En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 58 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 10 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 11 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 11 heures 48 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 14 heures 5 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 15 heures 6 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 15 heures 33 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 16 heures 24 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 16 heures 39 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 16 heures 52 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 9 heures 42 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 11 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 11 heures 45 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 13 heures 32 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 14 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 15 heures 14 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 15 heures 47 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 16 heures 33 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 16 heures 40 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 16 heures 58 min
Atlantico Business

Emmanuel Macron fonctionne comme le PDG de l’entreprise France, gare à ne pas asphyxier les contre-pouvoirs

Publié le 17 mai 2017
Emmanuel Macron se comporte exactement comme le PDG d’une grande entreprise. Efficacité d’abord... sauf que la vraie vie d’une entreprise est faite de compromis.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron se comporte exactement comme le PDG d’une grande entreprise. Efficacité d’abord... sauf que la vraie vie d’une entreprise est faite de compromis.

Le changement le plus spectaculaire et le plus important, c’est que le nouveau président se comporte exactement comme le PDG  d’une grande entreprise.

Il se fixe des objectifs, il choisit ses hommes, des experts, impose des procédures, commande des feed-back, fait du marketing et de la relation client. Les réunions de travail qu’il a eues pendant la campagne avec ses équipes et celles qu’il continue d’avoir à l'Elysée ressemblent à des Comex ou même à des réunions Produits à la direction marketing d’une multinationale de grande consommation. Ce fonctionnement a balayé, semble-t-il, les vieilles méthodes politiques fondées sur les réseaux, les connivences, les convictions idéologiques, les partis, les courants.

Tout cela est jeune, moderne, vivant, avec en prime l'intelligence d’avoir renforcé la forme et l’image du monarque républicain. Notoriété digitale d’un côté, crédibilité de la tradition de l’autre

Cette gouvernance-là a créé un électrochoc dans la société française et peut lui être très salutaire dans la mesure où ce qu‘il manquait au pays, c’était de la confiance, de l’optimisme et une volonté d’atteindre des objectifs. Il manquait même les objectifs.

Comme le PDG d’une grande entreprise, il a donc fixé des objectifs stratégiques à moyen terme : restaurer la puissance et l’influence de la France. Ça passe par trois axes.

Un: assumer pleinement la mondialisation pour en saisir les opportunités, jouer sans réserve le jeu de la concurrence de marché

Deux: s’enraciner dans l'Union européenne et renforcer cette union avec nos partenaires.

Trois: participer pleinement à la révolution digitale.

Pour Emmanuel Macron, ce projet stratégique n’est effectivement ni de droite, ni de gauche. C’est le seul qui permet de créer de la richesse au profit de tout le monde. Le seul qui permet d’éradiquer le chômage et la misère qui gangrènent l’organisme.

Alors comme un chef d’entreprise, il s’entoure d’experts en phase avec les objectifs, il annonce un plan de réformes pour redresser les finances (c’est le nerf de la guerre). Il a pris un directeur général, puis a choisi les membres de son Comex.

Comme un PDG, il va demander des business plans, les plans de financement, des audits, des études consommateurs, parce que comme pour un chef d’entreprise, ses clients sont importants, mais ce qui l’intéresse autant sinon plus, ce sont les clients qui n’ont pas adhéré  à l’enseigne « Macron ».

Il se donne les moyens d’avoir une large majorité d’actionnaires sans beaucoup d’intermédiaires. Son projet de majorité présidentielle qui supprime ou court-circuite des partis traditionnels revient à ubériser la société politique.

A priori, l’accouchement n’a pas été sans douleur, les dinosaures de la politique n’abandonnent pas leurs pouvoirs et les signes extérieurs de ce pouvoir très facilement, mais au final, le PDG de la maison France arrive à son objectif, de constituer une gouvernance assez flexible, diversifiée, sans doute loyale, avec des méthodes de travail qui devraient lui permettre d’accélérer le travail d’adaptation. Sans beaucoup de concurrence.

 

Cela dit, il met en place aussi un système beaucoup plus risqué que celui d’un chef d’entreprise parce qu‘il n a pas de contre-pouvoir.

