En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 8 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 9 min 5 sec
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 30 min 52 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 48 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 50 min 24 sec
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 51 min 32 sec
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 55 min 44 sec
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 16 heures 33 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 17 heures 11 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 19 heures 54 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 4 min 48 sec
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 16 min 12 sec
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 36 min 29 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 49 min 22 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 51 min 25 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 51 min 38 sec
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 56 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 16 heures 53 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 18 heures 55 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 20 heures 29 min
Question de priorité

Crise économique ou immigration ? Tour d’Europe des sujets de campagne numéro 1

Publié le 10 mars 2012
L’Espagne, l’Italie et les Pays-Bas ont tous les trois connu une élection majeure ces derniers mois. Quels sont les thèmes qui ont marqué les campagnes électorales dans ces pays ?
Fabio Liberti, Juan Pedro Quinonero,Marijn Kruk
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabio Liberti est Directeur de recherche à l’IRIS. Il est spécialiste des politiques de défense des principaux Etats membres de l’UE.Juan Pedro Quinonero est journaliste. Il est correspondant en France du journal conservateur espagnol ABC.Marijn Kruk...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’Espagne, l’Italie et les Pays-Bas ont tous les trois connu une élection majeure ces derniers mois. Quels sont les thèmes qui ont marqué les campagnes électorales dans ces pays ?

Atlantico : L’Espagne, l’Italie et les Pays-Bas ont vécu une élection majeure en période de crise économique. Quel thème a le plus été abordé, la crise économique et financière ou le thème des valeurs identitaires, et notamment le problème de l’immigration ?

Fabio Liberti : A aucun moment les Italiens ses sont intéressés aux questions migratoires ou aux questions de société. Le gouvernement Monti est un cabinet de crise qui a un mandat précis et limité à la réforme économique. Même pour l’opinion publique, la crise a tout mangé.

L’Italie, en termes d’immigration est un pays radicalement différent de la France. L’Italie a toujours été un pays d’émigration plutôt que d’immigration. Nous sommes devenus un pays d’immigration uniquement dans les années 90 avec l’arrivée massive des migrants albanais.

Je ne vais pas dire que les Italiens ont oublié du jour au lendemain la question migratoire mais lorsque l’Etat risque de faire faillite, les questions économiques passent clairement au premier plan.

Juan Pedro Quiñonero : En Espagne, le problème de l’immigration se pose là où il y a des « ghettos ». Il existe un micro parti d’extrême droite qui tient le même type de discours suranné et démagogique que le Front national en France. Mais il est vrai que, en ce qui concerne les grands leaders d’envergure nationale, José Luis Zapatero à gauche et Mariano Rajoy à droite, personne n’a voulu prendre le problème de l’immigration à bras les corps et en faire un débat national.

Le thème de la campagne espagnole de 2011 était clair : il fallait réduire la dette, le déficit, créer des emplois, libéraliser l’économie. L’Espagne était extrêmement fatiguée de l’expérience Zapatero.

La campagne Rajoy avait beaucoup de points communs avec la campagne Hollande. Il y avait aussi une sorte de non-dit du coté de Rajoy. Quand on lui demandait ce qu’il comptait faire sur telle ou telle question, M. Rajoy répondait : « Je ferai le nécessaire ». Cela a tout de même marché car personne ne croyait en Zapatero...

Marijn Kruk : Souvent les thèmes changent au fil de la campagne. Il est donc très difficile d’isoler un thème principal. Néanmoins, il est sûr que les questions économiques n’étaient pas très présentes pendant la campagne néerlandaise de 2010. A ce moment-là, la crise économique n’avait pas encore vraiment touché le pays. Le taux de chômage était à moins de 4% (il a augmenté depuis). Même si l’on avait connu une crise bancaire avec le rachat de l’ABN Amro, l'attention de l'opinion publique s'est plus concentrée sur l’ascension de Geert Wilders (chef du Parti pour la liberté, parti nationaliste néerlandais) et sur les problématiques d’identité et d’immigration, avec un focus assez important sur l’islam.

Cependant, en 2014, pour les prochaines élections, le thème de la crise devrait se retrouver plus sur le devant de la scène. Mais il ne faut pas oublier le politicien très habile qu’est Geert Wilders qui a une propension assez impressionnante à imposer son agenda dans le débat public.

