En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant d’Emmanuel Macron

05.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

07.

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
light > Société
Violences sexuelles
Samantha Geimer hausse le ton contre un nouvel emballement médiatique autour de l' "affaire Polanski"
il y a 23 min 11 sec
décryptage > Politique
Municipales

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Economie
Mauvais pari ?

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant d’Emmanuel Macron

il y a 2 heures 22 min
décryptage > Santé
Directives et recommandations sanitaires

Mesures contre la propagation du Coronavirus : derrières les déclarations publiques, la pagaille sur le terrain ?

il y a 3 heures 11 min
décryptage > Société
Pandémie

Coronavirus : quand la nature se remet à nous faire peur

il y a 4 heures 39 min
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 14 heures 4 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 15 heures 19 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 16 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 19 heures 43 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 21 heures 54 min
décryptage > International
Tribune

L’espace maritime marocain et la question du Sahara Occidental

il y a 1 heure 38 min
décryptage > Politique
L'infini et la bêtise

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

il y a 2 heures 6 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
Comment poser la question du séparatisme islamiste en France ?
il y a 2 heures 33 min
décryptage > Politique
Dérision et ricanements à tous les étages

Ce gisement de voix sur lequel pourraient miser les candidats osant résister à l’intimidation par “l’humour” médiatique

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Santé
Crise de l'hôpital français

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

il y a 5 heures 5 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 14 heures 37 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 16 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 19 heures 34 min
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 21 heures 12 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 1 jour 9 sec
© Reuters
© Reuters
Ben voyons !

Pourquoi la dégradation de la note de la dette publique chinoise par Moody's est une aberration

Publié le 29 mai 2017
Avec Eric Dor
L’agence Moody’s a dégradé la note des dettes souveraines à long terme de la Chine, émises en monnaie locale et en monnaie étrangère, de Aa3 à A1. En conséquence, l’agence a changé la perspective de cette notation, auparavant négative, et elle est maintenant stable.
Eric Dor est docteur en sciences économiques. Il est directeur des études économiques à l'IESEG School of Management qui a des campus à Paris et Lille. Ses travaux portent sur la macroéconomie monétaire et financière, ainsi que sur l'analyse...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Dor
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Dor est docteur en sciences économiques. Il est directeur des études économiques à l'IESEG School of Management qui a des campus à Paris et Lille. Ses travaux portent sur la macroéconomie monétaire et financière, ainsi que sur l'analyse...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’agence Moody’s a dégradé la note des dettes souveraines à long terme de la Chine, émises en monnaie locale et en monnaie étrangère, de Aa3 à A1. En conséquence, l’agence a changé la perspective de cette notation, auparavant négative, et elle est maintenant stable.
Avec Eric Dor

Pour expliquer cette décision, Moody’s explique que la croissance potentielle ralentit en Chine, et que pour essayer quand même d’atteindre ses objectifs de croissance, le gouvernement chinois augmentera fortement les dépenses publiques pour stimuler l’économie. Le gouvernement devra s’appuyer essentiellement sur les dépenses publiques, y compris celles des banques et entreprises publiques, parce que les marges de manœuvre de la politique monétaire sont très limitées par la crainte qu’une réduction trop forte des taux d’intérêt provoque des fuites de capitaux. L’agence de notation pense que cela conduira la dette publique directe à atteindre 40% du PIB d’ici 2018 et 45% d’ici 2019. L’agence de notation pense également que la dette brute totale de l’ensemble des autorités publiques, ménages et entreprises augmentera, alors qu’elle était déjà de 256% du PIB l’année passée d’après l’Institute of International Finance. L’agence de notation pense que cela réduira la qualité moyenne des dettes privées et publiques dans le pays, avec une augmentation systémique des risques de défaut.

