En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

05.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 8 min 32 sec
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 1 heure 35 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 2 heures 26 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 3 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 4 heures 52 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 5 heures 58 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 7 heures 4 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 7 heures 37 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 8 heures 36 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 8 heures 55 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 32 min 52 sec
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 1 heure 54 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 3 heures 13 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 5 heures 21 sec
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 6 heures 23 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 7 heures 25 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 8 heures 12 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 8 heures 50 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 9 heures 4 min
© AFP
© AFP
Législatives

Razzy Hammadi : "À chaque fois que des affaires ont surgi, le gouvernement précédent a pris ses responsabilités, d'autres aujourd'hui ne les prennent pas et c'est décevant"

Publié le 02 juin 2017
Razzy Hammadi, député sortant de Seine-Saint-Denis et porte-parole du Parti socialiste, est candidat à sa propre succession. En face de lui, Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon. Campagne législative, situation actuelle du Parti socialiste, "affaire Ferrand", Razzy Hammadi revient sur tous les sujets qui font l'actualité. Entretien.
Razzy Hammadi, député sortant de Seine-Saint-Denis et porte-parole du Parti socialiste, est candidat à sa propre succession
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Razzy Hammadi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Razzy Hammadi, député sortant de Seine-Saint-Denis et porte-parole du Parti socialiste, est candidat à sa propre succession
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Razzy Hammadi, député sortant de Seine-Saint-Denis et porte-parole du Parti socialiste, est candidat à sa propre succession. En face de lui, Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon. Campagne législative, situation actuelle du Parti socialiste, "affaire Ferrand", Razzy Hammadi revient sur tous les sujets qui font l'actualité. Entretien.

Atlantico : Au sortir d'un quinquennat que les Français considèrent largement comme raté, voter pour le PS, c'est voter pour quoi aujourd'hui ? Quelles valeurs et quel projet vous distinguent d'En Marche d'une part, de la France insoumise d'autre  part ?

C'est voter pour une gauche qui souhaite se reconstruire, se refonder et une gauche qui, dans l'hémicycle, sera constructive et exigeante. Une gauche qui veut regrouper les citoyens dans l'alternative si elle devait survenir (car elle est demandée) ou à cause de l'échec s'il survient, (même si je souhaite la réussite de mon pays), et qui ne soit pas incarné que par Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen.

Le PS est-il en train de mourir de n'avoir pas su penser le monde tel qu'il est désormais ? Un sondage IFOP montre aujourd'hui que pour les Français l'opposition sera avant tout incarnée par la France insoumise puis dans une moindre mesure par le Front National. Au-delà du destin des candidats concernés, en quoi l'élection de députés socialistes pourrait-elle changer le quinquennat qui s'annonce ?

Concernant En Marche !, vous vous doutez bien que le PS n'aurait jamais nommé au budget Gérald Darmanin par exemple. Nous ne pensons pas non plus dans notre projet fiscal qu'il faille financer la remise en cause de l'ISF par l'augmentation de la CSG. Je souhaite que l'on donne sa chance à ce gouvernement ce qui n'empêche pas d'être vigilant et exigeant. Aujourd'hui nous devons pouvoir dire "nous avons entendu ce qu'il s'est passé dans les urnes le 7 mai dernier". Nous avons besoin d'une gauche claire dans ses idées, dans ses valeurs. La gauche a donné le sentiment quelques fois de ne pas avoir de boussole, par exemple sur la déchéance de nationalité.

Je ne sais pas si nous n'avons pas su penser le monde, je crois que le bilan de François Hollande sera reconnu à sa juste valeur dans les mois ou les années qui viennent. Lorsqu'on regarde les éléments de chiffres économiques que nous avons en notre possession aujourd'hui, que ce soit la production industrielle, que pour la première fois depuis des années on ne ferme pas d'usines dans ce pays où que la courbe du chômage commence à baisser, il n'en demeure pas moins que nous n'avons pas été capables de créer une majorité politique qui retrouve une majorité sociale et sociologique. La première des explications c'est que nous n'avons pas su expliquer un certain nombre de choses et il y a eu de graves erreurs que j'ai pour ma part dénoncé. La politique de compétitivité, elle était nécessaire mais n'aurait pas dû être faite comme cela, je considère que la déchéance de nationalité était une erreur grave, que le casting gouvernemental ces cinq dernières années a pêché par une faille sociologique immense que l'on retrouve d'ailleurs dans le gouvernement d'Edouard Philippe.

