En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

03.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

04.

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage

07.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

06.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Brexit
Il pourrait y avoir une alternative au "backstop" pour Boris Johnson
il y a 3 heures 43 min
décryptage > International
élections israéliennes

Ces noeuds gordiens que devra trancher le système politique israélien après l’échec de Benjamin Netanyahu

il y a 4 heures 18 min
light > Justice
Mystérieuse affaire
Ils abandonnent leur fille adoptive et déménagent au Canada
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Justice
Enquête virage

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

il y a 6 heures 10 min
décryptage > Economie
projet d'innovation

Les banques et les assurances vont dégager 5 milliards d'euros d’investissement pour les start-up

il y a 7 heures 57 min
pépites > France
Une nouvelle grogne des Gilets jaunes ?
Un possible retour de la taxe carbone est envisagé
il y a 9 heures 56 min
décryptage > Société
Tribune

Quelques bonnes raisons de promouvoir le travail post retraite

il y a 11 heures 34 min
décryptage > Politique
unification des forces ?

Rencontre Macron-Conte en Italie : mais à quoi peuvent aboutir les discussions entre partis attrape-tout ?

il y a 11 heures 53 min
décryptage > Economie
un non-dit dans ses déclarations

Politique fiscale : ce que la France pourrait faire pour répondre aux appels du pays de Mario Draghi

il y a 12 heures 20 min
décryptage > High-tech
navigateur internet

Faut-il faire confiance aux promesses de protection accrue de la vie privée faites par Firefox ?

il y a 12 heures 47 min
pépite vidéo > Insolite
record
Une américaine traverse la Manche à la nage quatre fois d'affilée
il y a 4 heures 40 sec
light > Santé
santé publique
L'Etat de New York interdit les cigarettes électroniques aromatisées
il y a 4 heures 29 min
pépites > Religion
sondage
L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France
il y a 6 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Catamount, la Justice des Corbeaux" de Benjamin Blasco-Martinez

il y a 7 heures 46 min
chocs culturels
Une loi interdisant de manger des chiens est bloquée au Royaume-Uni
il y a 9 heures 37 min
pépite vidéo > Environnement
climat
Greta Thunberg rencontre Barack Obama
il y a 10 heures 32 min
décryptage > Style de vie
Wikiagri

Envie de vous calmer ? Après les bars à chat, la ferme aux chameaux

il y a 11 heures 46 min
décryptage > Société
immigration

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

il y a 12 heures 9 min
décryptage > Santé
mortalité

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

il y a 12 heures 28 min
décryptage > Style de vie
C’est arrivé près de chez vous

Le pays champion du monde en termes de durabilité alimentaire est…

il y a 13 heures 7 min
© Reuters
© Reuters
Copieur

L’Allemagne d’Angela Merkel qui menace abruptement le Royaume-Uni de Theresa May sur le nombre de migrants que Londres est censée accepter est-elle vraiment le modèle que souhaite le nouveau gouvernement français ?

Publié le 22 mai 2017
Lors de la présentation du programme des conservateurs, qui s'est tenue ce jeudi, la Première ministre britannique Theresa May a promis de réduire l'immigration nette vers la Grande-Bretagne de 100.000 personnes par an. Une décision vivement critiquée par Angela Merkel, qui promet que l'Union Européenne entreprendra tout pour défendre ses intérêts.
Gérard-François Dumont est géographe, économiste et démographe, professeur à l'université à Paris IV-Sorbonne, président de la revue Population & Avenir, auteur notamment de Populations et Territoires de France en 2030 (L’Harmattan), et de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard-François Dumont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard-François Dumont est géographe, économiste et démographe, professeur à l'université à Paris IV-Sorbonne, président de la revue Population & Avenir, auteur notamment de Populations et Territoires de France en 2030 (L’Harmattan), et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors de la présentation du programme des conservateurs, qui s'est tenue ce jeudi, la Première ministre britannique Theresa May a promis de réduire l'immigration nette vers la Grande-Bretagne de 100.000 personnes par an. Une décision vivement critiquée par Angela Merkel, qui promet que l'Union Européenne entreprendra tout pour défendre ses intérêts.

Atlantico : Alors que la population du Royaume-Uni semble assez largement mobilisée sur la question migration, ne peut-on pas voir une forme d'excès d'ingérence sur ces questions, notamment de la part d'Angela Merkel, qui a pu, sans consultation préalable, prendre des dispositions pour le moins controversées sur cette même question?

 

Gérard-François Dumont : Il faut d'abord constater que Madame Theresa May a parfaitement entendu le message des électeurs britanniques. Lors du référendum du 23 juin 2016, le Brexit l'a emporté essentiellement à cause du mécontentement d'un certain nombre d’électeurs britanniques face à l'importance de l'immigration issue des autres pays membres de l’UE dans leur pays. Or cette forte immigration a été la conséquence des mauvaises décisions de l'Union européenne – mauvaises décisions dans lesquels le Royaume-Uni a toutefois sa part -  dans sa façon de mettre en œuvre l'élargissement du 1er mai 2004 à dix nouveaux pays . En effet, les inégalités de calendrier décidés dans de mise en place de la liberté de circulation des travailleurs a engendré une sur-immigration au Royaume-Uni, tout particulièrement originaire de Pologne. 