Pourquoi cette décision est une vraie aberration

De manière générale, les arguments apportés par l’agence de notation peuvent effectivement justifier que l’on pense que les risques de défaut liés à des dettes privées chinoises puissent augmenter et que leur note puisse être réduite. Bien sûr, à cause de la forte imbrication entre structures privées et publiques chinoises, il est assez logique d’en conclure que les pouvoirs publiques seront exposés à des risques de perte accrus, en raison de leur exposition contingente ou de la nécessité de renflouer des structures en détresse. Mais tout cela n’explique pas pourquoi, même si l’endettement des autorités publiques est susceptible d’augmenter fortement, pourquoi le risque de défaut sur ces dettes souveraines augmenterait. Au contraire, comme expliqué ci-après, il est assez aberrant de dégrader les dettes publiques du pays.

Les dettes souveraines émises en monnaie nationale par la Chine

Avoir dégradé les obligations souveraines chinoises émises en yuan est une aberration complète.

Les ratings attribués par les agences de notation à des obligations sont censés refléter la probabilité que celles-ci soient remboursées intégralement par l’émetteur, à l’échéance, dans la monnaie dans laquelle elles ont été émises. Un défaut de la Chine sur la dette souveraine émise en yuan est impossible, quelles que soient ses difficultés budgétaires potentielles. En effet, le gouvernement pourrait toujours, si nécessaire, recevoir des prêts en yuan de la banque centrale, la PBC, pour pouvoir rembourser ses dettes en yuan.

De manière générale, il est exceptionnel que des pays soient en défaut sur des dettes publiques émises en monnaie nationale, car la banque centrale peut normalement toujours prêter en monnaie nationale au gouvernement de quoi servir ses dettes émises en cette monnaie. C’est pourquoi la dette publique en monnaie nationale est normalement considérée comme sans risque. Bien sûr un financement monétaire systématique du gouvernement peut entraîner un surcroît d’inflation et ensuite une dépréciation de la monnaie nationale par rapport aux monnaies étrangères. Mais cela n’empêche pas qu’un créancier soit remboursé intégralement de la quantité de monnaie nationale qu’il avait prêtée au gouvernement. Si cette monnaie nationale s’est dépréciée par rapport aux autres devises, et que le créancier est étranger, il se peut bien que celui-ci réalise une perte sur son investissement lorsqu’il en calcule le rendement dans la devise de son propre pays, mais c’est une conséquence du risque de change et ce n’est en rien un défaut sur la dette qui avait été émise. Par contre un pays est toujours sujet à un risque de défaut sur une dette publique qu’il a émise en monnaie étrangère. La banque centrale nationale ne peut en effet émettre de la monnaie étrangère pour la prêter à son gouvernement.

La Chine ne pourrait donc être en défaut sur ses obligations émises en yuan, puisque la banque centrale pourrait agir comme prêteur en dernier recours. C’est la même chose pour les obligations souveraines émises par les Etats unis en dollars, ou par le Royaume Uni en livres. 

De ce point de vue le cas des pays de la zone euro est atypique et résulte de la décision erronée d’interdire, sur le traité, tout financement direct des gouvernements des pays membres par la BCE et les banques centrales nationales. C’est l’article 123 du tfue, complété par le règlement du Conseil (CE) 3603- 93 qui établit que les achats autorisés d’obligations publiques sur le marché secondaire par la BCE et les BCN ne peuvent contourner les objectifs de cet article. Cette disposition atypique prive les dettes souveraines des pays de la zone euro d’un prêteur en dernier recours. Tout se passe donc comme si la dette publique en euro de chaque pays de l’union monétaire avait été émise en monnaie étrangère. C’est cela qui a permis la spéculation ayant conduit à la crise des dettes souveraines de la zone euro de 2010 à 2012. Bien sûr il est évident qu’il faut éviter d’utiliser exagérément le financement monétaire de la dette publique qui peut provoquer de l’inflation excessive, mais il faut que la possibilité d’un tel financement monétaire existe, pour que la dette publique en monnaie nationale soit réellement sans risque et perçue comme telle par les investisseurs. En général, il ne faut même pas utiliser cette possibilité. La possibilité de son existence suffit à décourager la spéculation. D’ailleurs, le président de la BCE n’a pu sauver l’euro en 2012 qu’en reconnaissant implicitement que les interdictions totales du traité sont une erreur et que, quoi qu’en dise l’Allemagne, la BCE jouerait bien le rôle de prêteur en dernier recours pour les pays en détresse de la zone euro. Ce fut l’annonce du principe des OMT. Sans qu’il soit nécessaire d’activer celles-ci, l’annonce de leur possibilité a suffi pour que les spéculateurs refluent et que les taux d’intérêt sur les dettes souveraines en euros diminuent et redeviennent « normaux ».