Je pense que les Françaises et les Français sont attachés à l'idée de justice sociale. C'est une valeur au cœur de mon engagement qui m'emmène à considérer que l'on peut faire coïncider performances économiques et performances sociales. A partir de là les choses sont assez simples, je crois qu'il faut changer les têtes mais aussi changer ce qu'il y a dedans. J'ai innové en matière de lois. Vous l'avez vu avec les "actions de groupe" par exemple qui donnent du pouvoir aux gens. C'est une nouvelle façon de penser la politique. Ne pas dire aux dirigeants politiques "qu'est-ce que vous pouvez faire pour nous" mais plutôt "quel pouvoir pouvez-vous nous donner pour que nous soyons plus forts". Je pense incarner avec d'autres une gauche éthique, cohérente, sociale, une gauche qui n'ignore pas les réalités économiques. Le problème c'est que l'on s'est retrouvé dans une situation où nous avons exacerbé cette idée de gauches irréconciliables, Mélenchon et Valls étant les deux faces d'une même pièce de la division et qu'à partir de là, la mécanique était implacable. Je crois à une régénérescence de la gauche qui ne se fera pas autour d'un culte de la personnalité comme nous l'avons avec Mélenchon et qui ne soit pas non plus une gauche qui abdique. Cela donne un espace entre les deux qui est immense et qui ne demande qu'à être labouré mais je ne dissocie pas l'éthique du comportement de l'éthique de conviction. Au regard de ce qu'il s'est passé dans les dernières élections on doit être constructif et positif. Ce qui n'enlève rien sur le fait qu'à "En Marche !" il y a des attitudes qui sont issues de la pire des politiques politiciennes à ce jour. Dans ma circonscription, la candidate d'En Marche ! a changé 3 fois de bord politique ces 6 derniers mois.

Quelle est selon vous la responsabilité de François Hollande dans la situation actuelle des socialistes ? Et celle du PS en tant que tel ? 

Je pense que le Parti socialiste n'a jamais mis en perspective son rôle de parti de gouvernement. Ce qui ne veut pas dire parti de béni-oui-oui et encore moins "parti inexistant". Quant au président de la République, on peut lui reconnaître bien des acquis, des progrès pour notre pays au regard de l'Etat dans lequel nous l'avons trouvé. Son problème n'est pas tant de ne pas avoir pensé le monde que de ne pas avoir pensé l'action politique dans ce monde-là, que ce soit l'influence des réseaux sociaux ou la façon dont peut être interprété le comportement des acteurs politiques eux même.

Si le PS changeait de nom, que signifierait pour vous le renoncement au mot socialiste ?

A chaque défaite, les débats sont les mêmes. Ces débats qui sont identiques ne nous ont pas permis de relever le camp. Changer les têtes, changer le nom, ce sont des questions qui de mon point de vue ne méritent pas que l'on y réponde tant que nous n'avons pas répondu à la question essentielle du projet et de la conception que nous avons et de la transformation sociale et de l'action politique en 2017.

Richard Ferrand refuse de démissionner, En Marche et le gouvernement le soutiennent. L'épouse de Bruno Le Maire semble avoir occupé un emploi d'assistante parlementaire dont la réalité pose question. François Bayrou a été mis en cause par Corinne Lepage à propos de salariés du Modem qui auraient été payés sur crédits parlementaires européens, que pensez-vous du traitement judiciaire et politique de ces "affaires" ? Le sentiment de deux poids deux mesures ressenti par un certain nombre de Français vous paraît il justifié ?

Je pense que l'on peut avoir beaucoup de critiques sur le gouvernement précédent mais à chaque fois qu'il y a eu la moindre rumeur confirmée (de Cahuzac à Le Roux) les conséquences ont été immédiates. Je constate que pour certains, les conséquences immédiates n'interviennent pas. Cela m'inquiète et je m'interroge. Maintenant je ne suis pas juge, la question de la légalité ou pas, ce n'est pas à moi de la prononcer mais il y a des éléments qui méritent que l'on ait une réflexion plus poussée sur ces dossiers. Pour ma part, je pense que, du moment où il y a une seule zone d'ombre sur l'éthique ou le comportement et que c'est avéré, cela n'a rien à voir avec la légalité mais bien la moralité, au regard de la crise morale et démocratique que traverse le pays, l'hésitation ne doit pas l'emporter sur la décision salutaire.

Je transmet une note lundi soir au ministre de la justice pour que la notion de moralisation politique soit transposée au niveau local. J'ai dénoncé des situations localement, je suis confronté au quotidien aux conflits d'intérêt, à la corruption et ce serait bien que l'on s'attaque aux racines du problème, c’est-à-dire "oui à la moralisation, mais la moralisation à tous les niveaux".

Pour le moment le projet tel qu'il est présenté mérite d'être étoffé, renforcé et consolidé car de mon point de vue c'est un peu léger. Je n'ai pas pour rôle de commenter les slogans de l'opposition de droite mais je constate qu'il y a des attitudes diamétralement opposées. Nous, on a pris nos responsabilités, je constate que d'autres ne les prennent pas et c'est décevant.

Si le PS devait vraiment sortir très affaibli de ces législatives, qui de Jean-Luc Mélenchon, de la gauche ayant rejoint En Marche comme Manuel Valls ou d'Emmanuel Macron vous paraît le plus à même de porter et de mettre en œuvre les valeurs qui sont les vôtres ?