En même temps, il apparaît surprenant qu'Angela Merkel reproche à Theresa May de prendre des décisions qu'elle considère souhaitable pour l'intérêt de son pays. N’est-ce pas la chancelière allemande Merkel, en août 2015, qui a pris une décision consistant à ne plus appliquer les règles des accords de Dublin pour les immigrants présentant un passeport Syrien. C’est une décision qu’elle a prise de façon unilatérale sans informer, ni consulter les autres membres de l'Union européenne. Or cette décision, présentée comme essentiellement humanitaire, s’expliquait davantage, outre les effets d’une politique étrangère inappropriée, par des insuffisances administratives et parles intérêts del’Allemagne dontles entreprises demandent de immigrés pour compenser la baisse de la population active qui est la conséquence de plusieurs décennies de très faible fécondité, donc de l’intensité de« l’hiver démographique »  en Allemagne
 
Il y a manifestement là deux poids, deux mesures : ce que, moi, je décide est toujours bon ; ce que les autres décident, sans me demander mon avis, c'est mauvais. 
 

Comment le Royaume-Uni pourrait-il réagir à cette situation? 

Les négociations du Brexit sont en cours depuis la lettre de Theresa May du 29 mars 2017. Selon la politique actuelle du Royaume-Uni, un pays ne peut être souverain que s’il définit sa propre politique migratoire, qu’il doit pouvoir mettre en œuvre comme il l'entend. En revanche, actuellement, la Commission européenne considère que, pour que le Royaume-Uni bénéficie de l'accès au marché de l'Union européenne, il doit maintenir une totale libre circulation des travailleurs. Nous sommes face à deux positions totalement opposées, dans une logique de divorce sans consentement mutuel. 
 
Une réflexion en terme de prospective géopolitique conduit à deux scénarios  possibles.  Le premier est un conflit durable entre le Royaume-Uni et l’UE attisé par des déclarations agressive de part et d’autre. Du côté du Royaume-Uni, puisque, comme l’a déclaréedès le début de son mandat en juillet 2016 Theresa May, « Brexit is Brexit », ce qui ne semble pratiquement plus contesté au Royaume-Uni, il s’agit de retrouver une souveraineté demandée par les électeurs sans conséquences économiques dommageables. Du côté de l’UE, la position actuelle est que le Brexit ait desinconvénients pour le Royaume-Uni pour que d’autrespays de l’UE n’aient pas, à leur tour, envie de quitter l’UE. 
 
Un autre scénario consisterait à rechercher une logique departenariat puisque le Royaume-Uni demeure évidemment géographiquement en Europe et puisque les pays de l’UE continuent à avoir de nombreux intérêts communs avec le Royaume-Uni, ne serait-ce qu’en terme de sécurité et de défense. Le Brexit pourrait alors être l’occasion d’imaginer un système de partenariat entre l'Union européenne  et un pays non-membre, en engendrant la miseau point d’un modèle qui pourrait être utile pour fixer les relations avec d'autres pays dont l’adhésion ne semble pas pouvoir être envisagée, comme des pays des Balkans, l’Ukraine, la Turquie, voire la Russie.
 

Comment l'Union Européenne, dans le cas spécifique du Brexit, mais également en prenant en compte les intérêts divergents des Etats membres, peut-il parvenir à concilier ses principes, la question migratoire, et la recherche de souveraineté des différents pays? 

Aujourd'hui, l'Union européenne veut donner l'impression qu'elle est unie sur la question du Brexit. Il est fort probable que lorsqu'on arrivera à des éléments extrêmement précis dans les négociations avec le Royaume-Uni, des divergences apparaitront, d’autant que le contexte géopolitique vient d’être profondément changé par un décision du 9 mai 2017 de la Cour Européenne de Justice. Désormais, et bien que le commerce soir le seul domaine ou les États membres de l’UE ont cédé à la Commission une entière délégation ,  tout traité commercial de l'Union européenne qui ne porte pas que sur des éléments limités, comme des tarifs douaniers,  ne peut avoir de valeur juridique que s'il est approuvé non seulement par le Conseil européenet le Parlement européen, mais aussi par tous les parlements des pays membres. Or le Brexit supposeun futur traité commercial entre le Royaume-Uni et l'Union européenne,un traité qui devra donc être voté par le Parlement de tous les pays membres. Le travail diplomatique s’en trouve considérablement accru, à la fois de la part des instances de l'Union européenne qui doivent parvenir à convaincre tous les parlements, et de la part du Royaume-Uni qui doit plaider ce qu'il souhaite non seulement auprès de la Commission européenne, des gouvernements des Etats-membres et du parlement européen, mais également auprès des parlements de chacun des pays. 
 
Au delà de la mise en œuvre du Brexit, la décision du 9 mai 2017 de la Cour Européenne de Justice n’est pas simplement une avancée vers la « maîtrise de la mondialisation » comme l’écrit l’éditorial du quotidien Le Monde . Elle modifie le mode de fonctionnement de l’UEet pourrait le modifier encore davantage. En effet, cette décision impose en quelque sorte le respect d’unecertaine souveraineté des États membres de l’UE en matière commerciale. Si, selon cette logique, l’UE se trouvait contrainte de respecter réellementle principe de subsidiarité, c’est une tout autre UE qui serait en train de naître.
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

03.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

04.

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage

07.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

06.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tubixray
- 22/05/2017 - 08:55
Le retour des migrants
Il est d'abord intéressant de constater que la question des immigrés clandestins dans l'Europe de Schengen avait été escamotée par les médias pendant la campagne présidentielle .... Sujet gênant pour E. Macron dont le point de vue est bien celui de la gauche sociétale .....Mme Merkel une fois encore piétine les citoyens européens judéo chrétiens.
vangog
- 21/05/2017 - 23:33
Cheise Merkel!
Tu vas te retrouver pendue à un croc de boucher si tu continue des diktats infantiles...
gerint
- 21/05/2017 - 14:29
Virée du grand marché
Avant le terme de l'échéance actuelle: 2020