Le chef d’entreprise a des contre-pouvoirs, il doit en tenir compte en permanence. Le contre-pouvoir de ses salariés organisé, celui de ses actionnaires qui peuvent l'encadrer ou le déplacer, le contre-pouvoir de ses clients qui votent tous les jours en achetant ou pas ses produits. Le chef d’entreprise s’est organisé pour écouter ses contre-pouvoirs et pas seulement les séduire.

 

Emmanuel Macron aujourd’hui est assailli par les courtisans. Tout le monde lui tresse des couronnes. Le monde politique est en admiration, la majorité des journalistes est en pâmoison, les médias internationaux  ne se remettent  pas de voir un chef d’Etat aussi jeune, brillant, intelligent, ouvert sur l'Europe, habile et charmeur. Il a fait campagne avec le charme comme arme fatale, il va gouverner avec les mêmes munitions.

Alors Emmanuel Macron n’est sans doute pas dupe, mais pourra-t-il résister longtemps à ces monceaux de flagorneries déversées à chaque instant par des hordes de flatteurs. Sans doute peut-on lui faire ce crédit de résister aussi à l’accessoire pour mieux se concentrer sur l’essentiel.

Mais ce qui est plus grave, c’est qu’il s’organise pour écarter ou paralyser les contre-pouvoirs dans un pays ou les contre-pouvoirs sont déjà fragiles. Nous ne sommes pas aux Etats-Unis.

Les armes syndicales sont fragiles et peu nombreuses, ce qui oblige leurs chefs à crier fort.

Quant à la refondation politique, elle vise à constituer une majorité présidentielle la plus large possible. Donc après avoir explosé le parti socialiste, il essaie d’exploser la droite Républicaine. C’est forcement très habile sauf que ça supprime toute alternative puisque les seuls espaces disponibles sont les deux extrêmes, l’extrême droite et l’extrême gauche qui ne sont pas des formations de gouvernement.

L’autre choix aurait pu être de jouer les coalitions de formation, un peu comme en Allemagne. Angela Merkel gouverne l'Allemagne depuis 2005, mais elle a changé trois fois de majorité. La CDU, qui est son parti, s’allie avec des partis ou des courants voisins selon le résultat des élections. Cette formule donne au Bundestag un contre-pouvoir très important à la chancelière. Laquelle d’ailleurs sait l'utiliser.

Le président français n'aura pas à priori ce type de contre-pouvoirs puisqu’en plus, il nomme un Premier ministre qui va devoir parrainer la campagne pour les législatives en faisant en permanence des grands- écarts.

Ça ne va donc pas être très facile. Ça risque même d’être dangereux pour l'équilibre du pays puisque le seul moyen de s‘opposer au pouvoir, quand le désaccord sera important, sera de s’exprimer dans la rue.

Ce risque existe à moins que le résultat de la législative nous ramène à une configuration plus classique du fonctionnement démocratique.

Les chefs d’entreprise n’aiment guère les contre pouvoirs. Ils n'aiment guère, mais ils font avec parce qu’ils leur sont nécessaires. Ils le savent.   

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 18/05/2017 - 07:43
@Ikaris
Les entreprises non rentables doivent disparaître ! Nou n'avons plus les moyens de supporter tous ces secteurs déficitaires. Quand à l'immigration, a part Marine le Pen tout le monde comprends que l'on a besoin d'une immigration CHOISIE, comme au Canada ou et non SUBIE comme aujourd'hui en France.
ikaris
- 17/05/2017 - 23:03
@Paulquiroule
grosse faute de frappes et lacunes : je parlais de la montée au capital de Renault
ikaris
- 17/05/2017 - 23:02
@Paulquiroule
C'est peut être important mais sa façon de faire de l'économie ne m'a pas convaincu jusqu'ici : c'est pas un bradant Alstom à GE qu'on va récupérer de la souveraineté si vous voulez ce que je veux dire. LA montée au capital temporaire ça a été une victoire à la Pyrrhus. Et puis nous dire que les migrants sont un bon investissement pour la France, même si c'était vrai ce n'est pas ma conception de l'identité. Si on m'explique que pour que la France aille mieux économiquement il faut ouvrir les frontières à toute l'Afrique, ils peuvent se la garder leur prospérité économique.