Quel œil portez-vous sur cette problématique en France ? Pensez-vous que l’on parle trop d’immigration et pas assez de la crise économique ?

Fabio Liberti : Je trouve que la crise économique et financière est un peu occultée en France. Nous avons effectué une sorte d’anesthésie générale sur la crise de la dette souveraine. La BCE a prêté 1 000 milliards d’euros aux établissements bancaires, afin que ces dernières rachètent la dette des Etats européens en difficulté, ce qui a entrainé la baisse des taux d’intérêts des émissions obligataires d’Etat. On a l’impression que l’on a trouvé la panacée, que ce n’est plus un problème. C’est inquiétant dans la mesure où les Etats pourraient perdre la volonté d’effectuer des réformes qui restent largement impopulaires.

Entre 2007 et 2012, beaucoup de choses se sont passées. Je pense qu’il serait beaucoup plus important de s’intéresser à ce type de questions que de parler de l’abattage de la viande halal. Les Français sont loin d’être stupides et comprennent très bien que, dans la situation actuelle, ce qui est le plus important pour l’avenir est la « soutenabilité » des finances publiques.

Juan Pedro Quiñonero : Il est vrai que les élites parisiennes se grattent toujours la tête sur ces questions d’un intérêt relatif. Je pense que l’on parle trop d’immigration en France, et notamment des questions sous-jacentes comme le halal. Il n’y a pas de problème halal en France.

Cependant, j’ai une vision extrêmement optimiste de l’intégration à la française. Manuel Valls, Rachida Dati, Najat Valaud-Belkacem sont des personnages importants, issus de l’immigration. Nous n’avons malheureusement pas les mêmes exemples en Espagne. L’immigration en France s’est clairement mieux installée dans la vie culturelle et politique qu’en Espagne.

Marijn Kruk : Quand j’observe la campagne présidentielle française, je remarque plutôt le débat sur la viande halal. On ne parle pas assez de la situation économique et de la crise financière. François Bayrou cherche à imposer cette thématique mais il peine.

Le programme économique de Nicolas Sarkozy et François Hollande restent assez flou. C’est une grande différence entre la France et les Pays-Bas. Aux Pays-Bas, il y a toujours eu un consensus sur la question de l’austérité. C’est un mot qui reste tabou en France. Aux Pays-Bas, il existe un une institution qui publie des prévisions pour l’année et qui détermine les mesures à prendre en conséquence. Les partis acceptent alors ces orientations dans un consensus souvent général. C’est encore loin d’être les cas en France…

 

Propos recueillis par Jean-Benoît Raynaud

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Marianna
- 16/03/2012 - 10:49
Europe : Politiques de durcissement de l’immigration
La crise économique a en effet eu pour impact direct de renforcer l'immigration aux portes de l'Europe, le tout sur un fond de montée du populisme dans la grande majorité des pays européens. Pour en avoir un plus grand aperçu:
http://www.immigration-news.fr/europe-politiques-de-durcissement-de-limmigration/
Harmaggedon
- 11/03/2012 - 04:25
quoi de plus normal ?
le système français basé sur une économie de la demande, a pris l'habitude de délivrer à tours de bras, des avantages sociaux "différenciés" selon que c'était la droite ou la gauche qui était au pouvoir.
Sans une forte croissance, le maintien, ne serait-ce que partiel, de ce système oblige les dirigeants à reprendre aux uns ce qu'ils laissent aux autres... et comme, pour n'obérer aucune chance, ils ne veulent mécontenter personne, ils s'abstiennent autant que faire se peut, de parler de sujets "chauds".
Même si la démocratie reste le meilleur des modèles, elle montre là, toutes ses limites : l'électoralisme et la démagogie.
L'économie mondiale relève de lois qui lui sont propres et n'est malheureusement que peu influencée par des votes nationaux de pays représentant moins de 1% de la population mondiale !
Quand les français en prendront conscience, il fera enfin jour.... et l'on pourra parler des vrais sujets, dont entre autres aussi, les flux migratoires, mais ce sera alors, sans passions ni invectives.