Aucun d'eux. Ce n'est pas la première fois que le PS se retrouve confronté à cette situation. Que le PS vive ou meure, qu'il soit affaibli ou ne récolte que très peu de siège, ce n'est pas la question.  Le sujet c'est qu'il y a un espace politique dans ce pays. Les gens ne veulent pas de l'extrême gauche, de l'opposition stérile réunie par un culture de la personnalité autour de Jean-Luc Mélenchon et ils ne veulent pas non plus d'une gauche qui pourrait se dissoudre dans un discours complaisant qui aurait pour conclusion "le clivage gauche-droite n'existe plus". Je pense que pour certains sujets, il n'existe plus, c'est d'ailleurs dans ces sujets que vous retrouvez des ministres de gauche (la Défense, la Justice…) pour les sujets dans lesquels il y a un sujet à clivage c'est la justice fiscale, sociale et la politique budgétaire. Si la politique fiscale n'est ni de gauche ni de droite, j'attends le premier qui va venir me l'expliquer sur un plateau de télévision car il va passer un sale quart d'heure.

Vous vous présentez face notamment à Alexis Corbières, l'un des dirigeants de la France insoumise. Alors que Montreuil a voté à plus de 40% pour la France insoumise au premier tour de l'élection présidentielle, que dites-vous aux électeurs de votre circonscription pour les convaincre de continuer la route avec vous ?

 Plusieurs choses. Moi je vis avec eux depuis cinq ans, Alexis Corbière non, il l'assume et n'a pas pris la décision de venir s'installer. Je suis parmi eux avec eux et pour eux et je porte une gauche qui elle ne confond pas où se trouve l'axe de distinction républicain quand il faut choisir entre Macron et Le Pen. Je fais parti d'une gauche qui considère que les ennemis ne sont pas à gauche. Que quand j'étais au parlement, toutes les lois que j'ai fait voter, je les ai fait voter avec l'unanimité de la gauche. J'ai toujours rassemblé la gauche. Aux municipales je me suis effacé pour laisser sa place à l'unité de la gauche. Tout mon parcours politique, j'ai œuvré à rassembler la gauche, comme lorsqu'il a fallu avoir la peau du CPE, contre la privatisation de la poste… Toute ma vie je me suis battu contre l'extrême-droite et face à moi j'ai un candidat qui semble confondre ce qui est républicain et ce qui ne l'est pas en ayant du mal à dire "allez voter Macron", qui n'a pour seul objectif que de s'attaquer à la gauche qu'elle soit socialiste écologiste ou communiste.

Vous avez un citoyen enraciné sur le territoire qui de ses racines s'inspire pour porter au niveau national les amendements de ses concitoyens et concitoyennes. En face vous avez un candidat qui n'est pas clair et qui divise. Moi je suis clair et je rassemble.

Je suis fondamentalement de gauche, je n'ai jamais travaillé dans la politique. J'ai créé des entreprises, j'ai créé une entreprise à Montreuil et des emplois dans la ville… Je n'ai jamais été salarié de la politique, je suis convaincu que l'avenir est aussi dans l'entrepreneuriat économique et social. J'ai reçu Emmanuel Macron à Montreuil, à deux reprises et tout ce que j'ai pu faire pour travailler avec lui je l'ai fait. C'est avec Emmanuel Macron que nous avons obtenu la régulation des retraites chapeaux. Après il y a des sujets où nous nous sommes opposés y compris avec des gens d'En Marche!

Mon adversaire aujourd'hui ce n'est pas Alexis Corbière mais le cynisme en politique. Aujourd'hui dans ma circonscription il n'est pas incarné par lui mais par "En Marche !".

Partagez-vous la vision dépitée de Martine Aubry ? 

Non je pense qu'il y a de l'espoir, que l'on incarne un groupement d'idées. Il y a des gens qui s'étonnent de me voir afficher le logo du PS dans mon affiche électorale. Je préfère utiliser ce logo qui est celui de Mendès, Jaurès et Blum que le logo de Mélenchon.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

05.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 30/05/2017 - 08:45
Lazydoc
Tout à fait d'accord avec vous!!
Paulquiroulenamassepasmousse
- 28/05/2017 - 22:11
@lazydoc
Je vous trouve très injuste, il a pourtant une belle tête d'honnête homme.
Mais suis-je bête, bien-sûr que c'est un honnête homme..il est socialiste.
Par certains Côté il pourrait faire penser à Richard Ferrand ....en moins breton, mais certainement aussi scrupuleux ........! Alors cessez de vous acharner sur des hommes aussi dévoués au bien public !
Lazydoc
- 28/05/2017 - 21:39
"Enc...é,
Dégage FILS D. P...! Je vais faire descendre toute la banlieue dans le centre ville"
Voilà comment je me rappelle de ce député! Il m'a marqué à tout jamais.