En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

07.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Catalogne
Grève générale : très forte mobilisation des indépendantistes catalans dans les rues de Barcelone
il y a 39 min 35 sec
pépites > Justice
EI
La justice française a émis un mandat d'arrêt international contre Abou Bakr al-Baghdadi
il y a 1 heure 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Surface" d'Olivier Norek : la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 2 heures 41 min
pépite vidéo > International
Culiacan
L'arrestation du fils d'El Chapo entraîne des affrontements violents entre la police et le cartel de Sinaloa
il y a 3 heures 46 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand on fait mieux que le superlatif et quand on s’illumine comme une éclipse : c'est l’actualité des montres en veille de Brumaire
il y a 4 heures 53 min
pépites > France
Casse-tête budgétaire
L'Assemblée nationale valide la suppression de la taxe d'habitation
il y a 5 heures 38 min
pépites > France
TER
Un mouvement social "inopiné" à la SNCF perturbe la circulation
il y a 6 heures 3 min
décryptage > Société
Bonne gouvernance

Pour sortir (enfin) de la crise des services publics

il y a 8 heures 30 min
rendez-vous > France
Géopolitico-scanner
Destin méditerranéen, immigration, communautarisme, délinquance : Marseille sans fatalisme mais sans langue de bois, entretien avec un homme politique qui monte, Bruno Gilles
il y a 9 heures 6 min
décryptage > Economie
Règle commune

Taxation des multinationales : l’OCDE fait un petit pas sur un très grand chemin

il y a 9 heures 35 min
pépite vidéo > International
Meilleur président ?
Donald Trump ironise sur le bilan d'Emmanuel Macron sur la question du chômage
il y a 1 heure 5 min
light > Politique
Lettre ouverte
Yassine Belattar décide de démissionner du Conseil présidentiel des villes
il y a 2 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Avant que j'oublie" de Anne Pauly : un magnifique roman sur le deuil

il y a 3 heures 32 min
pépites > Justice
Blanchiment aggravé
Patrick Balkany condamné à 5 ans de prison et à 10 ans d'inéligibilité, 4 ans de prison ferme sans mandat de dépôt pour son épouse Isabelle
il y a 4 heures 20 min
pépites > Terrorisme
Lutte antiterroriste
Un projet d'attentat "inspiré du 11 septembre" a été déjoué en France
il y a 5 heures 9 min
décryptage > Société
Laïcité

Sur le voile, Jean-Michel Blanquer a dix longueurs d’avance sur Emmanuel Macron

il y a 5 heures 53 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 2 min
décryptage > France
Effets

Loi alimentation : le gouvernement persiste malgré les effets pervers

il y a 8 heures 54 min
décryptage > Europe
Brexit

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Consommation
Non on ne vous parle pas d’Apple

Cosmic Crisp, la nouvelle pomme américaine qui part à l’assaut du monde

il y a 10 heures 5 min
Question de priorité

Crise économique ou immigration ? Tour d’Europe des sujets de campagne numéro 1

Publié le 10 mars 2012
L’Espagne, l’Italie et les Pays-Bas ont tous les trois connu une élection majeure ces derniers mois. Quels sont les thèmes qui ont marqué les campagnes électorales dans ces pays ?
Fabio Liberti est Directeur de recherche à l’IRIS. Il est spécialiste des politiques de défense des principaux Etats membres de l’UE.Juan Pedro Quinonero est journaliste. Il est correspondant en France du journal conservateur espagnol ABC.Marijn Kruk...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabio Liberti, Juan Pedro Quinonero,Marijn Kruk
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabio Liberti est Directeur de recherche à l’IRIS. Il est spécialiste des politiques de défense des principaux Etats membres de l’UE.Juan Pedro Quinonero est journaliste. Il est correspondant en France du journal conservateur espagnol ABC.Marijn Kruk...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’Espagne, l’Italie et les Pays-Bas ont tous les trois connu une élection majeure ces derniers mois. Quels sont les thèmes qui ont marqué les campagnes électorales dans ces pays ?

Atlantico : L’Espagne, l’Italie et les Pays-Bas ont vécu une élection majeure en période de crise économique. Quel thème a le plus été abordé, la crise économique et financière ou le thème des valeurs identitaires, et notamment le problème de l’immigration ?

Fabio Liberti : A aucun moment les Italiens ses sont intéressés aux questions migratoires ou aux questions de société. Le gouvernement Monti est un cabinet de crise qui a un mandat précis et limité à la réforme économique. Même pour l’opinion publique, la crise a tout mangé.

L’Italie, en termes d’immigration est un pays radicalement différent de la France. L’Italie a toujours été un pays d’émigration plutôt que d’immigration. Nous sommes devenus un pays d’immigration uniquement dans les années 90 avec l’arrivée massive des migrants albanais.

Je ne vais pas dire que les Italiens ont oublié du jour au lendemain la question migratoire mais lorsque l’Etat risque de faire faillite, les questions économiques passent clairement au premier plan.

Juan Pedro Quiñonero : En Espagne, le problème de l’immigration se pose là où il y a des « ghettos ». Il existe un micro parti d’extrême droite qui tient le même type de discours suranné et démagogique que le Front national en France. Mais il est vrai que, en ce qui concerne les grands leaders d’envergure nationale, José Luis Zapatero à gauche et Mariano Rajoy à droite, personne n’a voulu prendre le problème de l’immigration à bras les corps et en faire un débat national.

