui ne pourrait évoluer que par le conflit. Alors qu’il faudrait que la société évolue sur la base d’un compromis.

Emmanuel Macron va bénéficier d’un immense avantage. Il va disposer d’une légitimité politique et populaire historiquement forte. La représentation parlementaire va être un raz de marée en sa faveur. Il pourra donc faire voter ce qu’il veut. C’est un énorme avantage qui lui permettrait d’aller très vite. Sauf qu’il se retrouve aussi sans contrepouvoir politique pour canaliser le mécontentement.

Le risque est de voir cette opposition ou ce contre pouvoir s’exercer dans la rue.

La difficulté ne va pas être de faire passer la loi travail, la difficulté va être d’offrir aux syndicats des moyens d’expression nouveaux.  

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

02.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Fini les trésors à déterrer : comment les missions archéologiques françaises à l'étranger sont devenues plus anthropologiques

07.

D’Emmanuel Macron à Benjamin Griveaux : les petites phrases sur lesquelles on se borne au détriment des sujets de fond

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
BOCE64
- 07/06/2017 - 19:40
1995
La droite avait tous les pouvoirs et 1997 ils ont dissous (c'est pas cher)
L'assemblé car trop de députés de droite !!! On crois rêver !
Et maintenant Macron qui a tout les pouvoirs va faire les réformes que la droite n'a jamais eu le courage de faire alors qu'elle a eu plus d'une fois la possibilité de le faire !
C'est pour cela qu'ils font la gueule !
Qu'ils s'en prennent qu'à eux même !
BOCE64
- 07/06/2017 - 19:40
1995
La droite avait tous les pouvoirs et 1997 ils ont dissous (c'est pas cher)
L'assemblé car trop de députés de droite !!! On crois rêver !
Et maintenant Macron qui a tout les pouvoirs va faire les réformes que la droite n'a jamais eu le courage de faire alors qu'elle a eu plus d'une fois la possibilité de le faire !
C'est pour cela qu'ils font la gueule !
Qu'ils s'en prennent qu'à eux même !