Les obligations souveraines chinoises émises en monnaie étrangère

Celles-ci se limitent à une partie infime de la dette publique du pays. Celle-ci est de l’ordre de 5000 milliards de dollars dont une part en devises étrangères très inférieure à 10%, donc à 500 milliards de dollars. Il est totalement absurde de supposer la possibilité d’un défaut lorsqu’on compare cet encours à la position extérieure nette du pays et à ses réserves de change.

La nation a une position extérieure nette qui s’élève à 1800,537 milliards de dollars ! Ce sont les créances nettes de la Chine sur l’étranger. Les réserves de change officielles s’élèvent à 3029,5 milliards de dollars.

Il est évident que le taux d’endettement en Chine est plutôt moyen en comparaison internationale. D’après la BRI, en septembre 2016, l’endettement total public et privé, hors secteur financier, s’élevait à 255,6% du PIB, dont 43,2% du PIB pour les ménages et associations, 166,2% pour les entreprises hors secteur financier, et 46,1% pour le gouvernement. Le taux d’endettement global chinois est inférieur à celui de beaucoup de pays, comme on peut l’observer sur le tableau. 

Les dettes totales et des différents secteurs comprennent l’ensemble des engagements, que ce soient par exemple des emprunts bancaire ou des obligations émises. Attention que pour la dette publique, la définition utilisée par la BRI diffère de la définition Maastricht. La dette aux prix de marché correspond aux prix auxquels les prêts et instruments dette pourraient être vendus par les créanciers. Après une forte diminution des taux d’intérêt par exemple, les obligations anciennement émises ont un prix de marché supérieur à leur nominal.

C’est pour les entreprises chinoises que la dette aux prix de marché est relativement élevée en comparaison internationale. Mais il est utile de remarquer que la part de l’industrie est supérieure en Chine à celle des pays de la zone euro et des Etats Unis. Or l’industrie requiert des équipements lourds et coûteux. Il est donc assez normal que le taux d’endettement des entreprises chinoises soit élevé même si on pourrait toujours penser qu’une part supérieure des investissements aurait dû être financée par émission d’actions plutôt que par emprunt.

En ce qui concerne la dette publique chinoise, elle est très limitée en comparaison internationale. Donc même s'il y a des raisons de penser qu’elle pourrait fortement augmenter, il y a de la marge avant qu’elle atteigne ce qui est observé généralement ailleurs.

Ces données confirment encore que la dégradation de la dette publique est indue.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant d’Emmanuel Macron

05.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

07.

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vincennes
- 29/05/2017 - 20:03
Amusant.....si on peut dire, de constater que les "agences de
notation" sont restées plus que silencieuses durant tout le quinquennat d'Hollande (alors qu'il n'a RIEN fait)........quand on pense au "cirque" qu'elles avaient fait durant celui de Sarko.....auquel RIEN n'aura été épargné
OlvrPrrn
- 29/05/2017 - 13:15
Les États sont donc immortels
Les États sont donc immortels et infaillibles ?

Cet article est une aberration.

Moody's ne note pas une éventuelle faillite de la Chine mais les conditions de crédit qui se sont effectivement dégradées.

Cela entraine une augmentation des taux et, mécaniquement, une baisse de la valeur de marché des titres de dettes précédemment émis. C'est ce risque supplémentaire pour les détenteurs de titres chinois qui est apprécié dans cette notation.

J'espère que vous racontez un peu moins de bêtises à vos étudiants.