Le thème de la campagne espagnole de 2011 était clair : il fallait réduire la dette, le déficit, créer des emplois, libéraliser l’économie. L’Espagne était extrêmement fatiguée de l’expérience Zapatero.

La campagne Rajoy avait beaucoup de points communs avec la campagne Hollande. Il y avait aussi une sorte de non-dit du coté de Rajoy. Quand on lui demandait ce qu’il comptait faire sur telle ou telle question, M. Rajoy répondait : « Je ferai le nécessaire ». Cela a tout de même marché car personne ne croyait en Zapatero...

Marijn Kruk : Souvent les thèmes changent au fil de la campagne. Il est donc très difficile d’isoler un thème principal. Néanmoins, il est sûr que les questions économiques n’étaient pas très présentes pendant la campagne néerlandaise de 2010. A ce moment-là, la crise économique n’avait pas encore vraiment touché le pays. Le taux de chômage était à moins de 4% (il a augmenté depuis). Même si l’on avait connu une crise bancaire avec le rachat de l’ABN Amro, l'attention de l'opinion publique s'est plus concentrée sur l’ascension de Geert Wilders (chef du Parti pour la liberté, parti nationaliste néerlandais) et sur les problématiques d’identité et d’immigration, avec un focus assez important sur l’islam.

Cependant, en 2014, pour les prochaines élections, le thème de la crise devrait se retrouver plus sur le devant de la scène. Mais il ne faut pas oublier le politicien très habile qu’est Geert Wilders qui a une propension assez impressionnante à imposer son agenda dans le débat public.

Quel œil portez-vous sur cette problématique en France ? Pensez-vous que l’on parle trop d’immigration et pas assez de la crise économique ?

Fabio Liberti : Je trouve que la crise économique et financière est un peu occultée en France. Nous avons effectué une sorte d’anesthésie générale sur la crise de la dette souveraine. La BCE a prêté 1 000 milliards d’euros aux établissements bancaires, afin que ces dernières rachètent la dette des Etats européens en difficulté, ce qui a entrainé la baisse des taux d’intérêts des émissions obligataires d’Etat. On a l’impression que l’on a trouvé la panacée, que ce n’est plus un problème. C’est inquiétant dans la mesure où les Etats pourraient perdre la volonté d’effectuer des réformes qui restent largement impopulaires.

Entre 2007 et 2012, beaucoup de choses se sont passées. Je pense qu’il serait beaucoup plus important de s’intéresser à ce type de questions que de parler de l’abattage de la viande halal. Les Français sont loin d’être stupides et comprennent très bien que, dans la situation actuelle, ce qui est le plus important pour l’avenir est la « soutenabilité » des finances publiques.

Juan Pedro Quiñonero : Il est vrai que les élites parisiennes se grattent toujours la tête sur ces questions d’un intérêt relatif. Je pense que l’on parle trop d’immigration en France, et notamment des questions sous-jacentes comme le halal. Il n’y a pas de problème halal en France.

Cependant, j’ai une vision extrêmement optimiste de l’intégration à la française. Manuel Valls, Rachida Dati, Najat Valaud-Belkacem sont des personnages importants, issus de l’immigration. Nous n’avons malheureusement pas les mêmes exemples en Espagne. L’immigration en France s’est clairement mieux installée dans la vie culturelle et politique qu’en Espagne.

Marijn Kruk : Quand j’observe la campagne présidentielle française, je remarque plutôt le débat sur la viande halal. On ne parle pas assez de la situation économique et de la crise financière. François Bayrou cherche à imposer cette thématique mais il peine.

Le programme économique de Nicolas Sarkozy et François Hollande restent assez flou. C’est une grande différence entre la France et les Pays-Bas. Aux Pays-Bas, il y a toujours eu un consensus sur la question de l’austérité. C’est un mot qui reste tabou en France. Aux Pays-Bas, il existe un une institution qui publie des prévisions pour l’année et qui détermine les mesures à prendre en conséquence. Les partis acceptent alors ces orientations dans un consensus souvent général. C’est encore loin d’être les cas en France…

 

Propos recueillis par Jean-Benoît Raynaud

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

07.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Marianna
- 16/03/2012 - 10:49
Europe : Politiques de durcissement de l’immigration
La crise économique a en effet eu pour impact direct de renforcer l'immigration aux portes de l'Europe, le tout sur un fond de montée du populisme dans la grande majorité des pays européens. Pour en avoir un plus grand aperçu:
http://www.immigration-news.fr/europe-politiques-de-durcissement-de-limmigration/
Harmaggedon
- 11/03/2012 - 04:25
quoi de plus normal ?
le système français basé sur une économie de la demande, a pris l'habitude de délivrer à tours de bras, des avantages sociaux "différenciés" selon que c'était la droite ou la gauche qui était au pouvoir.
Sans une forte croissance, le maintien, ne serait-ce que partiel, de ce système oblige les dirigeants à reprendre aux uns ce qu'ils laissent aux autres... et comme, pour n'obérer aucune chance, ils ne veulent mécontenter personne, ils s'abstiennent autant que faire se peut, de parler de sujets "chauds".
Même si la démocratie reste le meilleur des modèles, elle montre là, toutes ses limites : l'électoralisme et la démagogie.
L'économie mondiale relève de lois qui lui sont propres et n'est malheureusement que peu influencée par des votes nationaux de pays représentant moins de 1% de la population mondiale !
Quand les français en prendront conscience, il fera enfin jour.... et l'on pourra parler des vrais sujets, dont entre autres aussi, les flux migratoires, mais ce sera alors, sans passions ni invectives.